Ghettos


Ghettos

Ghetto

Antisémitisme
Fondamentaux
Affaires
Accusations de crime rituel
Divers
Persécutions
Discriminations
Violences
Publications
Publications antisémites : en France
Publications sur l'antisémitisme
Voir aussi
 Cette boîte : voir • disc. • mod. 

Le ghetto désigne un quartier réservé ou imposé aux juifs où ils peuvent vivre selon leurs lois et coutumes particulières au milieu de peuples étrangers. C'est dans la République de Venise, en 1516, que ce quartier a pour la première fois été appelé ghetto, après que le Conseil des Dix a décidé de regrouper leur communauté à Cannaregio, site occupé par une ancienne fonderie (en italien geto signifie « fusion »). Le mot ghetto a aussi été rapproché, dès le XVIe siècle, de la racine hébraïque guet signifiant « séparation », « divorce », mais ce rapprochement n'indique pas (ni n'entendait indiquer) une étymologie.

Par extension, le terme s'est appliqué à partir du début du XXe siècle à tout quartier dans lequel se concentre une minorité ethnique, culturelle, ou religieuse, en général défavorisée. Le terme a alors une connotation péjorative de difficulté de vivre et de ségrégation sociale dans un environnement urbain généralement dégradé.

Sommaire

Du Moyen Âge à la Révolution française

Origines des quartiers juifs

Les quartiers juifs ont existé de tout temps en diaspora. Les Juifs ont en effet besoin de se rassembler pour de simples raisons religieuses : les règles alimentaires de la cacherouth exigent l'abattage rituel, la prière est indissociable du minyan, l'observation stricte du chabbat nécessite de rester près de la synagogue, l'importance de l'éducation impose de se regrouper pour ouvrir des écoles. Un repli de la religion juive sur un passé mythifié et une appartenance raciale exclusive sont également parfois avancés pour expliquer cette tendance au rassemblement communautaire[1].

Le premier quartier juif connu en diaspora est celui d'Alexandrie. Plus tard, d'autres quartiers juifs apparaissent en Allemagne, Espagne, Portugal et France. Mais au Haut Moyen Âge, les Juifs ne sont pas contraints d'y résider. En 1084, Rüdiger, évêque de Spire, accorde aux Juifs de sa ville toute une série de droits[2]. Il leur laisse un quartier séparé «pour qu'ils ne soient pas importunés par la foule». Le quartier juif, situé près du Rhin est entouré d'un mur et comprend un cimetière et une synagogue. Les Juifs ont aussi leur propre police de quartier, le droit d'engager des serviteurs chrétiens et de vendre de la viande cascher aux non-Juifs. Ces privilèges sont confirmés par l'empereur du Saint Empire romain germanique en 1090[3]. Paris compte, au XIIIe siècle quatre juiveries bien délimitées. Juiverie est le mot traditionnellement utilisé en France pour désigner les quartiers juifs. Il est rappelé par les plus de 300 rues de la Juiverie et rues des Juifs qui existent encore. Les fondations matérielles du ghetto sont ainsi posées, mais l'essentiel manque encore, la contrainte.

En 1215, la situation change après les décisions du concile de Latran instituant la séparation des Juifs d'avec le reste de la société. Le ghetto n'est pas instauré mais il est recommandé d'isoler les Juifs du reste de leurs concitoyens. Le XIIIe siècle marque le passage progressif du quartier librement habité par les juifs au ghetto.

En 1290 Édouard II d'Angleterre chasse les Juifs d'Angleterre. En 1294, Philippe IV le Bel ordonne au sénéchal de Beaucaire d'installer les juifs de la ville dans un quartier séparé, puis il les chasse, en 1306, du sol français[4]. Dès lors, les populations juives se concentrent sur le territoire pontifical en Comtat-Venaissin et dans les terres d'Empire que sont l'Alsace et la République messine : au moment où la Révolution balaie l'Ancien Régime et intègre les Juifs comme concitoyens, sur les 40 000 Juifs que compte la France, une grosse moitié « yiddishophone » vit en Alsace et Lorraine, le reste de la communauté se partageant entre les « Portugais » de Bordeaux et Bayonne, et les « Juifs du pape » en Avignon et dans le Comtat. Le quartier avignonnais des Carrières abrite les juifs comtadins.

