Gecko nocturne méditerranéen


Gecko nocturne méditerranéen

Tarente (animal)

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tarente (homonymie).
Comment lire une taxobox
Tarente
 Tarentola mauritanica
Tarentola mauritanica
Classification classique
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe Reptilia
Ordre Squamata
Infra-ordre Gekkota
Famille Gekkonidae
Sous-famille Gekkoninae
Genre Tarentola
Nom binominal
Tarentola mauritanica
(Linnaeus, 1758)
Caractéristiques
Répartition Bassin méditerranéen
Biome méditerranéen
Taille (max) 16 cm
Période nocturne
Nourriture insectes
Mode de vie terrestre arboricole
Statut de conservation IUCN :

LC  : Préoccupation mineure
Schéma montrant le risque d'extinction sur le classement de l'IUCN.

Wikispecies-logo.svg Retrouvez ce taxon sur Wikispecies

Commons-logo.svg D'autres documents multimédia
sont disponibles sur Commons
Parcourez la biologie sur Wikipédia :
AlphaHelixSection (blue).svg
Symbole-faune.png
Salmobandeau.jpg
PCN-icone.png
Icone botanique01.png
P agriculture.png
Patates.jpg
Extracted pink rose.png

Tarentola mauritanica, connue sous le nom de tarente ou tarente de Maurétanie en France, est une espèce de lézard principalement arboricole et nocturne vivant sur le pourtour méditerranéen. Son nom actuel est une déformation du nom vernaculaire celte "darant" (le "t" était prononcé), qui avait encore cours au Moyen Age.[Source: Manuscrits latins du 14° s. Wolfenbuttel, Paris et Florence; St H de B].

Ce gecko est caractérisé par sa pupille verticale. Il est de taille moyenne (max. 15 cm pour les plus gros spécimens), avec une queue relativement longue. Sa peau parsemée de petites protubérances lui confère un aspect trapu. Sa couleur va du beige clair au brun sombre, irrégulière, et peut varier en fonction du moment de la journée (plus ou moins sombre pour réguler la température).

Il est pourvu de pelotes adhésives sous les pattes (setæ), qui lui permettent de se déplacer dans les arbres et sur les murs (voire sur les vitres des maisons et au plafond).

Il est principalement nocturne, mais il est parfois actif en début de matinée et en fin de journée.

Le nom de cette espèce, mauritanica, vient du grec puis du latin mauritania ou mauretania, la Maurétanie qui est une région au nord-ouest de l'Afrique (à ne pas confondre avec l'actuelle Mauritanie).

Sommaire

Répartition géographique

On trouve ce gecko sur tout le pourtour méditerranéen, parfois relativement loin à l'intérieur des terres. En France on le trouve près des côtes mais également plus à l'intérieur (Provence, Côte d'Azur, Corse, Languedoc-Roussillon...). On le trouve également dans de nombreux autres pays et îles : Portugal, Espagne, Italie, Madère, Yougoslavie, Grèce, Maroc, Algérie, Tunisie, Libye, Égypte, Uruguay, États-Unis (introduit)…

Ces geckos affectionnent les zones pierreuses et les broussailles clairsemées. Ils se sont également très bien adaptés à l'homme et on peut fréquemment les voir sur les murs, en particulier près des éclairages - où se trouvent les insectes la nuit.

Sous-espèces

  • Tarentola mauritanica fascicularis (Daudin, 1802)
  • Tarentola mauritanica juliae (Joger, 1984)
  • Tarentola mauritanica mauritanica (Linnaeus, 1758)
  • Tarentola mauritanica pallida (Geniez et al., 1999)

Paramètres climatiques

Tarentola mauritanica vit dans un climat de type méditerranéen, avec des températures relativement élevées la journée (jusqu'à 30°C) et des températures nocturnes moyennes (20-25°C). D'une manière générale la différence entre le jour et la nuit peut être marquée, surtout aux intersaisons.

