Hooliganisme


Hooliganisme

Hooligan

Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Hooligans
Panneau devant le Camp Nou interdisant des objets potentiellement dangereux, ainsi que des symboles incitant à la violence

Un hooligan est un adepte d'un sport utilisant la violence pour peser sur le sort d'une rencontre. Le hooligan n'est pas la seule catégorie de supporters s'autorisant à faire usage de violence ; voir Hools ou barra bravas. Ce terme est aujourd'hui lié au football, mais ce ne fut pas toujours le cas.

Selon certains chercheurs[précision nécessaire], le mot serait mentionné dans des rapports de la police londonienne pendant l'été 1898 et repris dans les colonnes du journal Daily News en référence à un ivrogne irlandais notoire, Patrick Hooligan, demeurant à Londres et régulièrement impliqué dans des bagarres.

Une famille du XIXe siècle portant ce nom aurait aussi été connue pour avoir un mode de vie sauvage et violent[réf. souhaitée]. Par extension, un "hooligan" serait une personne se comportant de la même manière.

Une autre hypothèse veut que ce nom vienne d'un gang de Islington, appelé Hooley[réf. souhaitée].

Sommaire

Supporters de football dans l'Histoire (Hooliganisme)

Déjà dans la Rome antique, les spectacles de gladiateurs pouvaient provoquer de terribles violences dans le public comme en témoigne un texte de Tacite relatant des événements dans l'amphithéâtre de Pompei qui ont vu interdire ces divertissements pendant plus de 10 ans : « Ils se lancèrent des injures, puis des pierres, enfin des armes, et la victoire resta à la plèbe de Pompeï, où se donnait le spectacle. Ainsi transporta-t-on dans la ville beaucoup de Nucériens, le corps mutilé à la suite des coups reçus, et un grand nombre pleuraient la mort d’un fils ou d’un père. Nous trouvons même exubérance violente entre le supporters (factiones) pour les jeux du Cirque romains. »[1]


Histoire

Les historiens britanniques ont déjà bien étudié la question, et la lecture de The roots of football hooliganism du trio Eric Dunning, Patrick Murphy et John Williams, est incontournable. Très actifs avant la Première Guerre mondiale, les hooligans sont quasi absents des tribunes très familiales de l'entre-deux-guerres. En revanche, au terme du second conflit mondial, le hooliganisme fait son retour. Il devient hyperactif dans les années 1960 et quasi incontrôlable dans les années 1970.

Le Royaume-Uni n'est pas seul touché par le fléau de la violence, et en France, Amiens se dote d'un service d'ordre dès 1906 pour endiguer ses supporters les plus indisciplinés… Les incidents dans les stades français sont moins nombreux qu'en Angleterre, mais certains d'entre eux dépassent en violence le « modèle anglais ». Ainsi, en 1967, mécontent d'une décision arbitrale, le public du Red Star mit le feu au stade et commença à démonter les tribunes. En 1932 déjà, les supporters du Havre AC avaient incendié le Stade de la Cavée Verte après une défaite 6-1 dans le derby face au FC Rouen.

Le traitement par la presse de ces incidents est variable avec le temps. Ainsi, une publication sérieuse comme France Football a soutenu bon nombre d'actions violentes de ces personnes, qui réagissaient face à une décision arbitrale contestable ou face à des forces de l'ordre trop rigides[réf. nécessaire] On trouve des textes qu'on taxerait aujourd'hui d'édifiants jusqu'au début des années 1980. Ainsi, lors de la Coupe du monde espagnole (1982), de graves incidents ont lieu entre les forces de police du cru et les supporters anglais. France Football préféra alors mettre l'accent sur les provocations de la police espagnole. Autre cas où les hooligans reçoivent le soutien des médias : les erreurs d'arbitrage. Citons ici pour l'exemple l'éditorial signé Jaques Ferran dans l'hebdomadaire France Football du 3 juin 1975 (N°1522, page 3). Cet éditorial est intitulé « Nous sommes tous des hooligans de Leeds ! » et contient des passages explicites : « 1. L'arbitre est coupable. 2. La violence fait partie du jeu. », « Beaucoup de spectateurs français, témoins ahuris des exactions anglaises, étaient, dans le fond, par haine de l'arbitre, solidaires des supporters de Leeds » ou « Il est facile d'imaginer à quelles extrémités aurait pu se porter une foule française si, par exemple, dans une finale de Coupe d'Europe, l'arbitre avait pris, à l'égard de Saint-Etienne, les décisions qui enflammèrent les supporters de Leeds ! ». La presse britannique va même encore plus loin en créant à la fin des années 1960 un championnat d'Angleterre des hooligans. Chaque incident était noté par les journalistes et donnait droit à des points[réf. nécessaire].

