Glozel


Glozel

46°02′N 3°36′E / 46.033, 3.6

Vue générale du vallon dans lequel se trouve le site de Glozel
Le site du « Champ des Morts » à Glozel en 2008
Le jeune Émile Fradin dans son musée

Glozel est un lieu-dit de la commune de Ferrières-sur-Sichon, dans le département de l'Allier, situé à une trentaine de kilomètres de Vichy. Il est devenu célèbre à partir de 1924, quand fut mis au jour un ensemble d'objets, attribués dans un premier temps à une époque préhistorique mais dont la datation et parfois l’authenticité furent rapidement contestées. Les objets découverts sont des pierres taillées, des poteries, des fragments de verre et des tablettes gravées portant des inscriptions évoquant une écriture dans un alphabet proche des alphabets phénicien ou lépontique.

Ces vestiges sont à l’origine d’une vive controverse qui divisa une partie de la communauté scientifique, puis le grand public, en « glozéliens » et « anti-glozéliens ». L'« affaire Glozel » connut de nombreux épisodes judiciaires.

Après de nouvelles analyses et datations, le Ministère de la Culture a rendu public en 1995 un rapport qui estime que le site est principalement médiéval, tout en contenant de nombreux artefacts de l’Âge du fer. Le rapport conclut également que le site a été enrichi à une époque indéterminée de contrefaçons modernes dont l’auteur demeure inconnu.

Sommaire

Historique

Découverte

« Tombe » (à gauche) et « fosse fusiforme » (à droite)
Détail d'une « fosse fusiforme » (environ 3 x 1 m)

La découverte initiale est réalisée le 1er mars 1924 par Émile Fradin, alors âgé de 17 ans, et par son grand-père Claude Fradin en défrichant le champ Duranthon, surnommé plus tard « le Champ des Morts ». Le pied de l’une des vaches tirant la charrue s’enfonce dans une cavité. Libérant la vache, les Fradin découvrent une fosse dont les parois sont revêtues de briques et dont le sol est couvert de dalles d’argile. La fosse contient des ossements humains, des instruments en pierre ou en os et des fragments de céramique. Les voisins commencent à fouiller aux alentours ou viennent voir les trouvailles, beaucoup rapportent des objets chez eux.

Adrienne Picandet, l'institutrice du village, entend bientôt parler de la découverte et se rend sur place. Elle informe l’Inspection d’Académie ; la Société d'émulation du Bourbonnais et la Société bourbonnaise des études locales sont prévenues au mois de juin 1924.

Début juillet, la Société d'émulation du Bourbonnais dépêche sur place Benoît Clément, l'instituteur de la commune voisine de La Guillermie. Celui-ci commence à fouiller de manière peu orthodoxe, aidé du procureur Joseph Viple, utilisant parfois la pioche et détruisant la première fosse. Les deux hommes emportent nombre d'objets avec eux. Après quelques semaines, Viple affirma aux Fradin que les objets étaient sans intérêt et qu'il valait mieux remettre en culture le champ ; ceux-ci s'exécutèrent.

En janvier 1925, Clément s'attribue la découverte du site (et en particulier d’une brique comportant des signes) en envoyant une lettre à la Société d’émulation du Bourbonnais. Il demande une subvention de 50 francs pour réaliser des fouilles plus organisées à Glozel mais un refus est signifié dans le numéro de janvier-février 1925 du bulletin publié par la Société.

À la lecture de cette lettre, Antonin Morlet, médecin féru d'archéologie et exerçant à Vichy, prend connaissance de la découverte. Il sera avec Émile Fradin l’un des plus fervents défenseurs de Glozel.

Morlet se rend chez Clément où il découvre des objets fascinants. Les deux hommes visitent, en avril 1925, le champ où ont été trouvés les objets. Morlet, spécialiste de l’époque gallo-romaine, estime que les objets de Glozel ne datent pas de l’Antiquité mais sont beaucoup plus anciens, peut-être magdaléniens (présence de harpons en os, de gravures représentant des rennes, etc.). Il décide de financer lui-même de nouvelles fouilles et propose de louer le champ des Fradin pour 200 francs par an en leur laissant la propriété de tous les vestiges mis au jour.

