Giacomo Casanova


Giacomo Casanova
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Casanova (homonymie).
Giacomo Girolamo Casanova
GiacomoGirolamoCasanova.jpg
Naissance 2 avril 1725
Venise, Flag of Most Serene Republic of Venice.svg République de Venise
Décès 4 juin 1798
Dux, Drapeau de Bohême Bohême
Genres Mémoires

Giacomo Girolamo Casanova, né le 2 avril 1725 à Venise et mort le 4 juin 1798 à Dux, fut tour à tour violoniste, écrivain, magicien (dans l'unique but d'escroquer Madame d'Urfé), espion, diplomate, bibliothécaire mais revendiquant toujours sa qualité de « Vénitien ».

Il utilisa de nombreux pseudonymes, le plus fréquent étant le chevalier de Seingalt (prononcer Saint-Galle) ; il publia en français sous le nom de « Jacques Casanova de Seingalt ».

De lui subsiste une œuvre littéraire abondante, mais Casanova est célèbre aujourd’hui comme aventurier et surtout comme l’homme qui fit de son nom le symbole de la séduction. Il savait user aussi bien de charme que de perfidie pour conquérir les femmes. Sa réputation en cela dérive d’une œuvre autobiographique Histoire de ma vie, rédigée en français et considérée comme l’une des plus authentiques sources à propos des coutumes et de l’étiquette de la vie sociale de l’Europe du XVIIIe siècle. Il y mentionne 122 femmes avec lesquelles il aurait eu des relations sexuelles, dont des filles à peine pubères et sa propre fille, alors mariée à l’un de ses « frères » francs-maçons, avec laquelle il eut le seul fils dont il eut connaissance.

Bien qu’il soit souvent associé à Don Juan comme séducteur et à cause de son aisance dans le maniement de l’épée, sa vie ne procédait pas de la même philosophie : ce n’était pas un collectionneur qui se détourne de sa conquête dès lors qu’elle s’est abandonnée à lui, il s'attachait, il secourait éventuellement. Personnage historique et non de légende, jouisseur et exubérant, il vécut en homme libre de pensée et d'action, des premiers succès de sa jeunesse à sa longue déchéance. Le peintre Francesco Casanova était son frère.

« L’homme ne peut jouir de ce qu’il sait qu’autant qu’il peut le communiquer à quelqu’un. »
L’Icosaméron.

Sommaire

Une vie d’aventures

Casanova jeune.

Fils de Gaetano Casanova et de Zanetta Farussi, comédiens à Venise, Giacomo naquit rue de la Comédie (aujourd'hui rue Malipiero). Il fut entouré de femmes durant son enfance qui jouèrent un rôle premier pour lui, comme l’évoque cette citation de ses mémoires : Rien de tout ce qui existe n’a jamais exercé sur moi un si fort pouvoir qu’une belle figure de femme. Il fit de brillantes études au cours desquelles il étudia la chimie, les mathématiques, la philosophie et le droit ; il obtint un doctorat en Droit à l'Université de Padoue. Il commença alors une carrière ecclésiastique, puis entama sa vie d’aventures, exerçant de nombreuses activités — violoniste, joueur professionnel, escroc, financier, bibliothécaire, etc. —, sillonnant l’Europe du XVIIIe siècle en passant des prisons aux cours de souverains ; cela lui permit, lors de la rédaction de ses mémoires, de brosser un portrait de la société prérévolutionnaire en dépeignant tout aussi bien les femmes de chambre que les ministres les plus en vue, offrant ainsi un témoignage de premier plan au sujet d’une époque charnière au cours de laquelle il rencontra, entre autres, Voltaire, Jean-Jacques Rousseau et le pape Clément XIII.

Casanova vivait d’expédients, la recherche du plaisir menait son être, et pour l’atteindre, il ne dédaignait pas de flouer les dupes et de se moquer des lois. Ses souvenirs — étudiés et confrontés aux faits historiques par les casanovistes passionnés —, bien que présentant des inexactitudes quant aux dates, semblent néanmoins avoir été rédigés sous la conduite de la bonne foi. Cependant, l’auteur a probablement embelli son propre personnage, sans en dissimuler pour autant certains aspects douteux, comme ses maladies vénériennes récurrentes, ses relations incestueuses avec sa propre fille, qu’il se complaisait à décrire - vraisemblablement une invention de toute pièce- , ou son achat d’une petite fille en Russie - autre fantaisie en jouant sur le nombre d'années de "l'achetée", pour satisfaire des désirs déjà séniles.

