Gavrilo Princip

Gavrilo Princip
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir principe.
Gavrilo Princip
Gavrilo Princip après plusieurs mois à la prison de Theresienstadt
Gavrilo Princip après plusieurs mois à la prison de Theresienstadt

Nom de naissance Gavrilo Princip
Naissance 25 juillet 1894
Obljaj, près de Bosansko Grahovo, Autriche-Hongrie (auj. Bosnie-Herzégovine)
Décès 28 avril 1918 (à 23 ans)
Terezín, Autriche-Hongrie (auj. République tchèque)
Profession Étudiant
Autres activités Membre de Jeune Bosnie

Gavrilo Princip ( [gaʋ'ri:lɔ 'prinʦip], Prinntsip) était un étudiant serbe de Bosnie-Herzégovine, se disant nationaliste yougoslave[1], né le 25 juillet 1894 et mort le 28 avril 1918.

Dès 1911, il adhère à un club de jeunesse d'union des peuples, une organisation anationale et anticléricale[1]. Puis il rejoint la société Jeune Bosnie (Mlada Bosna). Il fit donc partie des conjurés qui préparèrent un attentat contre l'Archiduc François-Ferdinand, héritier du trône austro-hongrois, lors de sa visite officielle à Sarajevo, capitale de la Bosnie-Herzégovine, le 28 juin 1914.

Sommaire

Éducation, enfance

Gavrilo est le 7e et dernier fils de sa famille. Des sept enfants, seul lui et son frère (Miroslav) survécurent à l'enfance : tous les autres périrent le plus souvent de la tuberculose. Lui-même était atteint par cette maladie lors de l'attentat. Son enfance fut donc marquée par les drames familiaux et la pauvreté dans laquelle vivaient le plus souvent les Serbes de Bosnie, à la suite de la disparition des lois les favorisant pendant les guerres contre les Ottomans (voir Migrations serbes).

L'attentat

Contexte international

L'Empire austro-hongrois qui dirigeait depuis le traité de Berlin de 1878 l'administration de la Bosnie-Herzégovine, possession turque, avait annexé le pays en 1908, mécontentant l'Empire russe, qui se considérait comme le protecteur des Slaves d'Europe, mais cette crise n'eut pas de suites, la Russie n'ayant pas les moyens d'une intervention armée après sa défaite face au Japon et ses alliés, la République française et le Royaume-Uni, ne la soutenant pas.

Contexte politique

Article détaillé : Attentat de Sarajevo.

Le 28 juin 1914, le jeune homme tua l'archiduc et sa femme la duchesse de Hohenberg à coups de revolver.

Il est probable que le jeune nationaliste ait été téléguidé par La Main noire, organisation secrète ayant des ramifications dans l'armée et les ministères serbes.

En effet, l'archiduc avait épousé, à l'encontre des règles successorales au trône de la Maison de Habsbourg-Lorraine, la femme de son choix, une dame tchèque (et non un membre de famille souveraine), et ne cachait pas ses sympathies slavophiles. L'empereur François-Joseph ayant 84 ans, François-Ferdinand pouvait monter sur le trône d'un jour à l'autre. À son avènement, il aurait donné aux populations slaves de son Empire – majoritairement plus nombreuse que les Allemands et les Hongrois – les mêmes droits que ceux des populations allemandes et magyares et certainement une grande autonomie allant peut être jusqu'au trialisme.

Cela contrariait, non seulement les ministères hongrois de Budapest, mais aussi et surtout certains milieux politiques et militaires de Belgrade qui voulaient réunir sous l'égide de la seule Serbie les Slaves du Sud (« Yougo-Slaves ») de l'Europe au détriment de l'Empire austro-hongrois comme l'avait fait soixante ans plus tôt le royaume de Sardaigne pour les populations Italiennes.

Le « suicide de l'Europe »

Cet événement, dans le contexte de relations internationales tendues de cette période, eut des répercussions inattendues qui amenèrent le gouvernement austro-hongrois à déclencher le 28 juillet 1914 - par une ironie de l'histoire le jour des 20 ans de Princip - une "guerre préventive" qui se mua bientôt en guerre européenne puis mondiale, qui se verra dénommée la "Grande Guerre", en raison des systèmes d'alliance liant les puissances de l'époque : la Serbie s'appuyant sur la Russie, laquelle était alliée à la France et au Royaume-Uni. L'Autriche-Hongrie étant pour sa part alliée à l'Allemagne, première puissance européenne (laquelle était alliée à l'Empire ottoman) et à l'Italie.

Le destin d'un héros ou d'un terroriste

La cellule de Gavrilo Princip, de nos jours

En raison de son jeune âge, Gavrilo Princip ne pouvait être condamné à mort en Autriche-Hongrie. L'année exacte de sa naissance n'est donc pas un point secondaire.

Il mourut de tuberculose pendant son incarcération dans la forteresse de Theresienstadt, (aujourd'hui Terezín en République tchèque) le 28 avril 1918.

Les mauvaises conditions de détention - pendant une période de blocus économique où, déjà, beaucoup de gens souffraient de la faim, Gavrilo était incarcéré dans une cellule sans toit, à la merci de la neige et de la pluie - eurent raison de sa santé. Il fut également victime de la vindicte de ses gardiens.

Il était considéré comme un héros de la Yougoslavie de Tito, comme le montrait l'ancienne plaque commémorative de son acte à Sarajevo, sur les lieux de l'attentat, qui le décrivait comme « un combattant de la liberté ». Cette plaque a été détruite par l'Armée de la République de Bosnie et d'Herzégovine pendant la guerre en ex-Yougoslavie. Aujourd'hui une plaque porte le message « Que la paix règne sur terre », en anglais, serbe, et bosnien[2].

