Georges Lemoine


Georges Lemoine
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lemoine.
Georges Lemoine

Parlementaire français
Date de naissance 20 juin 1934
Mandat Député
1978-1993
1997-2002
Circonscription première circonscription d'Eure-et-Loir
Groupe parlementaire PS
Ve République

Georges Lemoine, né le 20 juin 1934 à Rouen, est un homme politique français, membre du Parti ouvrier indépendant.

Ancien élève de l'École normale supérieure de Saint-Cloud, maître de conférences en langue allemande, ancien maire de Chartres (1977-1998), ancien député, ancien ministre socialiste, il a marqué la vie politique du département d'Eure-et-Loir pendant de nombreuses années.

Sommaire

Chef de file des socialistes euréliens pendant plus de 20 ans

Georges Lemoine connaît sa première expérience en politique en se présentant sur une liste plutôt conservatrice à Dreux aux élections municipales. Après cet échec, il rejoint le Parti socialiste, dont il souhaite faire une force politique importante dans un département encore dominé par une tradition radical-socialiste.

En 1977, il est élu maire de Chartres après avoir remporté les élections cantonales en 1973. Il devient député en 1978 et sera réélu jusqu'en 2002 (sauf de 1993 à 1997). À la faveur de l'élection de François Mitterrand en 1981 à la présidence de la République, Georges Lemoine devient un cadre important du PS et participe à plusieurs gouvernements socialistes comme secrétaire d'État dans les gouvernements Mauroy et le gouvernement Fabius (à l'énergie (mai à juin 1981), auprès du ministre de la défense (1981-1983), chargé des DOM-TOM (1983-1986).

En 1994, il ne reçoit pas l'investiture du parti socialiste aux élections cantonales. Il fonde alors l'Union des républicains d'Eure-et-Loir (UREL), association politique rassemblant des militants et élus issus du PS mais aussi du MRG. Il remporte au 1er tour l'élection cantonale.

1995-2002 : une période de transition

Réélu maire en 1995, après avoir contourné une contestation interne au PS en créant l'UREL (Union des Républicains d'Eure-et-Loir), son dernier mandat constituera une phase de transition politique.

La ville qualifiée par la presse de « belle endormie », doit faire face à une situation financière très délicate rendue publique par un rapport de la Chambre régionale des comptes (CRC) de 1996. Georges Lemoine prend alors à des mesures drastiques (augmentation forte des impôts et maîtrise sévère des dépenses) pour éviter une mise de la ville sous la tutelle du préfet. En 1998, Georges Lemoine démissionne de son mandat de maire avant terme. Jean-Louis Guillain (sans étiquette) lui succède. Il reste cependant membre du conseil municipal et est élu 1er adjoint-au-maire.

Georges Lemoine conserve également la présidence de la COMmunauté d'Agglomération CHartraine (COMACH, aujourd'hui Chartres Métropole) dont il accroît les compétences par rapport à celles des communes membres. Tout en ayant abandonné sa fonction de maire, Georges Lemoine reste donc un dirigeant très important des affaires communales, d'autant que symboliquement, il conserve son ancien bureau de maire en mairie, ce qui lui vaut d'être baptisé le « maire fantôme » de Chartres par Le Figaro.

2001-2002 : la perte des mandats municipaux et de député

En 2001, la situation politique chartraine, devenue très complexe, conduit à l'émergence de plusieurs listes pour les élections municipales, à droite comme à gauche.

  • À gauche

Liste menée par Pascal Ory, investie par le PS. Jean-Louis Guillain renonce à se présenter comme tête de liste au profit de Pascal Ory candidat soutenu par Georges Lemoine (lui-même membre de la liste). Pascal Ory est un universitaire, historien, et adjoint au maire chargé de la culture sortant.

Liste de la gauche associative et dissidente du PS. Autour de l'association Énergies citoyennes se constitue une liste regroupant des membres de la société civile, des Verts et des dissidents du PS qui s'opposent ouvertement à Georges Lemoine en demandant son retrait de la vie politique.

  • À droite

Liste menée par Éric Chevée investie par le RPR et l'UDF. Éric Chevée (UDF) et Marie-Claire Carrère-Gée (RPR) constitue une liste soutenue par l'essentiel des responsables politiques de la droite et du centre, à l'exception de Gérard Cornu, sénateur RPR et Daniel Guéret, conseiller régional RPR et des membres de Démocratie libérale qui contestent la légitimité de M.-C. Carrère-Gée dont l'implantation à Chartres est jugée trop récente.

Liste menée par Jean-Pierre Gorges investie par DL et dissidente du RPR et de l'UDF. Jean-Pierre Gorges, responsable départemental de Démocratie libérale, allié à Daniel Guéret, conduisent une liste qui n'est investie que par DL mais regroupe cependant des dissidents du RPR, du MPF et de l'UDF.

