Georges Freche


Georges Freche

Georges Frêche

Président de
conseil régional
Georges Frêche - O tour de la bulle - 2008.jpg
Région Languedoc-Roussillon
Parti politique Divers gauche (ex-PS)
Élu le 28 mars 2004
Prédécesseur Jacques Blanc
Successeur en poste
Mandat 2004 - 2010
Autres fonctions président de la communauté d'agglomération de Montpellier
Naissance 9 juillet 1938
Puylaurens (Tarn)
Ve République
Georges Frêche
Parlementaire français
Naissance 9 juillet 1938
Décès
Mandat Député 1973-1978
puis 1981-1993
puis 1997-2002
Début du mandat
Fin du mandat {{{fin du mandat}}}
Circonscription Deuxième circonscription de l'Hérault
Groupe parlementaire PS
Ve République

Georges Frêche est un homme politique français, né le 9 juillet 1938 à Puylaurens (Tarn). Il est actuellement président du conseil régional de Languedoc-Roussillon, président de la communauté d'agglomération de Montpellier et conseiller municipal de Montpellier. Il fut député de l'Hérault (1973-1978, 1981-1993 et 1997-2002) et maire de Montpellier (1977-2004).

Spécialiste du droit romain, il est professeur honoraire d'histoire de droit romain à l'Université Montpellier 1, après des enseignements de l'histoire du droit, et des idées politiques à l'UFR Droit et à l'UFR Sciences économiques.

Sommaire

Biographie

Formation politique

À sa sortie d'HEC, il rejoint la Faculté de droit de Paris et l'Institut de Géographie. Il milite alors contre la guerre d'Algérie, position très minoritaire à la faculté de droit.

Le 13 février 1962, il fait partie d'un groupe qui tente d'occuper la faculté de droit de Paris. Ce groupe est passé à tabac dans la cour d’honneur de la faculté par les étudiants de la « Corpo de droit », partisans de l’OAS. Ramassés par la police du Ve arrondissement de Paris, nombre de ces étudiants de gauche, parmi lesquels Georges Frêche, se retrouvent quelques heures durant au commissariat du Ve.

Son engagement anticolonialiste dure jusqu’à la fin de la guerre d’Algérie et se prolonge par son entrée à la Fédération des cercles marxistes-léninistes en 1964, où il signe Georges Lierre ses articles pour L'Humanité nouvelle[1]. Exclu à l'automne 1965 pour avoir voulu « fomenter une dissidence » contre l'appareil de la FCML, il rejoint un temps le Centre marxiste-léniniste de France issu du « groupe de Clichy », proche de Patrick Prado et Claude Beaulieu[2]. Une fois nommé à Montpellier en 1969, il s’engage à la SFIO.

Carrière politique

C'est à son arrivée à Montpellier pour enseigner à la Faculté de droit que Georges Frêche adhére au Parti socialiste composé d'une unique section à Montpellier et de quelques adhérents. Il y avait alors un partage implicite avec la droite : à la gauche les cantons et les villes rurales, à la droite les villes urbaines. L'arrivée de Georges Frêche va donc bousculer cet ordre des choses. Son entrée en politique, comme la suite de sa carrière en sera fortement imprégnée. Georges Frêche a son franc parler et il va en faire une arme politique. En mars 1973, Georges Frêche est candidat (PS) pour la première fois aux élections législatives à Montpellier (Hérault). Il tente à cette époque de se rapprocher des milieux de l'ancienne Algérie française. Milieux avec lesquels il ne rompra plus jamais pour se hisser aux plus hautes responsabilités.

Selon Jacques Molénat[3], cette attitude de Frêche avec les nostalgiques de l'Algérie française s'inscrit dans une politique globale envers les rapatriés dans une ville où la communauté Pieds-Noirs est l'une des plus importantes de France, notamment depuis la construction ex nihilo du quartier de La Paillade, initialement destiné à accueillir le flux des nouveaux arrivants par son prédécesseur à la Mairie de Montpellier, François Delmas.

La prise en compte de ce vote pied-noir serait l'un des éléments de ses victoires successives depuis 1973 et s'explique par un soutien aux associations liées aux pieds-noirs, la construction d'une Maison des rapatriés, le recrutement dans des emplois municipaux, un accès facilité aux logements, la création d'un musée de la France en Algérie, etc. En 1982, il met en berne tous les drapeaux de la ville quand Claude Cheysson, ministre des Relations extérieures (affaires étrangères) de François Mitterrand, vient s'incliner à Alger devant la tombe des « combattants du FLN ».