En Espagne, les juderías (calls dans l'espace catalanophone) jouissent d'abord d'un régime privilégié, puis deviennent des quartiers pauvres que l'Inquisition peut facilement surveiller. En 1480, les souverains ordonnent aux municipalités de contraindre les juifs à vivre dans des rues isolées de celles des chrétiens. En 1492, les Juifs espagnols sont refoulés du royaume ibérique ; ils partent vers le Levant, la France, les Pays-Bas ou le Nouveau Monde. Après l'expulsion des Juifs d'Espagne, l'empire ottoman les accueille en masse et le Balat[5] d’Istanbul et surtout la ville de Salonique deviennent les grands centres du monde séfarade. Rome et le Venise accueillent aussi une partie importante de cette communauté « ladinophone ».

Le ghetto, au sens propre

Ghetto de Sienne
Photo de Paolo Lombardi

À Venise où, comme dans les autres villes d'Italie, ils participaient librement à la vie économique, ils sont tous tenus, par un décret du 29 mars 1516, de vivre dans le Ghetto : « Les Juifs habiteront tous regroupés dans l'ensemble des maisons situé au Ghetto, près de San Girolamo ; et, afin qu'il ne circulent pas toute la nuit, nous décrétons que du côté du vieux Ghetto où se trouve un petit pont, et pareillement de l'autre côté du pont seront mises en place deux portes, lesquelles seront ouvertes à l'aube et fermées à minuit par quatre gardiens engagés à cet effet et appointés par les Juifs eux-mêmes au prix que notre collège estimera convenable ». L'origine la plus probable mais controversée du mot « ghetto » est le mot vénitien ghetto qui désignait la « fonderie pour les bombardes de la Sérénissime » et sur les restes de laquelle se trouvait ce quartier juif. Les Juifs y emménagèrent en 1516 en trois jours, occupant les maisons déjà existantes et les adaptant rapidement à leurs besoins. Le premier ghetto est paradoxalement le Ghetto Nuovo, suivi du Ghetto Vecchio et du Ghetto Novissimo. Ces trois quartiers sont en fait plutôt des pâtés de maisons contigus. Ce quartier de Venise, fermé chaque soir, a été progressivement agrandi au fil des arrivées d'Europe centrale ou d'Espagne, mais pas suffisamment et ses immeubles comptaient parmi les plus élevés de la ville. Le pape Pie V recommande que, à l'imitation des États Pontificaux (à Rome et à Avignon) qui ont toujours prévu des quartiers pour les Juifs, les États italiens construisent des ghettos et, au début du XVIIe siècle, toutes les grandes villes italiennes, à l'exception de Livourne et Pise, en ont un.

Autres quartiers juifs

Les principaux quartiers juifs des villes allemandes d'avant le nazisme sont, dans l'empire austrohongrois, Leopoldstadt à Vienne (Autriche), Erzsébetváros à Budapest, Kazimierz à Cracovie et Josefov à Prague. Autres territoires de l'empire des Habsbourg, Anvers et Bruxelles dans les Pays-Bas espagnols, accueillent les Juifs de la sphère ashkénaze dont ces villes font linguistiquement partie et ceux venus d'Espagne. En Allemagne, suite à l'expulsion des Juifs de Ratisbonne en 1519, seules les villes libres de Francfort-sur-le-Main et de Worms compte une communauté importante[6].

À Amsterdam, aux Pays-Bas, la communauté se développe surtout à partir de la Renaissance.

Au Royaume-Uni, les Juifs, expulsés du Royaume en 1290, n'amorcent un timide retour qu'à partir de la République de Cromwell, principalement depuis Amsterdam et, sans que l'on puisse parler de ghetto, se concentrent dans Golders Green et South Tottenham à Londres ou Sedgley Park à Manchester[6].

La Révolution française, avec le décret d'émancipation des Juifs, contribue puissamment à la transformation des ghettos européens[7].

Sous le Troisième Reich

Le nazisme utilise le système du ghetto comme étape intermédiaire vers la « Solution finale ». Pendant la Seconde Guerre mondiale, les ghettos servent à regrouper des Juifs, rendant ainsi la situation plus facile à contrôler. Les nazis enferment les Juifs de Pologne dans des quartiers à part qu'ils clôturent et surveillent, coupés de tout contact avec l'extérieur, transformés en vastes prisons souvent surpeuplées, mal approvisionnées avant d'appliquer la déportation systématique vers les camps d'extermination.

