Guerre Sociale


Guerre Sociale

Guerre sociale

La Guerre sociale, ou Marsique, oppose la République romaine et les alliés italiens entre 90 et 88 av. J.-C.. Elle éclate suite à l'assassinat du tribun de la plèbe Livius Drusus en octobre 91 av. J.-C., alors qu'il tentait de faire obtenir la citoyenneté romaine aux Italiens alliés de Rome.

Sommaire

Origines

La guerre sociale tire son nom du latin socius, qui signifie allié : elle oppose Rome à ses alliés italiens, qui réclament la citoyenneté romaine. En effet, alors que l'Italie est sous l'autorité romaine depuis la fin de la première guerre punique (242 av. J.-C.), soit par alliance, soit par conquête, seuls les Romains ont le droit de citoyenneté complet.
Cette différence induit une différence de traitement lors des procès, lors du paiement des impôts, interdit l'accès aux adjudications de terres publiques (ager publicus), etc. Or, les alliés fournissent autant de troupes à Rome que les citoyens, et donc participent aux conquêtes de Rome, qui domine presque sans partage le bassin méditerranéen au début du Ie siècle av. J.-C. De plus, les soldats alliés sont généralement plus exposés lors des opérations militaires et n'ont droit qu'à une part de butin moins importante que les légionnaires romains.

Déroulement

Le Marse Q. Pompaedius Silo, porte-parole de la péninsule dans les négociations avec Livius Drusus (95 av. J.-C.) et le Samnite C. Papius Mutilus dirigent le mouvement. Les diverses cités italiennes, pour prévenir toutes défections, se livrent des otages. À Asculum, dans le Picénum, le préteur Servilius, qui avait brutalisé les habitants et cherché à les intimider par des menaces, est mis à mort avec tous les Romains présents dans la ville. Le mouvement se développe dans l’Apennin central et méridional, où les revendications politiques se doublent d’une haine nationale héréditaire contre les Romains. Les Marses, les Péligniens, les Vestins, les Marrucins, les Picentins, les Lucaniens, les Apuliens et les Samnites y adhèrent. Tout le centre et le sud de l’Italie jusqu’au Métaure à l’est, à la baie de Naples vers l’ouest, se trouvent en insurrection. Au nord, Étrusques, Ombriens et Gaulois restent provisoirement dans l’expectative.

Les Italiens tentent une dernière démarche à Rome. Le Sénat leur répond par un ultimatum formel et les somme de faire leur soumission immédiate. Les Italiens répondent par la sécession et proclament leur indépendance. Ils se constituent en une confédération italique et se donnent un gouvernement calqué sur celui de la cité romaine : un Sénat de 500 membres, une assemblée du peuple, deux consuls, Q. Pompaedius Silo et C. Papius Mutilus, douze préteurs. La capitale est placée à Corfinium dans les Abruzzes, qui reçoit le nom d’Italica. Une monnaie fédérale est frappée à la légende Italia. Les Italiens lèvent une forte armée de 100 000 hommes sous le commandement des consuls et des préteurs fédéraux. Une armée territoriale, formée des milices locales et commandée par des chefs indigènes pourvoit à la défense du pays.

Le Sénat romain organise rapidement sa défense. Il possède l’avantage d’une situation centrale, des cadres expérimentés, la maîtrise des mers et les ressources en hommes et en argent des provinces. Une armée romaine de 100 000 hommes, recrutée parmi les citoyens, les alliés restés fidèles et les provinciaux, est mise sur pied et placée sous le commandement de deux consuls et de dix légats (dont Marius et Sylla). Les Italiens prennent l’offensive. Deux armées venues du sud et du nord marchent sur Rome par les vallées du Tibre et du Vulturne. Les deux armées consulaires romaines se postent au débouché des montagnes pour les empêcher d’arriver dans la plaine. Elles y parviennent au nord, mais au sud le Vulturne est forcé et la Campanie méridionale envahie. À la fin de la première année de guerre, l’avantage est aux Italiens. Les opérations prennent vite un caractère atroce (chefs romains et garnisons massacrés, femmes scalpées) et les allures d’une guerre d’extermination. Les Étrusques et les Ombriens commencent à s’agiter.

Alarmé, le Sénat se décide à concéder le droit de cité aux Italiens. Il commence par la « lex Julia » à l’accorder aux alliés de Rome restés fidèles. L’insurrection cesse de s’étendre.

En 89 av. J.-C., la lex Plautia Papiria des deux tribuns M. Plautius Silvanus et C. Papirius Carbo généralise les concessions antérieures et accorde en principe le droit de cité à tous les Italiens au sud du Pô sans exception, sous les seules conditions d’avoir leur domicile légal en Italie et de venir, dans les deux mois, se faire inscrire à Rome par le préteur. La nécessaire présence à Rome et le court délai sont deux moyens parfaitement combinés pour disloquer les armées des insurgés. Un grand nombre d’alliés viennent se faire inscrire, mais les peuples des Abruzzes restent récalcitrants.

