Gestion restauratoire


Gestion restauratoire
Dans cette zone du parc Hoge Veluwe (Pays-Bas) (5000 hectares restaurés en grande partie sur d'anciens champs cultivés), malgré le retour de grands herbivores, les pousses d'arbres sont arrachés à la main, pour restaurer et conserver un milieu et paysage très ouvert

La gestion restauratoire est un mode proactif de gestion, mis en œuvre par un gestionnaire ou un réseau de gestionnaire sur des milieux dégradés (naturels, semi-naturels, industriels ou urbains) avec l'objectif d'y restaurer la biodiversité, le bon état écologique, un paysage de qualité ou un état disparu (milieu ouvert, humide, ou naturellement acide par exemple, etc.).

Il peut aussi s'agir de restaurer non pas un milieu, mais une ressource, avec à titre d'exemple : une ressource halieutique, la ressource en eau, ou le paysage en tant que source d'aménités et de qualité de vie….

Dans le domaine environnemental, l'objectif premier est la renaturation, que le gestionnaire cherche à faciliter et accélérer en utilisant des techniques de génie écologique. Il s'agit donc d'un mode de gestion intentionnelle (« gestion pro-active », qui doit faire l'objet d'une réévaluation constante au vu des résultats, analysés via des indicateurs environnementaux). En France la gestion intentionnelle est définie comme « l’ensemble des « initiatives qu’un acteur spécialisé entreprend, dans le contexte d’une situation de gestion effective, pour faire évoluer l’état du milieu dans un certain sens »  , la gestion effective étant « le mode de conduite du milieu telle qu’il résulte de l’ensemble des actions humaines qui l’affectent »[1]».

Si après la phase de restauration, le milieu ne peut être auto-entrenu, ce mode de gestion est habituellement suivi d'une phase de gestion conservatoire, s'appuyant sur un plan de gestion (de la ressource qu'on veut protéger, du paysage, des habitats…) et d'un dispositif de monitoring et évaluation et parfois de protection (protection foncière, réserve naturelle, etc.).

Sommaire

Lieux et exemples d'application

La gestion restauratoire peut concerner ;

Dans tous les cas, c'est un mode de gestion qui vise à accélérer les processus de cicatrisation du paysage ou du milieu.

Contenu, méthodes

La gestion restauratoire cherche à imiter les processus naturels de résilience écologique, par exemple en restaurant en premier lieu un stade espèces pionnier (par ensemencement, expression de la banque de graines du sol, voire éventuellement avec la réintroduction d'espèce localement disparue) pour faire évoluer le milieu vers un stade d'auto-entretien plus naturel. Pour s'adapter aux milieux et à leur évolution, c'est nécessairement une gestion différentiée.

Paradoxalement pour le public, le gestionnaire chercher aussi à ponctuellement (dans l'espace et dans le temps) restaurer des processus (locaux) de dégradation du milieu ; érosion favorisant les cailloutis, coupe forestière ou incendie contrôlé visant à localement restaurer les clairières, scrappage visant à déseutrophiser le milieu et/ou à remettre à jour les graines enfouies depuis plusieurs décennies, tuer des arbres pour restaurer la ressource en bois mort nécessaie aux communautés saproxylophages, etc.).

Quand les grands herbivores ont disparu, le gestionnaire utilise des moyens mécaniques (pour la fauche avec exportation par exemple) et peuvent utiliser des auxiliaires vivants tels que moutons, bovins, chèvres, chevaux, ânes, etc. qui entretiennent le milieu en y dispersant des graines et propagules de nombreux organismes d'une manière proche de celle d'animaux sauvages. Lièvre et lapins peuvent contribuer à entretenir des zones de landes ou pelouses rases, etc.

Réintroduire de la complexité dans un milieu homogénisé [2],[3],[4] par l'Homme

Même si l'homme est cause de dispersion de nombreuses espèces devenant souvent invasives dans leur nouveau milieu, les activités et déplacements humains ont surtout été de puissants facteurs d'homogénéisation (paysagère, mais aussi génétique, taxonomique et fonctionnelle [5]), très défavorable au maintien de la biodiversité. En favorisant les espèces ubiquistes au détriment des espèces spécialistes, beaucoup plus variées, l'homogénéisation anthropique du Vivant (Biotic homogenization pour les anglophones [5]) a des impacts graves, immédiats et différés, notamment sur les processus écologiques et évolutifs [5].
Des écologues [5] plaident pour que l'on étudie mieux les implications de cette homogénéisation pour la conservation et pour que l'on promeuve rapidement une gestion restauratoire et adaptative, proactive, qui engage de manière mieux maîtrisée la composante humaine du 'mélangeur anthropiques' qu'est devenu l'Homme pour le biote planétaire [5].

Réintroduire des espèces comme auxiliaires de gestion

Ce mode de gestion peut - après évaluation scientifique - s'appuyer sur la réintroduction d'espèces fonctionnellement importantes (le castor par exemple, pour sa capacité à restaurer et entretenir des zones humides, des insectes pollinisateurs, les symbiotes d'espèces que l'on voudrait restaurer, etc.

