Floride (état)


Floride (état)

Floride

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Floride (homonymie).
Florida
State of Florida
Floride
Le drapeau de la Floride. Le sceau de la Floride.
Drapeau Sceau

Surnom principal : The Sunshine State
En français : L'État ensoleillé[1]
Devise : In God We Trust
En français : En Dieu Nous Avons Foi

Carte avec la Floride en rouge.
Carte avec la Floride en rouge.

Langue(s) officielles Anglais

Capitale Tallahassee
Ville la plus peuplée Jacksonville

Superficie  Classé 22e
 – Superficie totale 170 451 km²
 – Largeur 260 km
 – Longueur 800 km
 – Superficie d'eau 30 486 km²
 – Pourcentage d'eau 17,9%
 – Superficie de terre 137 374 km²
 – Latitude 24°30' N à 31° N
 – Longitude 79°48' W à 87°38' W

Population  Classé 4e
 – Population totale (2007) 18 251 243 hab.
 – Densité 116,3 hab./km²

Élévation  
 – Point culminant Britton Hill
 – Altitude maximale 105 m
 – Altitude moyenne 30 m
 – Altitude minimale 0 m

Adhésion à l'Union  3 mars 1845 (Classé 27e)

Gouverneur Charlie Crist (R)

Sénateur Bill Nelson (D)
George LeMieux (R)
Représentants 25

Fuseau horaire -5 et -6

Abréviations Abréviation postale : FL
Abréviation ISO : US-FL

Site web www.myflorida.com

La Floride est un État du sud-est des États-Unis, bordé à l'ouest par le golfe du Mexique, au nord par l'Alabama et la Géorgie et à l'est par l'océan Atlantique. Avec près de 18 millions d’habitants en 2006, il s'agit du quatrième État le plus peuplé du pays. Sa capitale politique est Tallahassee, mais l’agglomération la plus peuplée est Miami, qui compte 5,4 millions d’habitants.

La Floride est constituée d’une péninsule de 700 km et d’une panhandle étroite. Sa géographie est marquée par un littoral étendu, par l’omniprésence de l’eau et par la menace des ouragans. Le relief se caractérise par de faibles altitudes et des terrains sédimentaires, le climat variant de subtropical au nord, à tropical au sud. Ses animaux emblématiques, comme le lamantin et l'alligator, peuvent être aperçus dans les Everglades, l’un des parcs nationaux les plus connus au monde.

Depuis sa découverte, en 1513, par l'Espagnol Juan Ponce de León qui la baptisa « La Pascua Florida » (« la Pâque fleurie » en référence au dimanche des Rameaux), la Floride fut un enjeu pour les puissances coloniales européennes avant d’intégrer les États-Unis en 1845. Elle fut le théâtre des Guerres séminoles, contre les Amérindiens, puis de la ségrégation raciale, après la Guerre de Sécession. Aujourd’hui, elle se distingue par son importante communauté cubaine et une forte croissance démographique soulevant des problèmes environnementaux. Son économie repose principalement sur le tourisme, l’agriculture et les transports, qui se développèrent à la fin du XIXe siècle. Elle est connue pour ses parcs d’attraction, la production d’oranges et le Centre spatial Kennedy.

La culture floridienne est le reflet d'influences et d'héritages multiples, amérindiens, afro-américains, anglo-saxons et hispaniques, héritages que l’on retrouve dans l’architecture et la gastronomie. La Floride a attiré de nombreux écrivains comme Marjorie Kinnan Rawlings, Ernest Hemingway, ou encore Tennessee Williams et continue de séduire les stars et les sportifs. Elle est internationalement réputée pour le tennis, le golf, les courses automobiles et les sports liés à la mer.

Sommaire

Géographie

Article détaillé : Géographie de la Floride.

Situation

Carte de localisation

La Floride est une péninsule, longue d'environ 700 km, au sud-est des États-Unis [2]. Elle s'avance vers le sud entre l'océan Atlantique à l'est et le golfe du Mexique à l'ouest.

Elle s'étend entre 31°0' et 24°33' de latitude nord, et entre 80°03' et 87°50’ de longitude ouest. D'une surface de 151 940 km2[3], la Floride est le 22e État par la taille et le deuxième à l'est du fleuve Mississippi. Sa largeur maximale d'est en ouest est d'environ 580 km[3]. Elle se prolonge au sud par l'archipel des Keys, et à l'ouest par le Panhandle de Floride. Elle est située dans le fuseau horaire de l'Est (Eastern Time, UTC-5).