Premières fouilles

Les fouilles de Morlet commencent en mai 1925 et se poursuivent jusqu'en 1936. Il découvre des tablettes, des figurines, des outils de silex et d’os, des pierres gravées. De grands noms de l'archéologie viennent fouiller à Glozel à l'invitation de Morlet : Louis Capitan est le premier en juin 1925.

Dès septembre 1925, Morlet révise sa première attribution chronologique et publie un fascicule intitulé Nouvelle station néolithique et co-signé par Émile Fradin. Les premiers articles de presse relatifs à Glozel sont publiés dans Le Matin en octobre et dans le Mercure de France en décembre.

En deux années, le gisement livre environ 3 000 vestiges très variés, dont une centaine de tablettes portant des signes, une quinzaine de tablettes avec des empreintes de mains, des idoles sexuées, des galets gravés, des objets en pierre taillée, en pierre polie, en céramique, en verre, en os et en bois de cervidés.

Premières controverses

Rapidement, l’attribution du site au Néolithique est contestée par la communauté scientifique. Pour Morlet, il s’agit de la seule attribution envisageable mais il est confronté à la diversité des objets trouvés : une partie des gravures présentes sur les galets et des objets en os et en ivoire évoque vaguement le Magdalénien, soit la fin du Paléolithique supérieur, mais les techniques employées évoquent le Néolithique. Pour Morlet, Glozel correspond à la transition entre ces deux périodes mais on sait déjà à l’époque qu’elles sont séparées par plusieurs millénaires.

Certains vestiges sont particulièrement problématiques et comportent des éléments anachroniques. C’est le cas d’un galet portant une gravure de renne accompagnée de signes considérés comme alphabétiques : le renne a disparu de ces régions à la fin du Paléolithique supérieur, environ 10 000 ans av. J.-C., tandis que les plus anciennes traces d’écriture datent d’environ 3 300 ans av. J.-C. et proviennent du Moyen-Orient. Les signes de Glozel sont comparables à ceux de l’alphabet phénicien, fixé vers 1 000 av. J.-C., ou à ceux de l'alphabet ibérique qui en dérive.

Morlet publie un article évoquant un alphabet néolithique en avril 1926. Pour lui, il ne fait aucun doute que les auteurs des objets découverts à Glozel avaient développé un système d'écriture très nettement antérieur à celui des Phéniciens. Ses découvertes remettent en cause l’apparition de l'écriture au Moyen-Orient et en font une invention européenne.

Démêlés judiciaires

Musée de Glozel en 2008

La communauté scientifique, suivie bientôt du grand public, se divise en camps antagonistes, d'un côté les « glozéliens », de l'autre les « anti-glozéliens ». Le milieu universitaire français accueille avec scepticisme le rapport de 1925, co-signé par un amateur et un jeune agriculteur. Morlet invite un certain nombre d'archéologues à visiter le site en 1926, notamment Salomon Reinach, conservateur du musée national de Saint-Germain-en-Laye, qui vient y fouiller pendant trois jours. Reinach prend position en faveur de l'authenticité du site dans une communication à l’Académie des inscriptions et belles-lettres. De même, le célèbre archéologue Henri Breuil fouille avec Morlet et porte un jugement favorable[1], avant de prendre position contre l'authenticité des vestiges de Glozel. Il est rejoint par André Vayson de Pradenne qui apporte certains des arguments les plus convaincants en faveur d'une fraude : il retrouve notamment, dans des publications de vulgarisation scientifique, des gravures préhistoriques qu'il considère comme les modèles du faussaire.

Lors du congrès de l’Institut international d'anthropologie à Amsterdam, tenu en septembre 1927, Glozel est le sujet d’une vive polémique. L’institut nomme une « commission internationale » afin de réaliser de nouvelles recherches. Elle arrive à Glozel le 5 novembre 1927 et comprend notamment Eugène Pittard, Denis Peyrony et Dorothy Garrod. Pendant leur brève campagne de fouilles de trois jours, de nombreux curieux les observent. Dans son rapport de décembre 1927, la commission retient quelques pièces en silex et en céramique comme authentiques mais n’exclut pas que des objets anciens aient été introduits dans le gisement. Elle conclut à « la non ancienneté de l’ensemble des documents qu’elle a pu étudier à Glozel ».

René Dussaud, conservateur du Musée du Louvre et épigraphiste célèbre, accuse Émile Fradin de contrefaçon. Le 10 janvier 1928, Fradin intente un procès pour diffamation à l’encontre de Dussaud.