C'est dans ce contexte que le ghetto de Varsovie, composé de plus de 350 000 résidents (de 400 000 après des rapatriements), sombre dans la misère la plus extrême. N'ayant progressivement plus le droit de sortir en ville, de travailler, les gens affamés, meurent de faim. Ayant compris que leur sort est sans issue face aux nazis, la population, sans attendre l'assaut des troupes nazies, dans la solitude et l'abandon du monde entier, organise un soulèvement pour tenter de s'échapper, les armes à la main. Sa révolte héroïque[8] d'avril-mai 1943 est demeurée une page d'histoire particulièrement tragique de cette époque.

Article détaillé : Soulèvement du ghetto de Varsovie.

Outre le ghetto de Varsovie, citons les ghettos de Lodz, Budapest, de Cracovie, Częstochowa, Lublin, Kielce, Radom, Kolozsvár, Lakhva, Bialystok, Lviv, Marcinkance, Mińsk, Pińsk, Rīga, Sosnowiec décrit dans Maus par Art Spiegelman, Bedzin, Vilnius, Focsani et la ville-garnison de Theresienstadt qui sert de « ghetto modèle » à la propagande nazie.

En Asie

Juste avant et durant la Seconde Guerre mondiale, le ghetto de Shanghai regroupe environ 20 000 juifs ayant fui le nazisme, principalement issus d'Allemagne, d'Autriche, de Pologne et de Lituanie.

Acception récente

Si la notion de ghetto est historiquement liée aux Juifs, le terme est aujourd'hui devenu un terme générique dont l'acception est beaucoup plus large.

Plusieurs autres types de ghettos ont existé parallèlement et subsistent aujourd'hui encore comme, par exemple, les bidonvilles de la plupart des pays africains mais aussi les ghettos créés sous le régime de l'apartheid.

Il faut rappeler que la constitution d'un ghetto suppose quatre conditions: un espace imposé par le pouvoir à une catégorie de population, un lieu ethniquement homogène, la constitution d'une micro-société interne, une stigmatisation venant de l'extérieur. Or, en France, la première condition au moins n'est pas remplie et les trois autres de façon très inégale et toujours partielle. Si la proportion d'étrangers, et surtout de personnes d'origine non-métropolitaines (ce qui inclut les naturalisés, les Français d'origine étrangère et les français originaires d'outre-mer), est souvent élevée, elle ne l'est pas toujours davantage que dans certains quartiers anciens et dégradés des centre-villes (la Goutte d'Or à Paris, le Panier à Marseille), des anciennes banlieues ouvrières (les Macreux à Aubervilliers), voire des copropriétés appropriées par un groupe (le « triangle asiatique » de Choisy à Paris) ou en déshérence (les Bosquets à Montfermeil) ou des lotissements pavillonnaires médiocres (les Portugais de Champigny-sur-Marne, les Maghrébins des quartiers pavillonnaires de Vénissieux).

Si l'emploi du terme ghetto est historiquement et sociologiquement incorrect, le fait même qu'il ait été si souvent employé par les pouvoirs publics et par les médias qu'il soit devenu d'usage courant est significatif d'un « report du discrédit qui touche le territoire sur la population qui l'occupe ». La population des quartiers en difficulté rejette presque toujours cette image de ghetto. Lorsqu'elle emploie ce terme, c'est presque autant pour définir une situation d'isolement, un urbanisme jugé concentrationnaire, que pour faire référence à la proportion d'étrangers.

