Français (peuple)


Français (peuple)
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Français (homonymie).

L'expression peuple français désigne, dans son acception juridique française, l'ensemble des personnes de nationalité française au nom duquel la justice est quotidiennement rendue et qui légitime toute action du gouvernement français. Toutefois, cette expression a pris dans l'histoire des sens différents, notamment avant que la notion de nationalité soit définie au cours du XIXe siècle, et elle a été aussi largement utilisée dans des contextes politiques variés où elle ne désignait pas simplement une notion juridique.

Sommaire

Vocabulaire

L'adjectif français est employé ici pour qualifier ce qui est relatif à la France : sa langue, sa civilisation, sa culture.

Le qualificatif français a deux sens :

  • l’ensemble des personnes qui résident en France : 65 447 374 au 1er janvier 2010.
C'est le sens utilisé communément, notamment par l'Insee pour les recensements qui comptabilisent toutes les personnes qui résident en France, quelle que soit leur nationalité. Français est le gentilé de France, c'est-à-dire que les personnes qui habitent en France sont des Français. Le recensement de ces personnes résidant en France (c'est-à-dire les personnes qui habitent en France, de nationalité française ou étrangère) est assuré par l'Insee sous le vocable Population totale de la France[1]. Au 1er janvier 2008, la population de la France était de 63 753 140 habitants (France métropolitaine [2] + DOM) + 720 000 (TOM) soit 64 473 140 habitants[3] dont 5,7 % d'étrangers[4].
  • l’ensemble des personnes de nationalité française, qu'ils habitent en France où à l'étranger : 63 millions au 1er janvier 2008.
Ce sont les citoyens de la République française « sans distinction d'origine, de race, ou de religion ». Le Code civil définit la nationalité française, les conditions de son obtention ainsi que les droits et devoirs inhérents à celle-ci. Le nombre de Français (au sens de « personnes ayant la nationalité française ») est évalué au 1er janvier 2008 à 64 473 140 habitants moins les 5,7 % d'étrangers, plus les personnes de nationalité française expatriées (dont le nombre peut être estimé à 2,2 millions[5]), soit un total d'environ 63,0 millions.

Histoire

Article détaillé : Histoire de France.

Origines

Selon Hervé Le Bras, les ancêtres des Européens seraient des agriculteurs venus du Proche-Orient, arrivés il y a six mille ans[6]. Une récente étude génétique a également établi que plus de 80 % des chromosomes Y des Européens viendraient de ces agriculteurs[7],[8],[9].

Les mythes fondateurs : du mythe troyen au mythe gaulois

Les Français tirent leur nom des Francs, ligue ou confédération de tribus qui s'impose sur le territoire de la Gaule romaine à la fin du Ve siècle. Très tôt, du moins au nord de la Loire, le souvenir des populations antérieures à la période franque s'estompe : dès le VIIe siècle, les habitants s'appellent Franci, par opposition à ceux vivant au sud de la Loire, désignés comme Romani ou Aquitani. Des chroniques des VIIIe-Xe siècles, comme la Passion du saint roi Sigismond écrite en Bourgogne avant 750, vont même jusqu'à évoquer une extermination des « Romains » au moment de la conquête ; une note ajoutée à une chronique neustrienne du VIIIe siècle affirme quant à elle :

« Clovis a exterminé tous les Romains qui se trouvaient en Gaule, et l'on n'en trouve plus. Il semble qu'à cette époque, les Francs aient reçu la langue romane qu'ils parlent encore aujourd'hui des Romains qui y habitaient. On ne sait pas ce qu'a été leur langue originale. »

Ces explications, certes naïves, montrent qu'il s'est produit une véritable substitution de conscience « nationale », à la fois chez les Francs romanisés qui ont oublié leurs origines et chez les Gallo-Romains de la Gaule septentrionale se considérant comme « Francs », substitution due à une symbiose entre les aristocraties franque et gallo-romaine[10].

De plus, les papes présentent les Francs comme le « nouveau peuple élu par Dieu »[11] ; l'Anglo-Saxon Alcuin, conseiller de Charlemagne, le considère comme un « autre David[12] ».