La Floride est bordée au nord par les États américains de l'Alabama et de la Géorgie. Le périmètre total de ses frontières est d'environ 2 900 km[3]. Elle est séparée des Bahamas et de Cuba par le détroit de Floride. Key West (24°33' N) est le point le plus au sud des États-Unis continentaux.

Géographie physique

Littoral et îles

Les Keys sont un archipel au sud de la Floride

Le littoral de la Floride s'étend sur quelque 1 930 km[4],[5]. En considérant les baies et les caps, la longueur cumulée atteint environ 13 600 km[6]. Aucun autre État américain, hormis l'Alaska, n'a de littoral plus long[7],[8]. Cependant, en dehors des baies, la côte occidentale présente peu de sites portuaires favorables en raison de la présence de hauts-fonds. Les rivages orientaux n'offrent que de faibles profondeurs[9]. Son tracé est très irrégulier et bordé par des lagunes (Indian River, environ 200 km de longueur) et des lidos. Au sud, la navigation est rendue dangereuse par les récifs et de nombreuses épaves gisent au fond du golfe du Mexique.

Le littoral floridien compte plus de 4 500 îles[10],[11]. L'archipel des Keys, à l'extrémité méridionale, forme un chapelet d'îles coralliennes de plus de 200 km de longueur[2]. La plus grande île est Key Largo (47 km de long).

La côte orientale et celle du nord-ouest comptent de nombreuses îles-barrières et bancs de sable qui s'étirent et forment des flèches, parfois sur plusieurs dizaines de kilomètres[12]. La pointe sud de la péninsule est bordée par des marais salés et des mangroves, alors que les Keys sont réputées pour leurs récifs coralliens. On trouve des marécages et des vasières le long de la Big Bend Coast, entre le comté de Pasco et le fleuve Ochlockonee[12].

Le marnage est plus grand sur la côte orientale avec environ 1,8 mètre contre 0,6 mètre dans le golfe du Mexique[4]. Le Gulf Stream est le courant marin qui naît au détroit de Floride de la rencontre entre les eaux du golfe du Mexique et de l'océan Atlantique[13]. Pour certains spécialistes, le courant de Floride est la partie du Gulf Stream qui s'arrête au niveau du cap Hatteras[14]. Les eaux du Gulf Stream sont plutôt chaudes et pauvres en éléments nutritifs[15]. Un courant chaud, le Loop Current, parcourt le golfe du Mexique dans le sens des aiguilles d'une montre[4].

Relief

Carte topographique de la Floride

À seulement 105 mètres au-dessus du niveau de la mer, Britton Hill est le point culminant de la Floride[16],[17]. Le littoral occidental appartient à l'ensemble topographique de la plaine atlantique (Atlantic Coastal Plain) qui s'étire jusqu'au Canada. Au centre et au nord se trouvent des collines (Florida Uplands) dont l'altitude moyenne varie entre 30 et 105 mètres. L'ouest fait partie de la plaine côtière du golfe du Mexique (Gulf Coastal Plain). En cas de hausse du niveau moyen des océans, une grande partie de la Floride disparaîtrait sous les eaux en raison du relief plat et des faibles altitudes[18].

Étant donné que la Floride est éloignée des limites de plaques tectoniques, elle n'est que peu affectée par le risque sismique et volcanique. Les tremblements de terre sont rares et de faible magnitude : celui de janvier 1879, qui se déclencha dans la région de Saint Augustine, se fit ressentir jusqu'à Daytona Beach, Tampa et Savannah. Le séisme de janvier 1880 à Cuba fut perçu à Key West, celui de 1886 à Charleston jusque dans le nord de la Floride[19]. En 2006, les secousses d'un séisme de magnitude 6 qui se déclencha dans le golfe du Mexique à 420 km au sud-ouest de Tampa, furent ressenties au sud et au centre de l'État, sans provoquer de tsunami ni de dégâts importants[20].

Climat

Compte tenu de sa petite taille et de son absence de chaîne montagneuse, la Floride possède un climat relativement homogène marqué par l'humidité estivale. Le climat est influencé par des masses d'air maritimes et par le Gulf Stream. La plus grande partie de l'État se trouve en climat subtropical selon la classification de Köppen. Seule l'extrémité méridionale connaît un climat tropical toujours chaud. Avec 240 jours de soleil par an, la Floride mérite son surnom de « Sunshine State »[21]. Cependant, il est possible de distinguer une saison relativement sèche en automne et en hiver, et une saison humide le reste de l'année.

