Gharnati


Gharnati
Gharnati
Origines stylistiques Musique arabo-andalouse
Origines culturelles Al-Andalus
Popularité Maghreb

Le gharnati ou musique gharnatie (arabe : الطرب الغرناطي) désigne une forme de la musique arabo-andalouse originaire de la ville espagnole de Grenade, dernier bastion de l'Andalousie sous souveraineté musulmane. Les Grenadins quittant la région devant la Reconquista ramènent vers le Maghreb leurs traditions musicales[1], dont le style découle d'une symbiose entre divers apports arabo-ibériques.

Le gharnati est généralement exécuté en petite formation, composée de musiciens à la fois instrumentistes et chanteurs, et valorisant le chant en solo[2]. Le chant est exécuté à l'unisson par un ensemble restreint, parfois enrichi d’ornements vocaux effectués par le mounchid, ce qui différencie le gharnati d'autres styles de musique arabo-andalouse plus typiques du Maroc[2].

Sommaire

Histoire

Tlemcen et Grenade ont partagé des intérêts communs et établi des alliances : les dynasties nasride de Grenade et zianide de Tlemcen se sont liées contre la couronne d'Aragon et la dynastie mérinide, toutes deux précédemment alliées aux Nasrides, au XIIIe siècle[3]. Les alliances, ainsi que la stabilité politique du royaume zianide, qui n'a pas connu de périodes d'anarchies à l'instar du royaume mérinide, ont aussi conduit un très grand nombre de familles grenadines à se réfugier à Tlemcen à la chute de Grenade[réf. nécessaire]. Les Morisques, expulsés en 1609, renforcent à leur tour l'héritage arabo-andalou de Tlemcen. Du fait de leurs affinités avec les descendants des Andalous déjà présents dans la cité, ces derniers s'impliquent dans la pratique de l'art musical arabo-andalou de leurs ancêtres[réf. nécessaire].

Par la suite, le gharnati s'implante dans d'autres villes du Maghreb, comme Rabat et Oujda au Maroc, grâce à des familles de Tlemcen et d'Alger fuyant le régime colonial[2].

Jerrilynn D. Dodds, qui rappelle l'implantation du gharnati à Tlemcen et Oran, mentionne également sa pratique dans les villes d'Oujda et Rabat[4]. Dans ce pays, le gharnati diffère du style al-âla connu particulièrement à Tétouan, Meknès et Fès[4] et aussi appelé al andaloussi[5].

Cette implantation remonte à l'arrivée dans le pays de la plupart des expulsés de Grenade[5], musulmans comme juifs, qui s'installent dans les différentes villes telles que Fès, Oujda, Tétouan (qu'ils surnomment « fille de Grenade »[6]), Rabat et Salé. Certains historiens[Lesquels ?] estiment à cinq millions le nombre de leurs descendants dans le pays[6] ; le dernier souverain de Grenade, Boabdil, en fait partie selon l'historien tlemcénien Al Maqqari en s'installant avec des membres de sa famille à Fès. Ils sont suivis en 1609 par les Morisques, expulsés essentiellement vers ce pays selon Bernard Lugan[7].

Description

Le gharnati par pays

Algérie

Pour consulter un article plus général, voir : Musique algérienne.

En Algérie, cette forme est revendiquée par l'école de Tlemcen[8]. Cependant, selon Rachid Aous et Mohammed Habib Samrakandi, le terme y désigne plus généralement le répertoire andalou, y compris le houzi et l'aroubi, en opposition à la musique moderne[8].

Maroc

Pour consulter un article plus général, voir : Musique marocaine.