Remplacer certaines espèces disparues ?

Des scientifiques songent à remplacer certaines espèces "récemment" disparues (grands herbivores, grands carnivores) qui jouaient des rôles fonctionnels et écopaysagers essentiels quand leurs fonctions écologiques ne peuvent être remplacés par une gestion restauratoire par l'homme. Ils envisagent d'expérimenter (en milieu confiné) des introductions telles que celle du lion ou de l'éléphant africain en Amérique du Nord pour respectivement "remplacer" le lion des cavernes et les espèces de mammouths qui n'ont pas survécu à la chasse préhistorique[6].

Les acteurs

Ce sont au niveau international l'ONU via le PNUE et la FAO par exemple, et dans le cadre de la convention mondiale pour la biodiversité, mais avec une tendance à rapprocher les actions de lutte contre la désertification et de protection du climat à ce thème (projet présenté à la convention de l'ONU pour la biodiversité à Nagoya en 2010, dans le pavillon de la biodiversité).

Des échelles émergentes existent, avec des sous ensembles plus ou moins proche de certaines échelles biogégographiques, avec notamment l'Union européenne, le réseau AEWA, le réseau écologique paneuropéen, les le G 77, la zone du corridor écologique méso-américain, qui développent leurs propres stratégies de gestion, protection et restauration de la biodiversité, en lien avec l'ONU.

Les gouvernements et de nombreuses agences y contribuent aux échelles nationales, ainsi que les régions et communautés locales où doivent concrètement s'appliquer les stratégies d'aires protégées et de restauration de réseaux écologiques

Les gestionnaires d'aires protégées s'appuient sur des réseaux scientifiques, des conseils scientifiques et les retours d'expérience pour améliorer leurs savoirs et savoir-faire. Enfin le tissus associatif local d'ONG est à l'origine de la plupart des projets et réalisation d'aires protégées.

Efficacité et limites

L'évaluation écologique des actions de restauration écologique s'est développée au fur et à mesure des retours d'expérience. Elle a montré une efficacité des mesures de restauration, mais contraintes par certaines limites.

Évaluation : Par exemple, une récente méta-analyse [7] de 89 opérations de restauration écologiques faites dans un large éventail d'écosystèmes à travers le monde a montré une efficacité certaine : En moyenne, la biodiversité a progressé de 44 % et les services écosystémiques de 25%. Cependant, les valeurs pour ces deux critères restaient faibles si on les compare aux écosystèmes intacts de référence. Les auteurs ont conclu que la restauration de la biodiversité peut effectivement concourir à améliorer le niveau se services écologiques, notamment dans les écosystèmes tropicaux terrestres, avec les limites précisées ci-dessous.
Pour le domaine marin, d'autres auteurs [8] estiment qu'il est urgent d'au moins tenter une restauration globale des pêcheries, à échelle mondiale. Il faut pour cela restaurer les écosystèmes marins. Or, dans 5 des 10 écosystèmes bien connus en 2009, la productivité de la pêche était en déclin [8]. Dans 7 de ces écosystèmes, le niveau de surexploitation des ressources était atteint ou dépassé. 63% des stocks de poissons ayant fait l'objet d'une évaluation dans le monde nécessitaient un plan de restauration, et des taux d'exploitation encore plus bas étaient nécessaires pour enrayer l'effondrement des espèces vulnérables. L'activité de pêche peut être combinée à des objectifs de conservation via le regroupement d'actions diversifiées de gestion restauratoire, incluant des interdictions et restrictions de capture et une adaptation des engins de pêche, en fonction du contexte local (qu'il faut donc suivre)[8]. L'impact des flottes internationales de pêche et l'absence de réelles alternatives à la pêche compliquent les perspectives pour la reconstruction des pêcheries dans beaucoup de régions pauvres, en soulignant la nécessité d'une perspective mondiale sur la reconstruction des ressources marines [8].

Limites : On en a décrit plusieurs :

  • Ce sont d'abord des seuils quantitatifs qu'il est impossible à ce jour d'atteindre.
  • Ensuite tout milieu naturel est en grande partie le produit des espèces qui y vivent ; la disparition définitive de certaines espèces, et en particulier de grands herbivores et grands carnivores, ou d'espèces plus modestes telles que les pollinisateurs peut donc y empêcher une restauration des états antérieurs.
  • De même, là où les pluies elles-mêmes sont facteur d'eutrophisation à cause de leur teneur en azote d'origine agricole ou provenant de la circulation automobile (oxydes d'azote émis par les pots d'échappement), la restauration de milieux réellement oligotrophes (milieux à haute-biodiversité en général) est difficile sans actions de gestion importantes, qui diminuent la naturalité du site.

Des travaux scientifiques sont en cours dans divers pays pour évaluer la possibilité d'en quelque sorte remplacer certaines espèces disparues par d'autres introduites à partir d'une autre région (le mammouth en Amérique du Nord, par l'éléphant d'Afrique par exemple).

