Haine


Haine
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Haine (homonymie).

La haine est une hostilité très profonde, une exécration ou une aversion intense envers quelqu'un ou quelque chose[1].

Calculée, froide et systématique, la haine se distingue de la simple inimitié, plus spontanée et affective, par une composante émotionnelle supposée très forte.

Sommaire

Définitions

Le philosophe espagnol José Ortega y Gasset définit la nature de la haine : « Haïr, c'est tuer virtuellement, détruire en intention, supprimer le droit de vivre. Haïr quelqu'un, c'est ressentir de l'irritation du seul fait de son existence, c'est vouloir sa disparition radicale. » Il précise ses modalités : « La haine sécrète un suc virulent et corrosif. [...] La haine est annulation et assassinat virtuel - non pas un assassinat qui se fait d'un coup ; haïr, c'est assassiner sans relâche, effacer l'être haï de l'existence »[2].

Alain Finkielkraut affirme que la haine est pire encore que l'intolérance à la diversité : elle « manifeste l'intolérance du moi devant sa propre responsabilité »[3].

La psychanalyste Marie-Claude Defores considère la haine comme une force délibérément déstructurante et déshumanisante, arme principale de la perversion : « Il est important de distinguer l'agressivité, qui est une pulsion de vie, de la haine, qui est une force de dépersonnalisation... La haine peut prendre les formes les plus socialisées ; elle refuse le nouveau, tourne vers le passé, produit la répétition et dépersonnalise »[4].

Heitor de Macedo le confirme : « La haine n'attrape pas la vérité, elle l'enserre à l'intérieur d'une pensée immobile où plus rien n'est transformable, où tout est pour toujours immuable : le haineux navigue dans un univers de certitudes »[5].

Saverio Tomasella relie la haine au fantasme, notamment aux fantasmes sociaux de « normalité ». La haine est un puissant moteur de « réussite sociale » et de prise de pouvoir, à l'œuvre autant dans les entreprises, que dans les institutions religieuses et les partis politiques.

« L'un des principaux leviers de la haine concerne la condamnation sans appel, comme une assignation d’identité. L'accusation qui annule l’autre sous-entend : je sais qui tu es ; je dis que tu ne vaux rien, tu ne vaux rien. » Le discours haineux tue ; il n’est pas une parole mais un acte destructeur[6].

La haine s'impose de façon déguisée. « Elle ne peut être perçue qu’à partir de l’impact de son intention sur l’âme résonnant dans l’intériorité sous forme de sensations et d’images comme le froid, le figé, l’immobilisation, la pétrification, ce qu’illustre le rêve. La haine, monde de la négation de l’âme, exclut ce qui en est son expression, le sentiment, et empêche la manifestation de ses qualités : mobilité, chaleur et liberté. » [7]

A ce titre, il est possible de définir la haine comme la négation radicale d'une personne. Elle correspond à l'intention de détruire l'autre, en l'attaquant dans son être et son humanité.

Un prétexte fréquent donné à la haine est d'accuser la partie adverse d'en être elle-même animée. En tant qu'accusation, elle est en ce sens un outils de manipulation des masses. Orwell en donne un exemple avec le personnage de Goldstein dans 1984, que le régime utilise pour dériver vers un autre objet que lui le mécontentement de sa population.

Précisions

L'amour est fréquemment proposé comme l'antagoniste de la haine. D'autant que « la littérature psychologique a souvent conduit à la création de dualités qui ferment la pensée et bloquent les potentialités de transformation. Ainsi, l'ambivalence très courante entre les mouvements tendres et les mouvements hostiles envers une personne a été réduite à l'opposition factice entre amour et haine. Pourtant, la force créatrice et lumineuse de l'amour humain, au-delà des pulsions sexuelles, est une réalité d'un tout autre registre que les attaques destructrices et sournoises de la haine. L'amour et la haine ne peuvent pas être opposées : elles n'appartiennent pas au même domaine existentiel »[8].

Plus précisément, ce pourrait être la compassion qui serait l'antagoniste de la haine, par l'universalité intrinsèque de sa nature : la compassion, en s'adressant à tout humain, serait l'opposé de la haine, négation de l'humain. Quant au contraire de l'amour, C.G. Jung précise qu'il s'agit du pouvoir, donc plus largement de la perversion.

« L’arme de la perversion est le mensonge. » Le mensonge est « cet acte qui prend la forme de la négation : il est dénié, c’est le déni du déni ; il est le bras armé de la haine. [...] Ce déni est un acte abstrait, efficace, né de la fiction. Il oppose à la réalité vivante et pleine d’énergie une non-réalité sans énergie comme de l’antimatière, qui agissant par obstacle, empêche le déploiement de la vie »[9].