L'intrusion de la politique change un peu la donne au début des années 1980. Les partis d'extrême droite tentent en effet de recruter quelques gros bras parmi ces supporters. Aujourd'hui encore (cf le dernier rapport des Renseignements Généraux sur le sujet), le terme même de hooligan est très marqué politiquement.

Le hooliganisme connaît un virage en 1985 en raison du drame du Heysel. Les hooligans anglais sont montrés du doigt, mais n'oublions pas de préciser ici que la gendarmerie belge et l'UEFA furent condamnées par la justice belge suite à leur incompétence dans cette affaire. Une partie de la violence des hooligans était provoquée par les conditions déplorables qui étaient alors en usage dans les stades. On entassait en effet, jusqu'à l'étouffement, les supporters afin de gonfler un peu les recettes. Il faudra attendre la tragédie de Hillsborough en 1989 pour voir la mise en place d'une « vraie » politique globale des supporters en Angleterre, incluant la réfection des stades, bien que cette tragédie ne fût pas lié au hooliganisme. Depuis lors, le hooliganisme n'est plus un problème pesant comme ce fut longtemps le cas.

Si le Royaume-Uni a su gérer le problème hooligan, les autres nations européennes n'ont pas vraiment mis en place de politique globale pour traiter cette question, et les problèmes perdurent. En France, mais aussi en Belgique, Allemagne, Hollande ou Italie, pour se concentrer ici sur la seule Europe occidentale, le hooliganisme « à l'anglaise » a connu l'influence italienne du mouvement Ultras et de celles des hools hollandais, belges et allemands.

L'Espagne et le Portugal sont moins touchés par ce fléau que ses voisins mais comporte une scène Ultra fortement politisée (voire violente) avec des groupes comme les Ultras Sur 1980 du Real Madrid.

Parmi les plus violents des hooligans et des hools, figurent les Headhunters (Chasseurs de Tête), supporters du club de football de Chelsea à Londres. Parallèlement à leurs activités tournées autour de la violence, ils revendiquent leur idéologie néo-nazie et leurs liens avec le groupe néo-nazi Combat 18. On constatera cependant que leur influence est en baisse depuis la forte répression de la part des autorités britanniques.
En 1999, le reporter de la BBC, Donal McIntyre, a infiltré les Headhunters en endossant l'identité d'un fervent supporter du club, au point de se faire tatouer le logo du Chelsea FC sur le bras. Il a ainsi pu approcher les leaders du groupe, lors du Mondial 1998 en France, des matchs du championnat anglais et des rencontres européennes.

