Frederick Winslow Taylor


Frederick Winslow Taylor
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Taylor.
Portrait photographique de F. W. Taylor

Frederick Winslow Taylor (20 mars 1856, Germantown (Pennsylvanie) - 21 mars 1915, Philadelphie (Pennsylvanie)) est un ingénieur américain qui a été le promoteur le plus connu de l'organisation scientifique du travail. Celle-ci a trouvé un domaine d'application naturel dans le cadre de la révolution industrielle du XXe siècle.

Sommaire

Biographie

Taylor est né en 1856 à Philadelphie en Pennsylvanie, sur la côte des États-Unis dans une famille bourgeoise et réputée. Après de bonnes études secondaires à Philips Academy Exeter, à New York, son père, un juriste réputé, l'avait poussé à se présenter au concours d'entrée de l'université Harvard, mais il avait dû finalement renoncer à cause de sa mauvaise vue.

Orienté vers la mécanique, il fait, de 1874 à 1878, un apprentissage d'ouvrier modeleur à Philadelphie.

En 1878, il est embauché par une aciérie, la Midvale Steel Co., dans laquelle, il va gravir les échelons, depuis manœuvre, puis chef d'atelier, pour finalement devenir, en 1884, l'ingénieur en chef, après avoir obtenu son diplôme en suivant des cours du soir.

Son expérience d'ouvrier lui avait fait comprendre les raisons pour lesquelles il était difficile de faire progresser la productivité dans les usines. Avec le boom industriel des années 1880, de plus en plus d'ingénieurs s'intéressaient à l'organisation de la production, mais les progrès étaient mitigés.

Frederick Winslow Taylor va s'engager dans des expériences d'organisation du travail entièrement nouvelles, qu'il nomme organisation scientifique du travail (OST). Il restait influencé par un système de classification inventé par Melvil Dewey en 1872 (Dewey Decimal System) qu'il avait découvert au collège d'Exeter. En 1881, il entreprit une analyse du déroulement des tâches sur la base des "time-motion" créées par Frank B. et Lillian M. Gilbreth.

Son idée était de déterminer par des études la meilleure façon de faire un travail :

  • en décomposant les phases successives de ce travail ;
  • en cherchant les gestes les plus efficaces :
  • en adaptant les outils.

Ses études demandèrent beaucoup de temps et de travail, mais les résultats furent spectaculaires. Il se mit à observer les ouvriers, à décomposer leurs gestes, à les chronométrer, afin de trouver comment réduire leurs mouvements au minimum. Par exemple, à la manutention des gueuses de fontes, les ouvriers purent manipuler sans effort supplémentaire 48 tonnes par jour contre 12,7 tonnes auparavant. Les gains de productivité furent tels que les salaires ont pu être au final augmentés de 60 %, la main d'œuvre étant passée entre temps de 600 à 140 ouvriers. En 1883, il obtient un diplôme du Stevens Institute of Technology en suivant des cours du soir.

En 1890, il part travailler trois ans pour la Bethlehem Iron Steel qui deviendra plus tard Bethlehem Steel. Puis, il mène une brillante carrière d'ingénieur-conseil indépendant, écrivant des articles et donnant de nombreuses conférences. En 1895, il publie "A Piece-Rate System". En dépit d'un échange de courrier soutenu, il ne parvint pas à convaincre ses collègues de l'American Society of Mechanical Engineers (ASME) de publier son nouvel ouvrage « The Principles of Scientific Management ». En 1911, Taylor en distribua des copies privées à toutes ses relations. L'ouvrage a été traduit et publié en français dès 1912 sous le titre « La direction des ateliers »[1].

Mais les syndicats américains l'accusèrent de vouloir transformer les ouvriers en machines, et firent pression sur les milieux politiques pour obtenir l'interdiction de l'usage de ses méthodes dans les établissements industriels dépendants des pouvoirs publics, comme les arsenaux. En 1912, Frederick Winslow Taylor dut aller se défendre devant une commission d'enquête de la Chambre des représentants, alors que 50 000 ouvriers américains de l'industrie travaillaient déjà en appliquant l'OST.

