Freres Dardenne


Freres Dardenne

Frères Dardenne

Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Dardenne
Frères Dardenne
Les frères Dardenne (au centre) à Louvain-la-Neuve en 2006
Les frères Dardenne (au centre) à Louvain-la-Neuve en 2006

Naissance Jean-Pierre : 21 avril 1951
Luc : 10 mars 1954
Nationalité(s) Drapeau de la Belgique Belge
Profession(s) Réalisateur
Film(s) notable(s) La Promesse,
Rosetta,
Le Fils

Jean-Pierre et Luc Dardenne sont des frères réalisateurs belges. Jean-Pierre est né le 21 avril 1951 à Engis et Luc est né le 10 mars 1954 aux Awirs.

Représentants d’un cinéma militant et réaliste, les frères Dardenne ont su, grâce à une filmographie cohérente, imposer leur style mais aussi leurs revendications. Ils sont aujourd’hui, avec Ken Loach et Mike Leigh (l'Angleterre, par son histoire – depuis le Free cinema notamment – est l’autre pays marqué par un cinéma plus social) les représentants d'un cinéma social renouvelé (notamment sur le plan esthétique).

Sommaire

Biographie

Les frères Dardenne ont grandi en Belgique dans la banlieue industrielle de Seraing.

C’est en tant qu’étudiant en Art dramatique à Bruxelles que Jean-Pierre Dardenne rencontre Armand Gatti, metteur en scène et poète, qui le marquera beaucoup et surtout qui lui permettra de débuter dans la réalisation en lui proposant ainsi qu’à son frère Luc de devenir les assistants de ses expériences théâtrales que sont « La Colonne Durutti » et « L’Arche d’Adelin » puis plus tard de son film Nous étions tous des noms d'arbres.

Après leurs études respectives (Jean-Pierre en art dramatique et Luc en philosophie), de 1974 à 1977, « les frères » comme les appellent leurs amis et collaborateurs, tournent des vidéos militantes et d’interventions dans des cités ouvrières. L’art filmique et les aspects sociaux de la vie viennent alors de se rencontrer, deux éléments qui sont à la base du cinéma engagé des frères Dardenne.

De plus, désireux de créer les structures qui leur permettraient de lier engagement social et cinéma, Luc et Jean-Pierre Dardenne fondent en 1975 la maison de production « Dérives » (qui déjà produit une cinquantaine de documentaires). Ils fonderont également, en 1981, « Films Dérives Productions » qui a produit six longs-métrages et, en 1994, « Les Films du Fleuve » qui produira tous leurs films à partir de La Promesse et participera à la production d'entre autres, Stormy Weather de Solveig Anspach, Le Monde vivant d’Eugène Green, Le Mystère de la chambre jaune de Bruno Podalydès ou encore Le Couperet de Costa-Gavras.

Par la suite, en 1978, les deux frères cinéastes réalisent de nombreux documentaires (sur les radios libres, les problèmes engendrés par la vie collective, la grève générale de 1960 : Lorsque le bateau de M. Léon descendit la Meuse pour la première fois, les journaux clandestins, la résistance anti-nazie en Belgique : Le Chant du rossignol).

En 1981 ils retrouvent Armand Gatti pour un film : Nous étions tous des noms d’arbres pour lequel Luc est le premier assistant réalisateur et Jean-Pierre le premier assistant caméra.

En 1987, Falsch, adapté d’une pièce de René Kalisky et co-écrit avec Jean Gruault (scénariste de François Truffaut), marque un tournant décisif dans leur carrière : le passage à la fiction. En effet, leur cinéma, toujours engagé socialement, prend maintenant son point de départ dans la fiction tout en restant très proche du documentaire dans la forme.

Ils réaliseront ensuite Je pense à vous, en 1992, mais ne seront découverts qu’en 1996, année au cours de laquelle leur parcours cannois commence, et avec succès puisqu’ils y présentent, à la Quinzaine des Réalisateurs, La Promesse (qui révèle Jérémie Renier, acteur dans L'Enfant et Olivier Gourmet, acteur dans Le Fils). Par ailleurs, outre son importance pour la suite de la carrière des frères Dardenne, ce film préfigure des thèmes qui seront le centre de leur œuvre : le conflit entre enfants et parents, entre une société en perdition et une jeunesse égarée, et enfin entre un monde libéral et exploiteur (voire même, d’une certaine façon, cannibale) et ses victimes. Leur style naturaliste s'y affirme également dans la volonté de combiner une forme visuelle nerveuse, rugueuse et quasi-documentaire à une histoire romanesque, profonde et intense qui tire les schèmes de la tragédie, sans grandiloquence ni afféterie, du côté des personnes en marge et des déshérités. Le décor post-industriel de la périphérie liégoise devient ainsi leur cadre de prédilection et on y décèle déjà leur manière unique de coller convulsivement à leur personnage principal et de montrer ses gesticulations et ses mouvements répétés dans un quotidien de débrouille et de clandestinité. Ce troisième long métrage de fiction utilise d'ailleurs déjà le fil central de leurs scénarios à venir, à savoir un protagoniste entraîné dans un problème d'ordre moral et confronté, à un moment donné, à un dilemme cornélien qui fera finalement ressurgir ou non son humanité cachée.

