Hasard


Hasard
Icône de paronymie Cet article possède des paronymes, voir : Hazard et Azhar.
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne le concept de hasard. Pour le roman de J. M. G. Le Clézio, voir Hasard (roman).

Le hasard exprime un manque de cause à effet d'un événement. On parle de hasard :

  • quand on se retrouve dans une situation imprévue (« On s'est rencontré par hasard »), Lorsqu'on décrira un événement grave non prévisible dans le temps uniquement, on parlera de fatalité (« Cela devait arriver un jour »),
  • quand on ne sait pas ce qui va se passer (« C'est le hasard qui décidera ! »),
  • quand on ne souhaite pas entrer dans le détail des causalités.

Deux incertitudes sont connotées par le terme : celle sur les causes (si causes il y a), et celle sur les conséquences (si conséquences il y a). Un des moments les plus connus du hasard (et ce, depuis l'Antiquité), même s'il est régi par des lois statistiques bien définies, est celui d'en jouer, et spécialement, d'y miser des opportunités escomptées par l'organisation de jeux d'argent. Il y a une évolution dans la compréhension du hasard. Beaucoup d'événements qui auraient été considérés comme un hasard il y a plusieurs siècles ne le sont plus suite aux découvertes socio-culturelles, scientifiques ou psychologiques. Dans une perspective déterministe, la notion de hasard est uniquement liée à l'incapacité à appréhender complètement certains phénomènes dans leur complexité naturelle et donc à les prévoir infailliblement. Cette impossibilité de prévoir et de contrôler constitue un péril potentiel : voir étymologie.

Le hasard est exprimé différemment lorsqu'il consiste en une expérience spirituelle subjective. On parle alors de providence, de destin, de congruence, de synchronicité, de fatalité, etc.

Sommaire

Étymologie

Les jeux de dés sont des jeux de hasard

Hasard est un mot qui vient de l'arabe al-zahr signifiant à l'origine dés et ayant pris la signification de chance car il désigna jusqu'au XIIe siècle un jeu de dés, mais aussi par métaphore tous les domaines relevant de la « science de la Chance » (Averroès).

Le mot se charge de nouvelles significations, et notamment de celle de danger. Déjà perceptible dans le mot hasardeux, ce nouveau sens est devenu le noyau sémantique de l'anglais hazard.

Le hasard en sciences

Si on tient compte du point de vue déterministe des sciences, tout phénomène a nécessairement une cause. Donc, on ne peut qualifier de hasardeux que les systèmes dynamiques dont le niveau de complexité est tel que l'esprit humain ne peut en déterminer le devenir (exemple: le mouvement, ou la sortie des boules du Loto). On peut dire que le hasard s'applique aux systèmes obéissant à la théorie du chaos.

Le hasard dans différents domaines scientifiques

L'apparition de l'espèce humaine est-elle due au hasard?

Selon Nicolas Gauvrit[1], les domaines qui, en mathématiques, peuvent nous apprendre quelque chose sur le hasard sont

  • Les probabilités (qui englobent la théorie ergodique)
  • Les systèmes dynamiques (dont la théorie du chaos)
  • La théorie des graphes
  • La sémantique de Kripke en logique
  • La théorie algorithmique de l'information, en informatique théorique

Les sciences exactes sont celles qui cherchent à réduire le plus l'effet de hasard :

  • En statistique, on parle de variables aléatoires, c'est-à-dire de distributions de probabilité,
  • En informatique, le terme hasard peut paraitre assez incongru, mais lorsque l'on parle de hasard, on veut surtout parler de génération de nombres pseudo-aléatoires : la logique qui les sous-tend est supposée suffisamment éloignée du problème où on les injecte pour ne pas se distinguer d'une suite réellement aléatoire,
  • En mathématiques, les décimales de pi n'ont rien d'aléatoire, mais la distribution des chiffres ou des groupes consécutifs de N chiffres de ses décimales ont cependant les caractéristiques d'un phénomène aléatoire.
Article détaillé : Variable aléatoire.