Félix Regnault, alors président de la Société préhistorique française, visite Glozel le 24 février. Après une brève visite au petit musée installé dans la ferme des Fradin, il porte plainte contre X pour escroquerie au prétexte qu’un prix de 4 francs est exigé pour voir des pièces qu’il considère comme fausses. Le jour suivant, accompagnée de Regnault, la police fouille le musée et saisit trois caisses de vestiges. Le 28 février, le procès de Fradin contre Dussaud est reporté en raison de l'inculpation de Fradin suite à l’accusation de Regnault.

Un nouveau groupe d'archéologues français et étrangers réuni par Morlet, appelé « Comité des études », fouille du 12 au 14 avril 1928[2]. Ces chercheurs découvrent de nouveaux vestiges analogues à ceux des collections Morlet et Fradin et concluent à l'authenticité du site, attribué au Néolithique.

Gaston-Edmond Bayle, chef des services de l’Identité judiciaire de Paris, est commis par le juge d'instruction de Moulins pour examiner les objets saisis lors de la perquisition au domicile des Fradin (écurie, grenier et « musée »). Le juge lui adjoint deux spécialistes : M. Maheu, docteur ès sciences naturelles, chef des laboratoires de micrographie à la Faculté de pharmacie de Paris, et M. Randoin, agrégé de l'Université, assistant de géologie et de minéralogie au Collège de France[3]. Le rapport, remis le 10 mai 1929, conclut que les tablettes sont des contrefaçons récentes[4],[5]. Émile Fradin est inculpé pour escroquerie le 4 juin 1929 sur la base du rapport de Bayle, mais il bénéficie d’une ordonnance de non-lieu le 26 juin 1931. La plainte contre Dussaud est jugée en mars 1932 et celui-ci est condamné pour diffamation.

En 1936, Morlet décide d'interrompre les fouilles à Glozel, laissant de nombreux secteurs vierges pour les générations futures de chercheurs et pour appliquer de nouvelles méthodes de fouilles.

Épilogue

À partir de 1941, les fouilles archéologiques ne sont plus possibles sans autorisation du Ministère de la Culture. Le site de Glozel demeure intact jusqu'à ce que ce Ministère y entreprenne de nouvelles fouilles en 1983, à la demande d'élus locaux. Le rapport complet ne fut jamais publié mais un résumé de 13 pages fut rendu public en 1995[6]. Les auteurs déclarent que l'on n'a pas trouvé de traces de l'existence d'un gisement néolithique, voire paléolithique, que l'occupation médiévale est la plus significative et la mieux représentée sur le site, que celui-ci contient des objets de l’Âge du fer, mais qu’il a été enrichi par des contrefaçons.

Le 16 juin 1990, Émile Fradin fut décoré de l’ordre des Palmes académiques sur proposition de Jacques Thierry, inspecteur général de l'Éducation nationale, alors au cabinet de Jack Lang.[réf. nécessaire]

Il s'est éteint en février 2010 à l'âge de 103 ans et a été inhumé le 12 février à Ferrières-sur-Sichon [7]. A cette occasion le sous-préfet de Vichy, Jean-Pierre Maurice, lui rendit hommage.

Datations absolues

Différentes méthodes de datation absolue ont été appliquées aux objets trouvés à Glozel : spectrographie, thermoluminescence, carbone 14 et « analyse par activation neutronique ».

Résultats

En 1969, le professeur danois Mejdhal a l'idée d'appliquer les méthodes de datation absolue au site. Thermoluminescence (TL) et carbone 14 (C 14) prouvent l'ancienneté de certains matériaux. L'époque celtique voire l'époque gallo-romaine sont retenues.

En 1974, la datation par thermoluminescence de poteries confirme que celles-ci n'ont pas été fabriquées récemment.

En 1979, 39 datations TL portant sur 27 objets façonnés répartissent les vestiges en trois groupes :

  • 300 av. J.-C. - 300 AD (Gaule celtique et Gaule romaine),
  • une période médiévale centrée sur le XIIIe siècle,
  • une période récente (objets dus à un faussaire).

