Henri Labrouste


Henri Labrouste
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Labrouste.
Henri Labrouste
Image illustrative de l'article Henri Labrouste
Henri Labrouste
Présentation
Naissance 11 mai 1801
Paris
Décès 24 juin 1875 (à 74 ans)
Fontainebleau (France)
Nationalité Drapeau de France France
Formation ENSBA, atelier Lebas
Œuvre
Réalisations Bibliothèque Sainte-Geneviève, Paris
Bibliothèque nationale
Distinctions Grand prix de Rome (1824)
Académie des beaux-arts (1867)
Entourage familial
Famille Théodore Labrouste (frère)

Henri Labrouste (Paris, 11 mai 1801 - Fontainebleau, 24 juin 1875) est un architecte français. Après avoir séjourné six ans à Rome, il ouvrit un atelier de formation d'architectes qui devint centre du courant rationaliste. Il fut l'un des premiers à saisir l'importance du fer en architecture.

Il est le frère de l'architecte Théodore Labrouste, prix de Rome en 1827.

Sommaire

Biographie

Jeunesse

Henri Labrouste, né à Paris sous le consulat est issu d’une famille de juristes bordelais favorables aux idées révolutionnaires quoique modérées. Son père, François-Marie Labrouste, membre du Conseil des Cinq-Cents en 1796 puis du Tribunat jusqu’en 1807, sera un soutien de l’Empire. Parmi ses trois frères, Henri comptera un autre architecte, Théodore, né en 1804, et Alexandre, né en 1796, célèbre directeur du collège de Sainte-Barbe.

Labrouste entre dans ce dernier établissement comme élève en 1809. Il est admis à la deuxième classe de l'École royale des beaux-arts dans l'atelier Lebas-Vaudoyer en 1819. En 1820, il accède en première classe. En compétition pour le grand prix, Labrouste arrive en deuxième position derrière le projet de Palais de Justice de Guillaume Abel Blouet en 1821. En 1823, vainqueur du prix départemental, il travaille comme sous-inspecteur sous la direction d'Étienne-Hippolyte Godde sur le chantier de l'église Saint-Pierre-du-Gros-Caillou.

L'année 1824 est un tournant dans la vie de Labrouste. Il remporte le grand prix de Rome sur le thème d'une Cour de cassation. Il quitte en novembre Paris pour l'Italie. Sur son chemin, il s'arrête à Turin, Milan, Lodi, Plaisance, Parme, Modène, Bologne, Florence, Arezzo.

Séjour à Rome

Pensionnaires de l'État pendant cinq ans, les lauréats sont logés à la Villa Médicis. Dans l'étude des monuments de l'Antiquité, ils « doivent rechercher les lois des proportions pour les réduire en formules à l'usages des maîtres et des étudiants de Paris »[1]. Cette obligation se traduit par un envoi annuel adressé à l'Académie des Beaux-Arts ; « exposés publiquement à Paris, ces envois consistent pour la première année, détails d'architecture relevés sur les restes d'architecture antique. Pour la deuxième année en un relevé d'ensemble (état actuel) d'un de ces édifices. Les envois de troisième et quatrième années comportent la restauration et la restitution, plus ou moins hypothétiques ou basées sur des données historiques du monument précédemment relevé et d'un autre d'importance plus considérable[2]. »

Pour son envoi de première année, il soumet en avril sept dessins du Temple d'Antonin et de Faustine (1826). Les études romaines commencées l'année précédente nourrissent l'envoi de cette troisième année (1828) qui propose à l'aide de cinq dessins une comparaison entre le Colisée et le Théâtre de Marcellus. Il séjourne la même année par deux fois à Paestum. À son retour, il commence la préparation de son envoi de quatrième année consacré aux temples de Paestum.

L'année de changement de direction de l'Académie de France à Rome (Vernet remplace Guérin en 1829), voit Labrouste visiter les tombes étrusques de Tarquinia et de Sutres mais aussi Tivoli. Il travaille à son cinquième envoi - un pont destiné à réunir le France et l'Italie - quand arrive à Rome un rapport de l'Académie critiquant la restauration qu'il a faite de Paestum.