Les systèmes chaotiques et hasardeux régissent un grand nombre de phénomènes naturels :

Les sciences humaines et sociales comportent une forte part de hasard :

  • en économie, le manque de prévisions fiables montre que cela dépend du hasard,
  • en sociologie, les sondages se font sur des personnes tirées au hasard.
  • en psychologie, la théorie dite des probabilités subjectives étudie la manière dont nous percevons le hasard.

Comment vaincre le hasard ?

  • Plus on considère un grand nombre d'événements ou des échantillons importants, plus on réduit l'effet de hasard. Par exemple, si on tire mille fois à pile ou face, la configuration la plus probable est d'avoir autant de fois le résultat pile que le résultat face (sa probabilité est de 0,0080[précision nécessaire]). Plus on réalise de lancers, plus l'événement :obtenir un nombre de résultats pile et de résultats face proches est probable (pour 1000 lancers, la probabilité que la différence entre ces deux valeurs soit moins de 20 est 0,49 ; pour 10000 lancers, la probabilité que la différence entre ces deux valeurs soit moins de 200 est 0,96). En termes mathématiques, ces résultats sont donnés par la loi des grands nombres, par exemple.

Tentative de définition

Il est intéressant de noter la définition du hasard que donne Aristote dans Leçons de Physique:

« il y a une foule de choses qui se produisent et qui sont par l’effet du hasard et spontanément », mais affirme que « le hasard, ni rien de ce qui vient du hasard ne peut être la cause des choses qui sont nécessairement et toujours ou des choses qui arrivent dans la plupart des cas »,

En d'autres mots pour Aristote le hasard ne peut provenir que du hasard. Il est intéressant de mettre cette définition en parallèle avec celle que donne Cournot au XIXe siècle, qui dé­finissait le hasard, dans une proposition devenue célèbre, comme la “rencontre de deux séries causales indépendantes”. Les événements en eux-mêmes sont supposés tout à fait déterminés quant à leur cause et à leur effet ; c’est de leur rencontre imprévisible, de l’intrusion d’une nou­velle causalité indépendante dans le déroulement d’un processus que naît le hasard. Par exemple :

  • Si la pluie a fait des dégâts au toit d'une maison, et que de fil en aiguille, de cause à effet, une tuile vient à s'en détacher, on se trouve dans une « série causale ».
  • S’il se met à faire beau (après la pluie, le beau temps), et que je décide de partir me promener, on se trouve dans une autre série, une autre « histoire ».
  • Si je prends la tuile sur le coin de la tête, c'est que le hasard a fait se rencontrer deux processus qui tout d'un coup concordent et dans le temps et dans l'espace.

Cette définition du hasard est à relier à la théorie du chaos qui traite de systèmes totalement déterministes mais qui ont néanmoins un comportement chaotique qui peut s'interpréter comme du hasard.

Mesure du hasard

Scientifiquement, l’acquisition des possibilités de traite­ment des grands nombres a permis d’étudier les conditions de l’appa­rition et du développement des formes de hasard :

On y trouve un écho de la philosophie pré-socratique selon laquelle Tout ce qui existe est le fruit du hasard et de la nécessité.

Le hasard du mouvement et de la rencontre des atomes les uns avec les autres, déjà exposé chez Démocrite, sera revisité par la mécanique quantique, pour laquelle le hasard ne peut se définir que là où il y a un observateur (les fonctions d'onde sont en effet parfaitement déterminées ; seule leur réalisation est aléatoire).

  • Il importe de ne pas confondre le chaos et le hasard : le comportement erratique de systèmes résulte d’un enchevêtrement de séries causales engendrant des conflits d’actions, qui semblent indépendantes car trop complexes pour être analysées. Le hasard, lui, exprime simplement une absence d'information, que celle-ci puisse exister ou non. Néanmoins, les systèmes chaotiques sont couramment utilisés dans les générateurs de hasard.
  • La complexité n’intervient pas non plus en tant que telle : on peut créer nombre de modèles extrême­ment simples, et qui obéissent pourtant à un processus imprévisible, ou dont le comportement paraît déconcertant (voir Fourmi de Langton). Une fonction d’émergence se manifeste souvent dans les systèmes complexes observés, et a suggéré la notion d'auto-organisation.