Notes et références

  1. Par exemple, l'essayiste Arthur Koestler écrit dans La Treizième tribu :
    « [] la religion israëlite (à la différence du christianisme, de l'islam, du bouddhisme) suppose l'appartenance à une nation historique, à un peuple élu []. L'Ancien Testament est avant tout un livre d'histoire nationale ; s'il a donné au monde le monothéisme, son credo est pourtant plus tribal qu'universel. Chaque prière, chaque rite, proclame l'appartenance à une ancienne race, ce qui place automatiquement les juifs en dehors du passé racial et historique des peuples au milieu desquels ils vivent. La religion israélite, comme le montrent deux mille ans de tragédies, engendre nationalement et socialement sa ségrégation. Elle met le juif à part, elle invite à le mettre à part. Elle crée automatiquement des ghettos matériels et culturels. Elle a fait des juifs de la diaspora une pseudo-nation dépourvue de tous les attributs et privilèges de la nationalité, mollement rassemblée par un système de croyances traditionnelles fondées sur des postulats raciaux et historiques qui se révèlent illusoires. »
  2. Le préambule de la charte précise : « Au nom de la Sainte et indivisible Trinité. Quand j’ai souhaité faire une cité de la ville de Spire, moi, Rüdiger, surnommé Huozmann, … songeai que la gloire de nos places serait augmentée un millier de fois si j’y amenais des Juifs (putavi milies amplificare honorem loci nostri si et ludeos colligerem) ».
  3. « Les Juifs, un peuple maudit? », sur Historia Nostra.com
  4. Temporairement annulé par Louis X dit le Hutin puis Jean II le Bon, cet édit royal est rendu définitif en 1394 par Charles VI.
  5. voir guide Istambul
  6. a  et b Élie Barnavi, Histoire universelle des Juifs.
  7. Voir Napoléon et les Juifs et Histoire des Juifs en France.
  8. selon les termes du Larousse. Voir Ghetto sur site de l'Encyclopédie Larousse. Consulté le 24 mai 2009

Voir aussi

Articles connexes

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes

  • Portail de la culture juive et du judaïsme Portail de la culture juive et du judaïsme
Ce document provient de « Ghetto ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Ghettos de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • ghettos —  Not oes …   Bryson’s dictionary for writers and editors

  • ghettos —    Not oes …   Dictionary of troublesome word

  • ghettos — ghet·to || getəʊ n. highly populated area of a city inhabited mainly by people of the same ethnic or minority group; formerly a section within a city in which Jews were forced to live (especially during World War II) …   English contemporary dictionary

  • Ghettos in Nazi-occupied Europe — See also: List of Nazi era ghettos Large Nazi German Ghettos in which Jews were confined, and later shipped to concentration camps …   Wikipedia

  • Ghettos in German-occupied Europe (1939-1944) — During World War II ghettos were established by the German Nazis to confine Jews and sometimes Gypsies into tightly packed areas of the cities of Eastern Europe turning them into de facto concentration camps. Though the common usage is ghetto the …   Wikipedia

  • Jewish ghettos in Europe — existed because Jews were viewed as cultural minorities due to their non Christian beliefs in a Renaissance Christian environment. As a result, Jews were placed under strict regulations throughout many European cities.… …   Wikipedia

  • Liste der Ghettos im Nationalsozialismus — Deutsche Ghettos für Juden in Polen und Osteuropa 1941 1945. In dieser Karte sind viele von den deutschen Besatzern eingerichteten Ghettos in Polen und Osteuropa eingetragen. Diese Liste der Ghettos im Nationalsozialismus umfasst über 500 Ghettos …   Deutsch Wikipedia

  • Liste der Ghettos in der Zeit des Nationalsozialismus — Deutsche Ghettos für Juden in Polen und Osteuropa 1941 1945. In dieser Karte sind viele von den deutschen Besatzern eingerichteten Ghettos in Polen und Osteuropa eingetragen. Diese Liste der Ghettos im Nationalsozialismus umfasst über 500 Ghetto… …   Deutsch Wikipedia

  • The Ghettos Tryin to Kill Me! — Infobox Album Name = The Ghettos Tryin to Kill Me! Type = Album Longtype = Artist = Master P Released = 1994 Recorded = Genre = West Coast rap Gangsta rap Length = Label = No Limit Producer = Master P Reviews = * Allmusic Rating|3|5… …   Wikipedia

  • United Ghettos of America Vol. 2 — Infobox Album Name = United Ghettos of America Vol. 2 Type = soundtrack Artist = Yukmouth Released = Start date|2004|5|4 Recorded = Genre = Rap Length = 78:36 Label = Rap A Lot/Smoke A Lot Records Producer = Reviews = Last album = Godzilla (2003) …   Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.