Gravure Sur Bois


Gravure Sur Bois

Gravure sur bois

Les cavaliers de l'Apocalypse par Dürer
Gravure d’un bloc

La gravure sur bois est l'art ou technique de gravure qui utilise le bois comme support. Il s'agit peut-être de la plus ancienne technique de gravure. On l'appelle aussi xylographie, qui a le sens étymologique de gravure sur bois, mais la tendance est de réserver ce terme aux gravures sur bois antérieures à l'invention de l'imprimerie, ce qui inclut des textes gravés, accompagnés ou non d'illustrations ou d'ornementations.

Sommaire

Les débuts de la gravure sur bois en Occident

Le plus ancien bois gravé connu à ce jour en Occident est le Bois Protat, découvert fin 1899 près de l'abbaye de La Ferté-sur-Grosne (Saône-et-Loire). Une face, bien conservée, représente un détail d'une scène de La Crucifixion ; le revers concerne quant à lui L'Annonciation. Selon toute vraisemblance, ce bois retrouvé ne représente qu'un tiers ou un quart de la totalité de l'œuvre, qui était très probablement destinée à imprimer sur soie. Jules Protat, imprimeur mâconnais qui fit cette découverte et lui donna son nom, en tira une épreuve qu'il montra à l'occasion de la rétrospective de la typographie, dans le cadre de l'Exposition Universelle de Paris. Puis il la présenta à Henri Bouchot, alors conservateur du Cabinet des Estampes à la Bibliothèque Nationale, qui entreprit des recherches lui permettant de dater l'objet aux environs de 1370, et lui consacra un livre (voir Bibliographie). Le Bois Protat est resté un siècle dans la famille de son inventeur, avant d'être offert au même Cabinet des Estampes.

La méthode d'origine de gravure sur bois fut développée vers 1400. Elle est plus précisément qualifiée de coupe de bois, parce qu'elle utilise un couteau comme outil principal, outre les outils de gravure classique (gouges) : l'esquisse du dessin à graver est inscrite à l'aide d'un couteau sur le côté dressé lisse du bois et l'excès de surface du bloc de bois, hors des zones d'impression, est ensuite retiré. Cela laisse l'ensemble des surfaces de bois en épargne sur la face du bloc. Pour faire une empreinte de cette gravure, de l'encre est appliquée sur le dessin en relief. Finalement, une feuille de papier (ou d'une autre matière) est pressée fermement contre le bois et frottée pour assurer que toutes les surfaces encrées s'impriment. Cette méthode s'est conservée en Orient pour l'estampe. En Occident, la mise au point par Gutenberg de la presse à imprimer a conduit à utiliser celle-ci pour imprimer les gravures. La gravure sur bois étant un procédé d'impression en relief, comme la typographie, il est possible d'imprimer en même temps le texte et l'image (tandis qu'avec d'autres procédés, gravure sur cuivre ou lithographie, on devait employer deux systèmes d'impression différents et donc placer les illustrations en hors-texte).

Les gravures sur bois, dès l'origine, ont des sujets religieux, puis représentent des signes astrologiques, des proverbes, des maximes morales, les unes comme les autres jouant certainement un rôle de protection, enfin une multitude de thèmes populaires. Les gravures sont largement diffusées par des colporteurs et « montreurs d'images ». En outre, les dominotiers utilisent la gravure pour multiplier diverses impressions décoratives sur papier, sur tissu, et surtout les cartiers pour les jeux de cartes. L'impression se fait en noir, la couleur étant ensuite appliquée manuellement ou au moyen de pochoirs, plus rarement en utilisant des impressions successives de bois gravés (un pour chaque couleur).

La gravure sur bois ne cesse pas d'être pratiquée par l'imagerie populaire, mais à partir du XVIIe siècle elle est concurrencée par les techniques de gravure sur cuivre, burin puis eau-forte, qui offrent une plus grande finesse de traits et des possibilités beaucoup plus étendues.

