Francois-Joseph Gossec


Francois-Joseph Gossec

François-Joseph Gossec

François-Joseph Gossec
Gossec-portrait.jpg
Naissance 17 janvier 1734
Vergnies Royaume de France Royaume de France
Décès 16 février 1829
Passy Flag of the Kingdom of France (1814-1830).svg Royaume de France
Activité principale Compositeur
Style Musique française
Activités annexes Violoniste, directeur d'opéra, pédagogue
Enseignement Conservatoire de Paris
Distinctions honorifiques Membre de l'Institut, Légion d'honneur
Scènes principales

François-Joseph Gossec (Gossé de son vrai nom) (Vergnies, le 17 janvier 1734 - Passy, le 16 février 1829 est un compositeur, violoniste, directeur d'opéra et pédagogue français.

Né sous Louis XV, deux ans après Haydn (1732-1809), il a 16 ans à la mort de Bach (1750), 22 ans à la naissance de Mozart (1756) qui deviendra son ami ; il sert le Prince de Condé et le Prince de Conti et dirige l'École royale de Chant, futur Conservatoire de Musique dont il est membre du Directoire. Nommé compositeur officiel pendant la Révolution française, c'est aussi le musicien le plus honoré sous Napoléon Ier (membre de l'Institut, Légion d'honneur… ). Il voit la mort de Beethoven (1827) et de Schubert (1828) avant la sienne à quatre-vingt-seize ans, à la fin du règne de Charles X. Une extraordinaire destinée.

Sommaire

Biographie

François-Joseph Gossé dit "Gossec" est né à Vergnies, un village français enclavé dans le Comté de Hainaut alors domaine de la couronne autrichienne. Ce village est aujourd'hui situé en Belgique dans la province de Hainaut.

Formé à Walcourt avant de devenir choriste à la cathédrale d’Anvers (où il accomplit ses études musicales), puis à Bruxelles et Liège, Gossec s'installe en 1751 à Paris où il est engagé comme violoniste dans l'orchestre de La Pouplinière. Entre 1762 et 1770, il dirige le théâtre du Prince de Condé à Chantilly (comme maître de musique). Il sert ensuite comme Intendant de la Musique du Prince de Conti.

Il fonde le Concert des amateurs en 1769, qu'il dirige jusqu'en 1773. Entre 1773 et 1777, il est directeur du Concert Spirituel. En 1780, il devient sous-directeur de l'Opéra puis, après la démission d’Antoine Dauvergne à Pâques 1782, directeur général. Toutefois, ses pouvoirs sont limités car contrebalancés par celui du secrétaire d'État à la maison du Roi et celui du comité des artistes[1]. En 1784, il quitte la direction du comité pour diriger la nouvelle École royale de chant.

Il se fait connaître aussi par son action dans le mouvement révolutionnaire. Il est en effet reconnu en tant que « musicien officiel de la Révolution », se faisant une réputation d’inventeur de la musique démocratique et de l’art choral populaire. Cette caractéristique lui vaut du reste la disgrâce lors de la Restauration. Après 1789, il écrit de nombreuses œuvres inspirées de la Révolution, telles des hymnes.

Considéré par ailleurs comme le père de la symphonie française, il est très ami avec Mozart et fonde avec un musicien liégeois André-Modeste Grétry, le Conservatoire de Paris où il enseigne la composition entre 1795 et 1814 et dont il est ensuite l'un des inspecteurs.

Ses quelque 50 symphonies — dont les premières, composées en 1756, sont antérieures à celles de Joseph Haydn — ont contribué au développement du genre en France. Composée en 1809, la Symphonie à 17 parties, célébrant le 20e anniversaire de la prise de la Bastille, est la dernière de la série. Il compose également des opéras, notamment Le Pêcheur (1766) et Toinon et Toinette (1767), Sabinus ou Thésée, des œuvres de musique de chambre et des pièces sacrées, tel l'oratorio La Nativité (1774). Sa Missa pro defunctis — encore appelée Grande Messe des morts et connue comme son Requiem — composée en 1760 est une œuvre novatrice d'une grande beauté qui a vraisemblablement inspiré Wolfgang Amadeus Mozart pour son célébrissime Requiem mais également la Grande Messe des morts de Berlioz. La Messe des Vivants, composée en 1813 et tristement nommée, est l'une de ses dernières compositions.

