Guy Millière


Guy Millière
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Millière.

Guy Millière (né en 1950 à Marseille) est un écrivain et essayiste français, défenseur des idéologies du sionisme, du libéralisme économique et du néoconservatisme.

Sommaire

Biographie

Guy Millière enseigne à l’Université Paris-8[1] où il est rattaché à l’UFR « culture et communication »[2].

Guy Millière appartient à différents think-tanks néo-conservateurs et libéraux ou pro-israéliens. Il est éditorialiste à la Metula News Agency et à Israël Magazine. Il publie une chronique dans le journal Les 4 Vérités. Il est traducteur et adaptateur en langue française du site de Daniel Pipes. Il a participé aux travaux de l’American Enterprise Institute et de l’Hoover Institution. Il a été conférencier pour la Banque de France, membre du comité de rédaction d’Outre-terre, revue de géopolitique dirigée par Michel Korinman. Il a participé à l’édition d’ouvrages libéraux contemporains comme La constitution de la liberté de Friedrich Hayek en 1994 dans la collection Liberalia, puis dans la collection « Au service de la liberté » qu’il a créée aux éditions Cheminements en 2007. Il a également été rédacteur en chef de la revue éponyme Liberalia de 1989 à 1992. Il a été vice-président de l’Institut de l’Europe libre ainsi que Président et membre du conseil scientifique de l’Institut Turgot. Il fait partie du comité directeur de l’Alliance France-Israël présidée par Gilles-William Goldnadel.

Guy Millière est, avec Yves Roucaute, l’un des universitaires français qui ont soutenu George Bush aux élections présidentielles américaines de 2000 et 2004, et avait, dans l’un de ses ouvrages, prévu sa réélection en 2004. Il avait également publié des articles souhaitant l’élection du candidat du parti républicain en 2008, et lui avait apporté son soutien[3]. Il a soutenu l’invasion de l’Irak en 2003, en reprenant l’argumentaire de la présence d’armes de destruction massive dans ce pays et du caractère inhumain et dangereux de la dictature de Saddam Hussein. Il reprend depuis plusieurs années les thèses néo-conservatrices : les États-Unis doivent contribuer à une recomposition du monde (et notamment du monde arabe) y compris par des moyens militaires, et cette recomposition est présentée comme une dissémination de la démocratie. C’est un discours assez partagé parmi les néo-conservateurs[4].

Dans l'émission Ce soir (ou jamais !) du 27 octobre 2010, Guy Millière affirme que certains documents publiés par le site WikiLeaks prouveraient l'existence d'armes de destruction massive en Irak, et que la prise de contrôle du pétrole irakien n'a jamais été une motivation à mener cette guerre. Selon lui, les compagnies pétrolières américaines ne contrôleraient absolument pas l'or noir irakien.

Guy Millière reprend les thèses communément rencontrées chez les néo-conservateurs américains, notamment en ce qui concerne la France, objet de critiques multiples en relation avec le conflit israélo-palestinien. Guy Millière utilise le néologisme politique de Bat Ye’or « Eurabia » pour décrire l’enracinement de l’islam radical en Europe[5]. Il a concernant l’islamisme des prises de positions proches de celles défendues par Daniel Pipes et par FrontPage Magazine[6]. Sa vision du conflit israélo-palestinien s'exprime en adéquation avec les thèses sionistes: ainsi il écrit dans un article intitulé « L'imposture palestinienne » et publié par la Metula News Agency le 13 juin 2011 que « le « peuple palestinien » est une invention récente de propagandistes haineux et antisémites ».

Polémique avec C. Gabizon et J. Weisz

En 2006, Cécilia Gabizon et Johan Weisz publient un livre intitulé OPA sur les Juifs de France : enquête sur un Exode programmé dans lequel ils dénoncent une manipulation issue de milieux pro-israéliens pour instrumentaliser les émeutes de banlieue survenues en France afin de provoquer le départ de quelque 30 000 Juifs français (dont beaucoup font partie de la communauté juive de Sarcelles) vers Israël (opération « Sarcelles d'abord » organisée conjointement par l'Agence Juive et le gouvernement israélien)[7].

Guy Millière réagit alors sur ce fait « outrancièrement », selon ses propres termes[8], dans les médias où il a l’habitude d’intervenir et qualifie les auteurs du livre de « juifs antisémites ». Ces propos lui vaudront d’être traduit devant la 17e chambre correctionnelle du Tribunal de Paris, où Guy Millière sera condamné en première instance pour diffamation envers les auteurs du livre. Dans un premier temps, il annoncera faire appel de ce jugement pour finalement se rétracter et renoncer[réf. nécessaire].