Renaissance de la gravure sur bois

La gravure sur bois de bout

Bois de Thomas Bewick

La technique de la gravure sur bois a été redéveloppée, environ 350 ans plus tard, à la fin du XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle avec les travaux de Thomas Bewick. Bewick réalisait généralement ses gravures dans des bois (en général, du buis) plus durs que ceux normalement utilisés et gravait le bout d'un bloc plutôt que le côté, d'où le nom donné à cette technique, la gravure sur bois de bout (ou bois debout), le fil du bois étant perpendiculaire à la surface à graver, il n'oppose plus la direction de ses fibres, comme dans le bois de fil. Trouvant le couteau inadapté pour travailler le grain des bois plus durs, Bewick utilisait l'outil de gravure utilisé pour le cuivre, le burin, ou la gouge qui possède un écartement en V. Graver le bois de cette manière produisait des images aux détails beaucoup plus fins que la gravure sur bois de fil, et assez proches de celles produites en gravant sur les plaques de cuivre. Mais, contrairement aux gravures sur plaques de cuivre qui se détérioraient rapidement et qui étaient surtout difficiles à encrer, des milliers de copies pouvaient être imprimées en utilisant des blocs de bois gravés. Puisque les gravures sur bois utilisent l'empreinte en relief, alors que les gravures sur métal utilisent la technique de taille-douce (impression en creux), elles pouvaient être utilisées sur des presses conventionnelles, qui avaient elles-mêmes connu des progrès mécaniques rapides lors du premier quart du XIXe siècle. Suite à l'innovation de Bewick et aux progrès de la presse, les illustrations d'art, les paysages, les processus techniques, les personnages célèbres, les territoires étrangers et de nombreux autres sujets se sont répandus.

Gustave Doré, La Bible, Création de la lumière, gravure par H. Posan

Les innovations de Bewick furent reprises et améliorées par un groupe important de graveurs sur bois professionnels, chargés presque exclusivement, non de créer leurs propres œuvres, mais d'interpréter en gravure les dessins originaux des illustrateurs. En 1817, l'imprimeur Firmin Didot fait venir en France un spécialiste de la gravure anglaise, Charles Thompson. Trois livres illustrés avec ses bois sont publiés : un Rabelais (1820), La Fontaine (1826) et Bérenger (1827). À la suite de Thompson, on voit apparaître des graveurs français, Louis-Henri Brevière (1797-1869), Lavoignat, John Andrew, Jean Best et Isidore Leloir (l'Atelier ABL), Porret... Hippolyte Lavoignat incarne bientôt une première école française du bois de bout. Il sera suivi par Héliodore Pisan qui, lui, introduit une gravure de teinte, parvenant à rendre les nuances et les demi-teintes d'un lavis, ce qui permettra le parfait rendu des illustrations de Gustave Doré. Les travaux célèbres de Doré sont ainsi le résultat de la collaboration entre Doré et de talentueux graveurs sur bois : outre Pisan, François Pannemaker, Jacques Adrien Lavieille, Louis-Henri Brevière, Pierdon, Maurand, Boetzel, Hébert, E. Deschamps, Dumont, Delduc, Fagnon, et bien d'autres[1].

L'illustrateur dessine directement sur le bloc de bois, le graveur n'ayant plus qu'à intervenir en interprétant avec sa technique propre les différentes nuances. Il arrive souvent qu'une gravure soit réalisée sur des morceaux séparés, chacun confié à un graveur différent, les blocs étant ensuite assemblés. On en vient , pour nuancer la profondeur des noirs, à intercaler entre la platine qui assure l'impression et le feuille de papier, un habillage de carton creusé ou renforcé par du papier collé, de manière à ce que la pression soit plus forte aux endroits de la gravure doit être plus noire. Cette pratique s'appelle en France la mise en train. Thomas Bewick, déjà, avait mis au point une technique similaire en abaissant légèrement la hauteur du bois dans les zones les plus claires. À la fin du XIXe siècle, on interprète de la même façon des photographies et l'outillage des graveurs est extrêmement perfectionné (échoppes rayées ou vélos permettant de graver des traits parallèles, et même des machines permettant de faciliter le travail). Pour assurer les très grands tirages de la presse (jusqu'à 100 000 exemplaires), il est nécessaire de multiplier les formes imprimantes : les bois originaux sont moulés dans du plâtre, et ces empreintes reçoivent un alliage plomb-antimoine pour donner des clichés ou stéréotypes. Les procédés photomécaniques (similigravure) mettent progressivement fin à la gravure de reproduction. Une technique proche subsistera, appelée en France trait anglais, qui n'est plus de la gravure, mais du dessin sur carte à gratter, utilisé dans la publicité et l'illustration de presse tant qu'il sera nécessaire de pallier la faible qualité de la similigravure et des papiers des journaux.

Renaissance de la gravure sur bois de fil

La Nuit, gravure de Félix Valloton

La fin du XIXe siècle voit la fin de la gravure sur bois de bout, définitivement supplantée par la photographie et ses dérivés, comme la similigravure. La virtuosité technique des graveurs a mené aux excès de la gravure de teinte, qui a perdu la fraîcheur et la spontanéité de la gravure sur bois originelle. Des graveurs artistes comme Auguste Lepère reviennent à une gravure sur bois de bout créative, mais ils demeurent des cas isolés. Paul Gauguin travaille encore le bois de bout au burin, mais évidemment dans un esprit radicalement différent. Les artistes préfèrent revenir à la gravure sur bois de fil, renouant avec les aplats francs et la simplicité, comme Félix Vallotton. La technique du bois de fil séduit par ses qualités expressives. Le peintre Edvard Munch emploie notamment un procédé de plaques découpées et assemblées comme un puzzle, pour expérimenter la polychromie et reproduire une même œuvre dans différents tons, bien avant Warhol ! Les Expressionnistes allemands vont également être séduits par l'aspect organique et spontané de la technique.