Casanova devint célèbre de son vivant en s’échappant des Plombs – surnom donné aux prisons de Venise à cause de la couverture des toits en plomb, qui transmettait le froid en hiver et la chaleur de l’été. Le parcours guidé "itinéraire secret" du Palais Ducal de Venise comprend la visite des cellules où aurait été enfermé l'écrivain bien que les guides ajoutent perfidement qu'il s'agit probablement d'une affabulation car on ne trouve aucune trace du personnage dans le registre d'écrou, mais on a, en revanche, la certitude qu'il a été informateur - pour ne pas dire indicateur - de la police vénitienne de l'époque.

Il garda cette célébrité grâce à ses aventures galantes qui occupent une place primordiale dans ses mémoires : plus d’une centaine de femmes y sont évoquées en tant que « conquêtes » ; selon ce riche « don Juan », l’homme est fait pour donner, la femme pour recevoir. Ces amours furent à l’origine de bonheurs et de malheurs infinis pour l’aventurier qui jugeait que si les plaisirs sont passagers, les peines le sont aussi : elles lui permirent de rencontrer l’abbé de Bernis, futur académicien, ambassadeur, à Venise, du roi de France Louis XV avec qui il partagea durant plusieurs mois les faveurs d’une religieuse (désignée par les initiales M.M.) qu’ils retrouvaient alternativement dans un casin – sorte de garçonnière cossue – où, lorsque l’un d’eux faisait l’amour avec leur maîtresse, l’autre observait la scène d’une pièce cachée dans l’obscurité, à travers une tapisserie percée d’une multitude de trous minuscules.

L’abbé de Bernis rentra en France. À la suite de ses frasques amoureuses et financières, de ses prises d’opinions subversives, Casanova aurait dû fuir Venise, comme Monsieur de Bragadin le lui avait proposé. Mais il refusa et fut incarcéré à la prison des Plombs, où il resta deux ans. Ni ses puissants soutiens, ni son insistance à clamer son innocence ne purent faire obtenir sa libération. Cependant, à force de travail, de courage, d’ardeur, avec, pour seule pensée, l’espoir de partir à l’aventure pour toujours, par la grâce et la créativité, il parvint à s’échapper avec un autre prisonnier – ce fut l’unique évasion que la prison des Plombs, dont nul ne pouvait s’évader, ait connue. Le récit en fut rédigé par Casanova lui-même dans ses Mémoires, en 1791, avec une précision et une connaissance des lieux parfaites. Il gagna Paris où Bernis – devenu ministre de premier plan – l’appuya ; l’aventurier y fit alors fortune en lançant une loterie dont le but était de financer l’École militaire sans imposer davantage les contribuables – le peuple –, loterie dont il sut, par d’habiles manœuvres et de l’audace, s’approprier la paternité et une grande part des bénéfices.

Portrait de 1788

Agent secret, une mission d’enquête, pour laquelle il fut récompensé avec générosité, lui fut confiée par la France afin de juger l’état de ses navires de guerre. Imposteur, escroc et manipulateur (bien qu’il s’en défendît – dans ses écrits, il interroge : quel est l’homme auquel le besoin ne fasse faire des bassesses ?), il abusa de la crédulité de la riche Madame d’Urfé en lui laissant croire qu’il était parfaitement initié aux mystères de la Kabbale.

Se présentant comme trop généreux pour briser la destinée de jeunes femmes qui méritaient beaucoup, trop honnête pour se plier à des mascarades amoureuses pour des raisons financières et, surtout, ne pouvant supporter l’idée de se voir enchaîné par de si puissants liens que ceux du mariage – se marier est une sottise, mais lorsqu’un homme le fait à l’époque où ses forces physiques diminuent, elle devient mortelle…–, il préféra négliger plusieurs propositions importantes de convoler en justes noces.

