Immanence


Immanence

L'immanence est le caractère d'avoir son principe en soi-même. Un principe métaphysique immanent est donc un principe dont non seulement l'activité n'est pas séparable de ce sur quoi il agit, mais il le constitue de manière interne. Ce concept s'oppose à la transcendance[1], qui est le fait d'avoir une cause extérieure et supérieure. Ce concept peut aussi s'opposer à la permanence qui désigne le caractère de ce qui demeure soi-même mais à travers la durée, c'est-à-dire en assignant un espace et un temps. L'utilisation de ces concepts nécessite la définition préalable de l'intérieur, de l'extérieur et de leur frontière.

Cette distinction recoupe partiellement celle faite par les Stoïciens entre ce qui dépend de nous et ce qui n'en dépend pas.

Sommaire

Perspective de l'immanence

La pensée de l'immanence ou de la transcendance de Dieu a divisé les philosophes médiévaux, néo-platoniciens d'après Augustin d'Hippone, ou aristotéliciens d'après Albert le Grand et Thomas d'Aquin.

Le symbole de Chalcédoine affirme que le Christ est consubstantiel à l'homme selon l'humanité : cette immanence engage le Saint-Esprit et permet la prière.

Dans Pascendi, le pape Pie X a critiqué l'abus de cette notion dans la philosophie de Spinoza et Kant.

Pour Spinoza

Pour Spinoza, l'immanence détermine ce qui est par la co-présence de Dieu à la nature ; Dieu est alors ce qui constitue toute valeur et toute intelligibilité. La causalité la plus libre et la plus conforme à Dieu est la causalité immanente. Car de cette cause, l'effet produit dépend de telle sorte qu'il ne peut, sans elle, ni exister ni être conçu et qu'il n'est soumis à aucune autre cause ; à quoi s'ajoute qu'il lui est uni de façon à faire un tout avec elle[2].

Pour Friedrich Hegel

Pour Hegel, la négation de l'immanence des choses précise davantage ces "choses" de même que "l'esprit absolu" est précisé par la médiation.

Pour Nietzsche

Avec son assertion, « Dieu est mort », Nietzsche déclare que nous sommes laissés à nous-mêmes, que nous ne devons plus espérer ni découvrir une vérité transcendante et cachée, ni inventer une fin de l'histoire en édifiant une vérité transcendante et définitive.

Pour Wittgenstein

Cette même attitude revendiquée "d'indifférence" se fait jour chez Wittgenstein (« Ce qu'on ne peut pas dire, il faut le taire ») : Wittgenstein pense avoir défini formellement un concept de vérité universelle -- formellement, donc indépendamment de tout sujet, de tout observateur. Cette vérité est-elle immanente ou transcendante ? Peu importe : la distinction ne peut d'ailleurs pas elle-même être formalisable, et donc il n'y a rien à en dire.

Pour Jean-Paul Sartre

Sartre fait également le même constat quand il utilise dans la Critique de la raison dialectique le mot-composé immanence-transcendance. Est immanence ce qui est intérieur à l'être d'une réalité et ne renvoie, pour son existence, pour son explication, pour sa valeur, à aucun principe extérieur ou supérieur, c'est-à-dire à aucun principe transcendant. Cette thèse peut être résumée par l'énoncé: tout est intérieur à tout.

Notes et références

  1. Plus particulièrement chez Michel Henry, L’Essence de la manifestation, 1963
  2. Baruch Spinoza, Court traité, 1660

Voir aussi

Articles connexes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Immanence de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Immanence — • Latin, in manere, to remain in. The quality of any action which begins and ends within the agent Catholic Encyclopedia. Kevin Knight. 2006. Immanence     Immanence      …   Catholic encyclopedia

  • immanence — [ imanɑ̃s ] n. f. • 1840; de immanent ♦ Philos. Caractère de ce qui est immanent. L immanence des mathématiques dans le réel. Principe d immanence, selon lequel tout est intérieur à tout, ou un au delà de la pensée est impensable. ⊗ CONTR.… …   Encyclopédie Universelle

  • Immanence — Im ma*nence, Immanency Im ma*nen*cy, n. The condition or quality of being immanent; inherence; an indwelling. [1913 Webster] [Clement] is mainly concerned in enforcing the immanence of God. Christ is everywhere presented by him as Deity… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • immanence — index characteristic Burton s Legal Thesaurus. William C. Burton. 2006 …   Law dictionary

  • immanence — (n.) 1816; see IMMANENT (Cf. immanent) + ENCE (Cf. ence). Immanency is from 1650s …   Etymology dictionary

  • Immanence — Not to be confused with Immanant, a term in mathematics, or imminent, a word meaning soon to happen . Immanence refers to philosophical and metaphysical theories of divine presence, in which the divine is seen to be manifested in or encompassing… …   Wikipedia

  • immanence —    by James Williams   The distinction drawn between immanence and transcendence is allimportant to Deleuze s philosophy. It characterises his opposition to many metaphysical positions criticised as philosophies of transcendence. It also aligns… …   The Deleuze dictionary

  • immanence —    by James Williams   The distinction drawn between immanence and transcendence is allimportant to Deleuze s philosophy. It characterises his opposition to many metaphysical positions criticised as philosophies of transcendence. It also aligns… …   The Deleuze dictionary

  • IMMANENCE — n. f. T. de Philosophie Le fait d’exister d’une manière immanente. Les panthéistes professent l’immanence de Dieu dans le monde. Philosophie de l’immanence. Il s’oppose à TRANSCENDANCE …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • IMMANENCE —    the nearness, presence or indwelling of GOD in CREATION. When God is regarded as IMMANENT He is believed to be active in sustaining and preserving creation as well as being concerned about the affairs of individuals. The term is usually… …   Concise dictionary of Religion