Le hasard peut souvent être transcrit en lois probabi­listes. Probabilités et statistiques permettent une plus fine observation du monde et donc des projections plus rigoureuses dans l’avenir.

Mais une distinction fondamentale doit être faite quant aux différentes formes de hasard : comme le montre Mandelbrot dans Hasard , fractales et finance[2], il existe deux types de hasard, le hasard « bénin » et le hasard « sauvage ». Pour le hasard bénin, quand le nombre d'observations augmente, les fluctuations sont de moins en moins importantes (c'est la loi des grands nombres), la loi est gaussienne (c'est le théorème central limite) et le présent est indépendant du passé suffisamment éloigné[3]. Le hasard « sauvage » est très différent puisque qu'il correspond à des lois ou une simple observation peut changer une moyenne faite de plusieurs milliers d'observations, il rend compte des évènements « catastrophiques » ou « pathologiques ».

« [le hasard sauvage] est très vilain, car il ne permet pas de raisonner en termes de moyennes. Si vous prenez dix villes de France au hasard et si vous ratez Paris, Lyon et Marseille, vous allez faire chuter la taille moyenne dans votre échantillon. Si vous prenez dix villes, dont Paris et neuf villages, la moyenne n'autorise aucune conclusion sur les populations de villes tirées au hasard. » (B. Mandelbrot[4])

Cette différence montre que l'inférence statistique, c'est-à-dire le fait de déduire d'un échantillon de données de l'information sur le processus qui génère cet échantillon, est une opération éminemment complexe en statistique inférentielle.

Utilité et utilisation du hasard

On utilise le hasard afin de simplifier les analyses, mais pas seulement : de nombreux phénomènes réels étant imprévisibles, on a besoin de savoir utiliser le hasard si on veut les copier ; c'est notamment le cas pour les simulations.

Les théories des jeux prennent en compte le hasard. Celle des jeux économiques, de John von Neumann et d'Oskar Morgenstern, montre que les stratégies optimales pour contrer un adversaire sont parfois des stratégies mixtes : il est difficile de prévoir vos mouvements si vous les tirez au hasard, mais encore faut-il effectuer ce tirage d'une façon optimale pour vous et le moins favorable possible pour votre adversaire. Voir Point selle.

La compréhension et la maîtrise des jeux de hasard nécessitent quant à elles une bonne modélisation du hasard.

Les méthodes de calculs numériques basées sur le hasard sont nommées Méthodes de Monte-Carlo.

Méthodes de Monte-Carlo

Article détaillé : Méthode de Monte-Carlo.

Ces méthodes utilisent des nombres aléatoires pour simuler des situations, calculer des intégrales ou résoudre des équations aux dérivées partielles.

Les méthodes de Monte-Carlo sont particulièrement utilisées en physique, où l'on calcule des algorithmes qui permettent ensuite d'analyser des résultats d'expériences.

Génération de hasard

Puisqu'on utilise le hasard, il serait plus pratique de pouvoir directement le produire, ceci à des fins d'efficacité. Pour cela, on peut par exemple utiliser :

  • des phénomènes imprévisibles : dés, roulette, loto ;
  • des opérations mathématiques imprévisibles à l'intérieur d'algorithmes : division euclidienne, congruence, carré ;
  • des processus physiques : radioactivité, lame semi-réfléchissante...

Toutes ces méthodes ne génèrent qu'un pseudo-hasard, presque indéterminable, ou seulement partiellement indéterminable.

