Goitre


Goitre
Classification internationale
des maladies
CIM-10 : E01-E07, P72
Forme très développée de Goitre

Le goitre est une augmentation de volume, souvent visible, de la glande thyroïde; le goitre est une affection extrêmement fréquente : 800 millions[réf. nécessaire] de personnes en sont atteintes dans le monde. Cette maladie est souvent familiale.

Sommaire

Causes

Plusieurs types d'anomalie peuvent favoriser l'apparition d'un goitre.

Symptômes et diagnostic

Un goitre se manifeste par un gonflement de la région antérieure du cou.

Le diagnostic repose sur la palpation du cou: une glande thyroïde est considérée comme goitreuse lorsque chaque lobe latéral a un volume supérieur à la dernière phalange des pouces du sujet examiné[2].

Différentes classifications définissent différents grades de goitre. Celle de l'OMS[2]:

  • Grade 0 : une thyroïde non palpable et non visible. C'est le cas normal.
  • Grade 1 : goitre palpable mais non visible lorsque le cou est en position normale, même si l'hypertrophie de la thyroïde n'est pas visible. Les nodules thyroïdiens dans une thyroïde non hypertrophiée entrent dans cette catégorie.
  • Grade 2 : un gonflement du cou qui est nettement visible lorsque le cou est en position normale et est cohérent avec une thyroïde hypertrophiée à la palpation du cou.

Surtout, on recherche des signes de compression des organes de voisinage, c'est-à-dire:

On étudie parfois le goitre par une échographie cervicale qui visualise les lobes thyroïdiens et les nodules, précisant leur taille et leur aspect liquidien (kyste) ou solide.

Une scintigraphie thyroïdienne peut se révéler nécessaire pour étudier le fonctionnement de la glande. Une étude cytologique des nodules par cytoponction (aspiration à l'aide d'une aiguille fine) est parfois réalisée. Enfin, le dosage des hormones thyroïdiennes révèle une éventuelle augmentation ou une diminution de celles-ci.

Évolution et traitement

Spontanément, un goitre peut rester de petite taille ou augmenter de façon régulière et entraîner à terme des signes compressifs.
Un goitre peut en outre devenir toxique en sécrétant des hormones thyroïdiennes de façon excessive, et entraîner alors une hyperthyroïdie.

Le traitement est proposé en fonction de cette évolution et de la cause du goitre :

Histoire

Des médecins chinois de la dynastie des Tang (618-907) ont été les premiers à traiter avec succès des patients atteints de goitre en utilisant la glande thyroïde riche en iode d'animaux comme les moutons et les porcs – ils la faisaient prendre soit telle quelle, soit en pilule, soit en poudre, soit en poudre mêlée à du vin. On en trouve la description dans un livre de Zhen Quan (mort en 643), ainsi que dans plusieurs autres. Un livre chinois (La Pharmacopée du laboureur céleste) affirme que la sargasse riche en iode était utilisée au Ier siècle av. J.‑C.. pour traiter les patients atteints de goitre, mais ce livre a été écrit beaucoup plus tard.

Au XIIe siècle un médecin persan, Zayn al-Din al-Jurjani, a donné la première description de la maladie de Basedow après avoir remarqué l'association du goitre et de l'exophtalmie dans son Thesaurus du shah de Khwarazm, le plus important dictionnaire médical de son temps. Al-Jurjani a également établi une association entre le goitre et la palpitation. La maladie a ensuite reçu le nom d'un médecin irlandais, Robert James Graves, qui a décrit en 1835 un cas de goitre avec exophtalmie. On parle plutôt en France de maladie de Basedow, d'après Carl Adolph von Basedow, un Allemand qui, de façon indépendante, a signalé la même constellation de symptômes en 1840 ; des rapports antérieurs sur cette maladie avaient également été publiés par les Italiens Giuseppe Flajani et Giuseppe Antonio Testa, respectivement en 1802 et 1810, et par le médecin anglais Caleb Hillier Parry (un ami d'Edward Jenner) à la fin du XVIIIe siècle.

Paracelse (1493-1541) a été le premier à proposer une relation entre le goitre et certains minéraux (en particulier le plomb) dans l'eau de boisson. L'iode a été découverte plus tard par Bernard Courtois en 1811, à partir de cendre d'algues.

Auparavant, le goitre était commun dans de nombreuses régions qui manquaient d'iode dans le sol. Par exemple dans les Midlands, en Angleterre, on connaissait la maladie sous le nom de « cou du Derbyshire ». Aux États-Unis, on trouvait des goitres dans les régions des Grands Lacs, du Midwest et de l'Intermountain. Aujourd'hui on n'en rencontre pratiquement plus dans les pays riches, où le sel de table est complémenté avec de l'iode. Toutefois, il est encore répandu en Inde, en Asie centrale et en Afrique centrale.

Notes

  1. Zhonghua Liu Xing Bing Xue Za Zhi. 2007 Jan;28(1):53-6. [Epidemiological study of the effects of smoking cigarette on thyroid gland] [Article in Chinese] Gu XL & Col. Department of Endocrinology, 1st Affiliated Hospital, China Medical University, Shenyang 110001, China.
  2. a et b http://www.who.int/vmnis/iodine/data/sources/iodine_data_sources/en/

Voir aussi



Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Goitre de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Goitre — Classification and external resources ICD 10 E01 E05 ICD 9 …   Wikipedia

  • goitre — [ gwatr ] n. m. • 1530; goyetre 1492; a. fr. goitron « gorge » XIIe; lat. pop. °gutturio, onis, de guttur « gorge » ♦ Gonflement de la partie antérieure du cou, résultant d une augmentation de volume de la glande thyroïde, dans sa totalité ou… …   Encyclopédie Universelle

  • Goître — Goitre Goitre CIM 10 : E01 E07, P72 Forme très développée de Goitre Le goitre est une augmentation de volume, souvent visible, de …   Wikipédia en Français

  • goitre — alternative spelling of GOITER (Cf. goiter) …   Etymology dictionary

  • goitre — GOITRE. s. f. (Quelques uns le font masculin.) Tumeur grosse & spongieuse qui vient à la gorge, causée ordinairement par la boisson des eaux de neiges fonduës. Les Montagnards sont sujets aux goitres …   Dictionnaire de l'Académie française

  • goitre — (US goiter) ► NOUN ▪ a swelling of the neck resulting from enlargement of the thyroid gland. DERIVATIVES goitrous adjective. ORIGIN French, or from Old French goitron gullet , both from Latin guttur throat …   English terms dictionary

  • goitre — Enlargement of the thyroid gland, causing a prominent swelling at the throat. The thyroid can grow to 50 times its normal weight, interfere with breathing and swallowing, and cause a choking feeling. Simple (endemic) goitre, the most common, is… …   Universalium

  • goitre — n. a swelling of the neck due to enlargement of the thyroid gland. This may be due to lack of dietary iodine, which is necessary for the production of thyroid hormone: the gland enlarges in an attempt to increase the output of hormone. This was… …   Medical dictionary

  • goitre — n. a swelling of the neck due to enlargement of the thyroid gland. This may be due to lack of dietary iodine, which is necessary for the production of thyroid hormone: the gland enlarges in an attempt to increase the output of hormone. This was… …   The new mediacal dictionary

  • goître — (goi tr ) s. m. 1°   Tumeur qui se développe au devant de la gorge dans le corps thyréoïde. •   Elle avait le cou long [la duchesse de Bourgogne] avec un soupçon de goître qui ne lui seyait point mal, SAINT SIMON 321, 194. 2°   Terme de zoologie …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.