Princip avait affirmé : « Je suis un nationaliste yougoslave, aspirant à l'unification de tous les Slaves du sud (Yougoslaves), et je ne me soucie pas de quelle forme notre État sera, je sais juste qu'il devra être libéré (indépendant) de l'Autriche ».

Anecdotes

  • En face des lieux de l'attentat, un musée consacré uniquement au « héros » Gavrilo Princip et à la Mlada Bosna est édifié pendant la période yougoslave. Aujourd'hui, il retrace plus généralement la période de domination austro-hongroise en Bosnie-Herzégovine (le Musée s'appelle d'ailleurs "Musée Sarajevo 1878-1918").
  • La voiture de François-Ferdinand, son uniforme entaché de sang et l'arme du tueur, sont aujourd'hui visibles au musée militaire de Vienne, en Autriche.
  • La balle qui a tué François-Ferdinand est exposée dans la partie musée du château de Konopiště, en République tchèque où demeurait l'archiduc et sa famille.
  • Gavrilo Princip était considéré comme un héros par le régime yougoslave, pendant la première Yougoslavie (royaliste) et pendant la période de la Yougoslavie de Tito. En effet, les communistes avaient « récupéré » l'acte de Princip à leur compte. Aujourd'hui, il est plutôt glorifié par les peuples serbes, monténégrins et macédoniens, mais aussi par une partie des bosniaques.
  • De nombreuses rues en Ex-Yougoslavie portent le nom de Gavrilo Princip. Le pont sur lequel les événements se sont passés avait été renommé après la Seconde Guerre mondiale, "Principov Most" (le pont de Princip). Il a depuis retrouvé son nom d'origine, le "Pont latin".

Prononciation des noms Gavrilo et Princip

On trouve le patronyme « Princip » et les graphies « Prinzip » et « Printsip » : en effet, le z est prononcé ts en allemand tout comme le c des langues slaves écrites ou transcrites en alphabet latin. Son prénom Gavrilo est parfois francisé en « Gabriel ».

Notes et références

  1. a et b Catherine Lutard, Géopolitique de la Serbie Monténégro, éditions Complexe (ISBN 2-87027-647-8) page 36
  2. The Balkans: Where History Lives And People Die sur Radio free europe, radio liberty


Sur les autres projets Wikimedia :


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Gavrilo Princip de Wikipédia en français (auteurs)

См. также в других словарях:

  • Gavrilo Princip — während der Haft in Theresienstadt Gavrilo (Gavre) Princip (kyrillisch Гаврило Принцип; * 13. Julijul./ 25. Juli 1894greg. in Obljaj bei Bosansko Grahovo, Bosnien; † 28 …   Deutsch Wikipedia

  • Gavrilo Princip — Gavrilo Princip. Gavrilo Princip (Obljaj,[1] Bosnia y Herzegovina, 25 de julio de 1894[2 …   Wikipedia Español

  • Gavrilo Princip — (*Obljaj, Bosnia Herzegovina, 25 de julio de 1894 (o 1895) †28 de abril de 1918) fue un nacionalista serbio bosnio que asesinó al archiduque de Austria, Francisco Fernando y a su esposa la Condesa Sofía en Sarajevo el 28 de junio de 1914,… …   Enciclopedia Universal

  • Gavrilo Princip — ] This set off a chain of events that led to World War I.Early lifePrincip was born in the village of Obljaj, near Bosansko Grahovo, Bosnia and Herzegovina, Austria Hungarian Empire, the son of a postman. His parents, Petar and Marija (née Mićić) …   Wikipedia

  • Gavrilo Prinzip — Gavrilo Princip Pour les articles homonymes, voir principe. Gavrilo Princip …   Wikipédia en Français

  • Princip — Gavrilo Princip Pour les articles homonymes, voir principe. Gavrilo Princip …   Wikipédia en Français

  • Princip — Gavrilo Princip Gavrilo (Gavre) Princip (kyrillisch Гаврило Принцип; * 13. Juli/25. Juli 1894 in Obljaj bei Bosansko Grahovo, Bosnien; † 28. April 1918 in Theresienstadt) war ein bosnischer Serbe, dessen tödliches Attentat auf den …   Deutsch Wikipedia

  • Princip — Prìncip, Gavrilo (1894 1918) DEFINICIJA bosansko srp. revolucionar, član nacionalističkog pokreta Mlada Bosna, atentator na austrougarskog prestolonasljednika nadvojvodu Franju Ferdinanda (Sarajevo, 1914) što je bio povod za 1. svjetski rat;… …   Hrvatski jezični portal

  • Princip, Gavrilo — born July 25, 1894, Obljaj, Bosnia died April 28, 1918, Theresienstadt, Austria Serbian nationalist and assassin of Archduke Francis Ferdinand. A Bosnian Serb, he sought to unite the southern Slavic peoples and destroy Austro Hungarian rule in… …   Universalium

  • Princip, Gavrilo — (25 jul. 1894, Obljaj, Bosnia–28 abr. 1918, Theresienstadt, Austria). Nacionalista serbio y asesino del archiduque Francisco Fernando. Como serbio bosnio, buscaba unir a los pueblos eslavos del sur y destruir el dominio austrohúngaro en los… …   Enciclopedia Universal


Поделиться ссылкой на выделенное

Прямая ссылка:
Нажмите правой клавишей мыши и выберите «Копировать ссылку»