Graphite


Graphite
Graphite
Catégorie I : Éléments natifs[1]
Graphite natif

Graphite natif
Général
Numéro CAS 7782-42-5
Classe de Strunz
Classe de Dana
Formule brute C  [Polymorphes]C
Identification
Masse formulaire[2] 12,0107 ± 0,0008 uma
C 100 %,
Couleur gris métallique; gris foncé; noir
Classe cristalline et groupe d'espace dihexagonale dipyramidale ; P 63/mmc
Système cristallin hexagonal
Réseau de Bravais primitif P
Macle sur {1121}
Clivage parfait sur {0001}
Cassure Minéral sectile, conchoïdale, irrégulière
Habitus massif, très rares cristaux
Faciès cristaux hexagonaux
Échelle de Mohs de 1,00 à 2,00
Trait gris acier; noir
Éclat métallique; mat
Propriétés optiques
Indice de réfraction w=1.93-2.07.
Biréfringence Uniaxial (-)
Fluorescence ultraviolet aucune
Transparence opaque
Propriétés chimiques
Masse volumique 2,092,23 g·cm-3[3] g/cm³
Température de fusion Point de sublimation : 3 652 °C[3]. °C
Solubilité dans l'eau : insoluble[3]
Propriétés physiques
Magnétisme aucun
Radioactivité aucune
Précautions
SIMDUT[4]
D2A : Matière très toxique ayant d'autres effets toxiques
D2A,
Unités du SI & CNTP, sauf indication contraire.
Coulée d'un four électrique
Cet article est lié aux
composés du fer et du carbone
Phases
Acier
Autre produits ferreux
Cette boîte : voir • disc. • mod.

Le graphite est une espèce minérale qui est, avec le diamant, la lonsdaléite et la chaoite, l'un des allotropes naturels du carbone. Sa formule chimique est C mais les formes natives permettent de retrouver des traces de H;N;C;O;Si;Al;Fe et d'argile.

Sommaire

Inventeur et étymologie

  • A fin du XVIIIe siècle le chimiste suédois Carl Wilhelm Scheele a monté que la plombagine (qu'il utilisait pour écrire) ne contenait pas de plomb et que ce minerai était une forme cristalline particulière du carbone.
  • C'est le minéralogiste allemand Abraham Gottlob Werner qui a inventé le terme « graphite » en 1789, s'inspirant du grec γράφειν (graphein = écrire).

Gîtologie

Cristallographie

Sa structure est constituée de feuillets hexagonaux non compacts, nommés graphènes, séparés d'environ 0,336 nm le long de la direction de leur normale. Dans chaque feuillet, chaque atome de carbone est fortement lié par des liaisons covalentes de type sigma pour ses 3 électrons sp2, et des liaisons covalentes de type π pour son autre électron p, Ces liaisons π sont des liaisons conjuguées avec les trois atomes voisins, les électrons y sont très mobiles ce qui explique la grande conductivité électrique et thermique ainsi que la couleur noir du graphite. Entre les feuillets les liaisons sont faibles de type Liaison de van der Waals, ce qui explique le clivage et la faible dureté.

Propriétés physiques

Le graphite est la forme stable du carbone à température et à pression ordinaires.

L'apparence du graphite est celle d'un solide noir à l'éclat submétallique ; sa dureté est faible, entre 1 et 2 sur l'échelle de Mohs.

À cause de sa structure en feuillets, toutes les propriétés physiques du graphite sont anisotropes. En particulier, la conductivité électrique est très différente dans le plan des feuillets et dans la direction perpendiculaire.

Polytypisme

Le graphite existe en deux polytypes :

  • graphite-2H, système cristallin hexagonal, classe cristalline dihexagonale-bipyramidale, groupe d'espace P 63/mmc, empilement de type ABAB où le plan B est translaté de a/\sqrt{3} par rapport au plan A. Bien que sa structure soit analogue à celle des métaux qui cristallisent avec empilement hexagonal compact, le graphite est un non-métal. Il possède une certaine conductivité électrique, sa résistivité électrique est de 50 µΩ.m, soit 2900 fois celle du cuivre.
  • graphite-3R, trigonal à réseau rhomboédrique, empilement de type ABCABC. La structure rhomboédrique est instable : elle se produit par moulage et disparaît lors d'un recuit. On ne la trouve jamais comme forme pure, mais seulement comme tendance à l’empilement ABC dans les cristaux hexagonaux primaires.

Le charbon existe dans tous les états intermédiaires entre charbon amorphe et graphite hexagonal. On parle de graphite « lubricostratique » (du latin lubricare, « rendre glissant ») quand les couches sont déplacées parallèlement au hasard, et de graphite « turbostratique » (du latin turbo, « tourbillon ») si elles sont aussi tournées au hasard.

