Gazoduc Nord Stream


Gazoduc Nord Stream

Nord Stream

Le Nord Stream (anciens noms : North Transgas et North European Gas Pipeline : NEGP) est un projet de gazoduc reliant la Russie à Allemagne via la mer Baltique[1].

Carte du tracé du North Stream.

Sommaire

Dispositif technique

Section terrestre russe

La construction de la section terrestre russe a commencé le 9 décembre 2005 dans la ville de Babaïevo (Oblast de Vologda), et doit s'achever en 2010. La section terrestre en Russie fonctionnera de Griazovets à la station côtière de compression de Vyborg. La longueur de cette section sera de 917 kilomètres, le diamètre de la canalisation est de 1 420 millimètres avec une pression d'utilisation de 100 atmosphères, qui sera régulée par six stations de compression. La section terrestre russe fournira également le gaz à la région du nord-ouest de la Russie (Saint-Pétersbourg et Oblast de Léningrad). Elle sera construite et gérée par Gazprom.

Section de la mer Baltique

La section en mer de la canalisation fonctionnera de la station de compression de Vyborg au compartiment de Portovaïa au fond de la mer Baltique vers Greifswald en Allemagne, avec une longueur totale de 1 196 kilomètres. 22 kilomètres fonctionneront dans les eaux territoriales russes, 96 kilomètres dans la zone russe, 369 kilomètres dans la zone finlandaise, 482 kilomètres dans la zone suédoise, 149 kilomètres dans la zone danoise, 33 kilomètres dans la zone allemande et 33 kilomètres dans les eaux territoriales allemandes. Le plan est d'établir deux pipelines parallèles de capacité 27,5 milliards de mètres cubes par an.

Carte du réseau de gazoducs, des gisements et des ports en mer Baltique.

Selon les prévisions, le premier pipeline sera opérationnel en 2008-2010 et le deuxième de 2010-2012. Le diamètre du pipeline sera de 1 220 millimètres, épaisseur de paroi 38 millimètres et la barre de la pression d'utilisation 220. Il y aura une plateforme de service dans la zone suédoise, 90 kilomètres au nord-est de l'île de Gotland. On s'attend à ce que coûte autour 6 milliards d'euros, et est établi et actionné la section en mer par Nord Stream AG, une compagnie commune de Gazprom russe (51 %), les Allemands BASF et E.ON (chacun à hauteur de 24,5 %).

Suite aux critiques émises par la Suède concernant le tracé, le groupe Nord Stream a maintenu (fin octobre 2007) qu'il est le meilleur du point de vue économique, environnemental et technique. Selon lui, le fond de la Baltique a sur la zone suédoise économique exclusive été étudié « en détail », et on n'y a pas trouvé d'indices de présence de munitions immergées. Selon Le ministre suédois de l'environnement, un tracé plus à l'est serait plus "sûr" pour l'Environnement. On craint notamment que les travaux sous-marins se heurtent à un des nombreux dépôts de "mines, armes chimiques et déchets chimiques " ou de munitions conventionnelles. Des décharges sous-marines de ce type sont nombreuses en Baltique où l'environnement s'est fortement dégradé, avec l'apparition notamment de zones maritimes "mortes".[2]

Section en Europe occidentale

La section en Europe occidentale inclut deux gazoduc de transmission en Allemagne. La route sud (gazoduc OPAL) fonctionnera de Greifswald à Olbernhau près de la frontière germano-tchèque. Elle reliera le Nord Stream du gazoduc JAGAL (relié du gazoduc Yamal-Europe), et du gazoduc STEGAL (relié à l'itinéraire russe de transport de gaz par l'intermédiaire des républiques tchèques et slovaques). La route occidentale (gazoduc NEL) fonctionnera de Greifswald à Achim, où elle sera reliée du gazoduc Rehden-Hambourg. En même temps que le gazoduc MIDAL créera le raccordement de Greifswald-Bunde. La livraison supplémentaire de gaz vers le Royaume-Uni sera effectuée par le raccordement prévu entre Bunde et Den Helder, et de là par l'interconnecteur en mer Balgzand - Bacton (Balgzand Bacton Line ou BBL).

Des sources d'offre de gaz naturel

La source principale de gaz naturel pour le Nord Stream sera le gisement de Ioujno-Rousskoïe, près de Krasnoselkoupsky, Oblast de Tioumen. Le permis pour le gisement de Ioujno-Rousskoïe a été attribué à Severneftgazprom, la filiale de Gazprom. BASF et E.ON sont les actionnaires minoritaires dans Severneftgazprom. Les reserves du gisement de Ioujno-Rousskoïe sont estimées à 700 milliards de mètres cubes et de 1000 milliards de mètres cubes de gaz naturel. La capacité prévue de Ioujno-Rousskoïe est environ 25 milliards de mètres cubes de gaz par an.

Le Nord Stream sera alimenté en plus des gisements en péninsule de Iamal, compartiment d'Ob-Taz. Gazprom a également indiqué que la majorité de gaz produite au gisement de Chtokman serait vendue à l'Europe par l'intermédiaire du Nord Stream.

