Grammaire Universelle


Grammaire Universelle

Grammaire universelle

La grammaire universelle, sous sa forme actuelle, a été pensée par Noam Chomsky, elle a pour but de s'appliquer à n'importe quel langage humain, que ce soit sous sa forme écrite ou verbale. L'origine de cette conception, reconnue par Chomsky, réside dans la Grammaire générale et raisonnée contenant les fondemens de l'art de parler, expliqués d'une manière claire et naturelle de Port-Royal, contrepartie de la Logique ou l'art de penser. La grammaire de Montague, une sémantique appliquée directement aux langages naturels développée par Richard Montague, est un autre exemple d'une telle grammaire universelle. Toutefois, l'approche de Montague et de Chomsky s'opposent radicalement: selon Montague, la sémantique fait partie de la logique, et non de la psychologie, et il n'est pas nécessaire qu'une règle syntaxique ou qu'une règle d'interprétation sémantique puisse être plausiblement imputable, comme chez Chomsky, à un locuteur [1].

Sommaire

Présentation

Chomsky, dans son ouvrage Le langage et la pensée[2], fait l'hypothèse de ce qu’il appelle des « universels linguistiques », c’est-à-dire des structures communes à toutes les langues, inhérentes à l’esprit humain et à l’apprentissage du langage chez l’enfant.

Comment en arrive-t-il à cette affirmation ? En disant qu’on en a besoin pour expliquer le fait que les enfants sont capables d’apprendre une langue qui a une grammaire complexe en un laps de temps relativement court, et en se basant sur des données limitées. On ne peut en rendre compte par l’hypothèse des essais et erreurs; donc, il ne reste plus, selon Chomsky, que son hypothèse : tout se passe comme si nous étions prédisposés à apprendre une grammaire qui comporte ce genre de règles, et comme si cette connaissance était par conséquent déjà inscrite dans la structure de la faculté du langage.

Chomsky soutient donc la thèse selon laquelle il existe une grammaire universelle innée, qui serait le domaine de compétences spécifique à notre espèce, ou encore, notre capacité cognitive propre.

On voit donc ici que la grammaire universelle est, pour Chomsky, l’hypothèse la plus explicative de l’apprentissage de la langue. Elle en rend compte : c’est donc qu’elle doit exister. Il existe bien des points communs à toute langue, et même, une structure universelle de la langue (plus précisément, du langage), et donc, de l’esprit humain lui-même.

Définition

La grammaire d'un langage est définie grâce à quatre éléments :

  • T (ensembles de mots) : terminaux
  • N : non-terminaux
  • R : règles
  • S (S ∈ N) : symbole de départ

Les règles définissent les lois de construction du langage, sa grammaire. En français par exemple, la structure : sujet + verbe + compléments est un élément de grammaire. Les langages de notre planète ont des grammaires bien plus complexes que celle des langages de programmation.

Quatre catégories

Selon son auteur, il y a quatre familles de grammaires dont tous les langages font partie :

régulière ∈ hors contexte ∈ contextuelle ∈ générale

générale

Aucune règle

Cette catégorie est impossible à traiter, la grammaire étant trop faible, le temps pour savoir si une phrase appartient ou non à celle-ci n'est pas forcément fini.

contextuelle

(N ∪ T)* → (N ∪ T)*

Où la seconde partie est plus petite que la première (ce qui permet lors de la recherche de ne pas poursuivre trop longtemps de mauvaises voies).

Contextuelle car le remplacement d'un élément non-terminal par un élément terminal peut dépendre des éléments autour de lui, de son contexte.

hors contexte

N → (N ∪ T)*

Ici, plus de contexte, ce qui signifie que les éléments non-terminaux sont traités individuellement.

régulière

N → T
N → NT

La plus restrictive des 4.

exemple

une chaîne commence par un a et se termine par un z, elle peut contenir 0 à n = séparé par 1 à n - entre elles.

Mots (valides) :

  • az
  • a=z
  • a=-=z
  • a-=-=-z
  • a-----z

Réponse :

T = {a,z,=,-}
N = {S,A,B}
S = {S}
R = {
S → Az,
A → A-,
A → B=,
B → A-,
A → a,
B → a
}

Critique

Cette théorie nativiste, développée par Chomsky, est opposable au constructivisme, notamment grâce à l'apport de Jean Piaget sur les modes d'acquisition du langage chez les enfants, et au béhaviorisme.