Des noubat andalouses y sont recueillies par le Tétouanais Mohammed El Haïk et publiées en 1800[9]. Dans son ouvrage Juifs d'Andalousie et du Maghreb, Haïm Zafrani précise avoir mis la main sur une copie de ce répertoire écrit en 1786 et recopiés par des Juifs marocains[10] ; il en est de même pour un rarissime répertoire de chansons maures de Grenade et Cordoue imprimé en 1886-1887. Dans ce même ouvrage, il met en lumière le rôle joué par les Juifs dans la préservation de ce patrimoine :

« Au Maghreb, et plus particulièrement au Maroc, les populations musulmanes et juives ont pieusement conservé la musique hispano-arabe [...] En Espagne comme au Maroc, les Juifs ont été les ardents mainteneurs de la musique andalouse et les gardiens zélés de ses vieilles traditions[11]. »

Artistes représentatifs

Notes et références

Voir aussi

Bibliographie

  • Saadane Benbabaali et Beihdja Rahal, La plume, la voix et le plectre, poèmes et chants andalous, éd. Barzakh, Alger, 2008 (livre et CD)
  • Rodolphe d'Erlanger, La musique arabe, tome VI, éd. Paul Geuthner, Paris, 1959
  • Christian Poché, La musique arabo-andalouse, coll. Musiques du monde, éd. Actes Sud, Arles, 2001, pp. 17 et 21 (ISBN 2742735046)

Liens internes

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Gharnati de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Gharnati —   [arabisch, gar natɪ], arabische Tanzmusikform klassischen Ursprungs mit einer nahezu tausendjährigen Tradition, verbreitet hauptsächlich in Algerien, wo sie bis heute als Tanzmusik eine große Rolle spielt. Zugrunde liegen dieser Musikpraxis… …   Universal-Lexikon

  • Gharnati music — Gharnati refers to a variety of Moroccan music originating in Andalusia. Its name is related, being derived from the Arabic name of the Spanish city of Granada. Gharnati constitutes the musical mode most used in the Moroccan city of Oujda, where… …   Wikipedia

  • Abu Hayyan Al Gharnati — This article describes a Qur´an commentator of the 14th century. For the Arab geographer of the 12th century see Abu Hamid al Gharnati Abu Hayyan Al Gharnati (d 1344), was a Muslim commentator on the Qur an …   Wikipedia

  • Abu Hamid al-Gharnati — (árabe: أبو حامد الغرناطي; nombre completo Abu Hamid Muhammad ben Abd al Rahman (o Abd al Rahim) ben Sulayman al Mazini al Qaysi al Gharnati) (1080 1170) fue un viajero andalusí y compilador de maravillas del mundo antiguo (adjaib) que vivió en… …   Wikipedia Español

  • Abu Hamid al-Gharnati — (arabisch ‏أبو حامد الغرناطي‎, DMG Abū Ḥāmid al Ġarnaṭī, mit vollständigem Namen ‏محمد بن عبد الرحمن بن سليمان المازري القيسي ‎ / Muḥammad b.ʿAbd al Raḥmān b.Sulaimān al Māzirī al Qaisī; * um 1080 bei Granada, Andalusien, Spanien; † 1170 in… …   Deutsch Wikipedia

  • Musique marocaine — La musique marocaine est plurielle et se compose de quatre grands genres musicaux et d une grande variété : la musique gnawa, le chaâbi, la andalouse, et la musique berbère. Chaque groupe musical en soi est constitué de sous groupes… …   Wikipédia en Français

  • Musique Marocaine — Sommaire 1 Préambule 2 Introduction 3 La musique andalouse marocaine 3.1 Bref rappel historique 3.2 …   Wikipédia en Français

  • Musique algérienne — Orchestre de Nouri Koufi interprète de hawzzi Sur le plan musical, l Algérie est réputée pour son riche répertoire. Plusieurs styles de musique son inclus : classique arabo andalou algérienne, le Chaâbi, le Rai qui est originaire de l Oranie …   Wikipédia en Français

  • Musique arabo-andalouse —  Pour l’article homonyme, voir Andalouse (homonymie).   Pour l’article homonyme, voir Andalou (homonymie).  Musique arabo andalouse Origines culturelles …   Wikipédia en Français

  • Andalouse (Musique) — Musique arabo andalouse Pour les articles homonymes, voir Andalou …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.