Les datations TL réalisées à Oxford en 1983 vont du IVe siècle à la période médiévale. La datation par le carbone 14 de fragments d'os donne une fourchette chronologique allant du XIIIe au XXe siècle. Trois analyses C14 exécutées à Oxford en 1984 permettent de dater un fragment de charbon de bois du XIe au XIIIe siècle, et un fragment d'anneau en ivoire du XVe siècle. Un fémur humain est daté du Ve siècle.

Le verre qui avait été daté par spectrographie dans les années 1920, est soumis à une datation par « analyse par activation neutronique » dans les années 1990 au réacteur de Slowpoke, à l’Université de Toronto. Les deux analyses datent les fragments de verre de la période médiévale.

En 1995, Alice et Sam Gerard ainsi que Robert Liris parviennent à faire dater par le carbone 14 deux tubes en os, découverts dans la tombe II, au laboratoire de l’Université de l'Arizona : la datation obtenue est le XIIIe siècle.

Observations

Les premières datations par thermoluminescence sont intervenues alors que la méthode était encore dans une phase de mise au point, sans que des mesures de la radioactivité naturelle actuelle soient réalisées sur le terrain.

Par ailleurs, les différentes méthodes évoquées datent la matière des objets (âge de la mort pour le carbone 14, âge de la cuisson pour la thermoluminescence) mais non les éventuelles gravures qu’ils portent.

La controverse entre « glozéliens » et « anti-glozéliens »

Pour les défenseurs de l'authenticité de Glozel, certains préhistoriens reconnus de l’époque étaient initialement convaincus de l’authenticité du site, mais auraient changé d’avis pour des raisons non scientifiques (Capitan et Breuil parce que Morlet leur a refusé de co-signer des publications sur le site, Vayson de Pradenne parce que Fradin a refusé de lui vendre sa collection, etc.). Dussaud aurait refusé de reconnaître l’authenticité et l’ancienneté de l’écriture de Glozel parce qu’elle remettait en cause la thèse qu’il défendait dans une publication récente[8], selon laquelle l’écriture alphabétique aurait une origine phénicienne[9].

L'authenticité du site de Glozel pose problème à plus d'un titre pour les sceptiques. Si beaucoup d'objets y ont été trouvés, aucune trace d'habitat n'y a été décelée. La question a toujours été de comprendre comment une civilisation apparemment bien développée aurait pu ne laisser aucune trace ailleurs. Concernant les tablettes, l'expertise de 1929 de G.-E. Bayle conclut à une contrefaçon pour différentes raisons : certaines tablettes sont en argile non cuite et il est hautement improbable qu’elles se seraient conservées longtemps dans le sol ; d'autres contiennent des fibres d’étoffe en parfait état de conservation et de surcroît teintes à l'aide de matières colorantes modernes ; d'autres contiennent des éléments végétaux très frais et dont la chlorophylle est celle de plantes conservées depuis moins de cinq ans au moment de l'expertise ; enfin certaines tablettes étaient badigeonnées d’argile liquide masquant certaines imperfections et adoucissant les contours des gravures[10],[11]. Un rhizome traversant une pièce, invoqué en faveur d'un enfouissement prolongé, a été introduit dans un trou artificiel et maintenu en place par un masticage et surtout les tablettes ne portent pas de traces géologiques d'enfouissement prolongé.

Henri Breuil, dès 1926 avait noté : « Les harpons ne ressemblent ni comme forme, ni comme technique de travail (faits comme au couteau et à la râpe) [à des pièces préhistoriques connues]. Sauf trois, moins mal faits, leur technique est stupide et leur forme inutilisable. (…) diverses facettes de taille des harpons ont la netteté de celles du métal, cuivre peut-être. »[12]. En 1927, André Vayson de Pradenne précisait : « Les os provenant soi-disant d’une même couche, et qui par conséquent devraient avoir la même patine, ont les aspects les plus disparates. En outre ils portent des traces de travail qui ne peuvent être la marque d’outils de pierre, mais de couteaux et de râpes en acier. De même, les haches de pierre polie sont de simples galets de schiste fraîchement limés à une extrémité. Les poteries sont si mal cuites qu’elles n’auraient pu résister à un long enfouissement dans une terre aussi humide et à si peu de profondeur. (…) Les défenseurs de Glozel se bornent à répondre que ce sont des techniques que nous ne connaissons pas ; ce sont les nouveautés de la découverte. En réalité, nous connaissons fort bien ces techniques : ce sont celles des faussaires. »[13].