Synonymie

  • crayon de plomb[5]
  • graphitoid (Shepard)
  • mélangraphite[6]
  • mica des peintres[7]
  • mine de plomb[8]
  • plombagine[9]

Variété

  • cliftonite (Fletcher): Octaèdres de graphite en pseudomorphose de kamacite. Cette variété a un temps été considéré comme un allotrope du carbone, voire comme une pseudomorphose après le diamant. Elle se rencontre dans certaines météorites ferreuses.

Utilisations

Le graphite a de nombreuses applications industrielles, sous diverses formes naturelles ou synthétiques :

Il est également utilisé en médecine comme absorbant en cas d'intoxication par voie orale et à un usage militaire pour endommager les centrales électriques comme bombe au graphite.

Dans les arts plastiques, il est utilisé pour le dessin. Il sert en particulier à fabriquer des crayons, souvent sous l'appellation incorrecte de « mine de plomb ».

L'utilisation domestique la plus courante est le crayon à papier.

Aussi peut-il être utilisé comme composite d'alliage (Titane / Fibre de verre / Aluminium) dans la fabrication des cadres de raquettes de tennis.

Une forme pyrolytique du graphite est utilisée dans la fabrication de grilles pour les tétrodes de très grande puissance dans le domaine de la radiodiffusion. On peut citer par exemple la tétrode TH539 qui a été utilisée jusqu'en mars 2003 sur l'un des deux blocs émetteurs ondes longues d'Allouis de 1 000 kW.

Notes et références

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. La classification des minéraux choisie est celle de Strunz.
  2. Masse molaire calculée d’après Atomic weights of the elements 2007 sur www.chem.qmul.ac.uk
  3. a, b et c GRAPHITE (NATUREL), fiche de sécurité du Programme International sur la Sécurité des Substances Chimiques, consultée le 9 mai 2009
  4. « Graphite naturel » dans la base de données de produits chimiques Reptox de la CSST (organisme québécois responsable de la sécurité et de la santé au travail), consulté le 25 avril 2009
  5. Pierre-Joseph Buc'hoz - Dictionnaire mineralogique et hydrologique de la France, Volume 3 1774 p.590
  6. Albert Auguste Cochon de Lapparent - Cours de minéralogie 1908 p.737
  7. Auguste Drapiez - Dictionnaire classique des sciences naturelles 1840 p.330
  8. Charles S. Sonnini - Nouveau dictionnaire d'histoire naturelle Volume 20 1818 - p.505
  9. Louis Jacques Thenard - Traité de chimie élémentaire, théorique et pratique, Volume 1 1817 p.378

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Graphite de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • graphite — [ grafit ] n. m. • 1799; du gr. graphein « écrire » ♦ Variété naturelle de carbone cristallisé formée de carbone presque pur. Le graphite est employé dans la fabrication des crayons. ⇒ plombagine (cf. Mine de plomb). Électrodes de graphite.… …   Encyclopédie Universelle

  • Graphite — (auch SILGraphite, früher OpenGraphite) ist ein Projekt zur Erstellung eines Unicode kompatiblen sogenannten „Smartfont“ Formates mit zugehörigem Software System zur Verarbeitung, das von SIL International unter Leitung von Sharon Correll mit… …   Deutsch Wikipedia

  • Graphite — (Гроссето,Италия) Категория отеля: Адрес: 58100 Гроссето, Италия Описани …   Каталог отелей

  • Graphite — Graph ite, n. [Gr. gra fein to write: cf. F. graphite. See {Graphic}.] (Min.) Native carbon in hexagonal crystals, also foliated or granular massive, of black color and metallic luster, and so soft as to leave a trace on paper. It is used for… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Graphite — См. Графит Термины атомной энергетики. Концерн Росэнергоатом, 2010 …   Термины атомной энергетики

  • graphite — (n.) 1796, from Ger. Graphit black lead, coined 1789 by German mineralogist Abraham Gottlob Werner (1750 1817) from Gk. graphein write (see GRAPHY (Cf. graphy)) + mineral suffix ITE (Cf. ite). So called because it was used in pencils. Related:… …   Etymology dictionary

  • graphite — ► NOUN ▪ a grey form of carbon used as a solid lubricant and as pencil lead. DERIVATIVES graphitic adjective. ORIGIN from Greek graphein write (because of its use in pencils) …   English terms dictionary

  • graphite — [graf′īt΄] n. [Ger graphit < Gr graphein, to write (see GRAPHIC): from its use as writing material] a very soft, black, hexagonal mineral of pure carbon, formed in thin plates and found in metamorphic rocks: used in making electrodes, paints,… …   English World dictionary

  • Graphite — For other uses, see Graphite (disambiguation). Graphite Graphite specimen General Category Native element mineral …   Wikipedia

  • graphite — graphitic /greuh fit ik/, adj. /graf uyt/, n. a very common mineral, soft native carbon, occurring in black to dark gray foliated masses, with metallic luster and greasy feel: used for pencil leads, as a lubricant, and for making crucibles and… …   Universalium


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.