Gare du Nord (Paris)


Gare du Nord (Paris)

Gare de Paris-Nord

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gare du Nord (homonymie).
Paris-Nord
Gare du Nord
Gare du Nord
Localisation
Pays France France
Ville Paris
Arrondissement 10e
Adresse 112, rue de Maubeuge
75010 Paris
Gestion et exploitation
Propriétaire RFF/SNCF
Exploitant SNCF
Services Eurostar, Thalys, TGV,
grandes lignes, ter Picardie, [T][H][K]
Caractéristiques
Voies 31 (dont 4 souterraines)
Transit annuel 180 millions[1]
Zone 1 (Carte orange)
Altitude 43 m
Historique
Mise en service 20 juin 1846
Architecte Jacques Hittorff
Correspondances
Métro (M)(2)(4)(5),
(M)(7) en sortant de la gare
RER (RER)(B)(D)(E)
Bus (BUS) RATP 26 30 31 38 39 42 43 46
(BUS) RATP 48 54 56 65 302 350 OpenTour

48° 52′ 58″ N 2° 21′ 24″ E / 48.8828, 2.3567

La gare du Nord de Paris dessert le réseau ferré du nord de la capitale française. En termes de trafic voyageurs, c'est la plus importante des six grandes gares terminus du réseau Grandes lignes de la SNCF. C'est un « carrefour multimodal » majeur de la capitale où coexistent train à grande vitesse (desserte aussi bien nationale - avec TGV - qu'internationale - avec Eurostar et Thalys), train de grande ligne, Transilien, RER, métro, bus, taxi et Vélib'. Avec 180 millions[1] de voyageurs par an, c'est la première gare d'Europe et la troisième gare du monde pour le trafic voyageurs, après les gares de Shinjuku et d'Ikebukuro à Tokyo.

Sommaire

Histoire

Les origines

Une première gare du Nord est construite par les ingénieurs des ponts et chaussées pour le compte de la Compagnie des chemins de fer du Nord, notamment Léonce Reynaud, professeur d'architecture à l'École polytechnique et inaugurée le 14 juin 1846, avec l'ouverture de la ligne Paris - Amiens - Lille. Un dépôt est établi à quelques centaines de mètres au nord, le dépôt de La Chapelle, accompagné d'une remise à voitures à trois kilomètres de Paris, au Landy.

Les différentes zones desservies en fonction de la gare d'origine, celle de la gare du Nord est en bleu foncé.
Halle Grandes lignes.

Avec seulement deux voies, elle est considérée comme trop petite dès 1854. La Compagnie du Nord hésite entre l'édification d'une nouvelle gare réservée aux voyageurs à proximité de l'église Saint-Philippe-du-Roule, reliée à la ligne principale par un embranchement à La Chapelle, et la reconstruction de la gare primitive. C'est finalement la seconde solution qui est retenue[2].

Le bâtiment est en partie démonté en 1860 pour laisser place à la gare actuelle ; sa façade de pierre est remontée à Lille, ce qui n'est pas du goût des édiles de la ville. Surmontée d'un étage et d'une horloge, c'est la façade actuelle de la Gare de Lille-Flandres[3].

Le baron James de Rothschild choisit l'architecte français d'origine allemande, Jacques Hittorff. La construction dure de mai 1861 à décembre 1865, mais la nouvelle gare est mise en service dès 1864, l'aile de l'arrivée n'étant pas encore achevée. La surface de la nouvelle gare atteint 36 000 m2, soit le triple de l'ancien embarcadère. Le nombre de voies est porté à huit, dont quatre au centre dédiées à la banlieue, encadrées de deux voies pour les départs et deux voies pour les arrivées grandes lignes. En effet, le trafic de banlieue connaît une progression rapide, avec l'ouverture de la ligne directe Paris - Creil par Chantilly en 1859, Paris - Soissons en 1861 et Paris - Argenteuil via Ermont en 1863.

Avec la rapide progression du trafic, qui passe de six à sept millions de voyageurs de 1875 à 1885, le nombre de voies augmente de nouveau. Il passe de treize en 1875 à dix-huit en 1889, pour l'exposition universelle. L'intérieur est alors entièrement reconstruit, avec une redistribution des voies à quai. Les voies se répartissent en quatre groupes distincts : voies 1 à 5, groupe Chantilly et départs grandes lignes, voies 6 à 9, groupe Pontoise, voies 10 à 13, groupe Soissons, et voies 10 à 16, groupe arrivées grandes lignes. Les voies 17 et 18 servent pour les trains-tramways de Paris à Saint-Denis et vers Saint-Ouen-les-Docks[4].

