Inanna


Inanna

Ishtar

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ishtar (homonymie).

Cette déesse, appelée Inanna chez les Sumériens, Ishtar chez les Assyriens et Babyloniens, Isis chez les Égyptiens, Ashtoreth en Palestine, Astarté ou Athtart à Ougarit, Shaushka ou Shaushga chez les Hourrites, et Ashtart en langue punico-phénicienne, doit sa renommée à son activité culturelle et mythologique jamais égalée par une autre déesse du Moyen-Orient. À son apogée, elle était déesse de l’amour physique et de la guerre, régissait la vie et la mort. Elle semble avoir comme descendance Aphrodite en Grèce, Turan en Étrurie et Vénus à Rome. Elle a un aspect hermaphrodite (Ishtar barbata), comme beaucoup de déesses de ce type.

Sommaire

Version sumérienne

Inanna est considérée tantôt comme la fille du dieu-Lune Nanna, tantôt d’Ishkur (en akkadien Adad), dieu de la pluie.

Elle fait partie de la triade des dieux planétaires. Elle est la déesse de l’étoile Vénus et de l’amour, et est la déesse tutélaire D’Uruk (dans la bible, Erech). Le sanctuaire d’Inanna à Uruk s’appelle l’Eanna.

Remarque : elle apparaît dans certains textes comme présente à Carthage.

Les mythes

Inanna et Dumuzi

Inanna est la déesse tutélaire d’Uruk, épouse du berger Dumuzi qui deviendra souverain de la cité. Plusieurs récits sumériens racontent le mariage de ces deux divinités. Les textes témoignent d’un grand amour, mais il y règne aussi un pressentiment d’un malheur à venir. Dans certains de ces textes, la mort de Dumuzi est due au simple fait qu’il s’est uni à une déesse.

Inanna ou « la bien-aimée d'Anou » fut la jumelle de Shamash.

Il existe plusieurs versions de cet épisode, dont une où Dumuzi le berger est mis en concurrence avec un fermier, symbolisant la lutte entre les deux classes.

La descente d'Inanna aux Enfers

Ce mythe sumérien est le plus fameux récit mettant en scène Inanna.

Inanna, souveraine du « Grand Royaume d’En Haut », décide de descendre aux enfers pour supplanter sa sœur aînée Ereshkigal, souveraine du Monde Inférieur. Elle entre dans le palais d’Ereshkigal, traverse les Sept Portes et arrive nue, dénuée de tout pouvoir, devant sa sœur et les Sept Juges des Enfers (Anunnaki), qui la tuent. Les dieux sont informés, mais la récusent pour son acte. Enki façonne et envoie cependant deux messagers asexués en enfer, qui raniment Inanna avec le « breuvage de vie » et la « nourriture de vie ».

Obéissant à la loi selon laquelle quiconque pénètre en Enfer ne peut revenir sur Terre, les Anunnaki ne la laissent pas partir. Inanna doit fournir un remplaçant. Elle revient sur terre accompagnée de démons et cherche un remplaçant.

Après diverses recherches, elle trouve Dumuzi confortablement installé sur le trône de la cité et le désigne, par colère. Explication bien « humaine » qui cache un mystère de la mort rituelle du roi pour assurer la fertilité universelle.

Dans la version akkadienne, Ishtar et Tammuz sont les personnages du mythe. Il y semble qu'Ishtar aille en enfer, après la mort de Tammuz, pour ramener celui-ci. L’absence d’Ishtar stoppe toute reproduction, ce qui panique les dieux et les poussent à la libérer.

Rite du mariage sacré

Chaque année au nouvel an, le souverain était tenu « d’épouser » l’une des prêtresses d’Inanna, afin d’assurer la fertilité des terres et la fécondité des femelles. Ce fut sûrement tout d’abord un rite propre à Uruk, qui s’est ensuite généralisé vers la fin du IIIe millénaire.

Le roi remplace le dieu Dumuzi du mythe, et l’union avec la prêtresse, représentante de la déesse, a lieu dans l’Eanna. Les festivités étaient très joyeuses et se déroulaient dans l’allégresse.

Ces hymnes de mariage sacré ont pu influencer le Cantique des cantiques, qui présente de nombreux traits similaires.

Voir aussi

  • Portail des mythes et légendes Portail des mythes et légendes
  • Portail du monde antique Portail du monde antique
  • Portail du Proche-Orient ancien Portail du Proche-Orient ancien
Ce document provient de « Ishtar ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Inanna de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Inanna — (auch Ninanna, Niniana, Ninsianna, Inana, Innin, Ninegal; sumerisch , dIN.AN.NA)[1] war eine der großen sumerischen Göttinnen. Als Epitheton trug sie unter anderem die Bezeichnung „Falke der Götter“ (sur2 …   Deutsch Wikipedia

  • Inanna — This is Inanna on the Ishtar Vase in the French museum Louvre. Queen of Heaven Goddess of Love, War, Fertility and Lust Abode …   Wikipedia

  • INANNA —    The foremost Sumeriangoddess, patron deity of Uruk. Her name was written with a sign (mus) that represents a reed stalk tied into a loop at the top. This appears in the very earliest written texts from the mid fourth millennium B.C. She is… …   Historical Dictionary of Mesopotamia

  • Inanna — Representación de Ishtar/Ianna en el Museo Británico. El matrimonio …   Wikipedia Español

  • Inanna —    A leading Sumerian goddess and the most popular deity in all of ancient Mesopotamia. inanna (also ishtar or Astarte) was known as the goddess of love and sexual passion, but she was also associated with war and was seen as a protector of kings …   Ancient Mesopotamia dictioary

  • Inanna — En la mitología sumeria Inanna (también conocida como Innin) era la diosa protectora de la ciudad de Uruk (Erech). Divinidad del amor y de la guerra, era la diosa de la naturaleza y de la fecundidad, en la línea de la tradición de diosas madres… …   Enciclopedia Universal

  • Inanna — I·nan·na (ĭ näʹnä) n. Mythology The chief Sumerian goddess, associated with fertility, the natural world, and war, and later equated with the Babylonian Ishtar.   [Sumerian in an ak, lady of the sky : in, variant of nin, lady + an …   Universalium

  • Inanna — noun Sumerian goddess of sexual love, fertility, and warfare. The Akkadians called her Ishtar …   Wiktionary

  • Inanna — n. ancient Sumerian goddess of love fertility and war …   English contemporary dictionary

  • Inanna — noun consort of Dumuzi (Tammuz) • Regions: ↑Sumer • Instance Hypernyms: ↑Semitic deity …   Useful english dictionary


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.