Retour à Paris

À son retour à Paris en 1830, la polémique sur la restauration du Paestum prend de l'ampleur. Durant l'été, il ouvre son atelier le 1er août 1830 (professeur libre d'architecture). En 1834, Labrouste travaille avec Duban sur le nouvel aspect à donner à l'Ecole des Beaux-Arts.

Toujours inspecteur à l'École des Beaux-Arts, l'année même où il se marie (1836), il reçoit le programme pour la compétition pour un asile d'aliénés à Lausanne. Nommé architecte de la décoration du pont de la Concorde, il fournit avec son frère Théodore plus de dix projets ; aucun ne sera retenu. Le projet qu'il soumet à Lausanne en 1837 remporte le premier prix. Il ne sera pas réalisé pour autant ; Labrouste concentre son activité sur les tombes du Baron de Ridèle et de la famille Brunet pour le cimetière parisien de Montparnasse.

Nommé en janvier 1838 architecte des Monuments historiques, Labrouste entreprend ses premiers travaux de restauration. Il est en même temps relevé de sa fonction d'inspecteur à l'École des Beaux-Arts dont les travaux ont bien avancé. Le 6 juin, Labrouste est nommé architecte du Dépôt des marbres sur l'île des Cygnes et le 18 juin architecte de la bibliothèque Sainte-Geneviève.

En octobre de la même année, l'architecte reçoit la commande du nouveau bâtiment destiné aux collections de la bibliothèque Sainte-Geneviève. En décembre 1839, le projet pour la nouvelle bibliothèque Sainte-Geneviève est soumis au Conseil des bâtiments civils. Labrouste conçoit le frontispice de la Revue générale de l'Architecture et des Travaux Publics. Le projet pour la nouvelle bibliothèque Sainte-Geneviève est soumis et approuvé en 1840 par le Conseil des bâtiments civils à la fin du mois de janvier, mais sa présentation devant les chambres est en revanche ajournée. Labrouste est au même moment déclaré vainqueur dans la compétition pour la prison d'Alexandrie en Italie, qui ne fut pas réalisée.

Architecte de la cérémonie de la Translation des cendres de Napoléon en collaboration avec Visconti, Labrouste donne les dessins de l'embarcadère de Courbevoie, du bateau Catafalque-Char, des Champs-Élysées, du pont de la Concorde et de l'Esplanade des Invalides.

Tandis que le projet pour la nouvelle bibliothèque Sainte-Geneviève est ajourné, Labrouste est déclaré vainqueur de la compétition des abattoirs de Provins en 1841. Il reçoit la légion d'honneur pour sa participation à la Translation des cendres napoléoniennes.

Jugé l'un des meilleurs de dix projets, son dessin pour le Tombeau de Napoléon aux Invalides remporte la médaille d'or. L'année suivante, le projet original de la bibliothèque Sainte-Geneviève est de nouveau soumis et approuvé par le Conseil des bâtiments civils. Labrouste rejoint la Société centrale des Architectes, fondée deux ans auparavant.

La construction de la Bibliothèque Sainte-Geneviève

La bibliothèque Sainte-Geneviève à Paris

Son projet pour la nouvelle bibliothèque Sainte-Geneviève reçoit l'approbation définitive auprès des chambres en 1843. Les travaux de fondation commencent le 1er août de la même année. Deux ans plus tard, Labrouste entreprend la construction de la Colonie agricole de Saint-Firmin. Le 7 mars 1848, il est nommé membre de deux commissions : l'une, pour le ministère des Cultes, chargée du budget des édifices religieux, l'autre, de la forme à donner au tombeau de l'Empereur aux Invalides. Il conçoit également le jeton de la Société Centrale des Architectes. En 1849, Labrouste est élu vice-président de la Société centrale des architectes.

Le 4 février 1851, la nouvelle bibliothèque Sainte-Geneviève est ouverte au public. Le 23 février 1852, Labrouste est promu au rang d'officier de la légion d'honneur pour le bâtiment de la nouvelle Bibliothèque Sainte-Geneviève.

Dernières années

La salle Labrouste de la Bibliothèque nationale (site Richelieu)
En hommage à l'architecte, un monument a été érigé dans l'escalier de la bibliothèque Sainte-Geneviève.

