Fourches patibulaires


Fourches patibulaires
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fourche (homonymie).
Fourches patibulaires sur une colline. Après 1480.

Les fourches patibulaires étaient un gibet constitué de deux ou de plusieurs colonnes de pierres sur lesquelles reposait une traverse de bois horizontale. Placées en hauteur et bien en vue du principal chemin public, elles signalaient le siège d'une haute justice et le nombre de colonnes de pierre indiquaient le titre de son titulaire.

Les condamnés à mort étaient pendus à la traverse de bois et leurs corps étaient laissés sur le gibet pour être exposés à la vue des passants et dévorés par les corneilles.

L’expression fourches patibulaires s’écrit habituellement au pluriel bien qu’on la retrouve parfois au singulier.

Sommaire

Origine du nom

L'origine du terme[1] de fourches patibulaires remonte aux temps des Romains qui après avoir dépouillé le condamné à mort de tous ses habits lui faisait passer la tête dans une fourche et son corps attaché au même morceau de bois était battu à coup de verges jusqu'à ce que le condamné mourut de ses souffrances.

Confusion

Il ne faut pas confondre fourches patibulaires avec les échelles ou les signes patibulaires[1].
L'échelle patibulaire qui est également un signe de Haute justice, ne sert pas à mettre à mort mais à pilorier.
Le signe patibulaire qui est aussit un signe de Haute justice, est le nom donné au simple poteau ou au carcan.

Histoire

Les fourches patibulaires sont apparues au début du XIIe siècle. Les plus célèbres étaient celles de la prévôté de Paris : le gibet de Montfaucon, à la porte de Paris (entre le faubourg Saint-Martin et celui du temple). Ce gibet avait été installé sous Philippe le Bel à l’instigation de son ministre et conseiller, Enguerrand de Marigny, qui y fut lui-même pendu après la mort de Philippe le Bel.

Les fourches patibulaires étaient en général placés sur une hauteur, hors des villes, bourgs et villages, et ordinairement près d'un grand chemin et dans un lieu bien exposé à la vue des voyageurs afin d'inspirer au peuple l'horreur du crime.

Malgré le caractère macabre de ces constructions et la mauvaise odeur qui s’en dégageait, le voisinage des fourches patibulaires était souvent garni de cabarets, car les pendaisons étaient un spectacle très couru au Moyen Âge.

Le nombre des piliers des fourches patibulaires variait suivant la qualité des seigneurs qui les construisaient : seul le roi pouvait en avoir autant qu’il voulait, les ducs en avaient huit, les comtes six, les barons quatre, les châtelains trois et les simples gentilshommes hauts justiciers deux. Tout haut justicier devait posséder des fourches patibulaires qui manifestaient son pouvoir de justice.

Lieux de fourches patibulaires

Liens internes

Notes, sources et références

Sur les autres projets Wikimedia :


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Fourches patibulaires de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Fourches patibulaires — ● Fourches patibulaires gibet à plusieurs piliers, que les seigneurs hauts justiciers avaient le droit d élever sur leurs terres …   Encyclopédie Universelle

  • Fourches — nfp lieu où étaient placées les fourches patibulaires Ubaye et autres régions …   Glossaire des noms topographiques en France

  • Fourche patibulaire — Fourches patibulaires Fourches patibulaires sur une colline. Après 1480. Les fourches patibulaires étaient un gibet constitué de deux ou de plusieurs colonnes de pierres sur lesquelles reposait une traverse de bois horizontale. Placées en hauteur …   Wikipédia en Français

  • fourche — [ furʃ ] n. f. • forche XIe; lat. furca I ♦ 1 ♦ Instrument à main, formé d un long manche muni de deux ou plusieurs dents (⇒ fourchon), utilisé pour divers travaux, surtout agricoles. Fourche à deux dents (⇒ bident) , trois dents (⇒ 1. fuscine,… …   Encyclopédie Universelle

  • patibulaire — [ patibylɛr ] adj. • 1395; du lat. patibulum « gibet » 1 ♦ Vx Relatif au gibet. Les fourches patibulaires. 2 ♦ (1675) Mod. Relatif à un individu qui semble digne de la potence. ⇒ inquiétant, 1. sinistre. Figure, mine, visage patibulaire. « un… …   Encyclopédie Universelle

  • gibet — [ ʒibɛ ] n. m. • 1155 « bâton servant d arme »; du frq. °gibb « bâton fourchu » 1 ♦ Potence où l on exécute les condamnés à la pendaison. Condamner, envoyer un criminel au gibet. Fourches patibulaires où l on exposait les cadavres des suppliciés …   Encyclopédie Universelle

  • Gibet de Montfaucon — Pour les articles homonymes, voir Montfaucon. Gibet de Montfaucon Le gibet de Montfaucon, d après Viollet …   Wikipédia en Français

  • Chateau de Courmenant — Donjon de Courmenant Château de Courmenant Ajouter une image Présentation Nom local Donjon de Courmenant Période ou style Début construction 867 Géographie …   Wikipédia en Français

  • Château De Courmenant — Donjon de Courmenant Château de Courmenant Ajouter une image Présentation Nom local Donjon de Courmenant Période ou style Début construction 867 Géographie …   Wikipédia en Français

  • Château de Courmenant — Donjon de Courmenant Château de Courmenant Ajouter une image Présentation Nom local Donjon de Courmenant Période ou style Début construction 867 Géographie …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.