Fougeres


Fougeres

Fougères

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir la plante éponyme[1], la fougère.
Fougères

Le château de Fougères.
Le château de Fougères.

Armoiries
Administration
Pays France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine (sous-préfecture)
Arrondissement Arrondissement de Fougères (chef-lieu)
Canton Chef-lieu de 2 cantons

Fougères-Nord
Fougères-Sud

Code Insee abr. 35115
Code postal 35300
Maire
Mandat en cours
Louis Feuvrier
2008-2014
Intercommunalité Fougères communauté
Site internet http://www.mairie-fougeres.fr/
Démographie
Population 20 900 hab. (2005)
Densité 1 996 hab./km²
Aire urbaine 40 600 hab.
Gentilé Fougerais / Fougeraises
Géographie
Coordonnées 48° 21′ 09″ Nord
       1° 11′ 55″ Ouest
/ 48.3525, -1.19861111111
Altitudes mini. 62 m — maxi. 171 m
Superficie 10,47 km²

Voir la carte physique

Voir la carte administrative

Fougères est une commune française située dans le département d'Ille-et-Vilaine et la région Bretagne.

Fougères (Felger en breton et Foujerr en gallo) est une sous-préfecture située à la limite de la Bretagne, du Maine et de la Normandie et tire son nom de la plante, ou de « fous » qui signifie « fossé » (en Bretagne et en Normandie, un fossé est une terrasse de terre formée des excavations faites de chaque côté de la banquette, et servant de séparation entre deux propriétés).

La ville de Fougères est citée dans le refrain de la chanson de Gilles Servat La Blanche Hermine. L'auteur l'utilise comme un symbole de la résistance bretonne où elle est accolée à la ville de Clisson en Loire Atlantique.

Sommaire

Histoire

La présence de nombreux monuments mégalithiques en particulier en forêt de Fougères laisse à penser que la région était déjà habitée au Néolithique (2 000 à 5 000 ans av. J.-C.). La création de Fougères remonte au Moyen Âge. On retrouve la première mention du château de Fougères vers la fin du Xe siècle. C'était à l'époque une simple fortification en bois située sur une crête rocheuse, dont la position dominait avantageusement la vallée du Nançon et les marais environnants. À partir du XIIe siècle, la population s'éloigne de la rive du Nançon et la ville se développe plus en hauteur, partagée en deux paroisses : Saint-Sulpice pour la ville basse et Saint-Léonard pour la ville haute. Dès le Moyen Âge, l'activité artisanale se développe autour de la tannerie, des tisserands et des drapiers dans la ville basse.

Bâtie au XIe siècle par les seigneurs de Fougères, la première fortification, défendue par Raoul II (1130-1194), est prise par Henri II Plantagenêt en 1166 et détruite. Raoul II, obstiné, la fera reconstruire en plus imposante, et elle deviendra une place forte défendant les frontières de la Bretagne. Cependant, la position géographique et les intérêts des seigneurs de Fougères les font souvent pencher en faveur du royaume de France. Quand Raoul III offre sa possession à saint Louis, le prince breton Pierre Mauclerc s'empare de la ville en 1231, qui sera ensuite reprise par le roi. La fille de Raoul III, Jeanne de Fougères, mariée à Hugues XII de Lusignan, entreprendra de nouveaux travaux de fortification et embellira la ville. La fin du XIIIe siècle sera une période de paix et de prospérité pour Fougères.

En 1307, Philippe le Bel rachète le domaine mais le royaume de France ne s'y intéresse guère et ne l'entretient pas. Après divers combats et retournements d'alliances, Bertrand du Guesclin y pénètre en 1373, mais la situation ne s'améliore pas. Livrée à elle-même et victime du pillage, la population de Fougères demande assistance au duché de Bretagne. Elle rentrera dans son giron en 1428, vendue par Jean II d'Alençon. Mais en 1449, un dénommé François de Surienne, un mercenaire aragonais au service des Anglais, s'en empare et la met à sac, et ce, dans le but de forcer la Bretagne à s'allier à l'Angleterre. Il y aura de nombreux massacres, ce qui provoque la réaction de François Ier de Bretagne, bien décidé à se débarrasser des Anglais. Le duc de Bretagne s'allie à Charles VII de France, attaque le sud de la Normandie et met le siège devant Fougères. Surienne et ses hommes parviennent toutefois à résister et se rendent sous condition de pouvoir repartir libres. Cet épisode annonce la bataille de Formigny. Finalement La Trémoille, général français, s'empare de Fougères en 1488, lors de la guerre folle.

