Helium 3


Helium 3

Hélium 3

L’hélium 3 (3He) est un isotope non radioactif d'hélium. Le noyau de l'hélium 3 est composé de seulement deux protons et d'un neutron. L'hélium 3 est très recherché pour la fusion nucléaire.

Cet élément est rare sur Terre. Issu de l'épisode de la nucléosynthèse primordiale aux premières minutes de L'Univers. Il n'est pas produit par les étoiles, il y est consommé comme le lithium, le béryllium et le bore. Il est présent dans les couches externes du Soleil,[réf. souhaitée] dont les éléments sont isolés des réactions de fusion du centre. Le vent solaire en envoie dans le restant du système solaire. Repoussé par le champ magnétique terrestre, son accumulation à la surface de la Lune est facilitée par l'absence d'atmosphère sur notre satellite.

Par conséquent, la Lune en détient en abondance : les réserves estimées seraient de l'ordre du million de tonnes. Il est incorporé au régolite ou enfoui en faible profondeur de la surface. Lorsqu'on sait que 25 tonnes permettent de satisfaire les besoins des États-Unis et de l'Union européenne pendant une année[1], que cette énergie permettrait aux Terriens de combler leurs besoins en énergie pour des centaines d’années, cela incite les enthousiastes à y voir un moteur puissant à son exploitation. Vision qui néglige les possibilités de substitution par d’autres moyens plus économiques et aussi plus durables : en effet, une tonne d’hélium 3 vaut plusieurs milliards de dollars, faisant de cette ressource, la seule digne d'intérêt commercial à une reconquête de notre satellite dans un avenir proche… La technologie pour exploiter cette ressource est encore balbutiante.

Sommaire

Propriétés physiques

L’hélium 3 pur est le liquide au point d’ébullition le plus bas qui existe, environ 3,2 K à pression atmosphérique.
On a longtemps cherché un état superfluide, que l’hélium 4 possède au point lambda à 2,1768 K. 3He devient superfluide en dessous de 2,65 mK ; il y aurait un 2e type de superfluidité en dessous de 1,8 mK.

Ces températures ne peuvent être atteintes simplement par pompage sur le liquide bouillant (en équilibre avec sa vapeur) car cette technique ne permet pas de descendre en dessous de 1 K pour l’hélium (il faudrait des volumes considérables).
Il y est utilisé la désaimantation adiabatique de sels paramagnétiques. Les 2 isotopes de l’hélium permettent aussi des frigos à dilution, car la dilution de 3He dans 4He (liquides) produit du froid.

Propriétés nucléaires

L'hélium-3 a la particularité d'être un fort absorbant de neutrons. Il est en conséquent utilisé sur certains réacteurs de recherche pour générer des transitoires rapides de puissance. Des tubes placés à l'intérieur d'un tel réacteur, sont remplis d'hélium-3. Ces tubes sont en communication avec un réservoir mis sous vide par l'intermédiaire de vannes. L'ouverture de ces vannes déclenche par conséquent une dépressurisation rapide d'hélium-3 dans le réacteur. Ceci se traduit par une « disparition » d'absorbant et par conséquent par une augmentation de la puissance. Cette augmentation subite de puissance est rapidement limitée effet Doppler neutronique.

La réaction d'absorption d'un neutron est la suivante :

{}_2^3\mathrm{He}+{}_0^1\mathrm{n}\to{}_1^3\mathrm{T}+{}_1^1\mathrm{p}

L'absorption d'un neutron par un noyau d'hélium-3 se traduit donc par la formation de tritium radioactif.

Cette propriété est notamment utilisée sur le réacteur CABRI, pour l'étude des accidents de réactivités des réacteurs à eau sous pression.

L'hélium-3 pourrait donc devenir dans un futur plus ou moins lointain, le carburant idéal des centrales nucléaires à fusion contrôlée, un des deux types de réaction thermonucléaire, permettant de produire des quantités considérables d'énergie propre, c'est-à-dire sans pollution chimique ni radioactive.

La fusion nucléaire de l'hélium-3 ne produit aucun déchet ou sous-produit radioactif, juste de l'hélium-4 et des protons (de l'hydrogène) :

{}_2^3\mathrm{He}+{}_2^3\mathrm{He}\to{}_2^4\mathrm{He}+2\;{}_1^1\mathrm{p}

Utilisation en géochimie isotopique

L’hélium 3 a été piégé dans la planète lors de sa formation. Mais de l’hélium 3 est aussi ajouté aux réserves terrestres par la poussière de météorites, principalement collectée à la surface des océans. Toutefois, 3He est dégazé des sédiments océaniques durant la subduction, ainsi l’apport cosmogénique de 3He n’affecte pas les concentrations du manteau.

L’hélium 3 est aussi produit par bombardement des rayons cosmiques, et par les réactions de spallation du lithium qui se produisent dans la croûte. La spallation du lithium est le procédé par lequel un neutron de haute énergie bombarde un noyau d'atome de lithium, créant un 3He et un 4He. Mais ceci demanderait des quantités significatives de lithium pour affecter le rapport 3He/4He. C’est ainsi que si l’3He était produit en quantité par l’industrie humaine, la séparation isotopique donnerait des quantités trop faibles de produit par rapport à la masse traitée.

