Humbert II Du Viennois


Humbert II Du Viennois

Humbert II de Viennois

Humbert II de la Tour-du-Pin, né en 1312, mort le 22 mai 1355, fut un dauphin de Viennois de 1333 à 1349.

Il est fils de Jean II, dauphin de Viennois, et de Béatrice de Hongrie.

Sévèrement jugé par ses contemporains comme un incapable et un dépensier, Humbert II est le dernier dauphin de Viennois. N'ayant pas l'ardeur guerrière de son frère, il se range plutôt dans le camp des pacifiques. À l'âge de vingt ans, il est précipitamment appelé à remplacer son frère, mort au cours de l'assaut d'un chateau près de Voiron.

Ayant passé sa jeunesse à la cour de Naples, il entretient alors une cour fastueuse dans son château de Beauvoir-en-Royans dans le Dauphiné, ce qui est mal perçu par ses contemporains. À la différence de ses prédécesseurs, Humbert ne mène plus cette vie itinérante d'un château delphinal à l'autre et préfère rester à Beauvoir.

Humbert II est le créateur du Conseil delphinal en 1337, puis de la cour des comptes à partir de 1340. Il fonde également la première université de Grenoble en 1339 avec l'accord du pape Benoît XII.

Il embarque à Marseille le 2 septembre 1345, afin de mener une croisade en Terre sainte, quarante ans après le départ des derniers chrétiens de Saint-Jean-d'Acre. il va alors vider les caisses de son trésor et rentre en septembre 1347 ruiné et veuf, sa femme étant morte sur l'ile de Rhodes.

Après la perte de son fils unique André, Humbert abandonne vite l'espoir d'avoir une descendance et projette dès 1337 de céder son héritage. Les difficultés financières s'accumulant, Humbert fait procéder à l'inventaire de ses biens en 1339 dans le but de vendre sa principauté au pape Benoît XII. La transaction avec le pape ayant échoué, c'est finalement au roi de France Philippe VI de Valois que le Dauphiné est cédé en 1349. Le transport (qui est le nom donné à la cession pour sauver les apparences) avait été décidé depuis 1343, mais son désir de croisade pousse Humbert II à accélérer le processus. Il réussit à partir en croisade et bat le 24 juin 1346 les Turcs qui assiégeaient Smyrne. Ce port est ensuite donné à l'Ordre de l'Hospital et resta chrétien jusqu'en 1402[1].

Pour s'assurer que le Dauphiné, devenant fief du fils aîné du roi de France, ne soit pas assimilé à n'importe quel autre domaine du souverain, Humbert signe le 29 mars 1349 le traité de Romans avec la royaume de France. Ce traité instaure le "Statut delphinal", ce qui exempte les Dauphinois de nombreuses taxes et impôts. La défense de cette constitution particulière sera l'objet principal des discussions du parlement provincial dans les siècles qui suivirent.

Après la cession du Dauphiné, Humbert entre dans l'Ordre des Prêcheurs où il prend l'habit de saint Dominique et aspire à devenir évêque de Paris, voire pape lorsqu'il meurt à 43 ans en 1355. En 1351, il est nommé patriarche d'Alexandrie.

La seigneurie

  • Chabottes, situé dans le Champsaur dépendait à la fois du dauphin et du seigneur de Montorcier.

Sources

  1. René Grousset, L'Empire du Levant : Histoire de la Question d'Orient, Payot, coll. « Bibliothèque historique », Paris, 1949 (réimpr. 1979), 648 p. (ISBN 2-228-12530-X) 
Précédé par Humbert II de Viennois Suivi par
Guigues VIII Dauphin of Viennois Arms.svg
dauphin de Viennois
Charles V
  • Portail de l’histoire Portail de l’histoire
Ce document provient de « Humbert II de Viennois ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Humbert II Du Viennois de Wikipédia en français (auteurs)