Citations

  • « C'est bien une habitude de l'homme que de mettre de la pensée là où la nature a jeté du hasard! », Jérôme Touzalin
  • « Ce que nous appelons hasard n’est et ne peut être que la cause ignorée d’un effet connu. », Voltaire
  • « Le hasard est un grand railleur. », Théophile Gautier
  • « Le hasard, c'est peut-être le pseudonyme de Dieu quand il ne veut pas signer. », Théophile Gautier
  • « Le hasard, c'est le déguisement que prend Dieu pour voyager incognito. », Albert Einstein
  • « Le hasard pur, le seul hasard, liberté absolue mais aveugle, à la racine même du prodigieux édifice de l'évolution. », Jacques Monod
  • « Le hasard, ce dieu inconnu, qui joue un si grand rôle dans ma vie...  », Hector Berlioz
  • « Il n'y a point de hasard dans le gouvernement des choses humaines, et la fortune n'est qu'un mot qui n'a aucun sens. », Bossuet
  • « Le hasard est le plus grand romancier du monde ; pour être fécond, il n'y a qu'à l'étudier. », Honoré de Balzac
  • « Les gens qui veulent fortement une chose sont presque toujours bien servis par le hasard. », Honoré de Balzac
  • « On est jamais aussi bien servi que par le hasard. », Honoré de Balzac
  • « Le hasard ne conçoit pas, n'ajuste pas, n'organise pas. Le hasard ne fait que de la bouillie. », René Barjavel
  • « Les hommes croient choisir leur femme : c'est toujours la femme qui harponne. Mais sa décision n'est pas libre non plus. Elle est le résultat des rencontres, des humeurs, du milieu. On se marie par hasard. Il y a des hasards heureux. », René Barjavel
  • « Il n'y a pas de hasard dans l'art non plus qu'en mécanique. », Charles Baudelaire
  • « Le hasard, c'est le purgatoire de la causalité. », Jean Baudrillard
  • « Hasard ! Dieu méconnu ! Les Anciens t'appelaient destin ! Nos gens te donnent un autre nom... », Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais
  • « Ce que nous appelons hasard, c'est peut-être la logique de Dieu. », Georges Bernanos
  • « Le hasard nous ressemble. », Georges Bernanos
  • « Le hasard a des caprices, jamais on ne lui vit d'habitudes. », Joseph Bertrand
  • « Il n'y a pas de hasard, parce que le hasard est la Providence des imbéciles, et la Justice veut que les imbéciles soient sans Providence. », Léon Bloy
  • « Le hasard, ce sont les lois que nous ne connaissons pas. », Émile Borel
  • « Toutes les rencontres se font par hasard. », Jean-Louis Bory
  • «  Le hasard serait la forme de manifestation de la nécessité extérieure qui se fraie un chemin dans l'inconscient humain. », André Breton
  • « La seule divinité raisonnable, je veux dire le hasard. », Albert Camus
  • « Le hasard dans certains cas, c'est la volonté des autres. », Alfred Capus
  • « Les hommes de sciences ignorent où ils vont. Ils sont guidés par le hasard, par des raisonnements subtils, par une sorte de clairvoyance. », Alexis Carrel
  • « Quelqu'un disait que la Providence était le nom de baptême du Hasard, quelque dévot dira que le Hasard est un sobriquet de la Providence. », Sébastien-Roch Nicolas de Chamfort
  • « Le hasard des événements viendra troubler sans cesse la marche lente, mais régulière de la nature, la retarder souvent, l'accélérer quelquefois. », Marie Jean Antoine Nicolas de Caritat marquis de Condorcet.
  • « La vie de l'homme dépend de sa volonté: sans volonté, elle serait abandonnée au hasard. », Confucius
  • « Le hasard est plus docile qu'on ne pense. Il faut l'aimer. Et dès qu'on l'aime, il n'est plus hasard, ce gros chien imprévu dans le sommeil des jeux de quilles. », René Daumal
  • « «Hasard» est le nom que Dieu prend quand il ne veut pas qu'on le reconnaisse. », Albert Einstein
  • « Le hasard n'existe pas, tout a une cause et une raison d'être. », Ostad Elahi
  • « Il n'y a pas de hasard, il n'y a que des rendez-vous. », Paul Éluard
  • « Partout où le hasard semble jouer à la surface, il est toujours sous l'empire de lois internes cachées, et il ne s'agit que de les découvrir. », Friedrich Engels
  • « Le hasard est le maître de l'humour. », Max Ernst
  • « ... il faut tenir le hasard pour un dieu et les dieux pour moins puissants que le hasard. », Euripide
  • « Il n'y a pas de hasard dans ce monde, tout n'est que fatalité. », CLAMP
  • « Un coup de dés jamais n'abolira le hasard. », Stéphane Mallarmé.
  • « Quel homme de bon sens peut regarder le hasard comme un être intelligent ? Et puis, qu'est-ce que le hasard ? Rien ! », Allan Kardec.
  • « Le hasard est donc le mécanisme se comportant comme s'il avait une intention. », Bergson, Les deux sources de la morale et de la religion, p. 155.