Jean-Pierre Adam attire l’attention sur certains objets gravés de Glozel qui semblent être des copies grossières d’œuvres préhistoriques authentiques mais inversées « en miroir », comme si on les avait calquées et qu’on avait retourné le calque avant de les reproduire[14]. Il mentionne également une tête de statuette féminine qui reproduit maladroitement toutes les caractéristiques de la Dame de Brassempouy, jusqu’à la cassure accidentelle de la base[14]. En 1924, la Dame de Brassempouy était déjà figurée dans de nombreux manuels de Préhistoire.

L'écriture de Glozel

Les signes figurant sur les vestiges découverts à Glozel ont fait l'objet de nombreuses analyses et d'interprétations divergentes[15]. Voici deux exemples récents de déchiffrement (l'un par le celtique, l'autre par le sémitique), ainsi que l'avis d'un anti-glozélien.

Hans-Rudolf Hitz et le Nemu Chlausei ou « lieu sacré de Glozel »

Pour le philologue et linguiste suisse Hans-Rudolf Hitz[16], des scripteurs différents se sont rendus à des époques variées de l'Antiquité au « lieu sacré de Glozel ». Les pèlerins celtes qui y venaient faisaient graver leur dédicace et sacrifiaient à leur divinité préférée. Ils devaient probablement pour se faire comprendre recourir à un idiome celtique compréhensible par les différentes tribus en présence.

Certains objets en argile cuite ont été datés entre - 300 et 100 après J.-C. ; H.-R. Hitz en déduit, dans des publications récentes, qu'un grand nombre de signes représentent des lettres, qui se laissent comparer avec les alphabets apparentés en usage à l'âge du Fer (époque gallo-romaine).

Ainsi, pour lui, à la suite des échanges entre la Gaule cisalpine et la Gaule transalpine, un alphabet étrusque du nord - apparenté à l’alphabet lépontique - fut importé à Glozel où les graveurs créèrent probablement leur alphabet primaire vers 300 avant J.-C. Il devait contenir quelque 16 « signes alphabétiques ». Vers 100 avant J.-C., cet alphabet semble s'être développé : 25 ou 26 signes, ainsi qu'une soixantaine de variations de signes, telles les ligatures et les consonnes géminées, ont été répertoriés.

Nous proposons ici en guise d'exemple la traduction d'une grande tablette (GLO-71) faite par H.-R. Hitz. Selon lui, elle pourrait faire référence à un événement historique survenu en 107 avant J.-C. Cette année-là, les Volques tectosages alliés aux Tigurins, un pagos des Helvètes qui participait à l'expédition des peuples transrhénans qui avaient alors envahi la Gaule, infligèrent une sanglante défaite aux Romains dans les environs de Toulouse. Les italiques impliquent des incertitudes :

Herbert Sauren et l'interprétation sémitique

Le philologue allemand spécialiste du Proche-Orient ancien Herbert Sauren, qui a par ailleurs entrepris de démontrer que la plupart des textes en écriture ibérique pouvaient s'interpréter par des langues sémitiques de l'antiquité, a repris sous cet angle l'ensemble du corpus épigraphique de Glozel établi par Morlet, ainsi que les parallèles donnés par le même dans ses Origines de l'écriture, et en a proposé une étude épigraphique, une translittération, une traduction complète ainsi qu'une liste du vocabulaire sémitique[17].

Jean-Pierre Adam et les caractères phéniciens désordonnés

Pour Jean-Pierre Adam au contraire, les signes trouvés sur les tablettes correspondent à des signes lapidaires empruntés très fidèlement à plusieurs sources distinctes (mais principalement aux alphabets de la famille phénicienne), signes déjà largement diffusés à l'époque dans les revues et dans les livres d'histoire de l'art. Cette juxtaposition des emprunts est faite de manière désordonnée sur certaines tablettes. Jean-Pierre Adam précise : « (…) les meilleurs spécialistes de l’écriture phénicienne et des langues utilisant ce système graphique sont tous formels : les lettres des tablettes glozéliennes sont disposées en désordre, d’une manière totalement aléatoire, et la lecture des textes est impossible. »[18]. Il ajoute que l'authenticité de l'ensemble des objets gravés impliquerait « l'abandon d'une écriture utilisée à Glozel à l'époque magdalénienne, puis réinventée de toutes pièces à l'identique dans l'Orient méditerranéen quelque dix ou douze mille ans plus tard. »[19].