Mais c’est véritablement en 1999 que les frères Dardenne sont reconnus mondialement grâce à leur Palme d'Or obtenue pour Rosetta, fiction racontant le combat d’une jeune femme en quête désespérée d’un emploi. Émilie Dequenne, comédienne débutante à l'époque et interprète principale, décrocha de son côté le Prix d'interprétation féminine.

Plus récemment, en 2002, Olivier Gourmet obtint aussi un Prix d'interprétation à Cannes pour son rôle dans Le Fils, film d'une grande intensité dramatique sur les relations père / fils et la difficulté de pardonner. Dans cette fiction, le comédien joue un menuisier formateur de jeunes qui rencontre l’enfant qui a tué, quelques années plus tôt, son propre fils.

Enfin, en 2005 les frères Dardenne rejoignent le cercle très privé des cinéastes doublement palmés (au côté du président du jury de cette année-là : Emir Kusturica) avec L'Enfant, fiction, sur de jeunes parents « instables socialement » dont la vie va basculer à la naissance de leur enfant. En 2008, Le Silence de Lorna, drame sur l'immigration clandestine et le mariage blanc, leur vaut un autre trophée cannois : le Prix du scénario. Ils comptent désormais parmi les metteurs en scène les plus primés de l'histoire du festival.

Filmographie

Récompenses

Lien externe

L’analyse du film Le Silence de Lorna, par Hugues Lepaige [1]'

Bibliographie

  • Luc Dardenne, Au dos de nos images, 1991-2005, suivi du scénario du Fils et de L'Enfant, de Jean-Pierre et Luc Dardenne., Éditions du Seuil, La Librairie du XXIe siècle, 2005.
  • Portail de Liège Portail de Liège
  • Portail du cinéma Portail du cinéma
  • Portail de la réalisation audiovisuelle Portail de la réalisation audiovisuelle
Ce document provient de « Fr%C3%A8res Dardenne ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Freres Dardenne de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Frères Dardenne —  Pour l’article homonyme, voir Dardenne.  Frères Dardenne …   Wikipédia en Français

  • Dardenne — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Dardenne est un nom de famille notamment porté par : Les frères Dardenne (Jean Pierre et Luc Dardenne) Jean Dardenne ; Ludovic Dardenne,… …   Wikipédia en Français

  • Jean-Pierre Dardenne — Frères Dardenne  Pour l’article homonyme, voir Dardenne.  Frères Dardenne …   Wikipédia en Français

  • Jean-pierre dardenne — Frères Dardenne  Pour l’article homonyme, voir Dardenne.  Frères Dardenne …   Wikipédia en Français

  • Luc Dardenne — Frères Dardenne  Pour l’article homonyme, voir Dardenne.  Frères Dardenne …   Wikipédia en Français

  • Histoire du cinéma wallon — Il ne s’agit nullement d’évoquer l’histoire de la création cinématographique en Wallonie depuis l’invention des frères Lumière jusqu’aux prix reçus au Cannes par les frères Jean Pierre et Luc Dardenne. Dans cette histoire du cinéma wallon il… …   Wikipédia en Français

  • Histoire Du Cinéma Wallon — Il ne s’agit nullement d’évoquer l’histoire de la création cinématographique en Wallonie depuis l’invention des frères Lumière jusqu’aux prix reçus au Cannes par les frères Jean Pierre et Luc Dardenne. Dans cette histoire du cinéma wallon il… …   Wikipédia en Français

  • Histoire du cinema wallon — Histoire du cinéma wallon Il ne s’agit nullement d’évoquer l’histoire de la création cinématographique en Wallonie depuis l’invention des frères Lumière jusqu’aux prix reçus au Cannes par les frères Jean Pierre et Luc Dardenne. Dans cette… …   Wikipédia en Français

  • Le Gamin au vélo — Les frères Dardenne, Thomas Doret et Cécile de France lors de la présentation du film au festi …   Wikipédia en Français

  • Cinéma belge — Le cinéma belge se décline au pluriel[1], mais si quelques auteurs font le choix d une étude différenciée de chaque aire linguistique[2], d autres préfèrent mettre en avant ce qui les rapproche[3] : le patrimoine culturel, notamment la… …   Wikipédia en Français


We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.