Hormisdas


Hormisdas
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hormisdas (homonymie).
Saint Hormisdas.

Saint Hormisdas, né à Frosinone près de Rome, mort à Rome, le 6 août 523, fut pape du 20 juillet 514 jusqu'à sa mort le 6 août 523.

L'Église catholique romaine le vénère comme saint[1] et le célbèbre localement le 6 août[2].

Sommaire

Biographie

Ce pontife intelligent et sage venait d'une famille aisée et honorable de Frusino (Frosinone), dans l'Agro Romano (Latium). Avant de recevoir les ordres il avait été marié et son fils devint par la suite pape sous le nom de Silvère (536-537). Sous le pape Symmaque, Hormisdas avait le rang de diacre, et pendant le schisme de l'antipape Laurent il fut l'un des membres les plus éminents du clergé fidèle à Symmaque. Au synode tenu à Saint-Pierre en 502, il exerça la fonction de notaire. A cette occasion, Ennode de Pavie lui prédit qu'il deviendrait pape [Ennodii opera, ed. Vogel (Berlin, 1885), 287, 290].

Élévation au siège de Rome

Le lendemain des funérailles de Symmaque (20 juillet 514), Hormisdas fut consacré évêque de Rome sans rencontrer de résistances. L'une des premières préoccupations du nouveau pape fut d'éliminer les derniers vestiges du schisme de l'antipape Laurent, en accueillant de nouveau dans l'Église ceux qui ne s'étaient pas encore réconciliés.

Le schisme acacien

Dès le début de son pontificat, les affaires de l'Église d'Orient tinrent une place particulière dans ses préoccupations. À Constantinople se poursuivait le schisme acacien, commencé après la publication de l'Henotikon par l'empereur Zénon qui avait provoqué la rupture entre des Églises d'Orient et d'Occident. L'empereur (491-518) Anastase, successeur de Zénon, avait maintenu le document en vigueur et, penchant toujours plus vers les monophysites, il persécutait les évêques qui refusaient de renier le concile de Chalcédoine. Les trois patriarches Macedonius de Constantinople, Elias de Jérusalem, Flavien d'Antioche furent chassés de leurs sièges.

Au milieu de cette confusion, un certain nombre d'évêques orientaux en avaient appelé à Symmaque pour qu'il rétablît l'unité de l'Église ecclésiale, ce qui renforcerait leur position et leur permettrait de lutter contre la propagation du monophysisme. Symmaque leur demanda de condamner Acace de Constantinople, mais les Orientaux n'étaient pas prêts à franchir le pas. Profitant du mécontentement qui s'élevait contre les tendances monophysites d'Anastase, Vitalien de Mésie, un commandant de l'armée, se mit à la tête d'une révolte contre l'empereur. Vitalien demanda que lui fût restituée la charge de distribuer le grain aux troupes, que fût reconnu le concile de Chalcédoine et que fût rétablie l'unité avec Rome. Il rallia de nombreux partisans et parut devant Constantinople à la tête d'une grande armée ; après qu'il eut battu Ippazio, neveu de l'empereur Anastase, ce dernier fut réduit à négocier, c'est-à-dire à se soumettre. L'un des termes de l'accord avec Vitalien était que l'empereur jurait de convoquer un synode à Héraclée en Thrace, d'y inviter le pape et de se soumettre à son arbitrage sur son différend quant au siège de Constantinople et aux autres diocèses, afin de restaurer l'unité de l'Église. En conséquence, le 28 décembre 514, Anastase écrivit à Hormisdas pour l'inviter au synode qui aurait lieu le 1er juillet. La lettre présentée à Vitalien fut transmise à Rome par son émissaire et par le légat impérial. Le 12 janvier, Anastase envoya au pape une deuxième communication moins courtoise dans laquelle il demandait seulement ses bons offices dans ce conflit. Manifestement l'empereur souhaitait faire traîner les négociations puisqu'il n'était pas disposé à tenir les promesses qu'il avait faites à Vitalien. La seconde lettre arriva à Rome avant la précédente et, le 4 avril, Hormisdas répondit en exprimant sa joie devant la perspective de paix, mais en défendant en même temps la mémoire de ses prédécesseurs. Les porteurs de la première lettre impériale arrivèrent le 14 mai suivant. Le pape continua les négociations de manière circonspecte, convoqua un synode à Rome et, le 8 juillet, écrivit à l'empereur pour lui annoncer le départ d'une ambassade pour Constantinople. Entretemps, les deux cents évêques qui s'étaient rassemblés le 1er juillet à Héraclée se séparèrent sans avoir rien conclu.

