Gagik II d'Armenie


Gagik II d'Armenie

Gagik II d'Arménie

Gagik II (en arménien Գագիկ Բ ; 1026 † 1076) est un membre de la famille arménienne des Bagratides, roi d'Arménie de 1041 à 1045 et fils de Achot IV Qatj, roi d'Arménie.

Sommaire

Biographie

Il monte sur le trône à l'âge de 15 ans. Son oncle Hovhannès Smbat III avait imprudemment signé un traité dans lequel il s'engageait à léguer son royaume à Byzance à sa mort. Cette clause n'est pas respectée et l'empereur byzantin Michel V le Calfat envoie une armée chargée de soumettre l'Arménie. Cette armée est taillée en pièces par la noblesse arménienne conduite par Vahram Pahlavouni, et Gagik II est sacré roi à Ani pour bien marquer le rejet des prétentions byzantines.

L'empereur Constantin IX Monomaque, successeur de Michel V, envoie une nouvelle armée qui échoue. Il décide d'annexer l'Arménie par d'autres moyens et incite l'émir de Dovin à harceler l'Arménie. À cette époque, Gagik II se brouille avec son principal conseiller et soutient, Gregorios Magistros, qui se réfugie à Byzance où Constantin Monomaque le couvre d'honneur pour se l'attacher.

En 1045, Gagik se laisse persuader par le patriarche Petros d'aller négocier un accord à Byzance. Il y est retenu, pendant que le patriarche et un traître arménien, Vest-Sargis, livre la ville aux troupes byzantines. De guerre lasse, Gagik finit par renoncer à l'Arménie et reçoit en échange les thèmes de Cappadoce, de Kharsian et de Lykandos.

De 1057 à 1081, des guerres civiles secouent l'empire byzantin, qui ne peut s'opposer à l'avance des Seldjoukides. La ville d'Ani est prise en 1064. Les Arméniens, exaspérés par les Byzantins, plus occupés à les persécuter pour les faire renoncer au monophysisme qu'à les défendre contre les Turcs, émigrent dans les fiefs donnés aux anciens rois arméniens. Les Grecs orthodoxes persécutent les Arméniens, et Marcos, le métropolite grec de Césarée pousse même l'insulte jusqu'à nommer son chien « Armen »[1].Gagik fait tuer le prélat, mais les Byzantins se vengent en emprisonnant Gagik, puis en l'exécutant par pendaison, le 2 mars 1076[2]. Après sa mort, la population arménienne émigre de nouveau en Cilicie, où sera fondé plus tard le royaume de Petite-Arménie[3].

Union et postérité

Marié à une fille de David de Vaspourakan, fils du roi Sénéqérim-Hovhannès Arçrouni, il a comme enfants :

  • Yovhannès, mort vers 1080, époux d'une fille de Karmen Ier Cécaumène, prince de Digisène, dont :
  • Davith, mort empoisonné en 1080, marié à une fille d'Aboulgharib, prince Arçrouni.

Notes et références

  1. René Grousset, Histoire de l’Arménie des origines à 1071, Payot, Paris, 1947 (réimpr. 1973, 1984, 1995, 2008), 644 p., p. 620-22 .
  2. Selon Mathieu d'Édesse, CXIX, p. 184, cité par René Grousset, op. cit., p. 633.
  3. Selon l'historien Kirakos de Gandzak, Gagik est précipité des murailles d'une citadelle par des Grecs. Il est ensuite vengé par son page Rouben, le fondateur de la dynastie arménienne roupénide de Cilicie.

Bibliographie

  • « Kakig II », dans Marie-Nicolas Bouillet et Alexis Chassang [sous la dir. de], Dictionnaire universel d’histoire et de géographie, 1878 [détail des éditions]  (Wikisource).
  • René Grousset, L'Empire du Levant : Histoire de la Question d'Orient, Payot, coll. « Bibliothèque historique », Paris, 1949 (réimpr. 1979), 648 p. (ISBN 2-228-12530-X), p. 156-159 et 173-176 .
  • René Grousset, Histoire de l’Arménie des origines à 1071, Payot, Paris, 1947 (réimpr. 1973, 1984, 1995, 2008), 644 p., p. 568-635 .
  • Cyrille Toumanoff, Manuel de Généalogie et de Chronologie pour le Caucase chrétien (Arménie, Géorgie, Albanie), Édition Aquila, Rome, 1976 [détail des éditions], p. 110 .

Lien externe


  • Portail des Bagratides Portail des Bagratides
  • Portail de l’Arménie Portail de l’Arménie
Ce document provient de « Gagik II d%27Arm%C3%A9nie ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Gagik II d'Armenie de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Gagik Ier d'Armenie — Gagik Ier d Arménie Pour les articles homonymes, voir Gagik Ier. Gagik Ier (en arménien Գագիկ Ա ; † 1020), dit …   Wikipédia en Français

  • Gagik II d'Arménie — Gagik II Titre Roi d Arménie 1041 – 1045 Prédécesseur Hovhannès Smbat III Biographie Dynastie …   Wikipédia en Français

  • Gagik Ier d'Arménie — Pour les articles homonymes, voir Gagik Ier. Gagik Ier Statue aujourd hui perdue r …   Wikipédia en Français

  • ARMÉNIE — Située au nord est de l’Anatolie, l’Arménie s’étend approximativement de la mer Noire aux lacs de Van, Sevan et Ourmia. Le mont Ararat (5 122 m), sommet mythique où se serait échouée l’arche de Noé, en est son pivot géographique et symbolique.… …   Encyclopédie Universelle

  • Gagik-Abas II de Kars — Gagik Abas II Titre Roi de Kars 1029 – 1064 Prédécesseur Abas Ier Successeur (annexion à l Empire byzantin) …   Wikipédia en Français

  • Gagik Haroutiounian — Գագիկ Հարութիունյան Mandats 6e Premier ministre de la République d Arménie 1er février 1991 – 30 juil …   Wikipédia en Français

  • Gagik Beglarian — (en arménien Գագիկ Բեգլարյան), né le 1er janvier 1964 à Erevan[1], est un homme politique arménien. Il a été désigné le 4 mars 2009 maire intérimaire d Erevan jusqu aux élections municipales du 31 mai 2009 par le… …   Wikipédia en Français

  • Arménie prospère — Բարգավաճ Հայաստանի Կուսակցություն Logo officiel Présentation Président Gagik Tsarukian Fondation …   Wikipédia en Français

  • Gagik of Kakheti — Gagik ( ka. გაგიკი) (died 1058) was a king of Kakheti in eastern Georgia from 1039 to 1058. He was a son of the Armenian Bagratid king David I of Lorri and his Georgian wife, sister of King Kvirike III of Kakheti who adopted Gagik as his son and… …   Wikipedia

  • Gagik Hovounts — Gagik Hovounts, né en 1930 à Erevan, est un compositeur arménien. Sommaire 1 Biographie 2 Œuvre 3 Démarche artistique 4 Répertoire …   Wikipédia en Français


We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.