Glozel aujourd’hui

Panneau d'information sur la route de Thiers à Vichy faisant référence au site de Glozel sans le nommer

Malgré le rapport du Ministère de la Culture de 1995, le débat n’est toujours pas clos. Un groupe de passionnés qui a créé le Centre international d'étude et de recherche a notamment continué à se réunir tous les ans de 1999 à 2005 à Vichy pour évoquer Glozel.

Il se trouve encore d’autres ardents défenseurs de l’authenticité et de la grande ancienneté de l’ensemble des vestiges mis au jour à Glozel. Leurs rangs comptent beaucoup moins de préhistoriens que d’ufologues et d’amateurs de paranormal, adeptes de Robert Charroux et Erich von Däniken. Leur argumentation rejoint souvent la Théorie du complot : Glozel est authentique mais n’est pas reconnu, ses implications remettant trop radicalement en question la « science officielle ».

Si Glozel a longtemps séduit et séduit encore certains, sans doute est-ce parce qu’il apportait la preuve, pensaient-ils, de l’existence d’une civilisation européenne ancienne ayant inventé l’écriture bien avant qu’elle n’apparaisse au Moyen-Orient. D'après Jean-Paul Demoule, « c'est la place de Glozel dans l'histoire et la sociologie de la recherche archéologique qui peut paraître l'aspect le plus intéressant de cette affaire »[20].

Annexes

Bibliographie

  • Publications nuancées
    • Glozel, l’affaire Dreyfus de l’archéologie, Les dossiers histoire et archéologie, n° 74, 1983.
    • Jean-Paul Demoule, « Glozel », article du Dictionnaire de la Préhistoire, dir. A. Leroi-Gourhan (1988).
    • Christian Bessy, Francis Chateauraynaud, Pierre Lagrange, « Une collection inqualifiable. La controverse sur l'authenticité de Glozel », Ethnologie française, n° 3, 1993.
  • Publications favorables à l’authenticité de Glozel
    • André Cherpillod, Glozel et l'écriture préhistorique (1991) (ISBN 2906134155).
    • Mendes Corréa, Glozel e Alvão, Porto, Imprensa Portuguesa (1926).
    • Léon Cote, Glozel ou La Guerre des Briques, Éditions Patrice Thierry, L'Ether Vague (1987).
    • Léon Cote, Glozel Trente ans après, Éditions Patrice Thierry, L'Ether Vague (1987).
    • Patrick Ferryn, Jacques Gossart et Nicole Torchet, L'Affaire de Glozel, Copernic (1978) (ISBN 2859840214).
    • Émile Fradin, Glozel et ma vie (Les Énigmes de l'univers), R. Laffont (1979) (ISBN 2221002849).
    • Émile Fradin, Glozel et ma Vie, Archeologia, 1990.
    • Alice Gerard, Glozel : Bones of Contention (2005) (ISBN 0595670679).
    • Alice Gerard, Glozel (2005) ASIN B0007QAAM0.
    • Joseph Grivel, La Préhistoire chahutée, L'Harmattan (2004).
    • Hans-Rudolf Hitz, Als man noch protokeltisch sprach: Versuch einer Entzifferung der Inschriften von Glozel, Juris (1982), (ISBN 3-260-04914-2).