Cette exaltation du peuple franc amène à lui prêter des origines mythiques : ainsi, au milieu du VIIe siècle, la Chronique du pseudo-Frédégaire mentionne-t-elle une origine troyenne :

« Le bienheureux Jérôme a écrit sur les anciens rois des Francs, dont l'histoire fut racontée par le poète Virgile : leur premier roi fut Priam, et, après que Troie eut été prise par ruse, ils s'en allèrent. Ensuite, ils eurent pour roi Friga, puis ils se séparèrent en deux groupes ; le premier alla en Macédoine ; le second, qui quitta l'Asie avec Friga, portait le nom de Frigii ; ils s'établirent sur les rives du Danube et de la mer Océan. Ils se divisèrent une seconde fois en deux ; la moitié d'entre eux entra en Europe avec leur roi Francion. Après avoir traversé l'Europe avec leurs femmes et leurs enfants, ils occupèrent les rives du Rhin, et, non loin du fleuve, ils commencèrent à bâtir la cité de “Troie” (Colonia Traiana-Xanten)[13]. »

Les travaux historiques du XIXe siècle et l'émergence de la « démographie historique »

Il faut attendre la fin du XIXe siècle pour que soient écrites des synthèses universitaires, marquées avant tout par « l'angoisse qui saisit alors les Français devant la découverte de leur affaiblissement démographique face à la puissance montante de l'Allemagne » : en 1889, É. Levasseur fait ainsi paraître La population française dont le tome 1 comporte une histoire nationale ; la même année est publié dans la Revue scientifique l'article d'A. Chervin consacré à l'« Histoire statistique de la population française », article qui passe inaperçu ; en 1893, L. Schöne, qui n'était ni historien ni démographe, fait paraître une Histoire de la population française, volume de 417 pages, en réalité son mémoire au concours du prix Rossi de l'Académie des sciences morales et politiques.

Religions et croyances

L'article 1 de la Constitution de la République française de 1958, dispose que « la France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l'égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d'origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances. »

Une enquête de décembre 2006 de l'institut CSA menée sur 2 012 personnes recensait 51 % de Français se déclarant catholiques, 31 % sans-religion, 4 % « chrétiens sans précision », 4 % musulmans, 3 % protestants et 1 % juifs[14].

Populations d’origine française dans le monde

En Amérique du Nord, où de nombreux Français se sont installés à partir du XVIIe siècle, les habitants ayant des ancêtres français peuvent être désignés sous le nom de Canadiens français, Franco-Américains, Acadiens ou Cadiens.

  • Au Canada, selon le recensement de 2001, il y a 4 668 410 Franco-Canadiens, 150 000 Français expatriés, 71 590 Acadiens, 98 670 Québécois[15].
  • Aux États-Unis, selon le recensement de 2000, il y a 8 309 908 Franco-Américains, 2 349 684 Franco-Canadiens (pas inclus dans le chiffre précédent), 290 000 Français expatriés, 85 414 Acadiens et Cadiens (dont 44 960 en Louisiane et 15 276 au Texas), 15 601 Alsaciens. Les Français (Franco-Américains) et Franco-Canadiens sont majoritaires dans les États du Maine, Vermont, New Hampshire et en Louisiane (après les Afro-Américains dont beaucoup sont créoles ou métis franco-africains)[16].

Estimations dans quelques pays :

  • Aux États-Unis : 11 050 607[17] (4 à 5 % de la population totale) dont 2 240 648 d'origine canadienne française et 114 399 Cadiens.
  • Au Canada : 4 988 670 (11 millions de souche française) dont près de 80 000 Acadiens.
  • Au Brésil : 2 385 000[réf. nécessaire].
  • En Belgique : 190 000 immigrés français[réf. nécessaire].
  • En Suisse : environ 1 350 000 Suisses romands[18] et 268 752 immigrés français (en 2000).
  • Au Royaume-Uni : 250 000[réf. nécessaire].
  • En Allemagne : 155 000[réf. nécessaire].
  • En Australie : 98 333[19].
  • En Espagne : 81 021[20].
  • Au Luxembourg : 79 000 dont 53 000 frontaliers[réf. nécessaire].
  • En Italie : 58 000[réf. nécessaire].