Tout l’hélium dégazé finit par se perdre dans l’espace, car dans l'exosphère, ses atomes (et ions) ont des vitesses moyennes non négligeables devant la vitesse d'évasion de la Terre. Par conséquent, l’hypothèse que les volumes et rapports de l’hélium dans l’atmosphère terrestre sont restés globalement stables est inexacte : l’hélium atmosphérique est de plus en plus pauvre en 3He, car il s’épuise peu à peu, alors que l’4He est sans cesse produit par radioactivité même si c’est à un rythme en ralentissement.

On a observé que l’hélium 3 est présent dans les émissions volcaniques et les échantillons de roches de dorsales océaniques. L’hélium 3 est présent dans la croûte terrestre depuis sa formation. Il est associé au manteau et est considéré comme un marqueur de provenance de sources profondes.

Du fait de similitudes à la chimie magmatique de l’hélium et du carbone, le dégazage de l’hélium demande la perte de composants volatils (eau, CO2) du manteau, ce qui se produit à des profondeurs de moins de 60 km. Cependant, 3He est transporté à la surface principalement piégé dans des cristaux d’inclusions fluides.

L’hélium 4 est produit par la désintégration d'éléments radioactifs comme l’uranium (émission alpha), on dit qu’il est radiogénique. La croûte continentale est enrichie en ces éléments par rapport au manteau, et par conséquent plus d’hélium 4 est produit dans la croûte que dans le manteau.

Le rapport (R) de 3He sur 4He est souvent utilisé pour représenter la teneur en 3He. On peut comparer R avec le rapport actuel de l’atmosphère (Ra).

On mesure les valeurs moyennes suivantes de R/Ra :

  • Croute continentale ancienne : moins de 1
  • Basaltes des dorsales (MORB): 7 à 9
  • Roches de points chauds: 5 à 42
  • Eaux douces terrestres et de mer : 1
  • Eaux des formations sédimentaires: moins de 1
  • Eaux thermales : 3 à 11

On utilise le rapport 3He/4He en géochimie isotopique pour dater des eaux souterraines, estimer leurs flux, pister la pollution des eaux, et avoir un aperçu des processus hydrothermaux en géologie des roches ignées et des dépôts de minerais. On l’utilise aussi pour apporter des appuis à la théorie des panaches.

Références

  1. Quantités nécessaires (http://www.enerzine.com)[1]
  • Portail de la physique Portail de la physique
Ce document provient de « H%C3%A9lium 3 ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Helium 3 de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Helium — Hélium Traduction à relire Helium → …   Wikipédia en Français

  • Hélium 4 — Hélium Traduction à relire Helium → …   Wikipédia en Français

  • Hélium-3 — L’hélium 3 (3He) est un isotope non radioactif d hélium. Le noyau de l hélium 3 est composé de seulement deux protons et d un neutron. L hélium 3 est très recherché pour la fusion nucléaire. Cet élément est rare sur Terre. Issu de l épisode de la …   Wikipédia en Français

  • hélium — [ eljɔm ] n. m. • 1868; lat. sc., du gr. hêlios « soleil » ♦ Chim., phys. Élément chimique (He; no at. 2; m. at. 4), gaz rare très léger, ininflammable. L hélium, rare dans l atmosphère, est abondant dans la chromosphère et les étoiles. L hélium… …   Encyclopédie Universelle

  • Helium V — Entwickler Helium V IT Solutions GmbH Betriebssystem Windows, Linux, Mac OS X Kategorie ERP Lizenz AGPL, Commercial …   Deutsch Wikipedia

  • Helium — He li*um (h[=e] l[i^]*[u^]m), n. [NL., fr. Gr. h lios the sun.] (Chem.) An inert, monoatomic, gaseous element occurring in the atmosphere of the sun and stars, and in small quantities in the earth s atmosphere, in several minerals and in certain… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Helium — Sn (ein farbloses Edelgas) erw. fach. (19. Jh.) Neoklassische Bildung. Neubildung englischer Naturwissenschaftler zu gr. hḗlios m. Sonne . So benannt, weil die Spektrallinien mit denen eines auf der Sonne nachgewiesenen Elements identisch sind.… …   Etymologisches Wörterbuch der deutschen sprache

  • Helium 3 — (también escrito como Helium 3 y abreviado como He3 o He 3) es un sello discográfico inglés. Formado por banda de rock alternativo Muse en 2006, Helium 3 es un subdivisión de Warner Music Group, uno de los cuatro grandes las compañías… …   Wikipedia Español

  • HELIUM — ostium Rheni, quod et Occ. et Mosae ostium, erat iuxta Helium castr. in parte Austr. Bataviae, ubi urbs Brilla est. Nunc die Maes incolis, Ortel. Secundum Voss. Batavis Hiel unde; vicus Wiidhiel, ubi latius Helus, seu Hilus fluit: item Bree hiel …   Hofmann J. Lexicon universale

  • Helium [1] — Helium, der Gruppe der Edelgase angehörend, He = 3,94 At. Gew. Spez. Gew. 0,137 (Luft = 1), ein von Ramsay und Travers in der Atmosphäre aufgefundenes Element. Von Normann Lockyer auf Grund spektralanalytischer Beobachtungen auf vielen Fixsternen …   Lexikon der gesamten Technik


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.