Le record de chaleur de la Floride est de 43 °C mesurés à Monticello le 29 juin 1931 ; Key West possède la température moyenne annuelle la plus chaude des États-Unis et reste à l'abri du gel[22]. Le record de froid est de -19 °C relevés dans la région de Tallahassee le 13 février 1899[23]. Les vagues de froid sont assez rares. Le 19 janvier 1977 une tempête de neige a pourtant touché les villes de Homestead et Miami Beach.

La Floride peut également subir des périodes de sécheresse accompagnées d'incendies, comme en 2000[24]. L'État est également célèbre pour ses orages, particulièrement dans le centre, une région qui détient le record d'impacts de foudre aux États-Unis[25]. Ces orages se manifestent par des pluies abondantes et parfois des tornades.

Image satellite de l'ouragan Andrew approchant des côtes de Floride (1992)

Mais les événements météorologiques les plus violents sont les cyclones tropicaux. La Floride se trouve en effet régulièrement sur la trajectoire des ouragans capverdiens[26]. La population est préparée à affronter les cyclones tropicaux, appelés « ouragans » dans le bassin de l'Atlantique. Les évacuations organisées par les autorités permettent de limiter le nombre de victimes. Miami abrite ainsi le Centre National des Ouragans (NHC) qui donne l'alerte en cas de danger.

Officiellement, la saison cyclonique commence le 1er juin et s'achève le 30 novembre, même si des tempêtes peuvent survenir en dehors de cette période, comme celle de mars 1993. L'ouragan Andrew d'août 1992 fut le plus destructeur de l'histoire de l'État : il causa plus de 25 milliards de dollars de dégâts[27].

Les régions situées au nord du lac Okeechobee sont marquées par le climat subtropical humide[28]. Les températures annuelles sont plus basses que dans les régions tropicales, en raison des hivers plus marqués et des vagues de froid qui arrivent du nord. La répartition des températures suit un gradient nord-sud. Les précipitations varient d'une région à l'autre : ainsi, le Panhandle de Floride est la région la plus arrosée sur l'année. La côte nord-est et les régions du centre (lac Okeechobee 1 161 mm/an[29]) reçoivent moins de précipitations.

Le climat tropical[28] n'est présent qu'au sud du lac Okeechobee. Il se caractérise par des températures douces ou chaudes toute l'année (environ 25 °C) et les températures mensuelles sont toujours supérieures à 18 °C. L'amplitude thermique est faible et les précipitations abondantes, avec un maximum en été. L'hiver est plus frais et plus sec que l'été. La région se trouve sur la trajectoire des ouragans pendant la saison estivale. Des fronts froids touchent rarement la région entre la fin octobre et le mois de mars.

Ambox notice.png Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Hydrologie

Avec près de 18 % de sa superficie sous les eaux[N 1], la Floride est marquée par l'omniprésence des milieux aquatiques. Elle compte près de 1 700 cours d'eau[10],[30], 7 800 lacs d'eau douce[31], 700 sources, 44 500 km2 de marécages[24]. Le fleuve le plus long à l'intérieur des limites de la Floride est le Saint Johns qui se jette dans l'océan Atlantique. Le fleuve Suwannee prend sa source dans l'État voisin de Géorgie, traverse la Floride et se jette dans le golfe du Mexique.

La Floride possède la plus grande concentration de sources au monde[32]. La plupart se trouvent au nord-ouest de l'État[16]. Certaines sont très chaudes comme les Warm Mineral Springs dans le comté de Sarasota (30 °C)[32].

Un exemple de doline : Devil's Hole

La Floride compte plus de 30 000 lacs[10],[2]. Le lac Okeechobee est le plus étendu avec plus de 1 800 km2[30],[10] ; il est peu profond (entre 4,5 et 6 mètres), comme la plupart des lacs floridiens[10]. Le lac George, le lac Kissimmee et le lac Apopka sont plus petits. D'autres sont artificiels comme le lac Séminole, créé en 1957 par le barrage Jim Woodruff sur le fleuve Apalachicola. La plupart des petits lacs du centre de la Floride occupent des dolines, c'est-à-dire des dépressions circulaires mesurant de quelques mètres à plusieurs centaines de mètres, qui sont caractéristiques des régions karstiques[16].

Les pentes douces, le climat et la nature du sous-sol de la Floride expliquent la présence de marécages, dont de nombreux ont été drainés par l'homme. Le plus célèbre est celui des Everglades (voir la section « milieux naturels » plus bas).