L'ambassade du pape à la cour impériale comprenait deux évêques : Ennodius de Pavie et Fortunatus de Catania, le prêtre Venantius, le diacre Vitalis et le notaire Hilarius. La lettre d'Hormisdas à l'empereur, datée du 1er août 515, nous est parvenue avec des instructions détaillées faites aux légats sur la position qu'ils auraient à défendre. Si l'empereur acceptait les propositions qui lui étaient présentées, le pape était prêt, si nécessaire, à comparaître en personne devant un concile. Le pape envoya en outre la formule d'une confession de foi (regula fidei) à faire souscrire aux évêques d'Orient. L'ambassade n'aboutit à aucun résultat ; Anastase, sans interrompre les négociations, remit aux légats une lettre évasive à l'intention d'Hormisdas. Entretemps, l'empereur, après avoir étouffé un nouveau soulèvement dirigé par Vitalien, envoya à Rome une ambassade composé de deux hauts fonctionnaires civils. Ils étaient porteurs d'une lettre datée du 16 juillet 516, adressée au pape et d'une autre datée du 28 juillet, adressée au Sénat, le but de cette dernière était d'inciter les sénateurs à se rebeller contre Hormisdas. Le Sénat, cependant, ainsi que le roi Théodoric, resta fidèle au pape. La réponse d'Hormisdas à la lettre de l'empereur fut digne mais sans équivoque. Pendant ce temps, un certain nombre d'évêques de Scythie, d'Illyrie et de Dardanie était revenus dans la communion avec Rome et beaucoup d'entre eux avait discuté avec les légats du pape à Constantinople sur le problème de la réunion des Églises. Ils se prononcèrent alors, condamnèrent Acacius et signèrent la confession de foi (regula fidei) d'Hormisdas, comme le firent les évêques de la province d'Épire, convaincus par le sous-diacre romain Pullius.

Il se fit remarquer par son zèle contre les Eutychéens.

En matière de discipline ecclésiastique il décréta que les charges d'Église ne devaient pas être attribuées en échange de privilèges ou de dons.

Son inhumation se fit dans l'ancienne basilique Saint-Pierre, à la suite de 9 ans et 15 jours de pontificat. Il est fêté le 6 août.

Notes et références

  1. Biographisch-Bibliographischen Kirchenlexikon (BBKL)
  2. nominis.cef.fr Nominis : Saint Hormisdas.

Liens externes

Précédé par Hormisdas Suivi par
Symmaque
Emblem of the Papacy SE.svg
Liste des papes
Jean Ier



Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Hormisdas de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Hormisdas — ist der Name eines Bischofs von Rom, siehe Hormisdas (Papst) mehrerer sassanidischer Großkönige, siehe Hormizd eines spätantiken Heermeisters, siehe Hormisdas (Heermeister) Diese Seite ist eine Begriffsklärung zur …   Deutsch Wikipedia

  • Hormisdas — fue Papa desde el año 514 hasta el 523. Antes de ser ordenado estuvo casado. Es el padre del papa Silverio. En el año 525, encargó a Dionisio el Exiguo, un astrónomo, abad escita de un monasterio romano, establecer como año primero de la era… …   Enciclopedia Universal

  • Hormisdas — Hormisdas, 1) (Hormizda), so v.w. Ormuzd. 2) (Hormuz), H. I., König von Persien, Sohn Sapors, dem er, des Aufruhrs gegen ihn beschuldigt, seine Hand, die er sich selbst abgehauen hatte, zum Zeichen seiner Unschuld schickte; er regierte 271 bis… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Hormisdas — (Ormazd), Name von fünf sasanidischen Königen Persiens: 1) H. I., 272–273; 2) H. II., 302–309; 3) H. III., 457–459; 4) H. IV., 578–590, Sohn Chosroes I., ein tyrannischer Herrscher, rief zahlreiche Aufstände hervor und wußte das Reich weder gegen …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • HORMISDAS — Architectus Persa, a Constantino Imp. iussus equum Troiani instar aedificare, stabulum ut prius eius capax appararetur, rogavit. Aliâ vice ab eodem interrogatus, quid Romae optimum esset, quod homines ibi aeque ac alibi fato suo Obirent,… …   Hofmann J. Lexicon universale

  • Hormisdas, S. (2) — 2S. Hormisdas (Ormisdas), Papa. (6. al. 7. Aug.) Der hl. Hormisdas regierte vom 27. Juli 514 bis zum 6. August 523 die römische Kirche. Er war zu Frosinone (Frusino) in Latium, nahe an der Gränze von Campanien, in der Landschaft, die jetzt… …   Vollständiges Heiligen-Lexikon

  • Hormisdas — San Hormisdas Papa de la Iglesia católica 20 de julio de 514 –  …   Wikipedia Español

  • Hormisdas, S. (1) — 1S. Hormisdas, (22. April), ein Bischof und Martyrer, welcher unter der schrecklichen Verfolgung der Christen, die König Sapor (Sapores) II. von Persien um das J. 350 begann, gestorben ist. S. S. Acepsimas1. [Der Name Hormisdas stammt vom… …   Vollständiges Heiligen-Lexikon

  • Hormisdas —    Pope (q.v.) from 514 523 whose prolonged negotiations with Anastasios I (q.v.) to heal the Akakian Schism (q.v) came to fruition only when Anastasios s successor Justin I (q.v.) came to the throne. In 519 Hormisdas sent an embassy to… …   Historical dictionary of Byzantium

  • Hormisdas, S. (3) — 3S. Hormisdas, (8. Aug.), ein Martyrer in Persien. S. S. Hormisda …   Vollständiges Heiligen-Lexikon