Howard Hawks


Howard Hawks
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Howard et Hawks.

Howard Hawks

Accéder aux informations sur cette image commentée ci-après.

Howard Hawks et sa « découverte » Lauren Bacall

Nom de naissance Howard Winchester Hawks
Naissance 30 mai 1896
Goshen, Indiana
États-Unis
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Décès 26 décembre 1977 (à 81 ans)
Palm Springs, Californie
États-Unis
Profession Réalisateur, scénariste et producteur
Films notables Scarface
L'Impossible Monsieur Bébé
Le Grand Sommeil
Les hommes préfèrent les blondes
Rio Bravo

Howard Winchester Hawks est un réalisateur, producteur, et scénariste américain né le 30 mai 1896 à Goshen dans l'Indiana, appartenant à la période classique d'Hollywood. Il est mort le 26 décembre 1977 à Palm Springs en Californie, des séquelles d'une chute, le lendemain du décès de Charles Chaplin.

Réalisateur à la production riche et éclectique, il est l'auteur de plusieurs films d'importance tels Scarface, L'Impossible Monsieur Bébé, Le Grand Sommeil, Les hommes préfèrent les blondes et Rio Bravo.

Cinéaste de la morale, ses personnages sont souvent caractérisés par une grande rigueur d'esprit et un fort sens du devoir. François Truffaut qualifiera son œuvre de "cinéma à hauteur d'homme" par sa mise en scène frontale et le refus de diminuer ses personnages.

Sommaire

Biographie

Howard Hawks est le premier enfant de Frank W. Hawks, industriel de l'Indiana et de Helen Howard issue d'une riche famille d'industriels du papier dans le Wisconsin à Neenah. Diplômé de Cornell University en 1918, il est pilote de course avant de rejoindre l'aviation militaire pendant la Première Guerre mondiale. Aussi ses films mettant en scène des aviateurs et des pilotes de course ont un cachet d'authenticité. Après la guerre, il exerce divers petits métiers puis s'installe à Hollywood en 1924. Il écrit son premier scénario, Tiger Love, la même année et dirige son premier film l'année suivante : The Road to Glory. Après huit films muets, il passe facilement au parlant, et va toucher à tous les genres: western, comédie, film noir, comédie musicale, péplum, action.

Scarface

Le premier de ses films à connaître des ennuis est Scarface, d'après le livre d'Armitage Trail. En 1931, date du tournage de Scarface, plus de 50 films de gangsters sont mis en chantier par les studios hollywoodiens. Juste après la grande dépression de 1929 et en pleine prohibition (1919-1933), la figure du gangster est magnifiée par la presse et de nombreux spectateurs la perçoivent comme une alternative possible à leur vie terne et miséreuse. Certes, les metteurs en scène prennent en général grand soin de décrire les gangsters comme des psychopathes : ainsi Edward G. Robinson dans Le Petit César (1930) de Mervyn LeRoy ou James Cagney qui écrase un demi-pamplemousse sur le visage de sa compagne dans L'Ennemi public (1931) de William Wellman mais leur intelligence et leur débrouillardise passent tranquillement au travers des mailles de la censure.

Et c'est bien à une telle épopée que nous convie Howard Hawks. Quoi qu'en dise Jacques Lourcelles, Scarface décrit bien dans les neuf dixièmes de son récit l'ascension d'un caïd aussi décidé et téméraire que dépourvu de scrupules. Tony Camonte (Paul Muni) cherchant dans ses patrons successifs les signes de l'accession au raffinement social fait souvent penser à Frank (Henry Fonda) dans Il était une Fois dans l'Ouest .

Rien d'étonnant donc que Scarface, dont le personnage principal est calqué sur Al Capone ait eu beaucoup d'ennuis avec la censure. Hawks dut concevoir trois fins. La première, interdite, montrait Scarface abattu par une bande rivale (fin réaliste et moderne mais qui avait l'inconvénient de montrer l'impuissance de la police). Hawks dut même rajouter les scènes où le commissaire compare les gangsters à des rats et celle où le directeur de l'Evening Record indique aux représentants du gouvernement des méthodes pour combattre le gangstérisme. La deuxième, où Scarface après avoir supplié les policiers de lui donner une chance puis, essayant de fuir, est abattu comme un chien sur le trottoir, est celle que nous connaissons. Dans la troisième, distribuée dans certains pays comme le Brésil, Scarface est jugé par un tribunal où il est qualifié de honte de la nation, expression qui servit d'abord de sous-titre au film avant d'être abandonnée. Il est ensuite traîné à la potence.