Le taux d'humidité correspond à celui rencontré sur le pourtour de la Méditerranée, soit entre 40 et 60%, mais pouvant varier en dehors de ces valeurs selon la saison.

Durant l'hiver la période de jour diminue et les températures peuvent descendre en dessous de 20°C la journée, parfois nettement moins pour les zones les plus au nord. Cette espèce passe une partie de l'hiver dans une sorte d'hibernation plus ou moins longue selon le climat.

Élevage en captivité

Ce gecko étant présent à l'état naturel en France, il est intégralement protégé par la loi dans ce pays. Il est donc interdit d'en posséder sur le sol français. Il est par contre légal d'en élever dans certains autres pays.

Il est réputé être relativement facile à élever.

Il faut prévoir un terrarium de type semi-sec et arboricole. La hauteur est donc importante. Un terrarium de 60 × 40 × 50 cm (largeur, profondeur, hauteur) convient bien pour un couple.

Le décor peut être varié, avec de nombreuses branches verticales ou en diagonale. Prévoir des cachettes au sol et dans les branches (par exemple avec des feuilles artificielles) en nombre suffisant.

Un éclairage UV (ultraviolet) (type néon par exemple) est fortement recommandé, ces geckos sortant le matin et le soir. Un éclairage incandescent est également nécessaire pour la luminosité et pour aider à créer un point chaud. Attention à bien protéger les éclairages : ces geckos pouvant grimper sur toutes les surfaces, les risques de brûlures sont importants.

Le chauffage peut être réalisé grâce à une plaque chauffante externe (dessous ou sur un coté), avec un thermostat de régulation.

Prévoir une coupelle d'eau à changer régulièrement, de préférence à l'abri de la lumière directe (à cause du développement des algues).

Il est possible de mettre des plantes vivantes dans le terrarium. Il faut par contre bien choisir l'espèce, qui devra être adapté aux températures et à la présence d'UV. Attention : toujours rincer des plantes destinées à un terrarium après l'achat, car il y a généralement des insecticides dessus.

Pensez à l'hygiène. Même dans un milieu relativement sec, des microbes et bactéries peuvent se développer, sans parler de moisissures, sur des restes d'aliments par exemple. Outre l'aspect peu esthétique, cela peut générer des problèmes de santé chez les animaux.

En captivité, bien penser au fait que les reptiles ont besoin d'aliments riches en calcium. Il faut pour cela bien nourrir les insectes avec des végétaux riches en calcium (pissenlits, trefle, endive…) et/ou déposer des compléments à base de calcium sur les proies avant distribution.

Alimentation

Ce gecko est strictement insectivore. Il consomme la plupart des insectes de taille adaptée (grillons, sauterelles, blattes…), y compris des insectes volants (papillons, mouches…).

Comportement

La tarente est un animal très vif, capable de courir très rapidement sur toutes les surfaces, et de sauter très rapidement (par exemple entre le sol et une branche). C'est également un animal craintif qui ne se laisse pas facilement approcher.

Les mâles sont très territoriaux. Ils ne se tolèrent pas, et peuvent se battre.

Reproduction

Ce gecko se reproduit au printemps, au retour des beaux jours. Les femelles pondent leurs œufs en plusieurs fois, enterrés dans le sol.

Sexage

Il est difficile de différencier les mâles des femelles.

Les mâles sont en général un peu plus gros et trapus, et présentent un léger renflement à la base de la queue. Mais ces différences restent légères et difficiles à apprécier sans élément de comparaison.

Maturité

Ces geckos peuvent se reproduire à l'issue de leur première année.

Pontes

Les pontes ont lieu à la fin du printemps - début de l'été. Chaque ponte compte en général deux œufs déposés sur le sol, parfois enterrés ou sous un élément (feuille, branche…). Il peut y avoir jusqu'à quatre pontes, espacées de quelques semaines.

Incubation

Les œufs éclosent après environ 30 jours à 25-30°C (la température moyenne influe sur la durée d'incubation). Les œufs sont assez fragiles car un retournement peut décrocher l'embryon de sa poche d'air, et il meurt alors asphyxié.