Persuadé que pour que le plus délicieux endroit du monde déplaise, il suffit qu’on soit condamné à y habiter, Casanova parcourut l’Europe tout au long de sa vie, de Venise à Paris, Madrid ou Vienne, terminant ses jours au château de Dux, en Bohême, en tant que bibliothécaire écrivain, voyant la mort comme un monstre qui chasse du grand théâtre un spectateur attentif, avant qu’une pièce qui l’intéresse infiniment finisse.

Les 73 années d’existence contées par ce grand libertin regorgent d’aventures, d’anecdotes et de détails sur cette époque d’éclosion d’idées nouvelles et sur la société d’alors, elles le sont dans un style littéraire aux tournures parfois alambiquées ou sophistiquées d’un narrateur « précieux » — d’un fat peut-être —, mais elles sont intelligibles, parfois admirables, souvent savoureuses, comme lorsque Casanova écrit avec simplicité : je n’ai jamais dans ma vie fait autre chose que travailler pour me rendre malade quand je jouissais de ma santé, et travailler pour regagner ma santé quand je l’avais perdue.

Les dernières années

Mention de la mort de Casanova dans les archives du château de Dux

Casanova obtint une charge de chambellan auprès de l'Empereur d'Autriche et termina sa vie comme bibliothécaire du Château de Dux, en Bohème. Il y mourut le 4 juin 1798.

Portrait de Casanova âgé par un de ses contemporains

Le contemporain, auteur de ce portrait, est le prince de Ligne dont le texte parut sous le titre Aventuros dans Mémoires et mélanges historiques et littéraires. Paris, 1828, t. IV, p. 291.

Le prince de Ligne rédigea dans ses mémoires un texte plus long au sujet de Casanova :

« Ce serait un bien bel homme s’il n’était pas laid ; il est grand, bâti en Hercule, mais a un teint africain ; des yeux vifs, pleins d’esprit à la vérité, mais qui annoncent toujours la susceptibilité, l’inquiétude ou la rancune, lui donnent un peu l’air féroce, plus facile à être mis en colère qu’en gaieté. Il rit peu, mais il fait rire. Il a une manière de dire les choses qui tient de l’Arlequin balourd et du Figaro, ce qui le rend très plaisant. Il n’y a que les choses qu’il prétend savoir qu’il ne sait pas : les règles de la danse, celles de la langue française, du goût, de l’usage du monde et du savoir-vivre. Il n’y a que ses ouvrages philosophiques où il n’y ait point de philosophie ; tous les autres en sont remplis ; il y a toujours du trait, du neuf, du piquant et du profond. C’est un puits de science ; mais il cite si souvent Homère et Horace, que c’est de quoi en dégoûter. La tournure de son esprit et ses saillies sont un extrait de sel attique. Il est sensible et reconnaissant ; mais pour peu qu’on lui déplaise, il est méchant, hargneux et détestable. Un million qu’on lui donnerait ne rachèterait pas une petite plaisanterie qu’on lui aurait faite. Son style ressemble à celui des anciennes préfaces ; il est long, diffus et lourd ; mais s’il a quelque chose à raconter, comme, par exemple, ses aventures, il y met une telle originalité, une naïveté, cette espèce de genre dramatique pour mettre tout en action, qu’on ne saurait trop l’admirer, et que, sans le savoir, il est supérieur à Gil Blas et au Diable boiteux. Il ne croit à rien, excepté ce qui est le moins croyable, étant superstitieux sur tout plein d’objets. Heureusement qu’il a de l’honneur et de la délicatesse, car avec sa phrase, « Je l’ai promis à Dieu », ou bien, « Dieu le veut », il n’y a pas de chose au monde qu’il ne fût capable de faire. Il aime. Il convoite tout, et, après avoir eu de tout, il sait se passer de tout. Les femmes et les petites filles surtout sont dans sa tête ; mais elles ne peuvent plus en sortir pour passer ailleurs. Cela le fâche, cela le met en colère contre le beau sexe, contre lui-même, contre le ciel, contre la nature et surtout contre l’année 1725. Il se venge de tout cela contre tout ce qui est mangeable, buvable ; ne pouvant plus être un dieu dans les jardins, un satyre dans les forêts, c’est un loup à table : il ne fait grâce à rien, commence gaiement et finit tristement, désolé de ne pas pouvoir recommencer.

