Garance Des Teinturiers

Garance Des Teinturiers

Garance des teinturiers

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Garance.


Comment lire une taxobox
Garance des teinturiers
 Rubia tinctorum
Rubia tinctorum
Classification classique
Règne Plantae
Division Magnoliophyta
Classe Magnoliopsida
Ordre Rubiales
Famille Rubiaceae
Genre Rubia
Nom binominal
Rubia tinctorum
L., 1753
Classification phylogénétique
Ordre Gentianales
Famille Rubiaceae
 Garance des teinturiers

Garance des teinturiers

Commons-logo.svg D'autres documents multimédia
sont disponibles sur Commons
Parcourez la biologie sur Wikipédia :
AlphaHelixSection (blue).svg
Symbole-faune.png
Salmobandeau.jpg
PCN-icone.png
Icone botanique01.png
P agriculture.png
Patates.jpg
Extracted pink rose.png

La garance des teinturiers est une plante vivace de la famille des Rubiacées, qui fut largement cultivée pour la teinture rouge extraite de ses racines.

Nom scientifique : Rubia tinctorum L., famille des Rubiacées.

Nom commun : garance, rouge des teinturiers. de : Färberröte, Krapp, en : dyer's madder, es : granza, rubia de tintes, it : robbia salvatica.

Sommaire

Description

Feuilles et fruits

Plante vivace par ses rhizomes, à tiges couchées ou grimpantes mesurant jusqu'à 1,5 m de long.

Feuilles apparemment verticillées, munies sur les bords et sur la nervure principale de petits aiguillons qui permettent à la plante de se soutenir en s'appuyant sur les autres plantes.

Fleurs jaunâtres s'épanouissant en début d'été (juin-juillet), à 4-5 pétales soudés à leur base. Fruits charnus (baies), de la taille d'un pois, noirs à maturité.

Le rhizome peut atteindre 80 cm de long.

Distribution

Cette espèce est originaire d'Asie occidentale et centrale : Turquie, Syrie, Liban, Jordanie, Irak, Iran, Tadjikistan, Turkménistan, Ouzbékistan et d'Europe de l'Est : Russie (Crimée), Ukraine, ex-Yougoslavie. Elle a été répandue par la culture et naturalisée çà et là dans les régions tempérées.

Utilisation

Les racines et les tiges souterraines contiennent de l'alizarine, qui a la propriété de donner aux tissu une belle couleur rouge. Les uniformes de l'armée française l'employaient abondamment avant la première guerre mondiale. Cette teinture naturelle a été remplacée par des colorants synthétiques. La culture de la garance, très ancienne (elle est attestée depuis plus de 3000 ans en Inde) n'est plus qu'un souvenir.

Cette espèce fait partie des plantes recommandées dans le capitulaire De Villis de l'an 812.

La garance mélangée à l'alimentation des animaux colore leur os en rouge, ainsi que le lait.

Le village d'Althen-des-Paluds, département de Vaucluse fut un centre de la culture de la garance en France au XIXe siècle.

La Garance et l'histoire

La garance était connue des Grecs et des Romains et l'ingénieur romain Vitruve précise qu'elle était employée dans les couleurs pourprées.

La culture de la garance qui présentait un grand intérêt économique grâce à la teinture extraite de ses racines, avait été tentée sous le règne de Louis XIV. Pour cela Colbert promulguait une instruction sur la culture et l'emploi de la garance. Un édit exonérait de l'impôt toute personne qui la cultiverait dans les anciens marais asséchés. En 1698 un marchand de Nîmes, Martin, avait obtenu un privilège royal pour en introduire la culture dans le Languedoc, mais ses tentatives qui ne durèrent pas plus de 2 ou 3 ans, restèrent vaines. La Hollande gardait le monopole de cette culture.

En 1754 Jean Althen commença des essais de culture à Saint-Chamond, puis les renouvela à partir de 1763 avec plus de réussite dans le Comtat avec l'appui du marquis de Caumont, premier consul d'Avignon. Il n'y eut cependant aucun essor significatif à cause des importations du Levant. Mais les guerres de la Révolution ayant entravé le commerce, les cultivateurs se lancèrent dans cette culture qui se développa pour atteindre son maximum vers 1860.

