Henry van de Veldea


Henry van de Veldea

Henry van de Velde

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Van de Velde.
Villa Esche à Chemnitz

Henry Van de Velde[1] (né le 3 avril 1863 à Anvers, Belgique - mort le 15 octobre 1957 à Zurich, Suisse) est un peintre, architecte, décorateur d'intérieur et enseignant belge. Avec Victor Horta et Paul Hankar, il est l'un des fondateurs de l'Art nouveau belge et, plus généralement, est considéré comme l'un des acteurs majeurs du mouvement moderniste de l'architecture et du design en occident au début du XXe siècle.

Sommaire

Biographie

Van de Velde étudie la peinture à Anvers et Paris. Adepte du style néo-impressionniste, en 1889, il devient membre du groupe d'artistes établis à Bruxelles, « Les XX ».

Tour des livres à Gand

En 1892, il abandonne la peinture et se tourne vers la décoration et l'architecture. Sa maison, la Bloemenwerf à Uccle, s'inspire du mouvement anglais Arts and Crafts. Il participe à la construction de la Cité de la science au parc Léopold de Bruxelles. Il a aussi conçu des intérieurs et des meubles pour l'exposition Art nouveau influente, organisée par Samuel Bing à Paris en 1895. Van de Velde développe alors un style abstrait et fonctionnel, marqué de lignes arrondies, annonçant le design industriel.

Au changement de siècle, Van de Velde a dessiné nombre d'édifices en Allemagne, dont le musée Folkwang à Hagen. Il est aussi le fondateur de l'école Kunstgewerbeschule[2] et de l'académie d'art de Weimar[3], prédécesseur du Bauhaus dirigé par son collaborateur Walter Gropius. En outre, Van de Velde a été étroitement lié au Deutscher Werkbund.

Pendant la Première Guerre mondiale, il vie en Suisse et aux Pays-Bas, où il conçoit le musée Kröller-Müller à Otterlo. De 1926 à 1936, Van de Velde est professeur à l'Université de Gand, où il est aussi l'architecte de la bibliothèque (appelée Boekentoren ou Tour des livres). Les mêmes années, il fonde et prend la direction de La Cambre (alors Institut supérieur des arts décoratifs) à Bruxelles. Soupçonné de collaboration lors de l'occupation nazie, il quitte la Belgique pour la Suisse en 1947 où il réside jusque sa mort.

Quelques œuvres

Commons-logo.svg

Ameublement
Peintures
  • La faneuse, 1891.
  • Jardin à Kalmthout, vers 1892, huile sur toile, 70 x 95,5 cm, Munich, Neue Pinakotek.

Galerie de photographies

Bibliographie

Autobiographie
  • Geschichte meines Lebens, éd. et trad. all. par Hans Curjel, Munich, 1962.
  • Récit de ma vie, éd. par Anne Van Loo, Bruxelles et Paris, 1992-1995 (ISBN 2-08-010907-3 et ISBN 2-08-010908-1).
  • Les mémoires inachevés d'un artiste européen. Édition critique, éd. par Léon Ploegaerts, Bruxelles, 1999, 2 vol.
Monographie
  • Léon Ploegaerts et Pierre Puttemans, L'œuvre architecturale de Henry van de Velde, Laval, 1987 (ISBN 2763771122) (aperçu en ligne).

Notes

  1. Son nom complet est Henry Clement van de Velde.
  2. Voir (de) Kunstgewerbeschule Weimar.
  3. Nikolaus Pevsner, Les académies d'art, Paris, 1999, p. 206-209 (ISBN 2-85226-520-6) (1re éd. 1940).

Lien externe


  • Portail de l’architecture et de l’urbanisme Portail de l’architecture et de l’urbanisme
  • Portail de la Belgique Portail de la Belgique
Ce document provient de « Henry van de Velde ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Henry van de Veldea de Wikipédia en français (auteurs)