Au XVIe siècle, la ville perd son rôle défensif. L'artisanat continue à se développer, notamment le travail de l'étain (rue de la Pinterie). Pendant les guerres de religion, la ville reste catholique alors que Vitré est touchée par les affrontements avec les huguenots.

Statue du marquis Armand Tuffin de La Rouërie sculptée par Jean Fréour

Jusqu'en 1775, Fougères ne fera plus guère parler d'elle. Le marquis de La Rouërie, un jeune homme exalté, part alors aux États-Unis pour lutter auprès des insurgés américains. De retour en France, après avoir été emprisonné pendant un mois pour avoir trop défendue la cause bretonne, il est accueilli en héros au pays natal. Lors de la Révolution, la fin des droits de la province de Bretagne, l'assermentation des prêtres, la Levée en masse furent les éléments déclencheurs d'une rébellion, la Chouannerie, dont la Conjuration bretonne de La Rouërie fut précurseur. En 1793, pendant la Virée de Galerne, les chouans et les Vendéens s'emparent de la ville qui est reprise quelques semaines plus tard par les républicains. Pendant huit ans, la ville et sa région passent de main en main, avec au passage de nombreux massacres et pillages. Le chef des chouans des environs de Fougères était le jeune général Aimé du Boisguy.

Article détaillé : Bataille de Fougères.

L'industrie remplace peu à peu l'artisanat et Fougères voit l'implantation de manufactures de chaussures. À l'hiver 1906-1907 éclate une grande grève d'ouvriers dans les usines de chaussures fougeraises. En réaction, les patrons organisent un lock-out. La solidarité est très forte dans la ville (soupes « communistes » pour nourrir les familles de grévistes sans revenus) mais aussi au-delà : des enfants sont accueillis dans des familles rennaises et parisiennes le temps du conflit. Jean Jaurès vient à Fougères pour soutenir le mouvement.

La verrerie existe aussi dans la région fougeraise depuis l’arrivée de maîtres verriers italiens aux XVIe et XVIIe siècles. L’installation de cette industrie dans le Pays de Fougères s’explique par la présence de facteurs indispensables : un terrain sablonneux (le sable étant le composant principal du verre), une forêt (puisque la fusion du sable s’obtenait à haute température) et enfin de la fougère (plante riche en soude). Ainsi, il existait déjà une verrerie aux portes de la ville (à Laignelet) qui prospérait au XIXe siècle. Mais, suite aux revendications sociales de 1921, le syndicalisme religieux se mobilise, l’abbé Bridel très social, fonde une nouvelle verrerie à Fougères : la Cristallerie fougeraise ainsi qu'une cité ouvrière pour loger le personnel, construites par l'architecte Hyacinthe Perrin, dès 1922.

Le XXe siècle est marqué par le terrible bombardement américano-britannique du 9 juin 1944, qui tue 300 personnes, en blesse deux fois plus, et détruit la plupart des équipements publics et industriels. Depuis, la ville s'est largement ouverte au tourisme, grâce à son château médiéval et à ses quartiers historiques. À partir des années 1970, l'industrie s'est diversifiée : agro-alimentaire, ameublement, mécanique, verre, électronique, informatique et robotique. Fougères organise également un important marché au bétail.

Monuments

Fougères est classée ville d'art et d'histoire.

Le château

Article détaillé : Château de Fougères.
Vue générale du château

Le château de Fougères est l'un des plus imposants châteaux forts français, occupant une superficie de deux hectares, voire même pour certains "la plus grande forteresse d'Europe"[2]. Il est constitués de trois enceintes dont les remparts sont magnifiquement conservés. Si le logis seigneurial est en ruine, les tours s'élèvent encore avec majesté. Certaines sont visitables (tour du Hallay et tour de la Haye Saint-Hilaire (XIIe siècle), tour Raoul (XVe siècle), tour Mélusine). À l'entrée, on trouve un triple moulin à eau. L'accès à la courtine ouest permet d'observer la ville haute. (48°21′13″N 1°12′34″O / 48.35361, -1.20944)

Un timbre postal représentant le château a été émis le 18 janvier 1960.