  • Premier tour de l'élection municipale

Dès le premier tour la droite est majoritaire et c'est la liste de Jean-Pierre Gorges qui remporte la "primaire" d'une centaine de voix.

  • Second tour

Éric Chevée et ses colistiers se retirent (sans fusionner). À gauche, la liste Ory est en tête et fusionne avec la liste Énergie Citoyenne après d'âpres négociations programmatiques et avec l'engagement que Georges Lemoine ne soit ni maire ni Président de la Communauté d'Agglomération. À l'issue du second tour la liste menée par Jean-Pierre Gorges l'emporte. Jean-Pierre Gorges devient maire.

  • Changement de majorité à la Communauté d'Agglomération

La ville de Lucé, 2e ville de l'agglomération, élit Jacques Morland (DVD ayant été soutenu lors de précédentes candidatures par le MNR). Le conseil de la COMACH devient ainsi majoritairement composé d'élus de droite et du centre. Jean-Pierre Gorges succède à Georges Lemoine comme président de l'Agglomération.

  • Élections législatives de 2002

Aux élections législatives de 2002, Georges Lemoine est battu par Jean-Pierre Gorges sur le 1re circonscription.

Georges Lemoine ne conserve donc que deux mandats : conseiller général du canton de Chartres Sud-Est (renouvelable en 2008) et conseiller municipal de Chartres.

Depuis 2001 : du socialisme au trotskisme

Opposant principal de Martial Taugourdeau, président RPR du conseil général de 1986 à sa mort accidentelle en 2001, Georges Lemoine perd progressivement son leadership à partir de sa réélection en 2001 au conseil général. Jacky Jaulneau, député suppléant PS de François Huwart (PRG) devenu secrétaire d'État en 2000 au sein du gouvernement Jospin, devient le nouveau leader de l'opposition départementale. Suite aux élections de 2004 qui reconduisent la majorité départementale UMP/UDF/DVD menée par Albéric de Montgolfier, Georges Lemoine quitte le groupe de l'opposition PS/DVG/Républicains qui ne l'a pas réélu à la commission permanente du conseil général. Il crée alors un groupe "autonome pour la démocratie sociale" (GADS), se positionne toujours dans la tradition de la gauche socialiste et tente une ouverture auprès des membres UDF, DVD et DVG du conseil général. Cette ouverture ne se concrétise pas et il demeure l'unique membre du GADS. Il revendique depuis lors une liberté de vote qu'il concrétisera en 2004 en votant pour le budget présenté par le président UMP du conseil général. En décembre 2005, 2006 et 2007 il unira sa voix à celles des membres du groupe d'opposition en s'abstenant sur le budget.

En 2004, Georges Lemoine a annoncé son intention de constituer une liste aux élections municipales de 2008. Il annonce cependant en décembre 2007 sa candidature aux élections municipales de la commune du Favril (canton de Courville-sur-Eure) sur une liste menée par un conseiller municipal UMP sortant. Il confirme sa candidature aux élections cantonales de mars 2008 sur son canton de Chartres-Sud-Est, malgré l'investiture par le PS de David Lebon.

A l'issue du 1er tour de l'élection cantonale, Georges Lemoine arrive en deuxième position, derrière Élisabeth Fromont, candidate investie par l'UMP, mais devant David Lebon qu'il devance d'une centaine de voix. Ce dernier lui reproche d'avoir fait figuré sur ses bulletins la mention « candidat socialiste », source selon lui de confusion. Contrairement à ses engagements pris publiquement avant le 1er tour, David Lebon maintient donc sa candidature au second tour, et arrive devant Georges Lemoine, bénéficiant d'un report partiel des voix du MoDem, qui avait concomitamment fusionné sa liste avec celle du PS aux élections municipales. Ce maintien et les divisions de la gauche ont ainsi favorisé l'élection d'Élisabeth Fromont.

Concernant le scrutin municipal, Georges Lemoine n'est pas élu conseiller de la commune du Favril.

Au soir du 16 mars 2008, l'ancien ministre et député-maire de Chartres est donc pour la première fois depuis 1973 sans aucun mandat électif.

Élection législative partielle de septembre 2008

Suite à l'annulation de l'élection de Françoise Vallet, Georges Lemoine a annoncé le 22 juillet 2008 qu'il se portait candidat à l'élection législative partielle qui se déroulera les 7 et 14 septembre 2008 dans la 1re circonscription. Il a motivé cette candidature, qui l'opposera notamment au candidat investi par le parti socialiste David Lebon et à Jean-Pierre Gorges, investi par l'UMP : « Le Parti socialiste n'ayant pas de candidat répondant à la philosophie que j'ai toujours eue, c'est-à-dire l'union de la gauche, j'ai décidé d'être candidat »[1].

Il reçoit le 22 août 2008 le soutien du Parti ouvrier indépendant (ex-Parti des travailleurs)[2].