Histoire

Le projet lancé en 1997 où Gazprom et compagnie finlandaise Neste (plus défunt Fortum) ont formé la compagnie North Transgas Oy pour la construction et l'exploitation de la canalisation de gaz de Russie en Allemagne nordique à travers la mer Baltique. L'associé allemand de ce projet était Ruhrgas (E.ON postérieur). En avril 2001, Gazprom, Fortum, Ruhrgas et Wintershall ont adopté un rapport sur la étude de faisabilité commune de la canalisation. Le 18 novembre 2002, le comité de gestion de gestion de Gazprom a approuvé un programme de l'exécution de projet. En mai 2005, Fortum se retirent du projet et ont vendu son pieu de 50 % dans North Transgas à Gazprom. Le 8 septembre 2005, Gazprom, BASF et E.ON a signé un accord de base sur la construction du gazoduc. Le 30 novembre 2005, Nord Stream AG a été incorporé dans Zug, Suisse. Le 9 décembre 2005, Gazprom a lancé la construction de la section terrestre du gazoduc en Russie.
Fin octobre 2007, la Russie a confirmé qu'elle avait renoncé à faire passer la 2nde tranche du gazoduc Yamal-Europe par la Biélorussie[3].

Le gouvernement de Gerhard Schröder s'est porté garant d'un crédit d'un milliard d'euros proposé par les banques Deutsche Bank et KfW à Gazprom pour la construction de ce gazoduc germano-russe en mer Baltique.

Peu après avoir cédé le pouvoir à Angela Merkel, Gerhard Schröder a été engagé par Gazprom pour diriger le Conseil de surveillance du consortium germano-russe chargé de construire ce gazoduc, dont Gazprom détient 51 %[4].

Notes et références

  1. (en) Personnel de rédaction, « He who pays for the pipelines calls the tune », dans The Economist, 17 juillet 2009 [texte intégral (page consultée le 17 juillet 2009)] 
  2. Bip (Bulletin de l'Industrie pétrolière Lien vers Bip) n° 10964 du 5 nov 2007 (page 2)
  3. Annonce de Viktor Khristenko, Ministre russe de l'Industrie et de l'énergie, rapporté par Ria-Novosti et relayée par le Bip du 5 novembre 207.
  4. Serge Halimi, « L’Argent », dans Le Monde diplomatique, janvier 2009 [texte intégral (page consultée le 12 janvier 2009)] 

Voir aussi

Articles connexes

Lien externe


  • Portail de l’énergie Portail de l’énergie
  • Portail de la Russie Portail de la Russie
  • Portail de l’Allemagne Portail de l’Allemagne
Ce document provient de « Nord Stream ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Gazoduc Nord Stream de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Nord Stream — Le Nord Stream (anciens noms : North Transgas et North European Gas Pipeline : NEGP) est un gazoduc reliant la Russie à Allemagne via la mer Baltique[1]. Carte du tracé du North Stream …   Wikipédia en Français

  • Gazoduc baltique — Nord Stream Le Nord Stream (anciens noms : North Transgas et North European Gas Pipeline : NEGP) est un projet de gazoduc reliant la Russie à Allemagne via la mer Baltique[1]. Carte du tracé du North …   Wikipédia en Français

  • Gazoduc germano-russe — Nord Stream Le Nord Stream (anciens noms : North Transgas et North European Gas Pipeline : NEGP) est un projet de gazoduc reliant la Russie à Allemagne via la mer Baltique[1]. Carte du tracé du North …   Wikipédia en Français

  • Gazoduc russo-allemand — Nord Stream Le Nord Stream (anciens noms : North Transgas et North European Gas Pipeline : NEGP) est un projet de gazoduc reliant la Russie à Allemagne via la mer Baltique[1]. Carte du tracé du North …   Wikipédia en Français

  • Gazoduc — en chantier à Chazelles (Charente, France) Un gazoduc est une canalisation destinée au transport de matières gazeuses sous pression, la plupart du temps des hydrocarbures, sur de longues distances. La majorité des gazoducs acheminent du gaz… …   Wikipédia en Français

  • Gazoduc Nabucco — Nabucco (gazoduc) Pour les articles homonymes, voir Nabucco (homonymie). Tracé du futur gazoduc  …   Wikipédia en Français

  • South Stream — Tracés des futurs gazoducs via l Europe du Sud :        Gazoduc Nabucco …   Wikipédia en Français

  • Nabucco (gazoduc) — Pour les articles homonymes, voir Nabucco (homonymie). Tracé du futur gazoduc Nabucco est un projet de gazoduc reliant l Iran et les pays de la …   Wikipédia en Français

  • Blue Stream — Carte montrant des gazoducs en service et planifiés de Gazprom devant desservir l Europe. Blue Stream est le nom d un gazoduc passant en mer Noire et qui transporte du gaz naturel de la Russie à la Turquie[1 …   Wikipédia en Français

  • White Stream — Le White Stream, ou Georgia Ukraine EU gas pipeline, est un projet de gazoduc reliant la région caspienne à la Roumanie et l Ukraine, et se proposant d éventuellement relier l Europe[1]. Notes et références ↑ ( …   Wikipédia en Français