Maire de Montpellier

Avec pour objectif un développement de la ville de Montpellier, il engage celle-ci dans une série de grands travaux. Georges Frêche se targue souvent d'avoir fait exploser la population de la ville, citant par exemple un passage du 25e au 8e rang national[4] au cours de son mandat. Mais en réalité la plus forte croissance a eu lieu dans les années 1960, bien avant son premier mandat, suite à l'arrivée des Pieds-Noirs et d'IBM: ainsi en 1975, soit 2 ans avant son premier mandat, Montpellier était déjà la 13e ville de France avec 191 000 habitants[5].

Georges Frêche est le premier maire d'une grande collectivité à utiliser la publicité pour travailler l'image d'une ville. Avec des campagnes au début des années 80 telles que "Montpellier, 200 000 ambassadeurs", "Montpellier, la surdouée", ou encore "Montpellier, la sud que j'aime", Georges Frêche avec la collaboration du publicitaire montpellierain Daniel Boulet et François Delacroix son jeune Directeur de cabinet d'alors "invente" la communication publique d'aujourd'hui.

Les grands projets

On peut citer notamment la création d'un nouveau quartier à la fin des années 1970 : Antigone, par l'architecte Ricardo Bofill, mais aussi de celui du Millénaire, une zone économique, à la fin des années 1980, qui vient prolonger le développement de la ville vers l'est ou encore au centre-ville l'édification du Corum (centre de congrès et opéra).

Les années 1990 voient se construire la piscine olympique, au sein du réseau des médiathèques la « centrale » Émile-Zola, la première ligne de tramway, implantation des UFR des sciences économiques et d'AES sur le campus de Richter (il échoua néanmoins à y faire venir la faculté de Droit qui a préféré rester en centre-ville, le projet "Richter" a provoqué une forte polémique et a notamment opposé Georges Frêche au président de l'Université Montpellier 1).

Au cours des années 2000, les grands projets continuent : zone ludique et commerciale Odysseum, quartier Nouveau Saint-Roch, deuxième ligne de tramway, chantier du musée Fabre, nouvel hôtel de ville ainsi que le projet campus qui doit profondément remodeler les quartiers autours des université des sciences et des lettres.

Il a donc imprimé sa marque sur la ville en tant que bâtisseur. Ces programmes de construction ont été très coûteux mais, sur le long terme, ils se sont indéniablement affirmés comme positifs et même essentiels. Ses adversaires critiquent le caractère autocratique et mégalomane de ces décisions ; ses réalisations ambitieuses pour Montpellier n'ont pas diminué. Tout ceci correspond à la devise promotionnelle des années 1980 : « Montpellier, la surdouée ».

Une intercommunalité difficile

Au sein du district de Montpellier, des tensions apparaissent avec le maire de Lattes, Michel Vaillat, sur la commune duquel sont implantés deux aménagements polluants de l'agglomération montpelliéraine : la décharge du Thôt et la station d'épuration de la Céreirède. Les relations avec Lattes s'apaisent avec l'élection de Cyril Meunier en 2001 et l'engagement de fermer la décharge en 2006. Cependant, elles se détériorent avec Christian Jeanjean, maire UMP de Palavas-les-Flots et ses ambitions politiques locales et nationales.

À la suite de son élection en 2004 à la présidence de la Région Languedoc-Roussillon, il ne peut plus être maire de Montpellier pour cause de cumul des mandats et désigne Hélène Mandroux pour lui succéder. Il reste président de la communauté d'agglomération de Montpellier aux compétences élargies (loi Chevènement).

Il consacre, pour l'agglomération, son énergie aux projets de deuxième ligne de tramway et au parc d'activités d'Odysseum. Il a aussi pour objectif d'agrandir la communauté en gagnant d'autres communes pour pouvoir atteindre le seuil de population de 500 000 habitants permettant la transformation en communauté urbaine. Le premier élargissement à l'issue de la transformation du district en communauté d'agglomération a pour effet de faire venir Montpellier jusqu'à la mer. C'est aussi une manière de compenser le départ de plusieurs communes dont Palavas-les-Flots. Pour y arriver, deux possibilités : aller à l'est vers Lunel, ou vers l'ouest avec Sète et Frontignan. Cette deuxième solution fut lancée officiellement et en 2005, il tenta une fusion entre les communautés d'agglomération de Montpellier et de Sète et la communauté de communes de Mèze mais ce projet n'aboutit pas faute d'unanimité.