Leurs arguments sont, entre autres, la non-spécialisation des structures d'apprentissage ou une part plus importante dans le rôle des stimuli externes, des imitations (cas des "enfants sauvages",cf Apprentissage)...

L'ensemble des ces théories, réfutant l'existence d'un dispositif d'acquisition innée du langage, fut largement contredit par la psychologie cognitive et la neurobiologie (analyse de la structure innée de l'aire de Wernicke et de l'aire de Broca).

Notes et références

  1. Marconi, Diego, La sémantique des mondes possibles et le programme de Montague, chap. XVII de La philosophie du langage au XXe siècle, Lyber-L'Eclat, 1997 (en-ligne selon le principe lyber.
  2. Noam Chomsky, Le Langage et la pensée (1968), Payot, coll. "Essais", 04/02/2009, 336p.

Bibliographie

  • (en) Vivian James Cook, Mark Newson, Chomsky's universal grammar: an introduction, Wiley-Blackwell, 2007.
  • Portail de la linguistique Portail de la linguistique
Ce document provient de « Grammaire universelle ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Grammaire Universelle de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Grammaire universelle — ● Grammaire universelle perspective de recherche portant sur les universaux du langage. (La grammaire universelle s inscrit dans la lignée cartésienne de la grammaire générale des XVIIe et XVIIIe s.) …   Encyclopédie Universelle

  • Grammaire universelle — La grammaire universelle, sous sa forme actuelle, a été pensée par Noam Chomsky, elle a pour but de s appliquer à n importe quel langage humain, que ce soit sous sa forme écrite ou verbale. L origine de cette conception, reconnue par Chomsky,… …   Wikipédia en Français

  • GRAMMAIRE — Dans son acception la plus usuelle, le terme grammaire désigne une activité de discours portant sur une langue, qu’on peut appeler la langue objet. La nature la plus générale de cette activité peut se résumer ainsi: décrire les propriétés de… …   Encyclopédie Universelle

  • universelle — ● universel, universelle adjectif (bas latin universalis) Qui concerne l Univers, le cosmos : Gravitation universelle. Qui s étend sur toute la surface de la terre : Domination universelle d une superpuissance. Qui a des connaissances en tout :… …   Encyclopédie Universelle

  • Grammaire — La grammaire[1] est l étude systématique des éléments constitutifs d une langue[2]. Par extension, on nomme aussi grammaire un manuel ou un ensemble de documents décrivant des règles grammaticales. Sommaire 1 Grammaire descriptive …   Wikipédia en Français

  • Grammaire formelle — Une grammaire est un formalisme permettant de définir une syntaxe et donc un langage formel, c est à dire un ensemble de mots admissibles sur un alphabet donné. La notion de grammaire formelle est particulièrement utilisée en programmation… …   Wikipédia en Français

  • Grammaire Du Sanskrit — La grammaire du sanskrit décrit les sons de la langue sanskrite (phonétique), la formation des mots de cette langue (morphologie), et la composition de ces mots en phrases (syntaxe). Son étude permet de mieux comprendre les citations en sanskrit… …   Wikipédia en Français

  • Grammaire Des Cas — La grammaire des cas est une théorie d analyse grammaticale crée à partir de 1968 par le linguiste américain Charles J. Fillmore dans le contexte de la grammaire transformationnelle. Selon cette théorie, une phrase est constitué d un verbe qui… …   Wikipédia en Français

  • Grammaire De L'espéranto — Articles principaux : Wikipédia:Portail Espéranto et Espéranto. L auteur de l espéranto, Zamenhof a défini dans son livre Fundamento de Esperanto 16 règles. Ces règles constituent un cadre à l intérieur duquel il y a de la place pour une… …   Wikipédia en Français

  • Grammaire De L'espéranto Dans Le Fundamento — Grammaire de l espéranto Articles principaux : Wikipédia:Portail Espéranto et Espéranto. L auteur de l espéranto, Zamenhof a défini dans son livre Fundamento de Esperanto 16 règles. Ces règles constituent un cadre à l intérieur duquel il y a …   Wikipédia en Français