Bibliographie

Notes et références

  1. bas de la page 9 du document Insee
  2. Insee Population totale au 1er janvier 2008 France métropolitaine 61 875 822
  3. Bilan démographique Insee 2007
  4. Statistiques de l'Insee
  5. Site du Sénat
  6. « On sait aujourd'hui que les ancêtres des Européens sont des agriculteurs venus du Proche-Orient, arrivés il y a six mille ans » (Hervé Le Bras, « Enquête sur le peuplement de la France », L'Histoire, no 326, décembre 2007, p. 42).
  7. Balaresque et al. 2010, « A Predominantly Neolithic Origin for European Paternal Lineages »
  8. « Most Britons descended from male farmers who left Iraq and Syria 10,000 years ago », Daily Mail, 20 janvier 2010.
  9. « Most European males 'descended from farmers' », BBC News, 20 janvier 2010.
  10. Karl Ferdinand Werner, Les Origines, avant l'an mil [détail des éditions], p. 31-33 .
  11. Karl-Ferdinand Werner, op. cit., p. 29
  12. Dans une lettre qu'il lui adresse vers 794-795, il écrit :
    « Heureux le peuple exalté par un chef... dont la main droite brandit le glaive des triomphes et dont la bouche fait retentir la trompette de la vérité catholique. C'est ainsi que jadis David, choisi par Dieu comme roi du peuple, qui était alors son peuple élu... soumit à Israël par son glaive victorieux les nations d'alentour. Un autre David est maintenant notre chef. Il inspire la terreur aux nations païennes. Il est un guide dont la dévotion ne cesse de fortifier, par sa fermeté évangélique, la foi catholique contre les adeptes de l'hérésie. » (cité par Karl-Ferdinand Werner, op. cit., p. 29-30).
  13. Chronicarum quae dicuntur Fredegarii scholastici Liber III, 2. MGH SSRM 2, 93 ; cité par Patrick J. Geary, Naissance de la France. Le Monde mérovingien, traduit de l'anglais par Jeanne Carlier et Isabelle Detienne, Flammarion, collection « Champs », 1989, p. 98.
  14. « Les Français sont de moins en moins catholiques », Le Monde, 9 janvier 2007.
  15. Recensement de 2001, Statistique Canada.
  16. « QT-P13. Ancestry: 2000 », U.S. Census Bureau.
  17. B04003. Total des ascendances rapportées - Universe. Total des ascendances par catégorie comptées pour les personnes ayant une ou plusieurs catégories d'ascendance signalée - 2006 American Community Survey. (sont inclus 2 240 648 d'origine canadienne française et 114 399 Cadiens).
  18. Ethnic Groups Worldwide, a ready reference Handbook, David Levinson, ORYX Press, p. 89, (ISBN 1-57356-019-7) : « French Swiss number about 1.2 million or 18% of the population. They live mainly in western Switzerland near the French border. »
  19. (en) Recensement de 2006
  20. (es) Instituto Nacional de Estadistica

Articles connexes

Sur les autres projets Wikimedia :


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Français (peuple) de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Peuple francais — Français (peuple) Pour les articles homonymes, voir Français (homonymie). Peuple français …   Wikipédia en Français

  • Peuple français — Français (peuple) Pour les articles homonymes, voir Français (homonymie). Peuple français …   Wikipédia en Français

  • Français de souche — Cet article possède un paronyme, voir : François Desouche. Français de souche est une expression utilisée pour désigner les personnes de nationalité française dont tous les ascendants, sur un certain nombre de générations, sont également… …   Wikipédia en Français

  • Peuple fidèle — Adeste Fideles Adeste Fideles est un hymne chrétien chanté lors du temps de Noël et traditionnellement attribué à saint Bonaventure. Son titre s écrit parfois Peuple fidèle en français. Peuple fidèle est un nom donné à l Église en tant qu Épouse… …   Wikipédia en Français

  • peuple — [ pɶpl ] n. m. • v. 1430; poblo 842; pueble, popleXIe; lat. populus I ♦ 1 ♦ Ensemble d êtres humains vivant en société, habitant un territoire défini et ayant en commun un certain nombre de coutumes, d institutions. ⇒ ethnie, nation, 1. pays,… …   Encyclopédie Universelle

  • peuplé — peuple [ pɶpl ] n. m. • v. 1430; poblo 842; pueble, popleXIe; lat. populus I ♦ 1 ♦ Ensemble d êtres humains vivant en société, habitant un territoire défini et ayant en commun un certain nombre de coutumes, d institutions. ⇒ ethnie, nation, 1.… …   Encyclopédie Universelle

  • français — français, aise [ frɑ̃sɛ, ɛz ] adj. et n. • 1080; de France, bas lat. Francia, proprt « pays des Francs » 1 ♦ Qui appartient, est relatif à la France et à ses habitants. Avoir la nationalité française. « Il n y a pas de race française, mais il y a …   Encyclopédie Universelle

  • Peuple d'agriculteurs — Peuple Le mot peuple vient du latin populus désignant l ensemble des citoyens (donc des individus ayant le pouvoir de voter dans la démocratie romaine), par opposition au Sénat et à la plèbe.[1] Couramment, ce terme désigne un ensemble d… …   Wikipédia en Français

  • Peuple ignorant — Peuple Le mot peuple vient du latin populus désignant l ensemble des citoyens (donc des individus ayant le pouvoir de voter dans la démocratie romaine), par opposition au Sénat et à la plèbe.[1] Couramment, ce terme désigne un ensemble d… …   Wikipédia en Français

  • Peuple majoritaire — Peuple Le mot peuple vient du latin populus désignant l ensemble des citoyens (donc des individus ayant le pouvoir de voter dans la démocratie romaine), par opposition au Sénat et à la plèbe.[1] Couramment, ce terme désigne un ensemble d… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.