Du point de vue de l'intercommunalité, le bilan de Georges Frêche est paradoxal. S'il parvient à doter Montpellier d'une communauté d'agglomération puissante et active par transformation du district urbain créé en 1965 il ne parvient pas à calmer le mécontentement des communes alentours (lire la section dédiée de l'article Communauté d'agglomération Montpellier Agglomération). Les discours de rejet de l'agglomération dans les communes périphériques insistent sur la personnalité hégémonique de Georges Frêche. Ainsi l'agglomération est devenue plus puissante grâce à des compétences élargies (culture, développement économique) mais elle est amputée de son littoral par le départ de Palavas-les-Flots et le refus de Mauguio comme de La Grande-Motte, communes membres de la communauté de communes du Pays de l'Or, d'intégrer la communauté.

Si les Maires se montrent réticents à intégrer la Communauté d'agglomération de Montpellier, les populations ne seraient pas du même avis. C'est du moins le résultat d'un sondage Sofres commandé par la Communauté d'agglomération Montpellier Agglomération et réalisé auprès des populations du pays de l'Or, de Lunel, du Pic Saint-Loup et de Ceps et Silves, sondage présenté le 21 octobre 2008[6], dans lequel 58% des habitants du Pays de l'Or qui regroupe notamment La Grande-Motte, Palavas, Mauguio-Carnon, et 60% des habitants du Pays de Lunel, se disait favorable à un «rapprochement» (le terme «fusion» n'était pas utilisé) entre 7 structures intercommunales dont l'Agglomération de Montpellier. Ce sondage a été abondamment exploité[7].

Languedoc-Roussillon

Au niveau régional, sa carrière politique est marquée par une opposition conflictuelle avec Jacques Blanc (UDF, puis UMP), président du conseil régional du Languedoc-Roussillon. Frêche échoue à devenir président de Région en 1998 après l'alliance entre les conseillers régionaux de droite et ceux du Front national lors de l'élection du président du conseil régional, Jacques Blanc. Cependant, en mars 2004, sa liste d'union de la gauche arrive première au second tour de l'élection régionale en Languedoc-Roussillon. Pour éviter le cumul des mandats, il laisse la mairie de Montpellier à une de ses proches, Hélène Mandroux-Colas.

L'accession à la présidence du conseil régional de Georges Frêche marque une nouvelle étape dans son parcours politique : animer la politique d'une Région, entouré d'élus forts où les politiques sont menées en partenariat avec d'autres collectivités n'a rien à voir avec la gestion d'une ville ou d'une Agglomération. Georges Frêche doit convaincre l'opinion et les élus régionaux de sa capacité à gérer la Région. Si des conflits ont rapidement éclaté avec l'opposition régionale de droite autour d'annulations de subventions et de la volonté de M. Frêche d'ajouter le nom de la région historique Septimanie au nom de la Région.

Pour cette nouvelle politique régionale, Georges Frêche a décidé d'augmenter les impôts pour pouvoir lever un budget de 765 millions d'euros (contre 554 millions en 2004) pour financer une rénovation des trains régionaux, entretenir ou construire des lycées, consolider les digues du Rhône qui ont montré leurs faiblesses pendant l'hiver 2003, aider au financement des logements sociaux et étudiants, et aider les personnes âgées et handicapées. En avril 2005, le président de l'UMP Nicolas Sarkozy a décerné « la palme nationale de l'augmentation des impôts » à Georges Frêche. Et ce dernier de l'affubler du sobriquet de "grand Mamamouchi aux talons compensés". Au sujet de l'augmentation de la fiscalité locale, il répond: « … n’est-ce pas le B-A-BA de la politique ? Deux ans d’impopularité, deux ans de calme, deux ans favorables avec des fleurs et des petits oiseaux, et vous êtes réélu : tout cela est d’une facilité déconcertante. »[8]

Les premières décisions votées par le conseil régional sont : la gratuité des livres et des équipements pour tous les lycéens et les apprentis, revalorisation des indemnités des stagiaires, lancement d'une politique à destination de la jeunesse : forums Septimania 15-25 ans dans les grandes villes de la région, portail internet, Conseil Régional de la Jeunesse. [9]

Le 14 avril 2005, suite au rejet populaire du terme Septimanie pour rebaptiser la région, il transforme le projet en marque commerciale "Septimanie, la griffe du soleil", et lance une grande campagne publicitaire pour promouvoir ce nom et les produits de la région. En septembre 2005, il annonce renoncer définitivement à rebaptiser la région, 95% de la population y étant opposé. Il lance alors une marque ombrelle "Sud de France" pour promouvoir les produits agroalimentaies, les fruits et légumes et les vins du Languedoc-Roussillon au niveau national et à l'international.

