Grace (religion)


Grace (religion)

Grâce (religion)

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Grâce.
Christianisme
Religions abrahamiques (arbre)
Judaïsme · Christianisme · Islam
Courants

Arbre du christianisme
Grandes confessions :
Catholicisme · Orthodoxie · Protestantisme

Fondements religieux
Théologie chrétienne
Pratiques
Spécificités
Constructions religieuses

Baptistère · Basilique · Cathédrale · Chapelle · Collégiale · Église · Monastère · Temple

Symboles

Chrisme · Croix chrétiennes · Deo optimo maximo · Ichtus · Rose de Luther

Voir aussi
  • Catégories : Christianisme · Branche du christianisme
  • Portails : Religions et croyances · Christianisme
 Cette boîte : voir • disc. • mod. 

On nomme grâce, en théologie, une disposition de faveur divine. Elle a aussi le sens de pardon, affection, amour et bienveillance. Les rapports de la grâce, qu'elle soit efficace ou suffisante, et du libre-arbitre, ont été au cœur de controverses théologiques importantes. Le concept de grâce est aussi étroitement lié à l'idée de prédestination.

Sommaire

Définition

Dans le catholicisme, celle-ci est consécutive à une recherche de recueillement. [réf. nécessaire] La grâce se distingue par là du miracle, censé pouvoir atteindre aussi bien un esprit non préparé, et même un incroyant.

Dans le protestantisme, la grâce désigne plus spécifiquement le don, immérité, du salut en Jésus-Christ. Elle entraîne la foi.

On parle de grâce lorsque Dieu accorde une faveur imméritée à l'homme (par exemple, le salut par grâce), à l'inverse de la miséricorde qui se produit lorsque Dieu ne donne pas à l'homme le châtiment qu'il mérite.

Typologie de la grâce

On distingue d'abord la grâce incréée de la grâce créée. La première est la bonne disposition dont Dieu témoigne à l'égard de l'homme en habitant en lui ; la seconde consiste en une transformation de l'homme.

La grâce créée se subdivise en grâce gratis data, pouvoir qu'ont certains hommes — appartenant au clergé — de contribuer au salut des autres, et en grâce gratum faciens, qui consiste simplement en la sanctification d'un homme.

La grâce gratum faciens peut à son tour être habituelle, c'est-à-dire constituer une disposition stable (habitus), ou bien actuelle, c'est-à-dire relever d'une intervention ponctuelle.

On distingue encore la grâce coopérante, dans laquelle la volonté de l'homme a l'initiative sur la grâce, de la grâce opérante, dans laquelle c'est la grâce qui initie la modification de la volonté.

Enfin, on parle de grâce efficace quand elle produit un acte bon, par opposition à la grâce suffisante qui nous y rend simplement aptes.

Histoire du concept

Les textes fondamentaux sur la grâce divine sont liés aux débuts du Christianisme, religion qui enseigne la damnation ou le salut individuel. Ainsi saint Paul dans ses épîtres aux Galates et aux Romains traite abondamment du salut par les œuvres ou par la grâce. Ces textes sont puissants, passionnés mais passablement obscurs. Leur forme justifie les débats ultérieurs sur ce sujet, débats qui se réfèrent tous à l'oeuvre paulinienne.

Le concept de grâce fut au cœur de débats théologiques principalement à deux époques : à la fin du IVe siècle dans le conflit entre les thèses de Pélage et d'Augustin, puis aux XVIe et XVIIe siècles. Ce débat fut l'une des principales sources de la Réforme.

Le pélagianisme minimisait le rôle de la grâce : Pélage prétendait que l'homme pouvait, par son seul libre arbitre, s'abstenir du péché, et niait en particulier la nécessité de la grâce. Contre lui Augustin défendait la position adoptée ensuite par l'Eglise Catholique, soit que la grâce divine était proposée à tout homme mais que chaque individu pouvait l'accepter ou la refuser.

Luther et surtout Calvin contestèrent la doctrine catholique sur ce sujet, qui laisse une place au libre arbitre de chacun, pour insister sur la prédestination.