Les petits

Les petits, qui font environ 3 cm, ne mangent pas avant leur première mue, quelques jours après la naissance.

Ils consomment de petits insectes, comme des micro-grillons.

Il n'y a aucune « reconnaissance » entre petits et adultes. Ces derniers peuvent même à l'occasion manger les petits, qui ont une taille adaptée.

Philatélie

Cette espèce a été représentée sur un timbre d'Espagne (5 p.) et sur un timbre du Sahara Occidental (1991, 10 p.).

Voir aussi

Feuilles de soin :

Références :

  • Atlas de la terrariophile Vol.3 : les lézards. Animalia Éditions, 2003. ISBN 2-9517895-2-1
  • Achaval, F.;Gudynas, E. 1983 Hallazgo de Tarentola mauritanica (L., 1758) (Lacertilia, Gekkonidae), en el Uruguay. Bol. Soc. Zool. Uruguay 1: 7-11
  • Aguilar, F. 2004 Tarentola mauritanica, Moorish Gecko, Common Wall Gecko. Reptilia (GB) (32): 39-42
  • Bonetti, Mathilde 2002 100 Sauri. Mondadori (Milano), 192 pp.
  • Boulenger, G.A. 1885 Catalogue of the Lizards in the British Museum (Nat. Hist.) I. Geckonidae, Eublepharidae, Uroplatidae, Pygopodidae, Agamidae. London: 450 pp.
  • Boulenger, G.A. 1893 Note on Tarentola americana. Ann. Mag. Nat. Hist. (6)12: 204
  • Carranza, S., Arnold, E. Nicholas; Mateo, J. A. and L. F. López-Jurado 2000 Long-distance colonization and radiation in gekkonid lizards, Tarentola (Reptilia: Gekkonidae), revealed by mitochondrial DNA sequences. Proc. R. Soc. London B 267: 637-649
  • Duméril, A.M. C. and G. Bibron. 1836 Erpetologie Générale ou Histoire Naturelle Complete des Reptiles. Vol.3. Libr. Encyclopédique Roret, Paris, 528 pp.
  • Engelmann,W.E. et al. 1993 Lurche und Kriechtiere Europas. Neumann Verlag (Radebeul, Germany), 440 pp.
  • Geniez, P., J. Escatllar, P. A. Crochet, J. A. Mateo & J. Bons 1999 A new form of the genus Tarentola from north-western Africa (Squamata: Sauria: Gekkonidae). Herpetozoa 12 (3/4): 187-194.
  • Gramentz, D. 2002 Zur Ökologie und Ethologie von Tarentola mauritanica fascicularis (DAUDIN 1802) in West-Tunesien. Sauria 24 (1): 31-38
  • Gramentz, D. 2002 Zur Ökologie und Ethologie von Tarentola mauritanica mauritanica (LINNAEUS 1758). Sauria 24 (4): 13-18
  • Harris, D. James; Vasco Batista, Petros Lymberakis and Miguel A. Carretero 2004 Complex estimates of evolutionary relationships in Tarentola mauritanica (Reptilia: Gekkonidae) derived from mitochondrial DNA sequences. Molecular Phylogenetics and Evolution 30 (3): 855-859
  • Harris, D. J., V. Batista, M. A. Carretero and N. Ferrand 2004 Genetic variation in Tarentola mauritanica (Reptilia: Gekkonidae) across the Strait of Gibraltar derive from mitochondrial and nuclear DNA sequences. Amphibia-Reptilia 25 (4): 451-459
  • Joger U 1984 Taxonomische Revision der Gattung Tarentola (Reptilia: Gekkonidae). Bonner Zoologische Beiträge 35(1-3): 129-174
  • Linnaeus, C. 1758 Systema Naturae. 10th Edition: 204 pp.
  • Mahrdt, Clark R. 1998 Geographic Distribution. Tarentola mauritanica Herpetological Review 29 (1): 52
  • Malkmus, R. 1982 Beitrag zur Verbreitung der Amphibien und Reptilien in Portugal Salamandra 18 (3-4): 218-299.