En février 2006, Georges Frêche renouvelle fortement son Cabinet et s'entoure à la fois d'une nouvelle génération de collaborateurs et d'experts qui ont fait déjà leur preuve pour après une période d'installation (avril 2004 - janvier 2006)lancer de vastes projets structurants pour le Languedoc-Roussillon. Animé par Frédéric Bort, 29 ans, son Directeur de Cabinet, Laurent Blondiau, 39 ans, son directeur de la communication, le Prefet Daniel Constantin, son conseiller spécial et Jean-Pierre Foubert, son Directeur des relations internationales, pour son Cabinet, Claude Cougnenc, Directeur général des services (éminence grise à la Ville de Montpellier, puis à la Région).

En 2007 avec la présidence de la Communauté de Travail des Pyrénées (CTP) il participe à de nombreux sommets européens, notamment à Saragosse où il s'affiche comme un porte parole du Sud de la France. En 2008, la Région Languedoc-Roussillon soutient la réussite du projet national campus pour les universités de Montpellier, la création d'Aqua Domitia, réseau hydraulique régional (la Région est ainsi la première Région de France à gérer l'eau sur son territoire), le financement de la ligne à grande vitesse Perpignan-Nîmes, portion manquante de la ligne à grande vitesse Séville-Amsterdam.

Georges Frêche et le Parti socialiste

Membre du Parti socialiste depuis sa création, Georges Frêche a souvent été en opposition avec les dirigeants de son parti, le Parti socialiste (PS). Il n'a jamais été ministre, selon lui parce qu'il était contre les financements du parti par Urba et les liens entre François Mitterrand et René Bousquet. Le différend est en réalité plus ancien puisque dès le Congrès d'Épinay en 1971, Mitterrand l'avait écarté. Sa démarche pouvait être taxée d'opportunisme car il avait été maoïste de 1962 à 1967 et fait un voyage en Chine durant cette période. Dans un livre publié lorsque Mitterrand était encore président, La France ligotée, Frêche avait dénoncé vigoureusement ce dernier. Il est resté membre du bureau national et du conseil national du PS jusqu'en 2006.

En 2002, il fut l'un des seuls à signaler pendant la campagne électorale présidentielle au candidat Lionel Jospin que son programme n'était pas compréhensible par les électeurs et qu'il aurait dû s'adresser aux ouvriers, mot que Jospin n'employait pas. L'année suivante, est sorti son livre Les éléphants se trompent énormément, critique acerbe des éléphants (dirigeants) du Parti socialiste.

Après avoir qualifié des harkis membres d'une association proche de l'UMP de « sous-hommes », il est exclu du parti socialiste le 27 janvier 2007 par la commission nationale des conflits du PS, jugeant ses propos « non compatibles avec les valeurs d'égalité et de respect des droits humains » que revendiquent ce parti[10].

Selon ses détracteurs -dont certains au PS-, durant ses presque trente ans de gestion du PS de l'Hérault, Georges Frêche s'est appliqué à éliminer tous ceux qui pouvaient lui faire de l'ombre et ne garder que ceux qui lui restent soumis. En novembre 2008, bien que hors du Parti socialiste, il démontre son influence sur la fédération de l'Hérault en particulier et sur les autres fédérations du Languedoc-Roussillon. Principal soutien de Ségolène Royal dans le sud avec la fédération des Bouches-du-Rhône, il redevient un incontournable soutien pour l'accès à la candidate au poste de premier secrétaire national du Parti socialiste. Tour à tour Ségolène Royal, Delphine Batho et Vincent Peillon vont prendre la défense de Georges Frêche et le blanchir des accusations dont il a été l'objet deux ans auparavant pour ses propos sur l'équipe de France de football.