    • Jean Labadié, « Une visite aux fouilles de Glozel », L'Illustration, 3 septembre 1927, pp. 212-216, Édition de Joseph Grivel, 2003.
    • Marie Labarrère-Delorme, La Colombe de Glozel : Propositions pour une lecture des inscriptions de Glozel, M. Labarrère-Delorme (1992) (ISBN 2950463215).
    • Robert Liris, Joseph Grivel, Cristina Biaggi, Glozel, les Graveurs du Silence, Éditions BGC, Toscane (1994).
    • Antonin Morlet, Origines de l'écriture, Causse, Graille & Castelnau Imprimeurs Éditeurs (1955).
    • Antonin Morlet, Petit historique de l'affaire de Glozel, Éditions de la Source, Marsat (1970).
    • Antonin Morlet, Glozel, corpus des inscriptions, Éditions Horvath, Roanne (1978).
    • Antonin Morlet, Glozel, tome II, Éditions Horvath, Roanne (1978).
    • Óðinn-Hermoðr de Warenghien, Glozel Clef de l'ésotérisme occidental, Made in Normandy, Rouen, diffusion en DVD, DLF-20070131-120.
    • Gigi Sanna, I documenti oracolari in lingua greca arcaica di Glozel ed il culto di Apollo IHIOS in Delfi, Conferenza di Parigi del 12.4.2005 (Sorbona. Maison de Sciences de l'homme, in Quaderni Oristanesi, n° 53/54, PTM Mogoro 2005, pp. 5-50.
    • Gigi Sanna, Sardoa Grammata, S'Alvure editrice (2004).
    • Gigi Sanna, La scrittura nuragica e quella greca arcaica, La vera identità del cosiddetto 'cacciatore uccisore di lupi' del Museo della fattoria di Glozel, L'icona delfica del Lossia e la collana 'scritta' dell'Apollo bronzeo di Manticlo di Tebe del Museum of Fine Arts di Boston, in Dal Sinis a Glozel. La Conferenza Internazionale di Cagliari sulla scrittura nuragica e quella greca arcaica (Paraulas, Anno VIII/2006, pp. 8-24).
    • Gigi Sanna, I segni del Lossia Cacciatore, S'Alvure editrice (2007).
    • Nicole Torchet, Patrick Ferryn, Jacques Gossart, L'affaire de Glozel, Copernic (1978).
  • Publications évoquant Glozel d’un point de vue critique et sceptique
    • Jean-Pierre Adam, L'Archéologie devant l'imposture, Laffont, Paris (1975) (épuisé).
    • Jean-Pierre Adam, Le passé recomposé - Chroniques d’archéologie fantasque, Seuil, Paris (1988).
    • Jean-Paul Demoule, « Glozel : récit d'une imposture », L'Histoire, n° 166, mai 1993, p. 64-67.
    • J.-P. Daugas, J.-P. Demoule, J. Guilaine, D. Miallier, P. Pétrequin et J.-C. Poursat (1995), Résumé des recherches effectuées à Glozel entre 1983 et 1990, sous l'égide du Ministère de la Culture, in Revue archéologique du centre de la France, vol. 34, pp. 251-259. (résumé).
  • Publications techniques
    • H. Kerrell, H. François, V. Mejdhal, Datation par thermoluminescence de la céramique de Glozel, in Revue archéologique du centre de la France, 1976, 15, fasc. 1/2, pp. 5-28.