Il mourut en 1915, avant d'avoir vu le triomphe de ses méthodes, du fait de l'entrée en guerre des États-Unis en 1917 et donc à la nécessité de tout faire pour accroître rapidement la production et la productivité de l'industrie américaine, alors que des centaines de milliers d'Américains s'embarquaient pour aller combattre en Europe. Les syndicats durent cesser leurs attaques.

Dès avril 1913, l'industriel Henry Ford, s'inspirant des travaux de Frederick Taylor, avait installé son premier réseau d'assemblage à Détroit, en cherchant à fractionner les opérations de montage et à les confier à des travailleurs différents tout au long d'une ligne où les produits en cours de montage, progressent régulièrement. Mais il n'a réellement développé ses conceptions qu'après-guerre, dans son usine de Red River, inaugurée en 1929, qui comportait 43 kilomètres de convoyeurs.

Charlie Chaplin dans son film « Les Temps modernes » fit une critique, d'un point de vue humaniste, de l'OST. Cette méthode moderne de travail qui laisse peu de place à l'être humain est tournée en dérision. Son héros, au lieu d'être prolongé par la machine, devient lui-même une partie de la machine.

L’invention du taylorisme

Article détaillé : Taylorisme.

Choqué par la violence des conflits sociaux liés au partage de la valeur ajoutée à la fin du dix-neuvième siècle, il a cherché à améliorer la productivité des ouvriers grâce à une approche méthodique : l'organisation scientifique du travail ou OST. La principale originalité de sa démarche réside dans la division verticale du travail, c'est-à-dire la stricte séparation entre la conception des tâches par les ingénieurs et leur exécution par les ouvriers. Avant Taylor, les ouvriers concevaient eux-mêmes leurs méthodes de travail, ce qui se traduisait par une productivité souvent perfectible. Avec l'application du taylorisme et les gains de productivité qu'il a permis, les ouvriers ont vu leur rémunération fortement augmenter, alors que les prix des produits industriels ont baissé, ce qui a permis à un plus grand nombre de clients de les acquérir. Cependant, les ouvriers ont payé ces progrès au prix d'une dépossession de leur expertise, désormais élaborée par les ingénieurs.

Pour Taylor, le rôle de l'encadrement consistait à indiquer aux employés la meilleure manière de réaliser une tâche, de leur fournir les outils et formations appropriés, et de leur délivrer des objectifs et incitations en vue d'atteindre la performance.

Selon ses détracteurs, il a introduit dans le monde du travail une séparation radicale entre ceux qui conçoivent et ceux qui produisent : l’ouvrier n’est pas là pour penser, mais pour exécuter des gestes savamment calculés pour lui. Il est encouragé à être performant par un système de primes. Tout travail intellectuel doit être éliminé de l’atelier pour être concentré dans les bureaux des méthodes.

Contrairement à ce qu'on affirme souvent, Taylor n'a pas théorisé le travail à la chaîne. Il a toujours appliqué ses méthodes dans des ateliers équipés de machines outils, et non sur des chaînes d'assemblages. Il souhaitait que chaque ouvrier soit formé à la meilleure méthode de travail possible, et non qu'il soit réduit à effectuer inlassablement un seul geste sur une chaîne. C'est Henry Ford qui a inventé le travail à la chaîne. Ford souhaitait appliquer le taylorisme dans son usine de Rouge River près de Détroit, mais le nombre très élevé de tâches impliquées dans l'assemblage d'une automobile rendait leur enseignement à tous ses ouvriers matériellement impossible. Il eut alors l'idée (suite à une visite des abattoirs de Chicago), d'adjoindre à la division verticale du travail prônée par le taylorisme une division horizontale (ou parcellisation des tâches) : chaque ouvrier n'aurait à effectuer qu'une seule tâche, préalablement optimisée par le bureau des méthodes, et tous les ouvriers seraient alignés devant une chaîne mobile sur laquelle se déplaceraient les automobiles en cours d'assemblage. Si l'impact sur les salaires et les prix fut là encore considérable, les ouvriers perdirent à nouveau une grande part de leur compétence : non seulement ils n'étaient plus à l'origine de l'expertise, mais ils en étaient à présent réduits à n'en pratiquer qu'une part infime.