Le beffroi

Le beffroi

C'est le premier à être construit en Bretagne, en 1397. Il symbolise le dynamisme d'une société artisanale civile en quête d'indépendance. Son architecture s'inspire des modèles flamands que les drapiers de Fougères ont découverts lors de leurs voyages en Flandres. Sur la cloche est gravée l'inscription : « En 1397 les bourges de Fougères me firent et m'appellent Roland Chapelle ».

La porte Notre-Dame

Porte Notre-Dame à l'ouest de la ville

Cette porte du XVe siècle (?) avec un double pont-levis présente de nombreuses défenses dont des douves, des meurtrières, des mâchicoulis, etc., et une vierge protectrice tournée vers l'extérieur. C'est la seule porte fortifiée de la ville qui subsiste encore.

L'église Saint-Sulpice (XVe siècle)

On trouve représentés sur les contreforts extérieurs les sept péchés capitaux (orgueil, avarice, luxure, gourmandise, envie, paresse et colère) et la fée Mélusine.

L'église Saint-Léonard (XIIe siècle-XIXe siècle)

Située sur la colline en face de celle du château, la première pierre a été posée au XIIe siècle. Elle fut agrandie au XIXe siècle. Style apparent gothique flamboyant.

Autre

  • Abbaye Saint-Pierre de Rillé
  • Parc floral de Haute Bretagne au Nord-Est de la ville
  • Couvent des Urbanistes, transformé en centre culturel.
  • Nombreux monuments mégalithiques dans le secteur de la forêt de Fougères.
  • La cristallerie construite en 1922, par l'architecte Hyacinthe Perrin, actuellement en cours de restauration

Administration

Liste des maires successifs
Période Identité Parti Qualité
mars 1971 mars 1983 Michel Cointat RPR Ingénieur agronome
mars 1983 juin 2007 Jacques Faucheux PS Conseiller Régional
juin 2007 en cours Louis Feuvrier PS Conseiller général
Toutes les données ne sont pas encore connues.

Jumelages

Ces deux villes sont également jumelées entre elles depuis 1964.

Démographie et économie

Fougères est une ville industrielle et son évolution démographique typique le montre très bien. Dans les années 1850, la ville bretonne « s'oriente dans la fabrication de chaussures en cuir pour résoudre une crise dans l'industrie du chausson ». Le succès est au rendez-vous (usine Cordier par exemple) et Fougères voit sa population augmenter de 124 % et passe de 9 344 habitants en 1856 à 20 952 en 1901, soit un gain de population en moins de 50 ans de 11 608 personnes (soit plus que la population de Vitré). Au début du XXe siècle, Fougères devient la capitale de la chaussure féminine : « […] plus de 12.000 ouvriers y sont répartis dans 40 usines. En 1946, on y fabrique 10,7 % de la production française pour les usages de ville et fantaisie et 7 % des chaussures de travail » (J. Cucarull). Le déclin, inexorable, vient avec la grande crise de 1929 et le développement de la concurrence; il se poursuit après la guerre ce qui suscite une fermeture des usines et une diminution des emplois (6000 en 1946, 3350 en 1973).

Évolution démographique
(Source : Cassini[3] et INSEE[4])
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
7 177 7 297 7 443 7 600 7 677 9 384 9 182 9 931 9 083
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
9 344 9 470 9 580 11 201 11 873 14 325 15 578 18 221 20 735
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
20 952 23 537 22 178 21 167 21 061 21 033 20 432 19 281 23 151
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 - -
24 279 26 045 26 610 24 362 22 239 21 779 20 941 - -

Nombre retenu à partir de 1962 : population sans doubles comptes


Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, les Trente Glorieuses ont dynamisé Fougères et la ville a augmenté sa population jusqu’au recensement de 1975, arrivant à presque 27 000 habitants.