En 1900, pour une nouvelle exposition, le nombre atteint vingt-huit voies, réparties en quatre groupes : les voies 1 à 5 pour les départs grandes lignes, 6 à 13 pour la banlieue (Pontoise, Valmondois, Montsoult), 14 à 19 pour les arrivées grandes lignes, 20 à 24 pour la ligne de Soissons, et 25 à 28 pour les trains-tramways, et les trains de la Petite Ceinture[5].

À partir de 1906 et 1908, elle est desservie par le métro de Paris : la ligne 4 qui traverse Paris du nord au sud, et le terminus de la ligne 5 qui passe près de la gare de Lyon. En 1942, la ligne 5 est étendue en direction de Pantin, en banlieue est.

Comme d'autres gares parisiennes, elle devient rapidement trop petite face au développement du trafic ferroviaire. D'autres extensions ont lieu entre les années 1930 et 1960. En 1934, des travaux de grande ampleur en avant-gare permettent une stricte séparation des différents flux, grâce à la construction de plusieurs sauts-de-mouton de reclassement qui suppriment les cisaillements. La même année, un vaste chantier est établi aux Joncherolles, à Saint-Denis, destiné au remisage des rames de banlieue. L'électrification du réseau Nord durant les années 1950 et 1960 amène un nouveau remaniement, avec allongement de quelques quais à 400 mètres, et la mise en service d'un poste d'aiguillage type PRS, qui remplace plusieurs anciens postes. Elle comporte alors vingt-neuf voies à quai[6].

Le 8 décembre 1970, avec l'électrification de la ligne Ermont - Valmondois, la traction vapeur disparaît définitivement de la banlieue nord, mais également de la banlieue parisienne[7].

La gare souterraine

À la fin des années 1970, une gare souterraine est construite à l'est afin d'accueillir l'interconnexion nord-sud du réseau express régional, et en surface, les autres lignes de banlieue. Ce déplacement des voies banlieue de la halle principale permet de dégager cet espace en prévision de l'arrivée du TGV Nord, et de l'extension des dessertes de la grande couronne parisienne.

Elle permet en outre d'édifier une gare routière pour les nombreuses lignes de bus desservant la gare, au-dessus des nouvelles voies de surface de banlieue, les points d'arrêt étant jusque-là disséminés dans les rues adjacentes. Les correspondances plus aisées peuvent se réaliser grâce à des volées d'escalators reliant la gare routière et les voies banlieue, de surface et souterraines. En effet, à cette époque, la gare du Nord connaît une hausse importante de son trafic, avec un taux de progression le plus élevé des gares parisiennes qui a fait doubler son trafic en quinze ans. Elle est en voie de dépasser la gare Saint-Lazare, jusqu'alors première gare du pays en fréquentation.

Cette opération d'une ampleur exceptionnelle est la neuvième opération du programme spécial de la SNCF et s'étale sur sept ans. Elle est approuvée par décision ministérielle le 7 février 1977. Grâce à l'expérience acquise avec l'édification des gares souterraines des gares de Lyon et d'Austerlitz, la SNCF prévoit la réalisation de ces travaux sur une durée la plus réduite possible. Contrairement aux deux opérations précédentes, il ne s'agit pas ici de construire de simples trémies d'accès, mais de remanier totalement en avant-gare la zone de trois kilomètres s'étendant du Pont-Marcadet au Landy, ponctuée de nombreux sauts-de-mouton[8].

La gare souterraine.

La gare souterraine comporte deux niveaux, un niveau inférieur accueillant quatre voies encadrant deux quais de quatorze et dix-sept mètres de largeur, et un niveau intermédiaire, la mezzanine, permettant les échanges de voyageurs avec les lignes de surface, le métro et les lignes de bus. Le choix du site relève de plusieurs considérations. Il faut pouvoir excaver à ciel ouvert une zone de 315 m de long et 50 m de large sans perturber gravement l'exploitation de la gare. C'est le flanc est de la gare qui est choisi, à l'emplacement de trois voies de banlieue du groupe Mitry et de halles de messageries devenues inutiles. De plus, cet emplacement se situe à proximité des deux lignes de métro 4 et 5 desservant la gare par le sud, de la station La Chapelle de la ligne 2 au nord, et de la gare de l'Est.

