Francois Furet


Francois Furet

François Furet

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Furet (homonymie).

François Furet, né le 27 mars 1927 à Paris, mort à Toulouse le 12 juillet 1997, est un historien et académicien français. Il est connu pour ses ouvrages sur la Révolution française.


Sommaire

Biographie

Issu d'une famille bourgeoise, son père exerçant la profession de banquier, François Furet entreprend des études secondaires au lycée Janson-de-Sailly. Élève brillant, il commence des études à la Faculté des Lettres et à la Faculté de Droit de Paris mais, atteint de tuberculose, il doit cesser ses études en 1950. Jusqu'en 1954, il passe plusieurs mois en sanatorium dans les Alpes, puis en convalescence à Paris.

Brillamment reçu à l'agrégation d'histoire en 1954, François Furet est ensuite nommé professeur de lycée à Compiègne où il enseigne jusqu'en 1955, avant d'être muté à Fontainebleau. En 1956, il entre au CNRS afin d'entreprendre des recherches sur la Révolution française.

Furet est aussi, très tôt, un militant politique. Membre du Parti communiste en 1947, il quitte ce dernier en 1959, puis participe à la fondation du Parti socialiste unifié en 1960. Conseiller d'Edgar Faure après mai 1968, il est aussi en parallèle journaliste à France-Observateur, (le futur Nouvel Observateur). En 1995, François Furet publiera Le Passé d'une illusion (dont le titre est une allusion à l'ouvrage de Sigmund Freud, L'Avenir d'une illusion) qui analyse sans concessions le courant communiste du XXe siècle, en croisant deux niveaux, son propre cheminement militant et sa connaissance approfondie de la Révolution française.

En 1960, Furet entre à l'École pratique des hautes études puis en 1975 à l'EHESS où il mènera la majeure partie de sa carrière. Il en est le président de 1977 à 1985, date où il part aux États-Unis pour enseigner, notamment à Chicago. Ces activités en Amérique du Nord lui valent de recevoir un diplôme honoris causa de l'université Harvard.

Spécialiste du XVIIIe siècle, Furet a marqué, par son ouvrage La Révolution française publié en 1965 avec la collaboration de son beau-frère Denis Richet, une rupture épistémologique majeure dans la recherche historique sur cette période. Après plusieurs décennies où la Convention et le Comité de Salut Public mobilisent la plupart des recherches universitaires, ce livre se place résolument dans une perspective plus large, dépassant le cap de Thermidor, habituellement considéré par les historiens qui l'ont précédé, Aulard, Mathiez, Lefevbre, Soboul, comme le terme des événements de la Grande Révolution.

Ce choix de rééquilibrer l'analyse de la période révolutionnaire en y intégrant la Convention thermidorienne et le Directoire n'est pas anodin. Furet prend à contresens les théories admises par les historiens marxistes. Pour ces derniers, Soboul et Lefebvre principalement, la Révolution française est d'abord une expression de la révolte des masses populaires, à l'exemple du mouvement jacobin soutenu par l'avant-garde des sans-culottes qui disparaît après le 9 Thermidor.

À l'inverse, non sans susciter des polémiques dans le monde universitaire français, François Furet défend l'idée d'une révolution des élites qui aurait « dérapé » en 1793. La confiscation violente du pouvoir par les masses durant la Terreur aurait perturbé le cours pacifique d'une modernisation sociale menée « par le haut » à partir de 1787. Il approfondira ces réflexions dans son ouvrage, Penser la Révolution française, publié en 1978, notamment en redécouvrant les travaux d'Augustin Cochin que l'historiographie avait largement oublié après sa mort en 1916, non sans revenir sur la thèse du dérapage, relevant les prémices de la Terreur dès 1789 et percevant « une possible consonance de la Terreur avec la Révolution tout entière ». Dans sa synthèse La Révolution, 1770-1880, envisageant le temps long, il montre les continuités entre l'Ancien Régime et la Révolution, dont le long processus ne prend fin qu'avec l'arrivée au pouvoir des républicains opportunistes, qui séparent la démocratie de la révolution et refusent de sacrifier la liberté individuelle aux nécessités historiques.

Fondateur, avec d'autres, de la Fondation Saint-Simon, Furet a aussi présidé l'Institut Raymond-Aron, autant d'activités qui lui ont permis d'élargir son champ de recherches et de réflexions. La variété et le volume de ses travaux lui ont valu d'obtenir de nombreux prix : le prix Alexis de Tocqueville en 1991, le prix européen des Sciences sociales et le prix Hannah Arendt de la pensée politique en 1996 tandis que son Le Passé d'une illusion avait reçu, un an plus tôt, simultanément, le prix du livre politique, le prix Chateaubriand et le Grand Prix Gobert de l'Académie française.