Le Sénat reprend l’offensive. Deux grandes armées sont mises sur pied, l’une au nord par la vallée du Tibre, l’autre au sud, commandée par Sylla. Les insurgés opposent une résistance désespérée. L’armée du nord envahit le pays des Marses, et après un long siège prend Asculum, puis la capitale fédérale, Corfinium. Les Marses, les Vestins, les Péligniens capitulent. Sylla reconquiert la Campanie, remonte la vallée du Vulturne et prend Bovianum où avait été transférée la capitale de la ligue. À la fin de l’année, sauf quelques débris de l’armée samnite, l’insurrection est matée.

En 88 av. J.-C., Sylla bat les Samnites par une courte campagne. Nole est prise, Pompaedius Silo est tué, et les restes des armées samnites et lucaniennes se réfugient dans les forêts impénétrables du Bruttium.

Conséquences

Finalement, les alliés de Rome obtiennent satisfaction, et l'Italie est unifiée sous un seul régime juridique. Rome a également vaincu tous ses alliés successivement, en s'appuyant sur ceux qui n'étaient pas révoltés encore, puis en s'appuyant sur les premiers révoltés revenus sous son autorité pour vaincre les seconds. Par ailleurs, au recensement de 70, la population civique de Rome passe à 900 000 citoyens, plus du double que 50 ans auparavant.

Sur la scène politique romaine, Sylla a acquis un prestige considérable, par ses victoires et par son habileté dans le commandement de ses soldats. À l'inverse, Marius a vu diminuer son prestige : originaire du Latium et certainement plus compréhensif vis-à-vis des révoltés, il a plus cherché la réconciliation entre ses troupes et celles des révoltés que l'affrontement brutal. Sylla est désormais l'homme providentiel à Rome.

Voir aussi

Sources

Articles connexes

  • Portail de la Rome antique Portail de la Rome antique
  • Portail de l’histoire militaire Portail de l’histoire militaire
Ce document provient de « Guerre sociale ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Guerre Sociale de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • GUERRE SOCIALE — (GUERRE SOCIALE 91 GUERRE SOCIALE 88) La guerre qui se déroule de GUERRE SOCIALE 91 à GUERRE SOCIALE 88 entre Rome et les alliés italiens révoltés et au cours de laquelle les Marses et les Samnites jouent un rôle prépondérant est si peu populaire …   Encyclopédie Universelle

  • Guerre sociale — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. La Guerre sociale peut désigner : Dans la Grèce antique La Guerre sociale ou Guerre des alliés, guerre intestine qui divise la Seconde confédération… …   Wikipédia en Français

  • Guerre sociale (Rome) — Pour les articles homonymes, voir Guerre sociale. La Guerre sociale, ou Guerre Marsique, oppose la République romaine et les alliés italiens entre 90 et 88 av. J. C.. Elle éclate suite à l assassinat du tribun de la plèbe Livius Drusus en octobre …   Wikipédia en Français

  • La Guerre sociale (1906) — Pour les articles homonymes, voir La Guerre sociale. La Guerre sociale (1906 1916) était un journal socialiste antimilitariste fondé et dirigé par Gustave Hervé. Sommaire 1 Un journal relativement influent …   Wikipédia en Français

  • La Guerre sociale (1977) — Pour les articles homonymes, voir La Guerre sociale. La Guerre sociale est une revue d ultra gauche publiée de 1977 à 1984 et dont le principal artisan a été Dominique Blanc[1],[2]. Gi …   Wikipédia en Français

  • La Guerre Sociale — was an ultra left journal appearing in France from 1977 to 1983. It attracted controversy over its support for negationism.The leading spirit was Dominique Blanc. He had previously been involved in the Organisation des Jeunes Travailleurs… …   Wikipedia

  • La Guerre Sociale — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. La Guerre sociale est d abord un journal socialiste fondé et dirigé par Gustave Hervé de 1906 à 1916. La Guerre sociale est également le nom d une revue d …   Wikipédia en Français

  • La guerre sociale — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. La Guerre sociale est d abord un journal socialiste fondé et dirigé par Gustave Hervé de 1906 à 1916. La Guerre sociale est également le nom d une revue d …   Wikipédia en Français

  • La Guerre sociale — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. La Guerre sociale est d abord un journal socialiste fondé et dirigé par Gustave Hervé de 1906 à 1916. La Guerre sociale est également le nom d une revue d …   Wikipédia en Français

  • Guerre Marsique — Guerre sociale La Guerre sociale, ou Marsique, oppose la République romaine et les alliés italiens entre 90 et 88 av. J. C.. Elle éclate suite à l assassinat du tribun de la plèbe Livius Drusus en octobre 91 av. J. C., alors qu il tentait de… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.