Plaque commémorative rue Malipiero

S’il a profité quelquefois de sa supériorité sur quelques bêtes, hommes et femmes, pour faire fortune, c’était pour rendre heureux ce qui l’entourait. Au milieu des plus grands désordres de la jeunesse la plus orageuse et de la carrière la plus aventureuse et quelquefois un peu équivoque, il a montré de la délicatesse, de l’honneur et du courage. Il est fier parce qu’il n’est rien. Rentier, ou financier ou grand seigneur, il aurait été peut-être facile à vivre ; mais qu’on ne le contrarie point, surtout qu’on ne rie point, mais qu’on le lise ou qu’on l’écoute ; car son amour-propre est toujours sous les armes. Ne lui dites jamais que vous savez l’histoire qu’il va vous conter ; ayez l’air de l’entendre pour la première fois. Ne manquez pas de lui faire la révérence, car un rien vous en fera un ennemi. Sa prodigieuse imagination, la vivacité de son pays, ses voyages, tous les métiers qu’il a faits, sa fermeté dans l’absence de tous les biens moraux et physiques, en font un homme rare, précieux à rencontrer, digne même de considération et de beaucoup d’amitié de la part du très petit nombre de personnes qui trouvent grâce devant lui. »

Un besoin de séduire les femmes

Jeune, il est déjà entouré de jeunes femmes qu'il commence à séduire. Adolescent, il « court après les jupons ». En 1740, une servante de sa maison raconte même qu'elle a passé une nuit torride avec le jeune Casanova, âgé seulement de 15 ans d'où une expression qui lui vient en tête : « Ciel ! Un vent de liberté ». Grand séducteur, il réussit à attirer les jeunes femmes de la bourgeoisie italienne.

Quand il s'évade des Plombs, par goût du scandale, il affirme "retrouver sa fille, et l'avoir mise enceinte". En fait, il s'agit seulement d'une petite-cousine.

Il rencontre Isabel da Glia, une jeune cuisinière espagnole, avec qui il a un enfant.

Il continue à séduire et rencontre, durant une aventure Maria de Liattio, fille d'un ambassadeur. Il en tombe amoureux. Leur relation dure trois ans, avant sa mort.

Naissance

Addì 5 aprile 1725
Giacomo Girolamo fig.o di D. Caietano Giuseppe Casanova del q.(uondam) Giac.o Parmegiano comico, et di D.a Giovanna Maria, giogali, nato li 2 corr. battezzato da P. Gio. Batta Tosello sacerd. di Chiesa de licentia, Comp. il signor Angelo Filosi q.(uondam) Bartolomeo stà a S. Salvador. Lev. Regina Salvi. (In P.Molmenti, Carteggi Casanoviani, vol. I, p. 9 nota)

Œuvres

Il a laissé, entre autres ouvrages, une Histoire de sa captivité, Prague, 1788, et des Mémoires fort licencieux, rédigés en français et publiés à Leipzig, 1826-1832, 10 vol. in-8. Ces Mémoires ont été mis à l’Index Librorum Prohibitorum à Rome.