Les travaux démarrent dans leur phase active durant l'automne 1977. Ils entraînent en conséquence plusieurs changements : les haltes du Pont-Marcadet et de La Plaine-Tramways sont définitivement fermées, la desserte de la ligne de Saint-Ouen-les-Docks vers Ermont - Eaubonne est limitée à Saint-Ouen - Garibaldi, et le raccordement est de La Chapelle - Saint-Denis vers la ligne de Petite Ceinture est neutralisé[9].

Les travaux se répartissent en deux demi-gares est et ouest, ce qui permet de basculer progressivement les voies sans en interrompre un nombre trop élevé. Le 14 décembre 1980, la desserte de Mitry et Roissy est reportée sur les nouvelles voies banlieue de surface 34, 35 et 36[10]. La desserte d'Orry-la-Ville est reportée des voies 11 à 13 de la gare principale aux nouvelles voies 31 à 33 le 18 juillet 1982. La demi-gare ouest est à son tour achevée durant l'automne 1982, avec ouverture des voies 41 et 43, ce qui permet de recevoir sur cette dernière les trains en direction de Villiers-le-Bel, et préfigure l'interconnexion du second degré, future ligne D du RER[11].

Avec une dotation de trente-trois voies à quai en 1983, la gare du Nord occupe la première place de France[12].

Le TGV Nord

Voies grandes lignes au premier plan de nuit depuis le pont St-Ange.

En 1993, l'arrivée du TGV Nord puis en 1994 des trains Eurostar impose une nouvelle campagne de travaux. Ceux-ci portent sur une réorganisation des voies, avec allongement à 405 mètres des quais de treize voies situées sous la grande verrière, le courant banlieue subsistant, vers Montsoult, étant déplacé vers les voies dédiées à la banlieue en gare annexe. Un choix est donc fait de segmenter l'offre en quatre secteurs bien déterminés et indépendants :

  1. les réseaux particuliers Thalys et Eurostar ;
  2. les réseau Corail et TGV ;
  3. le réseau TER ;
  4. le réseau RER et Transilien.

Chaque branche commerciale est en effet indépendante, comporte des guichets particuliers, des kiosques d'accueil distincts. Les accès de la gare sont restructurés, avec une vision multimodale. Parallèlement, de nouvelles modifications sont apportées en avant-gare, avec la réalisation de sauts-de-mouton destinés à mieux séparer les voies principales des relations avec les chantiers du Landy, totalement réaménagés pour les rames du TGV avec l'édification d'un nouvel atelier. Un nouveau poste d'aiguillage type PRCI de 460 itinéraires est mis en service ; il couvre la zone s'étendant de la gare du Nord à la bifurcation de Gonesse, à quinze kilomètres sur la ligne Paris - Lille, point de départ de la LGV Nord. Une cinquième voie est également posée de la bifurcation de Stains, avec la ligne de Grande Ceinture et celle de la LGV Nord afin de mieux dissocier les différents flux[13].

Depuis ces travaux, les trente-deux voies se répartissent ainsi :

En 2001, une partie de la gare annexe banlieue est réaménagée : deux verrières remplacent le parking édifié à droite de la façade d'Hittorf, lors de la construction de la gare banlieue à la fin des années 1970.

Un contexte social difficile

Le nouveau pôle d'échange banlieue, conçu par Jean-Marie Duthilleul, Étienne Tricaud et Daniel Claris

La gare du Nord dessert la banlieue nord de Paris, qui concentre une partie importante des difficultés sociales de la région. En raison de sa fréquentation importante et de la géographie sociale des banlieues desservies, elle est régulièrement devenue le théâtre de divers affrontements.

Le 27 mars 2007, la gare est le théâtre d'une émeute déclenchée après le contrôle d'un voyageur sans titre de transport. Le contrôle aurait dégénéré en arrestation violente selon les émeutiers ; les agents RATP affirment quant à eux s'être défendus face à l'agressivité de la personne contrôlée. L'impact médiatique de cet évènement à moins d'un mois du premier tour de l'élection présidentielle française de 2007 a relancé le thème de l'insécurité dans la campagne[14],[15].