En 1975, la ville a profondément souffert de la crise pétrolière de 1973 et en a subi les contrecoups. La ville est sinistrée par des fermetures successives d’usines de chaussures, secteur en crise, et refuse l'implantation de l'entreprise Citroën sur son territoire. La ville a du de mal à s’en remettre et voit sa population baisser. Elle passe de 26 610 en 1975 à 21 779 en 1999 soit une baisse de 18 % en 24 ans, même si la périurbanisation compense cette diminution. Aujourd'hui, la chaussure, réorientée vers des articles de qualité n'offre plus que quelques centaines d'emplois dans la ville (par exemple, l'entreprise J.B. Martin reste à Fougères même si elle a délocalisé une large part de sa production). La ville est de plus en plus en relation avec Rennes (inauguration de l'autoroute des estuaires) et connaît un développement satisfaisant basé sur l'essor d'activités économiques plus diversifiées.

Économie

Fougères est le siège de la Chambre de commerce et d'industrie du Pays de Fougères.

Transports

Bus

Ligne Dessertes principales
A
Lécousse - Le Parc - Z.I. L'Écartelée
B
Cotterets - Javené - Sermandière
C
Gendarmerie&Paron - Verrerie

Routier

Fougères se trouve desservi par l’autoroute des Estuaires (A84) reliant Caen à Rennes.

Ferroviaire

Depuis l’arrêt du trafic régulier de voyageurs entre Fougères et Vitré en 1972, seul le fret et quelques trains de pèlerins auront continués jusqu’en 1991, date de fermeture de la gare SNCF de Fougères. Par la suite, le bâtiment aura servit uniquement comme point de vente SNCF, jusqu'à sa destruction en 2001 pour laisser place à un complexe commercial.

Depuis un certain temps, le retour du train à Fougères commence à naitre dans certains esprits, une idée qu’éludent la plupart de nos élus locaux.

Sport

  • AGL Football. Organisatrice du Mondialito (mini coupe du monde rassemblant 32 clubs bretons et des départements limitrophes. Ces 32 clubs ont reprsenté le temps d'un week-end les 32 nations qualifiées pour le mondial en Allemagne. Ils ont d'ailleurs, pour l'occasion, revétu la tenue complète du pays, offerte par l'AGL Football[5].)
  • AGL Basket[6]
  • AGL Handball[7]
  • Le Drapeau Basket[8]
  • Le Drapeau Football

Culture

Bagad Bro Felger

Le Bagad Bro Felger défilant à Vitré (35)

Le Bagad Bro Felger — Bagad du pays de Fougères — a été formé lors de l'automne 2002 par une dizaine de sonneurs du pays de Fougères désireux d'enseigner, de diffuser et de pratiquer la musique de bagad. Avec le concours de plusieurs musiciens de l' AFAP[9], c'est donc en cette fin d'année 2002 que les prémices d'un bagad voient le jour. Il faudra attendre avril 2003 pour voir le bagad en compétition pour la première fois lors du concours de cinquième catégorie de Montfort-sur-Meu, où il terminera troisième.

À l'issue de cette première année, le Bagad Bro Felger est promu en quatrième catégorie après moins d'un an d'existence. Avec l'aide de Bodadeg ar Sonerion, l'association — qui compte aujourd'hui une cinquantaine de membres — commence alors à former de jeunes musiciens voulant pratiquer la cornemuse, la bombarde, la caisse claire écossaise ou les percussions. À la suite de deux années de championnat en quatrième catégorie, le groupe monte une marche de plus et accède à la troisième catégorie fin 2005. Le bagad passe alors les trois années suivantes dans la seconde partie de tableau de troisième catégorie.

Le 1er mars 2009, le bagad se classe septième lors du concours de troisième catégorie à Ploemeur et se place donc pour la première fois en troisième catégorie A, ce qui lui a permis de se mesurer à des groupes de seconde catégorie lors du Festival interceltique de Lorient en 2009. Il se classe à la sixième position du championnat national des bagadoù de troisième catégorie.

Personnalités liées à Fougères

  • François-René de Chateaubriand : il vient souvent à Fougères où habite une de ses sœurs. Il n'en garde pas un très bon souvenir :
    « Chez mes sœurs, la province se retrouvait au milieu des champs. On allait dansant de voisins en voisins, jouant la comédie dont j’étais parfois un mauvais acteur. L’hiver, il fallait subir à Fougères la société d’une petite ville, les bals, les assemblées, les dîners. »
  • Balzac : après avoir découvert Fougères en 1828, il écrira le roman Les Chouans. (Lire le roman sur Wikisource). Hôtel Balzac de Fougères[10]
  • Victor Hugo : a séjourné à Fougères avec sa maîtresse Juliette Drouet en juin 1836.