Dates politiques clefs

Controverses

Georges Frêche laisse rarement indifférent entre ses réalisations concrètes, sa façon de prendre des décisions et ses propos tantôt outranciers, tantôt jauressien. Parfois surnommé le « Le Pen de gauche »[11], il a, selon Jacques Molénat[3], « l'art d'embrasser au gré des publics tout le kaléidoscope idéologique de l'Hexagone. Il est capable de tenir ici un discours révolutionnaire, là gaulliste, ailleurs libéral, jaurèsien et même lepéniste, dans le sillage, pour cette dernière variante, de son adhésion profonde à la cause pied-noir. »

Georges Frêche a une habitude de la recherche du bon mot cynique en public. Il commente la vie politique régionale et nationale sur le même ton lors des réunions des conseils élus, ces séances sont plus souvent animées de polémiques avec l'opposition, qui vote généralement toutes les affaires des différentes conseils, que de débats sur les questions votées.

Le 11 février 2006, à l'occasion d'un dépôt de gerbe devant la stèle de Jacques Roseau, porte-parole d'un mouvement pied-noir assassiné en 1993, il est pris à parti par un groupe de harkis récemment passé à l'UMP et répond à ce groupe :

« Vous êtes vraiment d’une incurie incroyable. Vous ne connaissez pas l’histoire. Ah, vous êtes allés avec les gaullistes… Vous faites partie des harkis qui ont vocation à être cocus toute leur vie… Faut-il vous rappeler que 80 000 harkis se sont fait égorger comme des porcs parce que l'armée française les a laissés ? Moi qui vous ai donné votre boulot de pompier, gardez-le et fermez votre gueule ! Je vous ai trouvé un toit et je suis bien remercié. Arrêtez-vous ! Arrêtez-vous ! Allez avec les gaullistes ! Allez avec les gaullistes à Palavas. Vous y serez très bien ! Ils ont massacré les vôtres en Algérie et vous allez leur lécher les bottes ! Mais vous n’avez rien du tout ! Vous êtes des sous-hommes ! Rien du tout ! Il faut que quelqu’un vous le dise ! Vous êtes sans honneur. Vous n’êtes pas capables de défendre les vôtres ! Voilà, voilà… Allez, dégagez ! »[12].

Dans un document largement diffusé par les médias, on l'entend traiter des harkis sympathisants UMP de sous-hommes. Selon lui, ceux-ci se seraient rendus à une cérémonie organisée par le maire UMP de Palavas. Le discours était enregistré par un journaliste de L'Hérault du Jour [13], aux côtés de Jack Lang qui affirme n'avoir « pas entendu » ces propos. Cette polémique intervient dans un double contexte de débat au niveau national sur la loi française du 23 février 2005 (dont Georges Frêche a pris la défense) et au niveau local l'élection cantonale partielle du sixième canton dans lequel l'électorat « rapatrié » et, à moindre titre harki, est déterminante.

Georges Frêche a par la suite présenté ses excuses [14] tandis que ces propos sont condamnés dans sa propre majorité (avec laquelle il entretient depuis longtemps une relation tendue), par Maryse Arditi (les Verts) et Jean-Claude Gayssot (PCF) qui démissionne de sa vice-présidence du conseil régional. Jean-Claude Gayssot retirera ensuite sa démission suite aux explications fournies par M. Frêche[15].

Le 28 février 2006, François Hollande, premier secrétaire du Parti socialiste le suspend des instances nationales du parti en attendant son passage devant la commission nationale des conflits[16].

Mis en examen en mars 2006 pour injures à caractère racial, il est relaxé le 13 septembre 2007 en appel; la Cour d'appel estimant que « les propos ne s'adressaient d'aucune manière à la communauté harkie mais à deux individus ».

En juillet 2007, l'Agrif porte plainte contre Georges Frêche[17] pour « provocation antisémite et anti-libanaise », prononcée le 24 juin 2007: il avait notamment déclaré avoir fait de Montpellier « une zone libérée d’Eretz-Israël ».

En novembre 2005, lors de l'inauguration d'une médiathèque de Montpellier, il s'était demandé si ce n'était pas "les flics qui, comme en mai 1968, (mettaient) le feu aux bagnoles". le ministre de l'Intérieur d'alors Nicolas Sarkozy le poursuivit pour avoir émis cette supposition, et saisit le ministre de la justice afin qu'il engage les poursuites. Il fut relaxé en première instance par le tribunal correctionnel de Montpellier. Mais le parquet ayant fait appel, et requis en première instance une amende de 5000 euros, fut finalement condamné le 11 septembre 2007 par la Cour d'appel de Montpellier à une amende de 1500 euros, celle-ci ayant retenu une diffamation à l'encontre de la police. Son avocat, Me Gauer, a laissé entendre que son client pourrait se pourvoir en cassation et aller même jusque devant la Cour Européenne des Droits de l'Homme. Il a déclaré: "vous verrez qu'il gagnera".[18] L'arrêt de la cour d'appel a été cassé le 17 juin 2008[19].