Il trouve la mort à Passy en 1829, sous la Seconde Restauration, après soixante-cinq ans d'une carrière qui se termine avec son dernier Te deum, en 1817. Gossec est inhumé au Cimetière du Père-Lachaise où il repose près de la tombe de son ami Grétry.

Une rue du 12e arrondissement de Paris porte aujourd'hui son nom. Elle débute rue de Picpus et se termine avenue Daumesnil.

Discographie sélective

  • Six Quatuor op. 15 - Quatuor Ad Fontes (2002, Alpha 025)
  • Symphonies op. 5 n° 2, op. 12 n° 5 & 6 - London Mozart Players, Dir. Matthias Bamert (1998, Chandos CHAN 9661)
  • Symphonies op. 12 n° 1, 3 & 5 - Les Agrémens, Djamel Founas (clarinette), Dir. Guy Van Waas (2007, Ricercar)
  • Symphonie Concertante pour violon et violoncelle (+ Grétry, Pieltain, Gresnick) - Les Agrémens, Dir. Guy Van Waas (2005, Ricercar)
  • Grande Messe des Morts (Requiem, 1760) - Musica polyphonica, Choeur du Conservatoire de Maastricht, Bernadette Degelin, Greta de Reyghere, Kurt Widmer, Howard Crook, Dir. Louis Devos (1986, Erato/Apex).

Lien externe

Notes et références

  1. Jean Gourret, Ces hommes qui ont fait l'Opéra, 1984, p. 84-87.
Précédé par François-Joseph Gossec Suivi par
Antoine Dauvergne
directeur général de l'Académie royale de musique
1782-1784
Antoine Dauvergne
  • Portail de la musique classique Portail de la musique classique
  • Portail de l’opéra Portail de l’opéra
  • Portail du Premier Empire Portail du Premier Empire
Ce document provient de « Fran%C3%A7ois-Joseph Gossec ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Francois-Joseph Gossec de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Francois-Joseph Gossec — François Joseph Gossec (von Antoine Vestier). François Joseph Gossec (auch: Gaussé, Gossé, Gosset oder Gossez; * 17. Januar 1734 in Vergnies im Hennegau, Belgien; † 16. Februar 1829 in Passy bei Paris) war ein wallonisch französischer Kom …   Deutsch Wikipedia

  • François Joseph Gossec — (von Antoine Vestier). François Joseph Gossec (auch: Gaussé, Gossé, Gosset oder Gossez; * 17. Januar 1734 in Vergnies im Hennegau, Belgien; † 16. Februar 1829 in Passy bei Paris) war ein wallonisch französischer Kom …   Deutsch Wikipedia

  • François-Joseph Gossec — (von Antoine Vestier). François Joseph Gossec (auch: Gaussé, Gossé, Gosset oder Gossez; * 17. Januar 1734 in Vergnies im Hennegau, Belgien; † 16. Februar 1829 in Passy bei Paris) war ein wallonisch französischer …   Deutsch Wikipedia

  • François-Joseph Gossec — Naissance 17 janvier 1734 Vergnies …   Wikipédia en Français

  • Francois Joseph Gossec — François Joseph Gossec François Joseph Gossec Naissance 17 janvier 1734 Vergnies …   Wikipédia en Français

  • François-joseph gossec — Naissance 17 janvier 1734 Vergnies …   Wikipédia en Français

  • François Joseph Gossec — Naissance 17 janvier 1734 Vergnies …   Wikipédia en Français

  • François Joseph Gossec — (January 17,1734 February 16, 1829) was a Belgian composer of operas, string quartets, symphonies, and choral works who worked in France.Life and WorkThe son of a small farmer, Gossec was born at the village of Vergnies, in Hainaut, then French,… …   Wikipedia

  • François-Joseph Gossec — Retrato de François Joseph Gossec (1791) de Antoine Vestier, Musée de l Opéra, París. François Joseph Gossec (su verdadero apellido era Gossé) (Vergnies (actualmente en Bélgica), 17 de enero de 1734 Passy, 16 de febrero de 1829) fue un compositor …   Wikipedia Español

  • François Joseph — may refer to:* François Joseph Bosio (1769 1845), French sculptor * François Joseph Bouvet (1753 1832), French admiral * François Joseph des Camus (1672 1732), French mechanic * François Joseph Gossec (1734 1829), Belgian composer * François… …   Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.