« De choses répandues au hasard, le plus bel ordre, l'ordre-du-monde. »

— Héraclite d'Éphèse (vers -500)

Voir également

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références

  1. vous avez dit hasard ? Entre mathématiques et psychologie
  2. B. Mandelbrot, Hasard , fractales et finance, Champs Flammarion, 1997
  3. [1]Les modèles fractales en finance, bulletin de la banque de France, n°183.
  4. [2] Extrait d'interview de B. Mandelbrot publié dans Libération en 1998.

Bibliographie



Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Hasard de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • HASARD — Le hasard, que le calcul des probabilités a permis de maîtriser partiellement, apparaît d’abord comme un caractère fondamental de l’existence. Dans la mesure où l’incertitude enveloppe l’idée de risque, on a tenté de la réduire, dans le domaine… …   Encyclopédie Universelle

  • *hasard — ● hasard nom masculin (espagnol azar, de l arabe az zahr, le dé) Puissance considérée comme la cause d événements apparemment fortuits ou inexplicables : Rien n a été laissé au hasard. Circonstance de caractère imprévu ou imprévisible dont les… …   Encyclopédie Universelle

  • hasard — Hasard, Sors, Cleros, siue Clerus. Tout jeu de hasard, Alea. Essayer le hasard de la guerre, Experiri certamen. Qui fait mestier de jouër à jeux de hasard, Aleator. Se mettre au hasard, Aleam sequi, Adire fortunam, Committere se fortunae. Là… …   Thresor de la langue françoyse

  • Hasard — (Hasardspiel) Sn gewagtes Spiel/Unternehmen per. Wortschatz fremd. Erkennbar fremd (17. Jh.) Entlehnung. Entlehnt aus frz. jeu de hasard m. (eine Art Würfelspiel), dieses über span. azar aus arab. az zahr Würfel zum Spielen ; arab. zahr ist… …   Etymologisches Wörterbuch der deutschen sprache

  • Hasard — Has ard ( [ e]rd), n. Hazard. [Obs.] Chaucer. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Hasard — (franz., spr. asār, span. azār, v. arab. āssar, Würfel, also eigentlich »Würfelspiel«), Zufall, Geratewohl; au h., auf gut Glück; hasardieren, aufs Geratewohl etwas tun, wagen …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Hasard — (Hazard, frz., spr. asahr), Ungefähr, glücklicher Zufall, Wagnis; hasardieren, wagen, aufs Spiel setzen. – Hasardspiele, Glücksspiele, alle Spiele mit Karten, Würfeln oder Nummern, deren Ausgang allein oder wesentlich vom Zufall abhängt, z.B.… …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Hasard — Hasard,das:H.spielen:⇨wagen(2) …   Das Wörterbuch der Synonyme

  • hasard — (ha zar ; le d ne se prononce pas et ne se lie pas : un ha zar heureux ; au pluriel, l s ne se lie pas : des ha zar heureux ; cependant quelques personnes la lient : des ha zar z heureux) s. m. 1°   Sorte de jeu de dés (sens propre et ancien,… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • HASARD — s. m. (H s aspire.) Fortune, sort ; cas fortuit, imprévu. S en remettre au hasard. S abandonner au hasard. Donner, mettre quelque chose au hasard. C est un pur effet du hasard. Le hasard voulut que... Coup de hasard. Ce sera un grand hasard si… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)