Le 27 juillet 2007, vers 19 h 30, un nouveau contrôle d’identité a mal tourné à la gare du Nord : un Algérien de quarante ans a été grièvement blessé par balle par des policiers effectuant un contrôle d’identité. Selon les policiers, l’homme aurait dégainé une arme, un pistolet à grenailles ou un pistolet automatique. L’homme est décédé des suites de ses blessures dans la nuit du 27 au 28 juillet[16].

Le 2 septembre 2007 en début de soirée, de nouveaux affrontements entre bandes rivales de jeunes ont eu lieu dans la gare souterraine avant d'être dispersés par la police et de se poursuivre au niveau d'un café situé au 96, rue Lafayette ; il s'agit de la seconde vague d'affrontements en moins d'une semaine en ce lieu[17]. À la suite de ces évènements qui mettent en lumière le climat croissant d'insécurité en Île-de-France, le Premier ministre qui s'est rendu sur les lieux promet l'installation de caméras de vidéosurveillance partout dans la gare[18].

Architecture

La façade est organisée autour d'un arc de triomphe et se caractérise par l'utilisation de gros blocs de pierre. Elle est ornée de vingt-trois statues représentant les villes desservies par la compagnie. Les statues les plus majestueuses, celles qui couronnent l'édifice, illustrent les destinations internationales (Paris, Londres, Berlin, Varsovie, Amsterdam, Vienne, Bruxelles…) tandis que les destinations nationales correspondent à des statues plus modestes posées sur la façade. Le bâtiment a l'habituelle forme en « U » d'une gare terminus. La charpente est en fer et en fonte. Les colonnes furent fabriquées en Écosse, seul pays où se trouvait une fonderie capable d'en faire d'aussi grosses. Une restauration des façades a débuté en 2009.

Lignes desservies

Régional

vers le nord vers le nord
(RER)(D) voie 41 (RER)(B) voie 43 (RER)(D) voie 44 (RER)(B) voie 42
vers le sud vers le sud

La ligne (RER)(B), habituellement affectée aux voies 42 et 43, dessert l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle et celui d'Orly grâce à une correspondance à la gare (RER) d'Antony avec Orlyval.

La ligne (RER)(D), habituellement affectée aux voies 41 et 44, assure un trajet rapide entre la gare du Nord et la gare de Lyon.

Les voies à numéro pair 42 et 44 sont situées sur les deux cotés d'un quai insulaire affecté à la circulation direction sud, avec Châtelet-Les Halles comme prochaine station ; les voies à numéro impair 41 et 43 sont situées sur les deux cotés de l'autre quai affecté au trafic vers le nord.

Les lignes B et D desservent le stade de France de Saint-Denis, la première (B) au sud du stade et la seconde (D) au sud-ouest du stade.

Par ailleurs, la ligne (RER)(E) en gare de Magenta est reliée à la gare du Nord par un souterrain (voir plus bas).

Tableau des lignes régionales

Direction précédente Gare précédente Trains Gare suivante Direction suivante
Aéroport CDG 2 B3
Mitry-Claye B5
La Plaine-Stade de France (RER) (B) Châtelet-Les Halles Robinson B2
Massy-Palaiseau B4
Saint-Rémy-lès-Chevreuse B4
Creil D3

Orry-la-Ville - Coye D1
Villiers-le-Bel - Gonesse D5

Stade de France-Saint-Denis (RER) (D) Châtelet-Les Halles Melun D2
(par Combs-la-Ville)
Goussainville D7

Villiers-le-Bel - Gonesse D5

Stade de France-Saint-Denis (RER) (D) Châtelet-Les Halles Corbeil-Essonnes D6
Pontoise Saint-Denis [T] [H] Terminus Terminus
Persan-Beaumont
(par Ermont-Eaubonne)
Saint-Denis [T] [H] Terminus Terminus
Persan-Beaumont
(par Montsoult-Maffliers)
Saint-Denis [T] [H] Terminus Terminus
Luzarches Saint-Denis [T] [H] Terminus Terminus
Crépy-en-Valois Aulnay-sous-Bois [T] [K] Terminus Terminus

Voir aussi la ligne (RER)(E) départ de la gare de Magenta, reliée à la gare du Nord par un souterrain (voir plus bas).