Élu à l'Académie française, le 20 mars 1997, au fauteuil 1 où il succède à Michel Debré (mort le 2 août 1996), il décède peu après à Figeac à la suite d'une chute survenue lors d'un match de tennis. Sa disparition l'empêche d'être officiellement reçu à l'Académie française où il est remplacé un an plus tard par René Rémond. C'est ce dernier qui prononce l'éloge de ses deux prédécesseurs.

Un collège d'Antony (Hauts-de-Seine) porte son nom depuis 2003[1].

Distinction

Publications

Notes et références

Voir aussi

Article connexe

Bibliographie

  • François Dosse, L’Histoire en miettes. Des Annales à la nouvelle histoire, La Découverte, Paris, coll. « La Découverte Poche / Sciences humaines et sociales » (ISSN 1272-1522) nº 195, 2005 (1re éd. 1987), 268 p. (ISBN 2-7071-4590-4)
  • Ran Halévi, L’Expérience du passé. François Furet dans l’atelier de l’histoire, Éditions Gallimard, Paris, 2007, 116 p.(ISBN 978-2-07-078382-3)
  • Philippe Poirrier, Les enjeux de l'histoire culturelle, Paris, Seuil, 2004.
  • O. Bétourné, I. Aglaia Hartig, Penser l’histoire de la Révolution française, deux siècles de passion française, La Découverte, 1989. (une lecture critique des écrits de François Furet et une étude des travaux marquants sur la Révolution).

Liens externes


Précédé par
Michel Debré
Fauteuil 1 de l’Académie française
1997
Suivi par
René Rémond
  • Portail de l’histoire Portail de l’histoire
Ce document provient de « Fran%C3%A7ois Furet ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Francois Furet de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • François Furet — (27 March 1927 – 12 July 1997) was an influential French historian. He was also president of the Saint Simon Foundation.BiographyFuret was born in Paris, and received his education at the Lyćee Janson Sailly, and was awarded a agrégation from… …   Wikipedia

  • Francois Furet — François Furet (* 27. März 1927 in Paris; † 12. Juli 1997 in Toulouse) war ein französischer Historiker. Inhaltsverzeichnis 1 Leben 2 Forschungen zur Französischen Revolution 3 Auszeichnungen 4 …   Deutsch Wikipedia

  • François Furet — (* 27. März 1927 in Paris; † 12. Juli 1997 in Toulouse) war ein französischer Historiker. Inhaltsverzeichnis 1 Leben 2 Forschungen zur Französischen Revolution 3 Auszeichnungen …   Deutsch Wikipedia

  • François Furet — Saltar a navegación, búsqueda François Furet, nacido el 27 de marzo de 1927 en París, fallecido el 12 de julio de 1997, fue un historiador francés y miembro de la Academia francesa. En 1995 recibió el Premio europeo Amalfi de sociología y… …   Wikipedia Español

  • François Furet — Pour les articles homonymes, voir Furet (homonymie). François Furet, né le 27 mars 1927 à Paris, mort à Figeac le 12 juillet 1997, est un historien français. Il est notamment connu pour ses ouvrages sur la Révolution française …   Wikipédia en Français

  • François Furet (Maler) — François Furet (* 24. Januar 1842 in Genf; † 16. März 1919 ebenda) war ein Schweizer Landschaftsmaler. Inhaltsverzeichnis 1 Leben 2 Werke (Auswahl) 3 Rezeption …   Deutsch Wikipedia

  • Francois Bayrou — François Bayrou Pour les articles homonymes, voir Bayrou (homonymie). François Bayrou …   Wikipédia en Français

  • François Bayroux — François Bayrou Pour les articles homonymes, voir Bayrou (homonymie). François Bayrou …   Wikipédia en Français

  • Furet — ist der Familienname folgender Personen: François Furet (1927–1997), französischer Historiker François Furet (Maler) (1824–1919), schweizerischer Maler Diese Seite ist eine Begriffsklärung zur Unterscheidung mehrerer mit dems …   Deutsch Wikipedia

  • François-Xavier Guerra — Saltar a navegación, búsqueda François Xavier Guerra (1942 2002). Historiador francés, latinoamericanista, que se dedicó preferentemente al estudio de la modernidad en los países hipanoamericanos y su choque con la tradición. Contenido 1 Vida y… …   Wikipedia Español


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.