La haine est souvent confondue avec la rage, qui est une réaction à une situation éprouvante, découlant des injonctions de l'entourage ou des obligations dictées par l'environnement.

Dans le langage courant, « avoir la haine » désigne un état de fureur causé par une réaction incontrôlable à une situation ou une personne qui a porté un tort considérable à celui ou celle qui en est la cible. Il s'agit d'une dénomination argotique de la colère ou de la rage.

L'intolérance, l'exclusion, le fanatisme, le blasphème, le viol, la torture et le meurtre, sont souvent associés à la haine. Le génocide, ou nettoyage ethnique, en constituent des manifestations sous couvert en général de prétextes ethniques et religieux. Les préjugés peuvent s'accompagner ou non de haine.

Bibliographie

Références

  1. Dictionnaire de la langue française "Littré", 2010
  2. J. Ortega y Gasset, Etudes sur l'amour (1926), Payot, 2004, pp. 38-41.
  3. A. Finkielkraut, La sagesse de l'amour, Gallimard, 1984, p. 162.
  4. M.-C. Defores, Le chemin de connaissance, CVR, Gretz, 2005, p. 39.
  5. H. O'Dwyer de Macedo, Lettres à une jeune psychanalyste, Stock, 2008, p. 340.
  6. S. Tomasella, Le sentiment d'abandon, Eyrolles, 2010, p. 92.
  7. M-C Defores, Y. Piedimonte, La constitution de l'être, Bréal, 2009, p. 150.
  8. C. Hardy, S. Tomasella, Habiter son corps, Eyrolles, 2006, p. 141.
  9. M-C Defores, Y. Piedimonte, La constitution de l'être, p. 157.

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Haine de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • haine — [ ɛn ] n. f. • haïneXIIe; de haïr 1 ♦ Sentiment violent qui pousse à vouloir du mal à qqn et à se réjouir du mal qui lui arrive. ⇒ antipathie, aversion, détestation, exécration, hostilité, répulsion, ressentiment; phobie. « La haine, c est la… …   Encyclopédie Universelle

  • *haine — ● haine nom féminin (de haïr) Sentiment qui porte une personne à souhaiter ou à faire du mal à une autre, ou à se réjouir de tout ce qui lui arrive de fâcheux : Vouer à quelqu un une haine implacable. Aversion profonde, répulsion éprouvée par… …   Encyclopédie Universelle

  • haine — Haine, Odium. Particuliere haine, Priuatum odium. Haine notoire et apparente, Insigne odium. Une haine cachée et fort grande qu on retient en son coeur, Intestinum odium. Une haine cachée et dissimulée, Compressum atque tacitum odium, Occlusum… …   Thresor de la langue françoyse

  • haine — Haine. s. f. Mauvaise volonté que l on a contre quelqu un. La haine du prochain. haine mortelle. haine enracinée. vieille haine. haine couverte. haine declarée. avoir de la haine pour quelqu un. porter de la haine à quelqu un. nourrir de la haine …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Haîne — Haine Pour les articles homonymes, voir Haine (homonymie) …   Wikipédia en Français

  • Haine — bezeichnet: einen Fluss im belgisch französischen Grenzgebiet, siehe Haine (Fluss) einen Ort in der deutschen Gemeinde Allendorf (Eder), siehe Haine (Allendorf) Siehe auch: Hayne, Heine, Heyne, Haina …   Deutsch Wikipedia

  • Haine — (spr. Hähn), 1) Fluß in Hennegau (Belgien); entspringt bei Fontaine l Evêque, nimmt die Trouille auf, wird durch Schleußen zum Theil schiffbar, fällt nach einem Lauf von 15 Stunden bei Condé in die Schelde. Dieser Fluß hat dem Lande Hainaut… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Haine — (spr. ǟn ), Fluß in der belg. Provinz Hennegau, entspringt bei Anderlues, 183 m hoch, fließt nach W. und mündet nach 70 km langem Lauf in Frankreich unterhalb Condé rechts in die Schelde. Sie nimmt links die Trouille und den Ogneau auf und ist… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • haine — (hê n ) s. f. 1°   Action de haïr. •   Au lieu de répondre par la haine à la haine que me portent mes rivaux, je sens que je dois me venger d eux en leur faisant du bien et du plaisir, POUSSIN Lett. 6 juin 1642. •   La haine que les coeurs… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • HAINE — s. f. (H s aspire.) Action de haïr, inimitié ; passion qui fait haïr. Haine invétérée. Haine mortelle. Haine implacable. Haine enracinée. Vieille haine. Haine couverte. Haine déclarée. Sujet de haine. Avoir de la haine pour quelqu un, contre… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)