Articles connexes

Liens externes favorables à l’authenticité de Glozel

Notes et références

  1. Dans le Mercure de France du 1er décembre 1926, il publie une longue lettre au Dr. Morlet et à E. Fradin, où il leur « renouvelle chaleureusement ses félicitations pour services inappréciables rendus à la science préhistorique en général, et à la préhistoire de notre pays en particulier »
  2. carte postale de l'époque sur la base Joconde
  3. Jean-Pierre Adam, L'archéologie devant l'imposture, Robert Laffont, Paris, 1975, en part. « Delitium atlante à Glozel (Allier) », pp. 71-94.
  4. Le rapport fait état de la présence, dans la masse des tablettes, de fragments végétaux en parfait état de fraîcheur; de poils de laine et de coton provenant de tissus et en parfait état de conservation et dont les fibres sont teintes à l'aide de matières colorantes modernes; de l'absence de trace d'un enfouissement de quelque durée dans le sol. Il s'avère que la boue trouvée encore humide dans la petite casserole saisie dans le grenier des Fradin est identique à l'enduit superficiel de la grande et de la moyenne tablette. Cf. Jean-Pierre Adam, L'archéologie devant l'imposture, op. cit., pp. 91-92 (« CONCLUSIONS »).
  5. Quelques mois plus tard, Bayle est assassiné par un certain Philipponet, personne totalement étrangère à l’affaire mais qui lui reprochait un rapport frauduleux (monnayé auprès du propriétaire de celui-ci, M. Dichamp). Auparavant, en 1929, aux assises d'Anvers (Belgique), Bayle, qui se déclarait docteur ès sciences alors qu'il n'était que licencié, avait confondu dans l'affaire Almazoff, de la matière fécale avec du sang, ce qui fut défavorable à la défense qui l'avait requis comme expert.
  6. J.-P. Daugas, J.-P. Demoule, J. Guilaine, D. Miallier, P. Pétrequin, et J.-C. Poursat, Résumé des recherches effectuées à Glozel entre 1983 et 1990, sous l'égide du Ministère de la Culture, Revue archéologique du centre de la France, vol. 34, 1995, pp. 251-259.
  7. Émile Fradin a été enterré vendredi 12 février, La Semaine de l'Allier.
  8. Syria, t. V, p. 135 & suivantes.
  9. Glozel, l’affaire Dreyfus de l’archéologie, p. 15.
  10. Le passé recomposé - Chroniques d’archéologie fantasque, p. 78.
  11. Glozel, l’affaire Dreyfus de l’archéologie, p. 30.
  12. Lettre à A. van Gennep, Glozel, l’affaire Dreyfus de l’archéologie, p. 20.
  13. Glozel, l’affaire Dreyfus de l’archéologie, p. 27.
  14. a et b Le passé recomposé - Chroniques d’archéologie fantasque, p. 82.
  15. Pour celles d'avant-guerre, voir J. Grivel, La préhistoire chahutée, pp. 134-141, cf. les pages du site du musée [1] ainsi que pour les plus récentes : [2] [3]
  16. « Écriture et langue dans les inscriptions de Glozel » in : Actes du Ve colloque international, Vichy, 2002.
  17. voir [4] ou [5] les documents "EpiSaur.pdf" pour l'étude épigraphique, "CorpSaur.pdf" ou "HSauren.pdf" pour la translittération et la traduction du Corpus de Glozel, "OrigSaur.pdf" pour celles du matériel d'"Origines des écritures", et "VocSaur.pdf" pour le vocabulaire
  18. Jean-Pierre Adam, Le passé recomposé - Chroniques d’archéologie fantasque, p. 89.
  19. Jean-Pierre Adam, Le passé recomposé - Chroniques d’archéologie fantasque, p. 91.
  20. Jean-Paul Demoule, « Glozel », article du Dictionnaire de la Préhistoire, dir. A. Leroi-Gourhan, (1988).

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Glozel de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Glozel — (coord|46|02|N|3|36|E|) is a hamlet in central France, part of the commune of Ferrières sur Sichon, Mayet de Montagne, Allier, some 17 km from Vichy. Glozel is probably best known as the place where, from 1924 to 1930, over 3,000 artifacts were… …   Wikipedia

  • Glozel — Glozel, localidad de Francia, en la comuna de Ferrières sur Sichon, ubicada a 20 km de Vichy en el departamento de Allier. Son célebres sus termas que van siendo muy visitadas desde el Imperio romano y también es famoso el museo en donde se… …   Wikipedia Español

  • Glozel — Glozel: Localidad de Francia, ubicada a 20 Km. de Vichy en el departamento de Allier. Celebres termas muy visitadas desde el Imperio Romano y famoso museo en donde se custodian las celebres tablillas descubiertas el 1 de marzo de 1924. Artículos… …   Enciclopedia Universal

  • Glozel — Ansicht der Gegend, in der der Fundort liegt Glozel ist ein Dorf in der Gemeinde Ferrières sur Sichon im Département Allier, in der Auvergne in Zentralfrankreich. Glozel liegt etwa 17 Kilometer von Vichy entfernt. Am bekanntesten ist Glozel als… …   Deutsch Wikipedia

  • Tablillas de Glozel — Las Tablillas de Glozel son uno de los misterios que han levantado controversia, debate y escepticismo en el mundo científico y arqueológico en el mundo actual. Fueron descubiertas por Emile Fradin (1907 2010) el 1 de marzo de 1924 en cercanías… …   Wikipedia Español

  • Tablillas de Glozel — Las Tablillas de Glozel son uno de los misterios que han levantado controversia, debate y escepticismo en el mundo científico y arqueológico en el mundo actual. Fueron descubiertas por Emile Fradin el 1 de marzo de 1924 en cercanias de la… …   Enciclopedia Universal

  • Glosel — Glozel Vue générale du vallon dans lequel se trouve le site de Glozel …   Wikipédia en Français

  • Ferrieres-sur-Sichon — Ferrières sur Sichon Ferrières sur Sichon Pays …   Wikipédia en Français

  • Ferrieres sur Sichon — Ferrières sur Sichon Ferrières sur Sichon Pays …   Wikipédia en Français

  • Ferrières-Sur-Sichon — Pays …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.