Sport

Taylor était également un excellent joueur de tennis, il a ainsi remporté le premier double messieurs des Internationaux des États-Unis, actuel US Open, en 1881 avec Clarence Clark[2].

Titres en double

Date Nom et lieu du tournoi Cat. ($) Surf. Partenaire Finalistes Score
1 1881 US Men's National Champ’s G. Chelem Herbe (ext.) États-Unis Clarence Clark États-Unis Alexander Van Renssalaer
États-Unis Arthur Newbold
6-5, 6-4, 6-5

Citation

À l'ouvrier Michael Johnson Shartle : « On ne vous demande pas de penser ; il y a des gens payés pour cela, alors mets-toi au travail. »

Autres auteurs rattachés au taylorisme (management scientifique)

  • Sanford E. Thompson, qui développa le premier chronomètre décimal
  • Henry Gantt, il travailla pour Taylor. Il est surtout connu pour sa conception du diagramme de Gantt. Il prôna la nécessité d'humaniser les relations hiérarchiques et souligna les effets bénéfiques d'un environnement psychologique positif sur les employés.
  • Morris L. Cooke, assistant de Taylor qui tenta d'appliquer le management scientifique dans le secteur public.
  • Carl G. L. Barth, mathématicien et statisticien qui assista Taylor dans ses analyses

Notes et références

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Frederick Winslow Taylor de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Frederick Winslow Taylor — (* 20. März 1856 in Germantown, Pennsylvania, USA; † 21. März 1915 in Philadelphia) war ein US amerikanischer Ingenieur und gilt als einer der Begründer der …   Deutsch Wikipedia

  • Frederick Winslow Taylor — Nacimiento …   Wikipedia Español

  • Frederick Winslow Taylor — Infobox Person name = Frederick Winslow Taylor image size = 200px caption = c.1900 birth name = birth date = 20 March 1856 birth place = Philadelphia, Pennsylvania U.S. death date = 21 March 1915 death place = Philadelphia, Pennsylvania U.S.… …   Wikipedia

  • Frederick W. Taylor — Frederick Winslow Taylor (20 de marzo de 1856 21 de marzo de 1915) Ingeniero Mecánico y economista estadounidense, promotor de la organización científica del trabajo. En 1878 efectúo sus primeras observaciones sobre la industria del trabajo en la …   Enciclopedia Universal

  • Frederick Winslow — Taylor Pour les articles homonymes, voir Taylor. Frederick Winslow Taylor (20&# …   Wikipédia en Français

  • Taylor,Frederick Winslow — Taylor, Frederick Winslow. 1856 1915. American inventor, engineer, and efficiency expert noted for his innovations in industrial engineering and management. * * * …   Universalium

  • Тейлор Фредерик Уинслоу / Taylor, Frederick Winslow — (1856 1915). Тейлор создал систему научно обоснованного управления производством. Путем исследований организации условий труда и трудовых процессов (с использованием стандартизованного оборудования) он пытался установить связь между минимумом… …   Психологическая энциклопедия

  • Taylor (Name) — Taylor ist ein Vor und Familienname. Herkunft und Bedeutung Der Name stammt aus der englischen Sprache und bedeutet übersetzt Schneider. Es handelt sich somit um einen Berufsnamen. Verbreitung Der Name ist im englischsprachigen Raum weit… …   Deutsch Wikipedia

  • Taylor — puede referirse a: Contenido 1 Nombre 2 Apellido 2.1 Autores de nombres científicos 3 Desambiguaciones de nombre y apellido …   Wikipedia Español

  • Frederick (Vorname) — Frederick ist ein männlicher Vorname. Er ist das englische Pendant zu Friedrich oder Friederich, wird in dieser oder sprachlich leicht angepasster Form aber auch in nicht englischsprachigen Gebieten verwendet. Inhaltsverzeichnis 1 Herkunft und… …   Deutsch Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.