Enfin, les eaux souterraines jouent un rôle important dans la géographie de la Floride : une partie des Everglades est un marais d'eau douce alimenté par un aquifère karstique[33]. Les aquifères sont des couches géologiques poreuses et perméables qui emprisonnent des nappes d'eau souterraines. En Floride, ils sont rechargés pendant la saison humide. L'aquifère floridien fournit de l'eau à quelque 8,1 millions de personnes, celui de Biscayne à 4,5 millions d'habitants[24]. Ils sont exploités pour les besoins de l'agriculture, des activités industrielles et touristiques.

Géologie

Article détaillé : Géologie de la Floride.
Carte du relief du golfe du Mexique. La plate-forme de Floride apparaît en haut à droite.
Plage de sable à Bahia Honda Key

La Floride appartient à la plaque nord-américaine. Par ses terrains sédimentaires, elle se rattache à d'autres régions des Caraïbes et d'Amérique centrale[34]. Elle constitue la partie émergée d'un grand plateau sédimentaire appelé « plate-forme de Floride » ; seul le nord-ouest (Panhandle) appartient à la plaine côtière du golfe du Mexique. Cette plate-forme se poursuit sous les eaux du golfe du Mexique jusqu'à l'escarpement de Floride, derrière lequel le fond marin tombe brusquement à 1 800 mètres de profondeur[35]. Au sud, le talus de la plate-forme correspond aux Keys et limite le détroit de Floride. À l'est, dans l'océan Atlantique, elle est bordée par l'escarpement de Floride-Bahamas.

La plate-forme de Floride, dont une importante partie se trouve sous les eaux du golfe du Mexique, fait 900 km de long sur 1 000 km de large : il s'agit de terrains du Jurassique, du Crétacé et du Tertiaire dont l'épaisseur varie entre 2,5 à 12 km. Elle repose sur un socle plus ancien[35] de roches ignées (Précambrien-Cambrien), sédimentaires (Ordovicien-Dévonien) et volcaniques (Trias-Jurassique)[36] ; la plate-forme s'est progressivement formée au-dessus de ce substrat par des dépôts sédimentaires. Au cours de son histoire géologique, vieille de plusieurs dizaines de millions d'années, elle a été successivement inondée et découverte au gré des cycles de transgression-régression marines[37].

Le nord de l'État est constitué de couches sédimentaires formées à partir du matériel rocheux issu de l'érosion des Appalaches, la chaîne de montagne située plus au nord[2]. Le système des collines au centre de la Floride correspond à d'anciennes dunes[38] et dépôts sédimentaires autrefois modelés par l'érosion et le vent[39]. Les calcaires sont les roches les plus fréquentes sous le sol floridien. Ils se sont formés à partir des dépôts de sédiments dans des mers épicontinentales pendant les interglaciaires, du milieu du Jurassique au milieu de l'Oligocène[36]. Ils s'organisent en terrasses et en modelés karstiques : dolines, poljes, pertes, résurgences, grottes et cavernes. Enfin, les Keys sont des récifs coralliens[12].

En 2005, la Floride était le quatrième État des États-Unis pour la production de minerais[40]. Les principaux sont les phosphates, le sable et les graviers, l'ilménite, la rutile[40] et le kaolin[41].

Deux types de sable sont présents sur les plages floridiennes : un sable blanc dans lequel domine le quartz, constitué par les sédiments arrachés aux Appalaches et transportés par les cours d'eau[38] ; un sable d'origine carbonatée dans les Keys[42]. C'est sur les côtes du golfe du Mexique que l'on trouve le sable le plus fin[42]. Les plages du Panhandle ont les dunes les plus hautes, les plus petites sont dans les Keys[43].

La Floride est réputée pour l'abondance et la variété des fossiles de vertébrés datant de l'Éocène au Pléistocène[44],[45]. Le sol de Myakka, un sable gris et un des symboles de la Floride, est le plus commun de l'État en couvrant une superficie de près de 6 000 km2[46].

Villes et urbanisme

La population floridienne devient en majorité urbaine en 1930[47]. Aujourd'hui, plus de 85 % des Floridiens vivent dans une localité de plus de 2 500 habitants[47]. En 2007, Jacksonville est la ville de Floride la plus peuplée[48] ; en 2008 la plus grande agglomération est celle de Miami (5,4 millions d'habitants), qui se classe au septième rang des métropoles américaines et au 60e rang mondial[49],[50].