En 1839, on compte cinquante moulins à garance en Vaucluse, alors qu'il n'y avait que dix moulins sur la Sorgue en 1804. Le Vaucluse, certaines années, génèrera jusqu'à pratiquement 65% de la garance au niveau mondial. À partir de 1860, plusieurs grandes crises (terres surexploitées, qualité moins bonne, etc.) touchent cette culture de plus en plus concurrencée par les progrès récents de la chimie.Il n'existe plus qu'un seul des cinquante moulins en 1880.

Les superficies des cultures de garance étaient les suivantes:

Superficie des garancières en hectare
Année 1840 1862
Vaucluse 9.515 ha. 13.503 ha.
Bouches-du-Rhône 4.143 ha. 3.735 ha.
Bas Rhin 727 ha. 273 ha.
Drome 164 ha. 1.104 ha.
Gard 125 ha. 1.395 ha.
Seine et Oise 2 ha. -
Hérault - 204 ha.
Alpes de Haute Provence - 181 ha.
Ardèche - 60 ha.
Var - 11 ha.
Tarn et Garonne - 2 ha.
Total 14.676 ha. 20.468 ha.


Techniques culturales

La culture de cette plante nécessite des sols profonds, défoncés humides mais sans excés pour éviter le pourrissement des racines. La préparation du sol est un véritable travail de forçat car il faut retourner la terre sur au moins 50 cm. et nécessite un outil spécial et renforcé : le "luchet" à trois ou quatre dents. Pour enrichir les sols, les cultivateurs de garance ont été les premiers à utiliser les tourteaux de graines oléagineuses, résidus des huileries de Marseille. Les semis étaient effectués au mois de mars. Des sarclages fréquents étaient nécessaires pour enlever les mauvaises herbes.

La récolte était effectuée au mois de septembre, 3 ans après la plantation afin d'avoir une racine plus riche en matière colorante. L'arrachage était également très pénible et se faisait au "luchet" pour déterrer les racines qui s'enfoncent jusqu'à 70 cm de profondeur. On a aussi utilisé la charrue mais il fallait de 16 à 20 chevaux. Le complément de main-d'œuvre nécessaire était fourni par des ouvriers ruraux de la montagne inoccupés à cette période de l'année. Les rendements obtenus s'élevaient à environ 3 tonnes par hectare.

Après la récolte, la terre fort bien ameublie conservait une grande partie de la matière organique. La culture de la garance constituait donc une trés bonne tête d'assolement pour les cultures ultérieures : blé, luzerne, etc. Elle était très bien adaptée aux petites exploitations familiales. De plus le feuillage de la plante, qui était coupé pour favoriser le développement des racines, constituait un fourrage de qualité.

Causes du marasme

Une première crise était apparue dés 1861 avec une baisse des importations de coton d'Amérique due à la guerre, d'où un moindre besoin de matières colorantes.

La synthèse chimique de l'alizarine en 1869 allait amener la disparition trés rapide de la garance, phénomène qui coïncide avec la crise de la vigne due à l'apparition du phylloxera. Une légère reprise était apparue en 1871 par suite de décisions malheureuses de certains viticulteurs qui, touchés par la crise du phylloxera, ont remplacé leur vigne par la garance.

Essais de relance

Pour faire face aux difficultés économiques, une commission des essais pour l'amélioration de la culture de la garance a été mise en place. Cette commission tirait un premier bilan le 1er mars 1875 avec un rapport de Auguste Besse à la chambre de commerce et à la société d'agriculture. Ce rapport donnait les indications sur les meilleurs engrais à utiliser. Dans un deuxième rapport du 29 mars 1876 la commission reconnaissait que malgré des essais positifs sur l'emploi des engrais, la lutte devenait inutile.

Autour de 1880 toutes les garancières avaient disparu: les statistiques agricoles annuelles qui paraissent à compter de 1884 ne contiennent aucune mention relative à la garance.

Usage médical

Garidel cite dans son livre "Plantes qui naissent aux environs d'Aix" la garance qui "débouche les obstructions du foye, de la rate et de la matrice". Après avoir précisé qu'elle est une des cinq racines apéritives, il ajoute " les teinturiers s'en servent pour teindre en rouge qu'on appelle vulgairement rouge garance. Les feuilles et les tiges servent à nettoyer la vaisselle d'étain...préférable à l'Equisetum".