La gravure sur bois est maintenant utilisée en tant que discipline artistique, et plus rarement pour créer des couvertures de livres, des éditions limitées pour les beaux-arts, des illustrations de livres et des maquettes commerciales.

Graveurs sur bois célèbres

Organisations

  • Wood Engravers Network : (en) [1]
  • Society of Wood Engravers : (en) [2]
  • Association Jean Chièze : (fr) [3]

Bibliographie

  • Nouvelles de l'estampe, no 185-186, La gravure sur bois de 1400 à nos jours, Bibliothèque Nationale de France, Paris, 2002-2003
  • Henri Bouchot, Un ancêtre de la gravure sur bois, Librairie Centrale des Beaux-Arts, Paris, 1902
  • Heinrich Rumpel, La gravure sur bois, Genève, Éditions de Bonvent, 1972
  • Rémi Blachon, La Gravure sur bois au XIXe siècle, l'âge du bois debout, Paris, Les éditions de l'Amateur, 2001 (ISBN 2-85917-332-3)
  • (en) Simon Brett, An Engraver's Globe (ISBN 1-901648-12-5)
  • (en) Simon Brett, Wood Engraving: How to do it (ISBN 1-901648-23-0) (ISBN 1-901648-24-9)
  • Louis Dimier, Le bois d'illustration du XIXe siècle, in revue Le Dessin, pp.431-443, ill., n°8, février 1936.
  • Christian Richard, "la Gravure sur Bois" film 26 minutes. CRDP Aquitaine (1999)

Notes et références

  1. Henri Leblanc (Catalogue raisonné de l'œuvre de Gustave Doré) a recensé environ 160 graveurs pour ce seul artiste.

Voir aussi

  • Portail des arts Portail des arts
Ce document provient de « Gravure sur bois ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Gravure Sur Bois de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Gravure sur bois — Les cavaliers de l Apocalypse par Dürer …   Wikipédia en Français

  • Gravure Sur Bois De Flammarion — Image et légende, page 163 de L atmosphère: météorologie populaire, par Camille Flammarion, 1888 …   Wikipédia en Français

  • Gravure sur bois de flammarion — Image et légende, page 163 de L atmosphère: météorologie populaire, par Camille Flammarion, 1888 …   Wikipédia en Français

  • Gravure sur bois de Flammarion — Image et légende, page 163 de L atmosphère: météorologie populaire, par Camille Flammarion, 1888 …   Wikipédia en Français

  • Gravure sur acier — Le gravure sur acier est aussi associé aux appellations : graveur en modelé, et graveur médailleur. Le graveur intervient pour concevoir et réaliser une pièce unique, un outil (un moule, une matrice ou un poinçon) pour l’édition en série de… …   Wikipédia en Français

  • GRAVEURS SUR BOIS ROMANTIQUES — La gravure sur bois de bout a été importée en France par un graveur anglais, Charles Thompson. Appelé par Ambroise Firmin Didot en 1817, il forma un atelier avec des compatriotes et, peu à peu, des disciples français, et suscita rapidement une… …   Encyclopédie Universelle

  • GRAVURE — Il est peu d’objets d’art qui soient aussi complexes que la gravure. D’une part, la fabrication mécanique s’ajoute à la création de l’artiste; d’autre part, la gravure peut être à la fois une œuvre d’art originale et, du fait de sa reproduction à …   Encyclopédie Universelle

  • BOIS DE BOUT (gravure) — BOIS DE BOUT, gravure Après avoir connu de grandes heures dans les débuts du livre illustré, la gravure sur bois n’a survécu aux XVIIe et XVIIIe siècles qu’à titre ornemental dans le texte. Elle était réservée aux fleurons, bandeaux et culs de… …   Encyclopédie Universelle

  • BOIS — Le bois est un tissu végétal – xylème – dont le rôle a toujours été capital dans l’histoire de l’humanité. C’est, dans la plante vivante, un tissu conducteur de sève brute, dont les membranes incrustées de lignine jouent un rôle de soutien. La… …   Encyclopédie Universelle

  • Bois de teinte — ● Bois de teinte gravure sur bois de bout interprétant toutes les nuances du lavis préparatoire …   Encyclopédie Universelle


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.