Personnalités fougeraises

Galerie de photographies de la ville

Notes et références

  1. la plante est une des origines possibles du nom de la commune
  2. http://www.chateau-fougeres.com cela dit, cette affirmation est à considérer avec beaucoup de prudence puisque beaucoup de châteaux européens sont largement plus importants que celui de Fougères : Carcassonne 6,5 ha ; Caen 5 ha ; château de Spis (Slovaquie) : 4 ha ; Angers : 2,5 ha ;
  3. http://cassini.ehess.fr/ Population par commune avant 1962 (résultats publiés au journal officiel ou conservés aux archives départementales)
  4. INSEE : Population depuis le recensement de 1962
  5. Sur le site club2foot
  6. Le site agl-basket
  7. Le site agffougeres
  8. Le site drapeau-fougeres-basket
  9. Le site de l'AFAP
  10. Le site balzachotel
  11. Le site de l'office culturel
  12. Le site du Lycée Jean Guéhenno

Voir aussi

Commons-logo.svg

Articles connexes

Liens externes

Bibliographie

  • Badault (D.), Chevrinais (J.-C.). Mémoire en images : Fougères, A. Sutton, Rennes, 2 vol., 1994.
  • Cucarull (J.). L'enquête orale, source de l'histoire industrielle et technique. L'exemple des ouvriers de la chaussure de Fougères, in Geslin (C.) (dir.). La vie industrielle en Bretagne, une mémoire à conserver, Presses universitaires de Rennes, Rennes, 2001, p. 131-146.
  • Heudré (B.). Fougères : le pays et les hommes, Coutances, 1980, 216 p.
  • Le Bouteiller (C.). Notes dur l'histoire de la ville et du pays de Fougères, Rennes, 4 vol., 1912.
  • Portail de la Bretagne Portail de la Bretagne
  • Portail des communes de France Portail des communes de France
Ce document provient de « Foug%C3%A8res ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Fougeres de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Fougeres — Fougères (Felger) …   Deutsch Wikipedia

  • Fougères — (Felger) …   Deutsch Wikipedia

  • Fougères — Saltar a navegación, búsqueda Fougères …   Wikipedia Español

  • Fougères — (spr. Fuschähr), 1) Arrondissement nordöstlich im französischen Departement. Ille Vilaine;[443] 19 QM. mit 82,000 Ew.; 2) Hauptstadt darin am Coesnon; fertigt Leinwand, Segeltuch, Kattun, Hüte, Leder, Papier, hält ansehnliche Märkte; altes Schloß …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Fougères — (spr. fūschǟr ), Arrondissementshauptstadt im franz. Depart. Ille et Vilaine, am Nançon (Nebenfluß des Couesnon), Knotenpunkt der Westbahn, hat alte Befestigungsmauern mit Türmen, Ruinen eines Schlosses aus dem 12.–15. Jahrh., einen Belfried,… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Fougères — (spr. fuschähr), Stadt im franz. Dep. Ille et Vilaine, am Nançon, (1901) 20.952 E …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Fougères — (Fuschär), franz. Stadt im Depart. Ille Vilaine mit 9100 E., Mineralbädern, Fabriken für Segeltuch, Leinwand, Flanell, Gerbereien u. Färbereien …   Herders Conversations-Lexikon

  • Fougères —   [fu ʒɛːr], Stadt in der Bretagne, Département Ille et Vilaine, Frankreich, 22 200 Einwohner; Damenschuh Industrie, ferner Konfektions , Glas , feinmechanische Industrie; ehemalige bedeutende Segeltuchherstellung.   Stadtbild:   Die Burg (12. 15 …   Universal-Lexikon

  • Fougères — Désigne celui qui habite une des nombreuses localités portant ce nom ou qui en est originaire (= lieu où pousse la fougère). C est dans l Ouest (35, 50) que le nom de famille est le plus répandu, mais il est présent dans bien d autres régions.… …   Noms de famille

  • Fougères — Pour la plante (fougère), voir Filicophyta. Pour la commune du Loir et Cher, voir Fougères sur Bièvre …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.