  • 1752 - Zoroastro, tragedia tradotta dal Francese, da rappresentarsi nel Regio Elettoral Teatro di Dresda, dalla compagnia de' comici italiani in attuale servizio di Sua Maestà nel carnevale dell’anno MDCCLII. Dresda.
  • 1753 - La Moluccheide, o sia i gemelli rivali. Dresda
  • 1769 - Confutazione della Storia del Governo Veneto d’Amelot de la Houssaie, Amsterdam (Lugano).
  • 1772 - Lana caprina. Epistola di un licantropo. Bologna.
  • 1774 - Istoria delle turbolenze della Polonia. Gorizia.
  • 1775 - Dell’Iliade di Omero tradotta in ottava rima. Venezia.
  • 1779 - Scrutinio del libro « Eloges de M. de Voltaire par différents auteurs ». Venezia.
  • 1780 - Opuscoli miscellanei - Il duello - Lettere della nobil donna Silvia Belegno alla nobildonzella Laura Gussoni. Venezia.
  • 1781 - Le messager de Thalie. Venezia.
  • 1782 - Di aneddoti viniziani militari ed amorosi del secolo decimoquarto sotto i dogadi di Giovanni Gradenigo e di Giovanni Dolfin. Venezia.
  • 1782 - Né amori né donne ovvero la stalla ripulita. Venezia.
  • 1786 - Soliloque d’un penseur, Prague chez Jean Ferdinande noble de Shonfeld imprimeur et libraire.
  • 1787 - Histoire de ma fuite des prisons de la République de Venise qu’on appelle les Plombs. Écrite a Dux en Boheme l’année 1787, Leipzig chez le noble de Shonfeld.
  • 1788 - Icosameron ou histoire d’Edouard, et d’Elisabeth qui passèrent quatre-vingts ans chez les Mégramicres habitante aborigènes du Protocosme dans l’intérieur de notre globe, traduite de l’anglois par Jacques Casanova de Seingalt Vénitien Docteur ès lois Bibliothécaire de Monsieur le Comte de Waldstein seigneur de Dux Chambellan de S.M.I.R.A., Prague à l’imprimerie de l’école normale.
  • 1790 - Solution du problème deliaque démontrée par Jacques Casanova de Seingalt, Bibliothécaire de Monsieur le Comte de Waldstein, segneur de Dux en Boheme e c., Dresde, De l’imprimerie de C.C. Meinhold.
  • 1790 - Corollaire a la duplication de l’Hexaedre donnée a Dux en Boheme, par Jacques Casanova de Seingalt, Dresda.
  • 1790 - Démonstration géométrique de la duplication du cube. Corollaire second, Dresda.
  • 1797 - À Léonard Snetlage, Docteur en droit de l’Université de Gottingue, Jacques Casanova, docteur en droit de l’Université de Padoue.
  • 1860 - Mémoires de Jacques Casanova de Seingalt, écrits par lui-même. Nequidquam sapit qui sibi non sapit. Édition originale, la seule complète. Édition bâtie sur la contrefaçon Busoni
  • 1880 - Mémoires de J.Casanova De Singalt écrit par lui-même-Nouvelle édition: Garnier Frères Paris.- 3k
  • 1932Histoire de ma vie de Casanova de Seingalt - édition de 1932, 10 volumes - Paris - Javal & Bourdeaux - 200 aquarelles par Auguste Leroux gravées par Jacomet ;
  • 1960-1961 - Histoire de ma vie, F.A. Brockhaus, Wiesbaden et Plon, Paris.

Bibliographie

  • Charles Samaran : Jacques Casanova, vénitien. Une vie d’aventurier au XVIIIe siècle., Paris, Calmann-Lévy, 1914
  • André Suarès : Casanova in Présences, Emile-Paul, 1925
  • Stefan Zweig, Casanova, 1930
  • Jos Jullien, Casanova à Nîmes, édition de la Cigale - Uzès, 1930
  • Félicien Marceau : Casanova ou l’anti Don Juan, Gallimard, 1950
  • Félicien Marceau : Une insolente liberté : les aventures de Casanova, Gallimard, 1983
  • Lydia Flem : Casanova ou l’exercice du bonheur, Seuil, 1995
  • Philippe Sollers, Casanova l’admirable, Plon, 1998
  • Corinne Maier, Casanova ou la loi du désir, Imago, 2002
  • Cécile Mainardi, Le monde secret de Casanova, Zulma, 2005
  • Charles Wright, Casanova ou l'essence des Lumières, Giovanangeli, 2008
  • Maxime Rovère, Casanova, Folio/Biographies, 2011
  • Michel Delon, Casanova, Histoire de sa vie, Gallimard, Coll.Découvertes, 2011

Ressources

Les documents au sujet de Casanova sont très nombreux ; pour aborder le personnage ses écrits forment une base incontournable :