Publications

  • Gilles Servat, Éditions Seghers, 1978
  • Une Torpeur française, Éditions Hallier, avril 1979,
  • Québec, le chant des possibles Éditions Albin Michel 1979 collection rock & folk Format
  • Chansons politiques d’aujourd’hui, Syros, 1981,
  • Mise à mort des « cultures populaires » Gilles Servat, Syros, 1982 Collection « Combat culturel »
  • Aux sources du modèle libéral français (Ouvrage collectif sous la direction d’Alain Madelin) Éditions Perrin, novembre 1997, 477 pages
  • L’Amérique monde, éditions François-Xavier de Guibert, novembre 2000
  • Un goût de cendres… France, fin de parcours ?, éditions François-Xavier de Guibert, avril 2002
  • Ce que veut Bush, Éditions La Martinière, mai 2003
  • Écrits personnels de Ronald Reagan, Traduction, présentation, et annotations de Guy Millière, éditions du Rocher, janvier 2003
  • Pourquoi Bush sera réélu, Éditions Michalon, 9 septembre 2004
  • Qui a peur de l’islam ? Éditions Michalon, mars 2004
  • Le Futur selon George W. Bush, Page après Page, octobre 2005
  • Pourquoi la France ne fait plus rêver, Page après page, 2006
  • Survivre à Auschwitz, Cheminements, 2007
  • Houdna, Éditions Underbahn, 2007
  • L’Amérique et le Monde après Bush, Cheminements, 2008
  • Chasse aux sorcières contre Microsoft, avec François Guillaumat, Cheminements, 2008.
  • Mille et une vies, avec Fereydoun Hoveyda, Cheminements, 2008
  • Michael Moore - Au-delà du miroir, Éditions du Rocher, 2008, [présentation en ligne]
  • La Septième dimension. Le nouveau visage du monde : après la crise, Cheminements, 2009
  • Avancer vers l’État de droit, avec Patrick Simon, Jean-Philippe Feldman, Jean-Philippe Delsol, Cheminements, 2009.
  • La résistible ascension de Barack Obama, L'APART DE L'ESPRIT, 2010

Notes et références

  1. « Assistant » ou « maître de conférences » selon les documents disponibles sur le site web de l'université : UFR Culture et Communication, « Bref curriculum vitæ des enseignants », Paris 8. Consulté le 26 février 2011,UFR « Culture et communication », « Guide des études », Université de Paris 8, novembre 2010, p. 38. Consulté le 31 janvier 2011. Sur son site web, G. Millière est présenté comme « Professeur à l'Université Paris VIII. »
  2. ,UFR « Culture et communication », « Guide des études », Université de Paris 8, novembre 2010, p. 38. Consulté le 31 janvier 2011.
  3. Cf. « Le vrai visage d’Obama », Les 4 vérités, publié le 19 novembre 2008.
  4. J.-V. Holeindre, Y a-t-il un néoconservatisme français ? in Sciences Humaines : Grands Dossiers no 14 - mars-avril-mai 2009.
  5. Guy Millière, « L’alliance arabo-européenne contre l’Occident », Les 4 vérités no 541, 26 avril 2006.
  6. (en)Site de Frontpage Magazine.
  7. « Réacs Sion » sur le site REFLEX
  8. Selon ses propres termes employés dans une lettre d’excuse qui fut publiée sur le site primo-europe auquel Guy Millière collabore occasionnellement ; par la suite, Guy Millière demanda à ce que cette lettre soit retirée du site.

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Guy Millière de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Guy Milliere — Guy Millière Guy Millière (né en 1950 à Marseille) est un universitaire et écrivain français, défenseur des thèses libérales et néo conservatrices. Sommaire 1 Biographie 2 Polémique avec C. Gabizon et J. Weisz 3 Publications …   Wikipédia en Français

  • Millière — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Patronyme Millière est un nom de famille notamment porté par : Pierre Millière (1811 1887), entomologiste français ; Jean Baptiste Millière… …   Wikipédia en Français

  • Eurabia —  Pour l’article homonyme, voir Eurabia (revue).  Islam en Europe[1] …   Wikipédia en Français

  • Eurabia (politique) — Eurabia  Pour l’article homonyme, voir Eurabia (revue).  Eurabia est un néologisme politique (mot valise de Europe et Arabia, Arabie en anglais) désignant l Europe absorbée par le monde arabe, à cause de trahison des élites européennes… …   Wikipédia en Français

  • Eurabie — Eurabia  Pour l’article homonyme, voir Eurabia (revue).  Eurabia est un néologisme politique (mot valise de Europe et Arabia, Arabie en anglais) désignant l Europe absorbée par le monde arabe, à cause de trahison des élites européennes… …   Wikipédia en Français

  • La Blanche Hermine (chanson) — Pour les articles homonymes, voir La Blanche Hermine. La Blanche Hermine est une chanson de Gilles Servat composée en 1970 dont le texte est l affirmation revendiquée de l identité bretonne. Elle est éponyme d un album sorti en 1972. Le succès… …   Wikipédia en Français

  • Gilles Servat — Pour les articles homonymes, voir Servat. Gilles Servat Gilles Servat en concert à Lorient …   Wikipédia en Français

  • Éditions Underbahn — is an American publishing house created in 2005 and specialized in French language neoconservative texts. Fiction * Le Désespéré , Léon Bloy, preface by Maurice G. Dantec ISBN 0 9774224 0 2 * September 11 Wall Street Sonnets and Other New York… …   Wikipedia

  • Alexandre del Valle — est le pseudonyme d un essayiste français, docteur en géopolitique, né à Marseille le 4 septembre 1969. Il écrit notamment sur le monde arabe et la civilisation islamique, sur l Europe, la Turquie et sur le terrorisme, sujets qu il… …   Wikipédia en Français

  • Anti-colonial — Anticolonialisme L anticolonialisme est un courant ou une attitude politique remettant en cause les principes et l existence du système colonial[1]. Même si le terme n est apparu qu au début du XXe siècle[2], une critique de la colonisation se… …   Wikipédia en Français