  • Malkmus, R. 1983 Nachtrag zur Verbreitung der Amphibien und Reptilien Portugals. Salamandra 19 (1/2): 71-83
  • Malkmus,R. 1989 Einige Neufunde zur Herpetofauna am portugiesischen Oberdouro. Salamandra 25 (2): 125-127
  • Malkmus, R. 1990 Herpetofaunistische Daten aus Nordostportugal. Salamandra 26 (2/3): 165-176
  • Merrem, B. 1820 Versuch eines Systems der Amphibien I (Tentamen Systematis Amphibiorum). J. C. Kriegeri, Marburg, 191 pp.
  • Nogales M., M. López, J. Jiménez-Asensio, J. M. Larruga, M. Hernandez, and P. Gonzalez 1998 Evolution and biogeography of the genus Tarentola (Sauria: Gekkonidae) in the Canary Islands, inferred from mitochondrial DNA sequences. J. Evol. Biol. 11: 481-494
  • Odierna, G.;Aprea, G.;Capriglione, T.;Caputo, V.;Olmo, E. 1994 Chromosomal Diversification in the Gekkonid Tarentola mauritanica (Reptilia, Gekkonidae) Bollettino di Zoologia 61 (4): 325-330
  • Pasteur, G. and Girot, B. 1960 Les tarentes de l'Ouest Africain. Il. Tarentola mauritanica. Bull. Soc. Sci. nat. phys. Maroc 40: 309-322.
  • Pfau, J. 1988 Beitrag zur Verbreitung der Herpetofauna in der Niederalgarve (Portugal). Salamandra 24 (4): 258-275
  • Rosen, N. 1905 List of the lizards in the Zoological Museum of Lund, with descriptions of new species. Ann. Mag. nat. Hist. (7) 16:129-142
  • Rösler, H. 2000 Kommentierte Liste der rezent, subrezent und fossil bekannten Geckotaxa (Reptilia: Gekkonomorpha). Gekkota 2: 28-153
  • Schleich,H.H., Kästle,W., Kabisch, K. 1996 Amphibians and Reptiles of North Africa. Koeltz, Koenigstein, 627 pp.
  • Schlüter, U. 2002 Die Reptilien und Amphibien der Kerkennah-Inseln. Elaphe 10 (2): 68-74
  • Sowig,P. 1985 Beiträge zur Kenntnis der Verbreitung und Ökologie der Amphibien und Reptilien Kretas. Salamandra 21 (4): 252-262
  • Strauch, A. 1862 Essai d'une erpétologie de l'Algérie. Mémoires de l'Academie Impériale des Sciences de St. -Pétersbourg, 4:1-85

Liens externes

  • Portail de la zoologie Portail de la zoologie
Ce document provient de « Tarente (animal) ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Gecko nocturne méditerranéen de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Gecko nocturne Méditérannéen — Tarente (animal) Pour les articles homonymes, voir Tarente (homonymie) …   Wikipédia en Français

  • Gecko (animal) — Gekkonidae Pour les articles homonymes, voir Gecko …   Wikipédia en Français

  • Hemidactylus turcicus — Hemidactylus turcicus …   Wikipédia en Français

  • Hemidactylus Turcicus — Hemidactylus turcicus …   Wikipédia en Français

  • Hemidactylus turcicus — Hemidactylus turcicus …   Wikipédia en Français

  • Cuija — Gekkonidae Pour les articles homonymes, voir Gecko …   Wikipédia en Français

  • Geckonidé — Gekkonidae Pour les articles homonymes, voir Gecko …   Wikipédia en Français

  • Geckonidés — Gekkonidae Pour les articles homonymes, voir Gecko …   Wikipédia en Français

  • Geckos — Gekkonidae Pour les articles homonymes, voir Gecko …   Wikipédia en Français

  • Gekkonidae — Pour les articles homonymes, voir Gecko. Gekkonidae …   Wikipédia en Français


We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.