Notes et références

  1. Tacite, « Annales, XIV, 17 », fleche.org

Bibliographie

  • Eric Dunning, Patrick Murphy et John Williams, The roots of football hooliganism, Londres, Routlege & Kegan Paul, 1988
  • Bill Bufford, Among the thugs (parmi les hooligans), Londres, Secker & Warburg, 1991
  • Eddy Brimson, Tear gas and ticket touts, Londres, Headline,1999
  • Martin King et Martin Knight, Hoolifan, 30 years of hurt, Londres, Mainstream Publishing, 1999
  • Dougie Brimson et Eddy Brimson, Capital punishment, london's violent football following, Londres, Headline, 1997
  • Adam Brown, Fanatics! Power, identity & random in football, Londres, Routledge, 1998
  • Gerard Reid, Football war, Londres, Sigma Leisure, 2000
  • Philippe Broussard, Génération supporter, Paris, Robert Laffont, 1990
  • Manuel Comeron (sd), Quels supporters pour l'an 2000?, Bruxelles, Labor, 1997
  • Roland Chatard, La violence des spectateurs, Paris, Lavauzelle, 1994
  • Patrick Mignon, La passion du football, Paris, Editions Odile Jacob, 1998
  • Pol Vandromme, Les gradins du Heysel, Tournai, Gamma, 1985
  • John King, England away (Aux couleurs de l'Angleterre), roman, Vintage, 1999
  • Benjamin Danet, Violentes tribunes : le dossier noir du foot, Paris, Solar, 1999

Le premier ouvrage anglais écrit sur le sujet date de 1924 : E. Short, Crowds, Londres, Home Office Comittee of Crowds, 28 pages.

Filmographie

  • Hooligans (Green Street Hooligans) film de de Lexi Alexander avec Elijah Wood, Charlie Hunnam (2006)
  • Putain de hooligans, Christoph Weber, reportage sur le hooliganisme en Angleterre diffusé sur Arte le 7/6/2005 Voir le reportage
  • Football Factory roman de John King ex hooligan des Head Hunters de Chelsea, porté à l'écran par Nick Love en 2002
  • Chelsea Headhunters film documentaire d'infiltration de Donald McIntyre, BBC, 1999
  • The Firm film de Allan Clarke avec Gary Oldman (1988)
  • Hooligans FC, de Danny Dyer (acteur anglais célèbre pour son rôle de protagoniste dans "The Football Factory"), reportage en plusieurs partie sur les Hooligans de Pologne, d'Italie, d'Angleterre, des Pays-Bas, du Brésil, d'Ecosse et d'Argentine, 2006. (Note : en version originale cette série se nomme The Real Football Factory, en référence au roman de John King)

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes


  • Portail du football Portail du football
  • Portail de la sociologie Portail de la sociologie
Ce document provient de « Hooligan ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Hooliganisme de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • hooliganisme — ou houliganisme [ uliganism ] n. m. • 1958 ; de hooligan ♦ Vandalisme de groupe …   Encyclopédie Universelle

  • *hooliganisme — ● houliganisme ou hooliganisme nom masculin Comportement des houligans …   Encyclopédie Universelle

  • hooliganisme — hoo|li|ga|nis|me sb., n …   Dansk ordbog

  • houliganisme — hooliganisme ou houliganisme [ uliganism ] n. m. • 1958 ; de hooligan ♦ Vandalisme de groupe. houliganisme n. m. Comportement de houligan. || Phénomène social lié à ce comportement. houliganisme [ uliganism] n. m. ÉTYM …   Encyclopédie Universelle

  • Hooligan — Panneau devant le Camp Nou interdisant des objets potentiellement dangereux, ainsi que des symboles incitant à la violence Un hooligan est un adepte d un sport utilisant la violence pour peser sur le sort d une rencontre, tout comme les barra… …   Wikipédia en Français

  • Équipe d'Angleterre de football —  Cet article traite de l équipe masculine. Pour l équipe féminine, voir Équipe d Angleterre de football féminin …   Wikipédia en Français

  • Feyenoord — Rotterdam Feyenoord Généralités …   Wikipédia en Français

  • Feyenoord Rotterdam — Infobox club sportif Feyenoord Gén …   Wikipédia en Français

  • Skinhead — Pour les articles homonymes, voir Skinhead (homonymie). Skinhead (des mots anglais skin « peau » et head « tête » : « cuir chevelu – à nu ») désigne à l origine un jeune prolétaire britannique aux cheveux tondus …   Wikipédia en Français

  • Skin-head — Skinhead  Pour l’article homonyme, voir Skinhead (comics).  Skinhead (des mots anglais skin (peau) et head (tête) : cuir chevelu (à nu)) désigne à l origine un jeune prolétaire britannique aux cheveux tondus. Etymologiquement cela… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.