Ibrahim Coulibaly


Ibrahim Coulibaly
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Coulibaly.
Ibrahim Coulibaly
Surnom IB
Naissance 24 février 1964
Bouaké
Décès 27 avril 2011 (à 47 ans)
Abidjan
Nationalité ivoirienne
Profession sergent

Ibrahim Coulibaly, parfois appelé simplement IB, né le 24 février 1964 à Bouaké et mort le 27 avril 2011 au nord d'Abidjan, est un militaire et chef rebelle ivoirien.

Biographie

Ancien sergent de l'armée ivoirienne, il a été l'un des acteurs du coup d'État de décembre 1999 qui a amené le général Robert Guéï au pouvoir. Il a aussi participé à la rébellion déclenchée en septembre 2002 contre le gouvernement du président Laurent Gbagbo.

En août 2003, Coulibaly est arrêté à Paris pour tentative de coup d'État mais relâché sous caution le mois suivant.

En juin 2004, des affrontements opposent ses partisans et ceux du commandant rebelle rival, Guillaume Soro, qui voit ce dernier l'emporter. En janvier 2005, Coulibaly exprime son soutien aux efforts de l'Union africaine pour régler la crise politico-militaire ivoirienne. L'attentat contre Guillaume Soro du 29 juin 2007 a été attribué à ses partisans.

Le 30 décembre 2007, les Forces nouvelles accusent Coulibaly d'avoir tenté un coup d'État dans la nuit du 27 décembre alors que, en exil à Cotonou, le Bénin avait demandé la veille son expulsion pour avoir tenté de perturber le processus de paix[1]. Un mandat d'arrêt international est lancé contre lui. Coulibaly se réfugie en France alors que le journaliste indépendant Jean-Paul Ney est appréhendé à Abidjan[2] près du siège de la Radiodiffusion-télévision ivoirienne.

Le 10 mars 2008, le procès de Coulibaly concernant sa tentative de coup d'État de 2003 s'ouvre à Paris en l'absence de l'accusé dont les avocats disent ignorer la localisation. 12 coaccusés sont en revanche présents après leur arrestation en France à la mi-2003[3]. Le 11 mars, Coulibaly — qui dit se trouver en Belgique — nie les accusations dans une interview à l'Agence France-Presse en indiquant qu'il n'avait jamais tenté de recruter des mercenaires en France. Il prétend que les poursuites ont pour seul but de l'empêcher de rentrer en Côte d'Ivoire pour se présenter contre le président Gbagbo à l'élection présidentielle de 2008[4].

Au terme du procès, le 4 juin 2008, Coulibaly est jugé coupable de direction ou organisation d'un groupe destiné à la pratique du mercenariat et le condamne par contumace à quatre ans de prison. Cinq des coaccusés sont acquittés et les sept autres condamnés à des peines plus légères[5].

En janvier 2011, d'après son porte-parole, il dirige des groupuscules armés surnommés « Commandos invisibles » provenant principalement de la commune d'Abobo, s'opposant par les armes aux forces de l'ordre fidèles à Laurent Gbagbo.

En avril 2011, après la défaite militaire de Laurent Gbagbo, le président Alassane Ouattara somme le « Commando invisible » de déposer les armes, maintenant que le régime de Gbagbo n'est plus[6]. Devant le refus de Coulibaly, les forces armées de Ouattara passent à l'offensive contre les troupes du chef rebelle. Le 27 avril 2011, au cours de ces opérations militaires, Ibrahim Coulibaly, qui avait selon les FRCI « pris en otage toute une famille » et « réagi avec des tirs nourris », est tué[6],[7].

Notes et références

  1. « Côte d'Ivoire : l'ex-rébellion accuse IB d'avoir tenté un coup d'État », Agence France-Presse, 30 décembre 2007
  2. (en) « Ivory Coast arrests French journalist accused of subversive activities », Associated Press, 6 janvier 2008
  3. « Début en France du procès de l'ex-chef rebelle ivoirien Ibrahim Coulibaly », Agence France-Presse, 10 mars 2008
  4. « Ibrahim Coulibaly refuse d'aller à son procès à Paris », Agence France-Presse, 11 mars 2008
  5. (en) « Ivorian 'coup plotter' found guilty », IOL, 4 juin 2008
  6. a et b « Mort à Abidjan d'Ibrahim Coulibaly, le chef du “commando invisible” », site de La Croix, 27 avril 2011.
  7. « Côte d'Ivoire: l'ex-putschiste Coulibaly tué par les forces de Ouattara », site du Parisien, 27 avril 2011.

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article en anglais intitulé « Ibrahim Coulibaly » (voir la liste des auteurs)


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Ibrahim Coulibaly de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Ibrahim Coulibaly — (Spitzname IB; * 24. Februar 1964 in Bouaké; † 27. April 2011 in Abidjan[1]) war ein ivorischer Rebellenführer. Leben Von 1990 bis 1993 war Coulibaly Anführer der Leibwache von Alassane Ouattaras Ehefrau Dominique.[2] Er war, obwohl nur im Rang… …   Deutsch Wikipedia

  • Ibrahim Coulibaly — (known as IB ) was a rebel leader in Côte d Ivoire. A former army sergeant, he was one of the leaders of the December 1999 coup that brought Robert Guéï to power, and was also behind a rebellion launched in September 2002 against the government… …   Wikipedia

  • Coulibaly — ist ein westafrikanischer Familienname aus dem malischen Bambara. Bekannte Namensträger Abdoulaye Coulibaly (1976) (* 1976), ivorischer Fußballspieler Abdoulaye Coulibaly (1988) (* 1988), senegalesischer Fußballspieler Adama Coulibaly (* 1981),… …   Deutsch Wikipedia

  • Ibrahim — (arabisch ‏إبراهيم‎, Ibrāhīm) ist ein arabischer männlicher Vorname[1] sowie Familienname. Er entspricht dem biblischen Abraham. Der Name wird von arabischsprachigen Muslimen, Christen und Juden gleichermaßen verwendet. Die türkische Form… …   Deutsch Wikipedia

  • Coulibaly — Music Coulibaly was a track from the 2003 album Dimanche à Bamako, a collaboration between Malian singers Amadou Miriam and Franco Spanish performer Manu Chao People Coulibaly is a common Bambara language surname in West Africa, especially in… …   Wikipedia

  • Coulibaly — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Sommaire 1 Patronymes 1.1 En Côte d Ivoire 1.2 …   Wikipédia en Français

  • Commando Invisible (Elfenbeinküste) — Die Commandos Invisible (französisch für Unsichtbare Kommandos) sind eine, während der Regierungskrise in der Elfenbeinküste 2010/2011 in Abobo, einem Stadtteil Abidjans, agierende Miliz, die dem Lager von Alassane Ouattara bzw. den Forces… …   Deutsch Wikipedia

  • Crise ivoirienne de 2010-2011 — Voiture de l ONU incendiée par des Jeunes Patriotes Informations générales Date …   Wikipédia en Français

  • Korhogo — Korhogo : l entrée de la ville.  Cote d Ivoire !Côte d Ivoire …   Wikipédia en Français

  • Korhogo (département) — Korhogo Korhogo Korhogo : l entrée de la ville.  Côte d Ivoire Gentilé …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.