Reprenant les thèses de Saint Augustin et critiquant par exemple le molinisme, les Jansénistes entendirent rétablir les notions de grâce efficace et de prédestination (cf. le « pari » de Blaise Pascal selon lequel le « libertin » - entendre le libre penseur- (plus proche de la doctrine des Jésuites avec le « libre-arbitre ») n'aurait rien à perdre à croire : soit il est « élu de Dieu » soit il ne l'est pas...).

Emploi

Bibliographie

  • Augustin, De la nature et de la grâce
  • Augustin, De la grâce du Christ et du péché originel
  • Augustin, L'esprit et la lettre
  • Augustin, La Cité de Dieu, XVI, 12
  • Calvin, Institution chrétienne
  • Jansénius, Augustinus
  • Kant, La Religion dans les limites de la simple raison
  • Leibniz, Principes de la nature et de la grâce
  • Leibniz, Monadologie
  • Leibniz, Discours de métaphysique, §31
  • Malebranche, Traité de la nature et de la grâce
  • Pascal, Écrits sur la grâce
  • Pascal, Provinciales, I-IV
  • Pélage, De la nature
  • Pélage, Du libre arbitre
  • Voltaire, Dictionnaire philosophique, « Grâce »
  • Bernard Quilliet, L'acharnement théologique - Histoire de la grâce en occident - IIIè XXIè siècles, Fayard 2007


  • Portail du christianisme Portail du christianisme
Ce document provient de « Gr%C3%A2ce (religion) ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Grace (religion) de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Grâce (religion) — Pour les articles homonymes, voir Grâce. Christianisme Religions abrahamiques (arbre) Judaïsme · Christianisme · Islam Courants …   Wikipédia en Français

  • Grâce (religion chrétienne) — Pour les articles homonymes, voir Grâce. On nomme grâce, en théologie, une disposition de faveur divine. Elle a aussi le sens de pardon, affection, amour et bienveillance. Les rapports de la grâce, qu elle soit efficace ou suffisante, et du libre …   Wikipédia en Français

  • Grâce divine — Grâce (religion) Pour les articles homonymes, voir Grâce. Christianisme Religions abrahamiques (arbre) Judaïsme · Christianisme · Islam Courants …   Wikipédia en Français

  • GRACE —    in CHRISTIAN THEOLOGY is the loving action of GOD in an individual s life making possible their SANCTIFICATION. It is by GRACE that God makes SALVATION possible and through grace that He sustains the CHURCH …   Concise dictionary of Religion

  • Religion — • The voluntary subjection of oneself to God Catholic Encyclopedia. Kevin Knight. 2006. Religion     Religion     † …   Catholic encyclopedia

  • RELIGION — L’ÉTYMOLOGIE du terme religion reste incertaine; elle est controversée depuis l’Antiquité. À la suite de Lactance, de Tertullien, les auteurs chrétiens se plaisent à expliquer le latin religio par les verbes ligare, religare , lier, relier. La… …   Encyclopédie Universelle

  • Grace Gifford — (4 March1888 ndash;13 December1955) was an Irish artist and cartoonist who was active in the Republican movement. She is mainly remembered as the subject of a popular song, which tells the story of how she married Joseph Plunkett in 1916 only a… …   Wikipedia

  • RELIGION (GUERRES DE) — En France, on appelle d’ordinaire «guerres de religion» les conflits armés qui opposèrent, dans le royaume, catholiques et calvinistes entre 1562 et 1598. La perspective historique impliquée par cette géographie et par cette chronologie est à… …   Encyclopédie Universelle

  • Grace Jantzen — Grace Marion Jantzen (24 May 1948 ndash; 2 May 2006) was a feminist philosopher and theologian. She was professor of religion, culture and gender at Manchester University from 1996 until her death from cancer at the age of 57.cite journal | title …   Wikipedia

  • GRÂCE — Le mot «grâce» et la réalité qu’il désigne ont une importance centrale dans la vie de l’humanité, et particulièrement dans l’histoire et la théologie chrétiennes. S’il est vrai que tout homme souffre d’un sentiment diffus et non expliqué de… …   Encyclopédie Universelle


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.