International

Tableau des lignes internationales

Direction précédente Gare précédente Trains Gare suivante Direction suivante
Bruxelles-Midi
(ou Ostende/Oostende)
Bruxelles-Midi Thalys Terminus Terminus
Amsterdam Centraal
Cologne HBF
Bruxelles-Midi Thalys Terminus Terminus
Liège-Guillemins Mons Thalys Terminus Terminus
Londres Saint-Pancras Ebbsfleet International
Calais-Fréthun
Eurostar Terminus Terminus

National

Tableau des lignes nationales

Direction précédente Gare précédente Trains Gare suivante Direction suivante
Lille-Flandres
(ou Tourcoing)
Lille-Flandres TGV Terminus Terminus
Calais-Ville
ou Boulogne-Ville
Lille-Europe TGV Terminus Terminus
Dunkerque Arras
ou Lille-Europe
TGV Terminus Terminus
Valenciennes
ou Saint-Omer
Arras TGV Terminus Terminus
Amiens
ou Boulogne-Ville
Creil
ou Longueau
CORAIL iNTERCiTéS Terminus Terminus
Saint-Quentin Creil CORAIL iNTERCiTéS Terminus Terminus
Maubeuge
ou Cambrai
Compiègne CORAIL iNTERCiTéS Terminus Terminus
Beauvais Persan-Beaumont ter Picardie Terminus Terminus
Amiens Orry-la-Ville-Coye ter Picardie Terminus Terminus
Busigny Orry-la-Ville-Coye ter Picardie Terminus Terminus
Laon Dammartin-Juilly-Saint-Mard ter Picardie Terminus Terminus

Correspondances

RER E

La gare RER (lignes B et D) est directement reliée à la gare de gare de Magenta, construite en profondeur à l'est de la gare du Nord, sur la ligne du RER (E). La gare de Magenta dessert la gare de l'Est via la rue d'Alsace. Cette gare a une architecture identique à celle d'Haussmann - Saint-Lazare (terminus occidental actuel de la ligne E). Elle fut inaugurée en 1999 en présence du Premier ministre de l'époque, Lionel Jospin. Une plaque rappelle cette inauguration à l'accès du niveau zéro en gare du Nord (face aux guichets Transilien). Gare spacieuse, elle est la dernière gare RER construite à Paris aujourd'hui (avec la gare d'Haussmann - Saint-Lazare).

Quatre voies structurent la gare (quais 51 à 54). Les voies 51 et 52 sont les voies centrales et accueillent le gros du trafic. Aux heures creuses, la voie 51 est utilisée pour les trains en direction de Chelles-Gournay et Villiers-sur-Marne. La voie 53 est essentiellement utilisée aux heures creuses pour les trains à destination de Tournan-en-Brie et aux heures de pointes pour Tournan et Villiers-sur-Marne. La voie 51 est uniquement utilisée pour les trains en direction de Chelles-Gournay.

La gare n'est pas dégradée ; elle n'a presque pas vieilli malgré le flux des passagers. Cependant, de nombreux problèmes d'infiltrations d'eau contraignent la SNCF à intervenir régulièrement. La gare est entièrement sous vidéo-surveillance et dispose d'ascenseurs pour les personnes à mobilité réduite.

Métro et bus

La station de métro Gare du Nord se situe sur les lignes (2)(4)(5), qui desservent également la gare ferroviaire de Paris-Est sauf la ligne (2).

Depuis les années 1990, un couloir de correspondance relie la gare souterraine à la station de métro La Chapelle de la ligne (2).

La ligne (7) demeure accessible par la voie publique à la station Poissonnière.

En surface et dans la gare routière, on trouve les :

Films tournés à la Gare du Nord

Voir aussi

Plan des voies

Commons-logo.svg

Articles connexes

Liens externes

Bibliographie

  • "La Saga de Paris-Nord (1re partie)" de Bernard Collardey, mensuel "Rail Passion" numéro 142, page 44 à 60 et 63 à 65. Août 2009 - ISSN 1261-3665 [1] (archive, le feuilletage est gratuit).
  • "La Saga de Paris-Nord (2ème partie)" de Bernard Collardey, mensuel "Rail Passion" numéro 143, page 50 à 58 et 61 à 71. Septembre 2009 - ISSN 1261-3665 - [2] (le feuilletage est gratuit).