D'après le docteur Debuigne la garance serait recommandée contre la jaunisse, l'anémie et les dartres [1]. Leclerc en 1933 confirmait les propriétés diurétiques. C'est pour cette dernière propriété que les arabes l'emploient encore. Les principes actifs seraient l'acide rubérythrique, la purpurine, la chinizarine etc. Pour certains ces propriétés seraient d'ordre dissolvant, il y aurait formation de complexes solubles, calciques et magnésiens, prévenant la formation des calculs[2].

Bibliographie

  • P.J.F.B. Traité sur la culture de la garance Offray, Avignon, 1818
  • Bastet, Nouvelle essai sur la culture vauclusienne et l'histoire naturelle de la garance, Imprimerie Raphel, Orange, 1839
  • Auguste Picard, Rapport sur la situation générale de l'agriculture dans le département de vaucluse et de la culture de la garance en particulier, Imprimerie Jacquet, Avignon, 1857
  • Fernand Benoit, L'outillage rural en Provence, Ed. Laffitte, Marseille, 1984
  • Jean-Noël Marchandiau, Outillage agricole de la Provence d'autrefois, Edisud, Aix-en-Provence, 1984
  • Claude Mesliand, Paysans du Vaucluse, Université de Provence, 1989

Références

  1. Docteur Gérard Debuigne, Dictionnaire des plantes qui guérissent Librairie Larousse, Paris, 1974 page 130
  2. L.Bezanger-Beauquesne, M.Pinkas, M.Tork, F.Trotin Plantes médicinales des régions tempérées Maloine, Paris, 1990.

Voir aussi

Jean-Henri Fabre

  • Portail de la botanique Portail de la botanique
  • Portail des plantes utiles Portail des plantes utiles
Ce document provient de « Garance des teinturiers ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Garance Des Teinturiers de Wikipédia en français (auteurs)

См. также в других словарях:

  • Garance des teinturiers — Pour les articles homonymes, voir Garance. Garance des teinturiers …   Wikipédia en Français

  • garance des teinturiers — dažinė raudė statusas T sritis vardynas apibrėžtis Raudinių šeimos dažinis, dekoratyvinis, vaistinis augalas (Rubia tinctorum), paplitęs pietvakarių Azijoje ir pietų Europoje. atitikmenys: lot. Rubia tinctorum angl. dyer s madder; Indian madde;… …   Lithuanian dictionary (lietuvių žodynas)

  • Pastel des teinturiers — Pastel des teinturiers …   Wikipédia en Français

  • Rue des Teinturiers (Avignon) — Rue des Teinturiers La rue des Teinturiers et ses roues à aubes Situation …   Wikipédia en Français

  • Garance Voyageuse — Garance voyageuse …   Wikipédia en Français

  • Garance — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. La garance, ou garance des teinturiers, est une plante de la famille des rubiacées dont les racines sont utilisées pour leur capacité à teindre les… …   Wikipédia en Français

  • Garance voyageuse — Garance voyageuse …   Wikipédia en Français

  • Liste des plantes — Liste de plantes Liste de plantes par ordre alphabétique (noms vernaculaires) Sommaire : Haut A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z Dernières modifications des articles de la liste …   Wikipédia en Français

  • Histoire des indiennes de coton en Europe — L histoire des indiennes de coton en Europe reflète l ouverture aux produits nouveaux, importés d Orient au XVIe siècle puis copiés dans la Suisse et l Alsace protestant au siècle suivant, d abord à la main et ensuite grâce aux premiers… …   Wikipédia en Français

  • Galerie des Gobelins — Manufacture des Gobelins La Manufacture des Gobelins sur l avenue des Gobelins à Paris La manufacture des Gobelins est une manufacture de tapisserie dont l entrée est située au 42 avenue des Gobelins à Paris dans le XIIIe …   Wikipédia en Français


Поделиться ссылкой на выделенное

Прямая ссылка:
Нажмите правой клавишей мыши и выберите «Копировать ссылку»