Georges Lemoine recueille au premier tour 14,51% des suffrages exprimés, ce qui le place en troisième position derrière David Lebon (28,09%) et Jean-Pierre Gorges (47,76%). Ne pouvant maintenir sa candidature, « [il laisse] ses électeurs et électrices se déterminer en toute liberté pour le second tour »[3],[4].

Élections cantonales de mars 2011

Le 26 octobre 2010, Georges Lemoine annonce sa candidature aux élections cantonales de mars 2011 sur le canton de Mainvilliers avec l'investiture du Parti ouvrier indépendant dont il se déclare membre depuis plusieurs années[5].

Mandats et fonctions

Fonctions gouvernementales

Secrétaire d’État auprès du ministre de l’industrie, chargé de l’énergie :

Secrétaire d'État auprès du ministre de la défense :

Secrétaire d'État auprès du ministre de l'Intérieur et de la décentralisation, chargé des départements et des territoires d’outre-mer :

Mandat national

Mandats locaux

Notes et références

  1. lesechos.fr Brève publiée le 23 juillet 2008 - site consulté le 25/07/2008
  2. http://lapiquouse.info/archives/1797#comments Communiqué du POI repris sur la Piquouse de rappel - publié le 22 août 2008 - consulté le 23 août 2008
  3. L'Echo républicain - 08/09/2008
  4. Blog de campagne de Georges Lemoine - Post du 7/09/2008 - site consulté le 10/09/2008« Alfredo Do Rosario et Georges Lemoine, candidats aux élections législatives partielles du 7 septembre 2008 remercient les électrices et les électeurs qui ont voté pour eux. Respectueux des principes de la démocratie, ils laissent leurs électrices et électeurs se déterminer en toute liberté pour le second tour »
  5. L'Écho républicain - 26 octobre 2010 « Cantonales 2011 : Georges Lemoine candidat à Mainvilliers. Le Parti ouvrier indépendant annonce qu’il se lance dans la bataille des élections cantonales. Et surprise, c’est Georges Lemoine, l’ancien maire socialiste de Chartres, qui portera ses couleurs à Mainvilliers. »

Liens externes

Pour en savoir plus :


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Georges Lemoine de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Georges lemoine (illustrateur) — Pour les articles homonymes, voir Lemoine. Georges Lemoine, né le 14 juin 1935 à Rouen, est un illustrateur français de livres pour la jeunesse. Il s installe avec ses parents à Paris en 1946. Il étudie à l école des Beaux Arts de Rabat lors de… …   Wikipédia en Français

  • Georges Lemoine (illustrateur) — Pour les articles homonymes, voir Lemoine. Georges Lemoine, né le 14 juin 1935 à Rouen, est un illustrateur français de livres pour la jeunesse. Il s installe avec ses parents à Paris en 1946. Il étudie à l école des Beaux Arts de Rabat lors de… …   Wikipédia en Français

  • Lemoine — es un apellido francés. En francés, le moine significa el monje. Lemoine es el apellido de Jean Lemoine (1250 1313), cardenal y legado del papa Bonifacio VIII; Pierre Antoine Lemoine (1605 1665), pintor francés; Jacques Manuel Lemoine (1740 1803) …   Wikipedia Español

  • Lemoine —  Pour les articles homophones, voir Lemoyne et Moine (homonymie). Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Sommaire …   Wikipédia en Français

  • Lemoine — People * Adolphe Lemoine, known as Lemoine Montigny (1812 1880), French comic actor * Anne Elisabeth Lemoine, French television and radio actress * Annie Lemoine (born 1957), French television actress and journalist * Émile Lemoine (1840 1912),… …   Wikipedia

  • Georges Cadoudal — Georges Cadoudal, peinture de Paul Amable Coutan, 1827. Surnom Général Georges Gédéon Naissance …   Wikipédia en Français

  • Georges Simenon — Georges Joseph Christian Simenon (Lieja, 13 de febrero de 1903 Lausana, 4 de septiembre de 1989) fue un escritor belga en lengua francesa. Nació en Lieja, oficialmente el 12 de febrero de 1903 …   Wikipedia Español

  • Georges Paul Emilien Caussade — Georges Caussade Georges Caussade né à Port Louis, Ile Maurice, le 20 novembre 1873 et mort à Chanteloup les Vignes le 5 août 1936 était un pédagogue et compositeur français. Sommaire 1 Biographie 2 Œuvres …   Wikipédia en Français

  • LEMOINE (G.) — LEMOINE GEORGES (1935 ) Graphiste et illustrateur français, Lemoine se consacre au livre d’enfants, et particulièrement aux textes de portée philosophique. Il débute en mettant en images des nouvelles orientales de Marguerite Yourcenar, de Michel …   Encyclopédie Universelle

  • Georges Caussade — né à Port Louis, Ile Maurice, le 20 novembre 1873 et mort à Chanteloup les Vignes le 5 août 1936 est un pédagogue et compositeur français. Sommaire 1 Biographie 2 Œuvres …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.