Ile de Failaka


Ile de Failaka

Île de Failaka

Ile de Failaka
une plage de l'ile de Failaka

L'île de Failaka est une île du Koweït, à 20 kilomètres au large de la ville de Koweït City, non loin du débouché de l'estuaire commun du Tigre et de l'Euphrate dans le golfe Persique. Elle a une surface de 20 km².

Sommaire

Histoire

Certains historiens pensent que l’île de Failaka pourrait être la Dilmun antique, un pays insulaire que l'on retrouve mentionné durant toute l'histoire de la Mésopotamie ancienne, depuis le IIIe millénaire av. J.-C. jusqu'au milieu du Ier millénaire av. J.-C., bien que l'île de Bahreïn surtout, et, à un moindre titre, l’îlot de Tarut, sur les territoires côtiers du nord-est de la Péninsule arabique, sont également candidats. Dilmun pourvoyait les royaumes mésopotamiens en bois, en pierres précieuses et en cuivre, ces produits venant en fait d'autres régions, comme Magan (Oman) d'où venait le cuivre, ou Meluhha (la vallée de l'Indus), ne faisant que transiter par l'île. On a retrouvé plus d'objets mésopotamiens (sceaux-cylindres, céramiques) sur Failaka qu’à Bahreïn, ce qui indique que ce lieu était, même dans l'hypothèse où l'île de Failaka ne serait pas l'antique Dilmun, un point de contact très important entre la Mésopotamie d'une part, Bahreïn, Tarut et des contrées bien plus lointaines d'autre part. Dans les niveaux de la première moitié du Ier millénaire de Failaka, on a retrouvé une stèle écrite par Nabuchodonosor II, et un bol voué par ce même roi au temple local, prouvant la mainmise babylonienne sur ce lieu à cette époque.

L'île a en outre été colonisée par les Grecs au IIIe siècle av. J.-C., lors du passage de Néarque (qui ne s'est pas arrêté à Bahreïn) à la tête de la flotte d'Alexandre le Grand. Elle a été appelée à cette époque Ikaros, d'après l'île grecque à laquelle elle ressemble, alors que Dilmun portait à la même époque le nom grecque de Tylos. Dilmun est aussi mentionnée dans de nombreux textes mythologiques mésopotamiens, en particulier dans "Enki et Ninhursag" qui attribue la création de Dilmun au dieu sumérien Enki (qui en fit sa résidence et un Jardin d'Abondance présentant des similitudes avec le paradis terrestre ou jardin d'Eden, où Dieu aurait créé l'Homme), dans le récit sumérien de la Création "Enûma Elish" (qui présente des parallèles marqués avec le récit de la Genèse), dans le "Poème du Supersage" où est décrit le mythe mésopotamien de la Création des hommes (créés, sur proposition du dieu Ea / Enki, à l’image des dieux, et façonnés dans de l’argile, argile auquel la déesse-mère Ninmah insuffla la vie), et dans le passage de "l’Epopée de Gilgamesh" où est décrit le Déluge, où l’on voit le héros de l'Arche, appelé Ziusudra / Atrahasis / Uta-Napishtim / (alias Noé), aller s'établir à l'embouchure des Grands Fleuves, dans le Jardin de Dilmun en compagnie d’Ea, après qu’Enlil le dieu suprême lui a accordée l’immortalité. Selon la légende mésopotamienne, le héros y vit toujours.

Pendant la guerre du golfe

Maison détruite de l'ile de Failaka

Même si on ne sait pas quand la population s'y est installé à l'époque moderne, à l'issue de l'invasion du Koweït par l'Irak, les forces armées irakiennes minèrent les plages de Failaka, expulsèrent les habitants de l'île, et y installèrent un dispositif militaire important destiné à empêcher les forces de la coalition de débarquer au nord de Koweït City. Ce dispositif fut anéanti pendant les premiers jours de la guerre au moyen de bombes aériennes spéciales de très forte puissance, probablement de type "Fuel-air explosives". Après la guerre, Failaka a été déminée ; cependant, elle est demeurée jusqu'à récemment sous contrôle militaire puis sous contrôle du gouvernement nécessitant une autorisation spéciale.

De nos jours

Village de l'ile de Failaka

Désormais re-ouverte au public depuis un ou deux ans, quelques pécheurs ont réinvesti certaines maisons en ruines, et un nouveau complexe hôtelier tente d'attirer les familles koweitiennes pour le weekend. Les koweitiens n'ayant pas encore pris l'habitude de venir sur l'ile, le ferry n'est rempli que de travailleurs pour reconstruire ( le ferry est a prendre a Salmiya prés du Scientific Center, 1h30 de trajet, 2 aller/retours par jour et horaires le matin 8h00 ou l'apres-midi 13h00).

Enfin, la visite du "musée" ou temple n'est possible que sur autorisation écrite du ministère, à demander en passant par les ambassades.

Liens externes

  • Portail du monde maritime Portail du monde maritime
  • Portail du Proche-Orient ancien Portail du Proche-Orient ancien


Ce document provient de « %C3%8Ele de Failaka ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Ile de Failaka de Wikipédia en français (auteurs)