Georges Frêche est invité dans l'émission de Laurent Ruquier, On n'est pas couché du 17 novembre 2007, afin de promouvoir son nouveau livre, Il faut saborder le PS. Les images concernant les harkis sont rediffusées, et les deux chroniqueurs de Ruquier, Éric Naulleau et Éric Zemmour, n'hésitent pas à parler de manipulation médiatique, les images montrant clairement que Frêche s'adressait, avec virulence, à deux hommes en particulier, et non à une communauté. Devant la ministre Rama Yade, Frêche s'explique sur la question des noirs en équipe de France, assurant qu'il voulait « attirer l'attention sur le fait qu'il y a d'autres moyens de s'en sortir », et insistant sur les formations que proposent ce qu'il appelle les lycées de la seconde chance. Selon lui, il a été victime d'un lynchage médiatique « des médias de gauche » qui ont isolé une phrase dans son discours; idée reprise par Zemmour, journaliste au Figaro. Il dit à ce propos: « je suis un vieux modèle de l'époque de Mitterrand. Il me faut plusieurs phrases pour m'exprimer, et dans la société dans laquelle on vit, il faut être synthétique, tout dire en une phrase ou deux. »

La Statue de Lénine que George Frêche souhaite faire ériger à Montpellier. Conçue par l'artiste soviétique Emil Venkov et érigée en 1988 à Poprad en Tchécoslovaquie, elle fut déboulonnée après la chute du communisme. Elle est rachetée par un amateur d'art de Seattle et placée à un carrefour dans le quartier bohémien de Fremont

Le 16 janvier 2008, il crée à nouveau une polémique en déclarent vouloir racheter une statue de Lénine (actuellement à Seattle) et la faire ériger en plein cœur de Montpellier, sur la place de la Comédie, après les élections municipales[20]. Il justifie sa position par la « dépolitisation de la société » et déclare que « l'installation d'une telle statue va-t-elle interpeller la jeunesse sur l'histoire politique. Et peut-être qu'un jour, nous aurons aussi à Montpellier une statue de Mao. Et puis celle du Général de Gaulle »[21] .

En février 2009, enregistré par ses étudiants lors d'un cours magistral à l'université, il partage ses visions tranchées sur les agriculteurs, les langues (régionales ou étrangères) et considère à plusieurs reprises ses électeurs comme des cons (sic).[22]

Notes et références

  1. Christophe Bourseiller, Les maoïstes. La folle histoire des gardes rouges français, Éditions du Seuil, collection « Points – essais », 2008, p. 67.
  2. Christophe Bourseiller, op. cit., p. 74-75.
  3. a  et b Le Marigot des pouvoirs de Jacques Molénat, p.44
  4. Ville millénaire, Site de la ville de Montpellier
  5. Population et logements par commune depuis le recensement de 1962, INSEE, voir chiffres du recensement général de 1975
  6. 2e phase du sondage sur le rapprochement Les habitants favorables à 57%, Agglomération de Montpellier
  7. Harmonie n°256 - Novembre 2008, journal de la Communauté d'Agglomération de Montpellier
  8. Entretien avec Le Point, 23 février 2006
  9. Portail jeune Région Languedoc Roussillon - la Tribu - Conseil Régional du Languedoc Roussillon
  10. Exclu du PS, Georges Frêche s'appuie sur ses soutiens locaux, Jean-Baptiste de Montvalon, Le Monde, 30 janvier 2007
  11. « Georges Frêche entre guillemets », article de Philippe Palat dans Le Monde du 2 mars 2006
  12. Georges Frêche, un « sous élu » récidiviste de la haine verbale (1ère partie) - Oumma.com
  13. Un article de Libération propose d'écouter l'enregistrement des propos
  14. La demande de pardon de Frêche ne calme pas la colère de certains harkis (même si 94% des harkis du Languedoc-Roussillon soutiennent Georges Frêche selon l'intéressé lui-même), Pierre Daum dans Libération le 14 février
  15. http://archquo.nouvelobs.com/cgi/articles?ad=politique/20061122.OBS0075.html&host=http://permanent.nouvelobs.com/ Les explications successives de Georges Frêche dans le Nouvelobs.com
  16. « Georges Frêche a été suspendu des instances nationales du PS », article du Monde.fr du 28 février 2006
  17. Communiqué
  18. http://fr.news.yahoo.com/afp/20070911/tfr-proces-police-collectivites-freche-4000a2c_1.html
  19. « La condamnation de Frêche pour ses propos sur la police annulée en cassation », Agence France Presse, 18 juin 2008
  20. [1]
  21. Article du Figaro du 17 janvier 2008 intitulé Frêche veut élever une statue de Lénine à Montpellier
  22. Georges Frêche : «J'ai toujours été élu par une majorité de cons» sur http://www.perpignan-toutvabien.com