Hawks a souvent souligné que son scénariste Ben Hecht et lui-même avaient pris les Borgia comme référence pour dépeindre le héros, en particulier sa jalousie incestueuse vis-à-vis de sa sœur. Cette référence historique ne confère au récit une dimension tragique qu'à la toute fin du film après le retour de Californie et l'éloigne de tout sentimentalisme ou lyrisme qui s'exprimeront bientôt quand les gangsters apparaîtront aux yeux de tous comme des perdants destinés à toujours être pourchassés par la police ou des gangsters plus gros qu'eux (Les Fantastiques années 20 (1939) ou L'enfer est à lui (1949) de Walsh jusqu'à Scarface de De Palma (1983), Les Affranchis (1990) de Scorsese ou Le Parrain III (1990) de Coppola.


Le sujet est plutôt osé : un gangster, amoureux de sa sœur, voulant prendre le contrôle de la ville. Le scénario à peine rédigé fait scandale, et le film va mettre deux ans avant de sortir sur les écrans. C'est l'époque du code de censure de William Hays. Le producteur du film, l'extravagant Howard Hughes, se charge de régler les problèmes juridiques et demande à Hawks de ne se soucier que de la réalisation. Après de multiples coupes, et un carton moralisateur en guise d'introduction, Hawks doit encore modifier le titre qui devient Scarface, la honte d'une nation.

La relation hommes-femmes

Parmi ses films, nombreux sont ceux qui ont fait date dans l'histoire du cinéma, comme L'Impossible Monsieur Bébé avec Cary Grant, Le Grand Sommeil avec Humphrey Bogart et Lauren Bacall, Les hommes préfèrent les blondes avec Marilyn Monroe, ou Rio Bravo avec John Wayne.

Son cinéma se caractérise aussi par la faiblesse, voire le ridicule des hommes, face à des femmes très déterminées. Jean Tulard observe que Rio Bravo est caractéristique de ce rapport de séduction où la femme est dominante au point de « laisser croire qu'elle est choisie ».
Howard Hawks se considérait comme un salarié surpayé par ses studios pour faire des films dénués de son style afin de ne pas perturber les affaires de ses employeurs[1].

Filmographie

Réalisateur

Voir aussi

Bibliographie

  • Hawks, Todd McCarthy (Grove Press, 1997; traduction française : Actes Sud, 1999)
  • Hawks par Hawks, Joseph MacBride (University of California Press, 1982; traduction française: Ramsay, 1999)
  • Hawks, cinéaste du retrait, Jean-Michel Durafour (Presses Universitaires du Septentrion, Université Lille 3 Charles-de-Gaulle, 2007)

Notes et références

  1. Peter Biskind, Le Nouvel Hollywood, Le Cherche midi éditeur, 2006, 704 p. (ISBN 9782749105093) , p.10.

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Howard Hawks de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Howard Hawks — (* 30. Mai 1896 in Goshen, Indiana, USA; † 26. Dezember 1977 in Palm Springs, Kalifornien, USA) war ein US amerikanischer Regisseur der klassischen Ära Hollywoods. Hawks profilierte sich genreübergreifend als einer der wichtigsten amerikanischen… …   Deutsch Wikipedia

  • Howard Hawks — Nombre real Howard Winchester Hawks Nacimiento 30 de mayo de 1896 …   Wikipedia Español

  • Howard Hawks — [Howard Hawks] (1896–1977) an American who directed, produced and wrote films in a ↑Hollywood career that lasted 52 years. The many famous stars he directed included Cary Grant and Katharine Hepburn in B …   Useful english dictionary

  • Howard Hawks — (30 de mayo de 1896 26 de diciembre de 1977) fue un director, escritor y productor de cine estadounidense. En su amplia filmografía que incluyo Film Noir, películas del oeste y comedias, entre otras, se cuentan numerosas películas premiadas con… …   Enciclopedia Universal

  • Howard Hawks — Infobox Actor name = Howard Hawks birthdate = birth date|1896|5|30|mf=y imagesize =160px location = Goshen, Indiana deathdate = death date and age|1977|12|26|1896|5|30 deathplace = Palm Springs, California birthname = Howard Winchester Hawks… …   Wikipedia

  • Howard Hawks — ➡ Hawks * * * …   Universalium

  • Howard Hawks — Cine Con esas orejas Clark Gable parece un taxi con las puertas abiertas …   Diccionario de citas

  • Howard Hugues — Howard Hughes Pour les articles homonymes, voir Hughes. Howard Hughes …   Wikipédia en Français

  • Howard Robard Hughes — Howard Hughes Pour les articles homonymes, voir Hughes. Howard Hughes …   Wikipédia en Français

  • HAWKS (H.) — Howard Hawks ne fut longtemps, aux yeux d’historiens distraits, que l’auteur de Scarface et de L’Impossible Monsieur Bébé . Au cours des années 1950, un groupe de jeunes critiques, Jacques Rivette, Éric Rohmer, François Truffaut, allait découvrir …   Encyclopédie Universelle


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.