Notes et références

  1. a  et b La saturation du réseau ferré francilien, Syndicat des transports d'Île-de-France.
  2. Bruno Carrière, Les trains de banlieue, tome I, p. 108
  3. Magazine Le Train, spécial n°50, février 2007, Les lignes de Paris à Lille, Bruxelles et Liège, p. 19
  4. Bruno Carrière, op. cit., tome I, p. 108
  5. Magazine Le Train, spécial n°50, op. cit., p. 20
  6. Magazine Le Train, spécial n°50, op. cit., p. 20
  7. Bernard Collardey, Les trains de banlieue, tome II, p. 106
  8. Bernard Collardey, Les trains de banlieue, tome II, p. 192
  9. Bernard Collardey, Les trains de banlieue, tome II, p. 194
  10. Bernard Collardey, Les trains de banlieue, tome II, p. 197
  11. Bernard Collardey, Les trains de banlieue, tome II, p. 198
  12. Gérard Blier, Nouvelle géographie ferroviaire de la France, tome II, p. 25
  13. Magazine Le Train, spécial n°50, op. cit., p. 20
  14. Libération - Comment un contrôle de billet a dégénéré à la gare du Nord, article du 28 mars 2007
  15. Le Figaro - Gare du Nord: nuit d'émeute en images, article du 28 mars 2007
  16. Libération - Gare du Nord : la légitime défense privilégiée
  17. Le Nouvel Observateur - Gare du Nord : 18 interpellations après les affrontements entre bandes
  18. Le Nouvel Observateur - Gare du Nord : Fillon promet "des caméras partout"
  • Portail du chemin de fer Portail du chemin de fer
  • Portail des transports en Île-de-France Portail des transports en Île-de-France
  • Portail de Paris Portail de Paris
  • Portail de la France au XIXe siècle Portail de la France au XIXe siècle
Ce document provient de « Gare de Paris-Nord ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Gare du Nord (Paris) de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Gare du Nord (Paris) — Gare du Nord Haupteingang des Bahnhofs Bahnhofsdaten Art …   Deutsch Wikipedia

  • Gare du Nord (Paris Métro) — Infobox Paris metro Name=Gare du Nord Day=April 21 Year=1908 Access=9, boul. Denain 17, rue de Dunkerque 18, rue de Dunkerque Gare du Nord Municipality=the 10th arrondissement of Paris Zone=1 Next= X=155 Y=39Gare du Nord is the busiest station of …   Wikipedia

  • Timhotel Gare Du Nord Paris (Paris) — Timhotel Gare Du Nord Paris country: France, city: Paris (Gare du Nord Gare de l Est) Timhotel Gare Du Nord Paris Location Half way between the Gare du Nord and the Gare de l Est, Tim hotel Paris is situated a few steps from the train station.… …   International hotels

  • Avalon Hotel - Gare du Nord Paris — (Париж,Франция) Категория отеля: 3 звездочный отель Адрес: 131 133 B …   Каталог отелей

  • Avalon Hotel - Gare du Nord Paris — (Париж,Франция) Категория отеля: 3 звездочный отель Адрес: 131 133 B …   Каталог отелей

  • Relais De Paris Hotel Gare du Nord (Paris) — Relais De Paris Hotel Gare du Nord country: France, city: Paris (Gare du Nord Gare de l Est) Relais De Paris Hotel Gare du Nord Location Located in the heart of the Paris, Relais De Paris Hotel Gare du Nord is just 5 minutes from the Eurostar… …   International hotels

  • Gare d'Austerlitz (Paris) — Gare d’Austerlitz Bahnhofsgebäude Bahnhofsdaten Art …   Deutsch Wikipedia

  • Gare de Lyon (Paris) — Paris Gare de Lyon Pour les articles homonymes, voir Gare de Lyon (homonymie). Paris Gare de Lyon La façade …   Wikipédia en Français

  • Gare de Lyon (Paris) — Gare de Lyon Außenfassade des Gare de Lyon Daten Betriebsart Kopfbahnhof Bahnstei …   Deutsch Wikipedia

  • Gare Saint-Lazare (Paris) — Gare Saint Lazare Bahnhofsgebäude mit Eingang zur Métro Linie 14 Daten Betriebsart Kopfbahnhof Bahnsteigglei …   Deutsch Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.