  • Début 2010, la Bibliothèque nationale de France a fait l'acquisition du manuscrit original de L'Histoire de ma vie et en a commencé la numérisation [1].
  • Les 8 tomes des Mémoires de J. Casanova de Seingalt en document électronique reproduisant l’édition de 1880 de Garnier Frères (Paris) sont téléchargeables sur Gallica (images TIFF) ou encore sur Syscom (fichiers PDF).
  • Il existe un coffret en 3 volumes où en plus de Histoire de ma vie — titre original des Mémoires — (annotée et non censurée à l’inverse d’autre versions) sont présentés des suppléments (chronologie, cartes, autres essais de Casanova, témoignages...) :
    Éd.Robert Laffont (janvier 1999), Coll. Bouquins, Format Poche, ISBN 2-221-90041-3
  • Casanova publia en 1788 un roman, réédité encore aujourd’hui :
    Icosaméron, ou, Histoire d’Edouard et d’Elisabeth qui passèrent quatre-vingt-un ans chez les Mégamicres, habitants aborigènes du protocosme dans l’intérieur de notre globe, Éd. François Bourin (4 août 1994), Format Broché - 777 pages, ISBN 2-87686-020-1
  • Les Plombs de Venise, adaptation de Ma fuite des prisons de Venise de Giacomo Casanova par Patrick Mallet. Trois volumes sous coffret parus aux éditions Treize-étrange/Milan (2004-2205)

Filmographie

Sur les autres projets Wikimedia :


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Giacomo Casanova de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Giacomo Casanova — Casanova redirects here. For other uses, see Casanova (disambiguation). Giacomo Casanova Born 2 April 1725(1725 04 02) Venice, Republic of Venice …   Wikipedia

  • Giacomo Casanova — Francesco Casanova: Porträt des Giacomo Casanova, (um 1750–1755) Giacomo Girolamo Casanova (* 2. April 1725 in Venedig; † 4. Juni 1798 auf Schloss Duchcov (Dux) im Königreich Böhmen, heute Tschechien) war ein venezianischer Schriftsteller,… …   Deutsch Wikipedia

  • Giacomo Casanova — Para otros usos de este término, véase Casanova. Giacomo Casanova Retrato de Giacomo Casanova realizado por su hermano Francesco Casanova (alrededor 1750 1755) …   Wikipedia Español

  • Giacomo Casanova — Giacomo Girolamo Casanova (2 de abril de 1725 4 de junio de 1798) fue un famoso aventurero veneciano. Hijo de comediantes, su habilidad intelectual comenzó desde pequeño, gracias a la educación impartida por el abad Gozzi. A los 11 años tradujo… …   Enciclopedia Universal

  • Giovanni Giacomo Casanova — Giacomo Casanova Pour les articles homonymes, voir Casanova (homonymie). Giacomo Girolamo Casanova Naissan …   Wikipédia en Français

  • Giovanni Giacomo Casanova — Francesco Casanova: Porträt des Giacomo Casanova, (um 1750–1755) Giacomo Girolamo Casanova (* 2. April 1725 in Venedig; † 4. Juni 1798 in Dux), venezianischer Schriftsteller, Abenteurer und Libertin des 18. Jahrhunderts, bekannt durch die… …   Deutsch Wikipedia

  • Infanzia, vocazione e prime esperienze de Giacomo Casanova veneziano —    Voir Casanova, un adolescent à Venise …   Dictionnaire mondial des Films

  • le avventure di Giacomo Casanova —    Voir Casanova2 …   Dictionnaire mondial des Films

  • Casanova de Seingalt — Giacomo Casanova Pour les articles homonymes, voir Casanova (homonymie). Giacomo Girolamo Casanova Naissan …   Wikipédia en Français

  • Casanova, un adolescent à Venise — (titre original Infanzia, vocazione e prime esperienze di Giacomo Casanova Veneziano) est un film italien de Luigi Comencini, sorti le 30 octobre 1969 en Italie et le 8 décembre 1976 en France. Réalisé après L Incompris et… …   Wikipédia en Français


We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.