Fubar


Fubar
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fubar (homonymie).

Fubar: the movie est un faux documentaire de 2002, réalisé par le cinéaste canadien Michael Dowse. Il raconte les aventures de deux headbangers canadiens, Terry et Dean.

En anglais, Fubar signifie: «fucked up beyond all (ou any) recognition».

Synopsis

Terry (David Lawrence) et Dean (Paul Spence) sont deux headbangers qui se connaissent depuis l'enfance. Ils passent le plus clair de leur temps à boire de la bière. Jusqu'au jour où Dean doit combattre un cancer des testicules.

Le film reprend les clichés appartenant à la sous-culture headbanger, du mullet (au Québec: coupe Longueuil) aux shotguns (absorption de bière en quelques secondes) en passant par la musique métal (on y entend notamment Iron Maiden) mais l'histoire bifurque et s'éloigne de ce qui aurait pu être une simple parodie lorsque Dean tombe malade.

Le long-métrage a été présenté en 2002 au festival du film de Sundance, où il a remporté le Prix de la sélection officielle. Il connut ensuite un succès appréciable en salle en Amérique du Nord, jusqu'à devenir un film culte chez les amateurs de cinéma indépendant au Canada. Le film est tourné comme s'il s'agissait d'un vrai documentaire, mais l'histoire est fictive. Cependant, une large place a été laissée à l'improvisation et aux imprévus. Par exemple, une scène où plusieurs individus s'en prennent à Terry et Dean n'était pas au scénario. Il s'agit d'une véritable altercation, imprévue, qui fut filmée et intégrée au film.

Le film fut tourné dans l'Ouest canadien, particulièrement dans la région de Calgary, Alberta.

L'interprète de Dean, Paul Spence est aussi un musicien et un journaliste à Montréal, Québec. Il est chanteur et guitariste pour le groupe CPC Gangbangs et il signe des critiques musicales dans l'hebdomadaire Hour.

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Fubar de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • FUBAR — is an acronym that commonly means Fucked Up Beyond All Repair (used to describe the state of some equipment) or Fucked Up Beyond All Recognition (used to describe a situation or scenario), which now exists in many variations. Although it… …   Wikipedia

  • Fubar — (auch Foobar) ist ein Wort aus dem anglo amerikanischen Sprachraum – dessen Herkunft nicht genau bestimmt werden kann – mit dem zum Beispiel schlimme Situationen, verheerende Unfälle, schreckliche Verletzungen oder auch weniger schlimme, negative …   Deutsch Wikipedia

  • FUBAR — ist ein Wort aus dem anglo amerikanischen Sprachraum, dessen Herkunft nicht genau bestimmt werden kann. Es ist auch die Schreibweise Foobar verbreitet, die wiederum die Verbindung zweier weiterer undefinierter Wörter, Foo und bar, ist. Mit Fubar… …   Deutsch Wikipedia

  • FUBAR — FUBAR,   Foo …   Universal-Lexikon

  • fubar — by 1944, acronym from fucked up beyond all recognition. Said to be military slang originally …   Etymology dictionary

  • fubar — /fooˈbär/ (slang) adjective In a state characterized by extreme disorder, confusion or ineptitude ORIGIN: Orig US military slang, from fouled (or fucked) up beyond all repair (or recognition) …   Useful english dictionary

  • fubar — adj Confused by alcohol or otherwise. I was totally fubar at Philip s party last night! 1940s …   Historical dictionary of American slang

  • FUBAR — Fucked Up Beyond All Repair, Fucked Up Beyond All Recognition. Technition to office manager: I checked over your printer thouroughly. Eighty three percent of all the parts are either broken or worn out. It s totally FUBAR …   Dictionary of american slang

  • FUBAR — Fucked Up Beyond All Repair, Fucked Up Beyond All Recognition. Technition to office manager: I checked over your printer thouroughly. Eighty three percent of all the parts are either broken or worn out. It s totally FUBAR …   Dictionary of american slang

  • fubar — fu·bar (fo͞oʹbär ) adj. Slang Utterly botched or confused.   [f(ucked) u(p) b(eyond) a(ll) r(ecognition).] * * * …   Universalium