Voir aussi

Bibliographie

  • Georges Frêche: Toulouse et la région Midi-Pyrénées au siècle des Lumières vers 1670-1789, éd Ceyas, 1974
  • Georges Frêche: La France ligotée, éd Belfond, 1990
  • Georges Frêche: Puylaurens, une ville Hugeunate en Languedoc-Roussillon. La vie économique, sociale et religieuse dans le Pays de Lavaur, éd Privat, 2001
  • Georges Frêche: Les éléphants se trompent énormément, éd Balland, 2003
  • Georges Frêche: Montpellier, la longue marche 1970-2020, éd Empreinte, 2005
  • Georges Frêche: Il faut saborder le PS, Conversations avec Alain Rollat, éd. Seuil, 2007
  • Jacques Molénat: Le Marigot des pouvoirs - Systèmes, réseaux, communautés, notables et francs-maçons en Languedoc-Roussillon, éd. Climats, 2004
  • Karim Maoudj: Georges Frêche, grandes heures et décadence, éd. de Paris, 2007
  • François Delacroix: Georges Frêche, la sagesse de la démesure, éd. Alter Ego, 2007
  • Alain Rollat: L'assassinat raté de Georges Frêche, éd. Singulières, 2008

Liens externes

Précédé par Georges Frêche Suivi par
Jacques Blanc
Président du Conseil régional de Languedoc-Roussillon
depuis 2004
-
  • Portail de la politique Portail de la politique
  • Portail de Montpellier Portail de Montpellier
  • Portail du Languedoc-Roussillon Portail du Languedoc-Roussillon
  • Portail de l’éducation Portail de l’éducation
Ce document provient de « Georges Fr%C3%AAche ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Georges Freche de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Georges Frêche — Georges Frêche, le 17 septembre 2010. Mandats Président du …   Wikipédia en Français

  • Georges Frêche — (born July 9, 1938) is a French politician. As of 2006, he serves as President of the Languedoc Roussillon region, as well as President of the Agglomeration of Montpellier. A former mayor of Montpellier, and a former Deputy in the National… …   Wikipedia

  • Georges Frêche — 2008 Georges Frêche (* 9. Juli 1938 in Puylaurens, Tarn; † 24. Oktober 2010 in Montpellier[1]) war ein französischer Politiker. Er studierte an der …   Deutsch Wikipedia

  • Georges Frêches — Georges Frêche Président de conseil régional Région Languedoc Roussillon Parti politiq …   Wikipédia en Français

  • Frêche — Georges Frêche (* 9. Juli 1938 in Catres, Tarn) ist ein französischer Politiker. Er studierte an der HEC Rechtsgeschichte, spezialisierte sich auf die römische Rechtsgeschichte und ist Professor an der Universität von Montpellier. Er ist Mitglied …   Deutsch Wikipedia

  • Frêche — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Georges Frêche (1938 2010) homme politique français du Languedoc Roussillon. Le Frêche, commune française, dans le département des Landes. Voir aussi… …   Wikipédia en Français

  • Georges — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Georges est un nom propre qui peut désigner : Sommaire 1 Prénom et son origine 1.1 Variantes li …   Wikipédia en Français

  • Le Freche — Le Frêche Le Frêche Pays  France …   Wikipédia en Français

  • Le Frêche — 43° 56′ 01″ N 0° 14′ 22″ W / 43.9336, 0.239444444444 …   Wikipédia en Français

  • Le Frêche — Lo Hrèishe País …   Wikipedia Español


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.