Labrouste est successivement nommé architecte du séminaire de Rennes et de la Bibliothèque nationale, chantier pour lequel il succède à Visconti en 1854. Deux ans plus tard, le projet approuvé, la construction du séminaire de Rennes commence ; entre-temps, l'architecte a choisi de fermer son atelier parisien. Labrouste propose un projet d'agrandissement pour la Bibliothèque nationale dont la réalisation est entreprise à l'automne 1857. C'est le moment que l'architecte choisit pour séjourner à Londres où il visite longuement le British Museum. Le projet est approuvé en 1859, la construction de la nouvelle salle de lecture de la Bibliothèque nationale commence.

Labrouste édifie l'Hôtel Vilgruy sur la place François-Ier à Paris en 1865. C'est en remplacement d'Hittorf que Labrouste est finalement élu à l'Académie en 1867. La nouvelle salle de lecture de la Bibliothèque nationale ouvre au public le 2 juin 1868. Durant le mois de mai, Labrouste a été élu membre de l'Académie royale des architectes anglais. Cinq ans plus tard, il est aussi élu à la tête de la Société centrale des architectes ainsi qu'à l'American Institute of Architecture. Il installe en 1874, sur le palier de la nouvelle bibliothèque Sainte-Geneviève, un monument rendant hommage à Ulrich Gering, l'un des premiers imprimeurs parisiens. Labrouste meurt le 24 juin 1875 à Fontainebleau.

Notes et références

  1. Correspondance des directeurs de l'Académie de France à Rome, tome 1, p.28.
  2. Encyclopédie de l'Architecture et de la Construction

Ses réalisations

Ses écrits

  • Notes recueillies et classées par ses enfants, Paris, 1928

Lien externe

Sur les autres projets Wikimedia :


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Henri Labrouste de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Henri Labrouste — Biblioteca de Santa Genoveva en París …   Wikipedia Español

  • Henri Labrouste — Infobox Person name = Henri Labrouste image size = 100px caption = Portrait photograph of Labrouste in profile. birth name = birth date = 11 May 1801 birth place = Paris death date = 24 June 1875 (age 74) death place = death cause = resting place …   Wikipedia

  • Henri Labrouste — Die Bibliothek Sainte Geneviève in Paris Henri Labrouste (* 11. Mai 1801 in Paris; † 26. Juni 1875 in Fontainebleau) war ein französischer Architekt und Pionier des Eisenbaus …   Deutsch Wikipedia

  • Henri Labrouste — noun French architect who was among the first to use metal construction successfully (1801 1875) • Syn: ↑Labrouste • Instance Hypernyms: ↑architect, ↑designer …   Useful english dictionary

  • Labrouste — Die Bibliothek Sainte Geneviève in Paris Henri Labrouste (* 11. Mai 1801 in Paris; † 26. Juni 1875 in Fontainebleau) war ein französischer Architekt und Pionier des Eisenbaus …   Deutsch Wikipedia

  • Labrouste — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. François Marie Labrouste, membre du Conseil des Cinq Cents en 1796 puis du Tribunat jusqu’en 1807. Il eut trois fils Alexandre Labrouste (1796 1866),… …   Wikipédia en Français

  • Henri Blondel — Pour les articles homonymes, voir Blondel. Henri Blondel est un architecte français né à Reims, en 1821[1], mort en 1897. Il est le gendre de Charles Garnier. Sommaire 1 Biogra …   Wikipédia en Français

  • Labrouste — noun French architect who was among the first to use metal construction successfully (1801 1875) • Syn: ↑Henri Labrouste • Instance Hypernyms: ↑architect, ↑designer …   Useful english dictionary

  • Labrouste — (spr. brūst ), Henri, franz. Architekt, geb. 11. Mai 1801 in Paris, gest. daselbst 26. Juni 1875, bildete sich in den Ateliers von Vaudoyer und Lebas sowie an der Akademie der bildenden Künste und errang 1824 den großen Preis für Architektur.… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Labrouste —   [la brust], Henri, französischer Architekt, * Paris 11. 5. 1801, ✝ Fontainebleau 24. 6. 1875; studierte in Paris und 1824 30 an der Académie de France in Rom. Ab 1830 lehrte er in einem eigenen Atelier in Paris in Abkehr vom gängigen… …   Universal-Lexikon


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.