Notes et références

  1. Définitions proposée par Mermet, en 1992 et reprise par le COMOP Trame verte et bleue mis en place suite au Grenelle de l'environnement de 2007 ; Voir le Guide n°2 intitulé Appui méthodologique à l’élaboration régional de la TVB– Enjeux et principes de la TVB)
  2. Julian D. Olden, N. LeRoy Poff ; Clarifying biotic homogenization Trends in Ecology & Evolution, Volume 19, Issue 6, June 2004, Pages 282-283
  3. David M. Wilkinson ; The long history of the biotic homogenization concept ; Trends in Ecology & Evolution, Volume 19, Issue 6, June 2004, Pages 283-284
  4. Julian D. Olden, N. LeRoy Poff, Michael L. McKinney ; Forecasting faunal and floral homogenization associated with human population geography in North America ; Biological Conservation, Volume 127, Issue 3, January 2006, Pages 261-271
  5. a, b, c, d et e Olden J.D., LeRoy Poff N., Douglas M.R., Douglas M.E. and Faush K.D., (2004), « Ecological and evolutionary consequences of biotic homogenisation », Trends in Ecology and Evolution, n°19, pp.18-24.
  6. Article de Pour la Science intitulé Le retour des éléphants et des lions en Amérique (Pour la Science N° 368, Juin 2008, édition française de "Scientific American), à propos de l'idée de réintroduire les animaux qui ont disparu de l'Amérique du Nord il y a 13 000 ans ? pour une nouvelle gestion restauratoire et biologie de la conservation
  7. J. M. R. Benayas, A. C. Newton, A. Diaz, and J. M. Bullock (2009) ; Enhancement of Biodiversity and Ecosystem Services by Ecological Restoration: A Meta-Analysis. ; Science 325, 1121-1124 (Résumé en anglais)
  8. a, b, c et d B. Worm, R. Hilborn, J. K. Baum, T. A. Branch, J. S. Collie, C. Costello, M. J. Fogarty, E. A. Fulton, J. A. Hutchings, S. Jennings, et al. (2009) Rebuilding Global Fisheries. ; Journal Science N°325, 578-585 ([Résumé, en anglais])


Voir aussi

Articles connexes

Bibliographie

CERSP (Conservation des espèces, restauration et suivi des populations, unité mixte de recherche du Muséum national d'histoire naturelle, du CNRS et de l'Université de Paris VI)

Liens externes



Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Gestion restauratoire de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Gestion restauratoire et donc différentiée — Gestion restauratoire La gestion restauratoire est la gestion mis en oeuvre par un gestionnaire ou un réseau de gestionnaire sur des milieux dégradés (naturels, semi naturels, industriels ou urbains) avec l objectif d y restaurer la biodiversité …   Wikipédia en Français

  • Gestion intentionnelle — Gestion restauratoire La gestion restauratoire est la gestion mis en oeuvre par un gestionnaire ou un réseau de gestionnaire sur des milieux dégradés (naturels, semi naturels, industriels ou urbains) avec l objectif d y restaurer la biodiversité …   Wikipédia en Français

  • Gestion Conservatoire — La gestion conservatoire est un mode de gestion des milieux naturels ou semi naturels qui a pour but de rétablir la biodiversité sur les sites profondément dégradés par les activités humaines. Forêt danoise dont le sous bois est pâturé …   Wikipédia en Français

  • Gestion des milieux naturels — Gestion conservatoire La gestion conservatoire est un mode de gestion des milieux naturels ou semi naturels qui a pour but de rétablir la biodiversité sur les sites profondément dégradés par les activités humaines. Forêt danoise dont le sous bois …   Wikipédia en Français

  • Gestion conservatoire — La gestion conservatoire est un mode de gestion des milieux naturels ou semi naturels qui a pour but de rétablir la biodiversité sur les sites profondément dégradés par les activités humaines. Forêt danoise dont le sous bois est pâturé …   Wikipédia en Français

  • Gestion durable des forêts — Un des enjeux de la gestion forestière est d en accroître la résilience écologique. Au Japon, Akira Miyawaki, sur la base de nombreuses expériences de restauration de forêts recommande l utilisation d essences locales ; leurs graines peuvent …   Wikipédia en Français

  • Gestion forestière — Sylviculture Plantation en alignements de douglas (Lorraine, France) …   Wikipédia en Français

  • Gestion sylvicole — Sylviculture Plantation en alignements de douglas (Lorraine, France) …   Wikipédia en Français

  • Mesure restauratoire — Renaturation Le mot renaturation désigne des opérations d aménagements restauratoires ou de gestion restauratoire puis conservatoire consistant à restaurer le « bon » état écologique et paysager de sites que l on estime dégradés par les …   Wikipédia en Français

  • Biologie De La Conservation — La biologie de la conservation (ou écologie de la conservation) est une discipline traitant des questions de perte, maintien ou restauration de biodiversité. Robert Barbault la présente[1] comme une discipline de gestion de crise ; elle vise …   Wikipédia en Français