Ybor City, un quartier réhabilité de Tampa

En 2008, les cinq premières agglomérations de Floride regroupent plus de 12 millions de personnes soit 67 % de la population de l'État[50],[51],[N 2]. Cette tendance est représentative de la métropolisation du territoire américain. La plupart des communes les plus peuplées se trouvent sur le littoral. Le réseau urbain est relativement équilibré, même si Miami domine. Deux grands axes urbains se dessinent : l'un sur le littoral sud-est (de Homestead à Jupiter), l'autre entre St. Petersburg et Daytona Beach, en passant par Orlando, le long de l'Interstate 4. Tallahassee, la capitale de la Floride, n’est pas la ville la plus peuplée, une situation que l’on rencontre dans de nombreux États américains. Comme ailleurs dans la Sun Belt, les villes de Floride connaissent une croissance démographique soutenue depuis les années 1960. L'exode rural, l'augmentation de la population et l'immigration ont pour conséquence une augmentation du nombre de citadins ainsi que l'étalement des villes.

Les métropoles de Floride ressemblent aux autres grandes villes américaines : elles comportent un centre des affaires avec des gratte-ciel, entouré par des ghettos, des entrepôts et des zones industrialo-portuaires. Les banlieues, dans lesquelles résident les classes moyennes blanches, sont reliées au centre par des autoroutes et quelques voies ferrées[52]. Les municipalités tentent de faire revenir les classes moyennes dans les centre-villes. Cette gentrification passe par la réhabilitation de quartiers historiques (Ybor City à Tampa, Miami Beach Architectural District) et la réalisation d'infrastructures de loisir et de culture (Museum of Contemporary Art Jacksonville par exemple).

Liste des cinq premières aires métropolitaines[N 3] de Floride :
Rang en
Floride
Rang aux
États-Unis[50]
Nom de la
principale ville
Nombre d'habitants
(2008)[50]
1 7 Miami 5 414 792
2 19 Tampa 2 733 761
3 27 Orlando 2 054 574
4 40 Jacksonville 1 313 228
5 74 Bradenton 687 823

Milieux naturels et biocénose

Bien que le relief et le climat de la Floride soient relativement homogènes, l’État possède une importante diversité de milieux naturels. Ces derniers sont fragilisés par le changement climatique, la pression démographique et la pollution.

Principaux écosystèmes

Les forêts couvrent près de la moitié de l'État[53]. Les pins sont les arbres les plus fréquents et sept espèces différentes sont présentes en Floride[54]. Les sous-bois sont formés d'arbustes à baies, de petits chênes et de palmiers des sables[55]. Les pinèdes poussent généralement sur des sols sableux et acides[56]. En raison des faibles pentes et de la nature des terrains, la Floride compte de nombreuses régions de marécages, dont la plus célèbre est celle des Everglades. Les marais sont le domaine des emblématiques alligators, tortues de Floride et cyprès chauves. Ils constituent des zones de frai pour les poissons dont se nourrissent les échassiers. La mangrove, dans le sud de la péninsule, et les dunes de sable figurent parmi les écosystèmes les plus fragiles : ils protègent la côte contre les assauts des vagues et sont des lieux de reproduction pour la faune locale. Les milieux marins offrent une biodiversité importante : ils sont dominés par les herbiers de Thalassia testudinum qui poussent sur les hauts-fonds[57]. Ceux du sud sont les plus étendus de la planète (5 500 km2)[57]. Le Floride est par ailleurs la seule région des États-Unis continentaux à posséder près de 6 000 récifs coralliens[58]. Enfin, elle possède un vaste réseau de grottes et de cavernes où vivent des animaux adaptés à l'obscurité.

Flore

Article détaillé : Flore en Floride.

On dénombre 4 200 espèces de plantes et de fougères en Floride[59]. La forêt subtropicale humide est le milieu naturel typique du centre et du nord. Au sud de la péninsule, la végétation ressemble davantage à celle des Caraïbes[59]. Parmi les arbres les plus présents se trouvent les pins dont le pin des marais et le Pinus serotina. Les marais sont également le biotope des cyprès des étangs et des cyprès chauves. En vue de préserver au mieux ses richesses naturelles, la Floride dispose de trois Forêts nationales (Apalachicola, Osceola et Ocala) qui couvrent au total près de 4 667 km2[60]. Finalement, la Floride dispose également de près de 2 000 km2 de mangroves couvertes de palétuviers rouges, de palétuviers noirs et de palétuviers blancs[61].

Les végétaux symboles de l'État sont l'oranger[62], le palmier des sables[63] et le coreopsis[64].

Ambox notice.png Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Faune

Article détaillé : Faune en Floride.

La Floride compte 250 espèces de poissons[65], 498 espèces d'oiseaux[66], dont 179 espèces qui nichent en Floride[5] et 1 500 espèces de vertébrés[67]. Parmi les animaux les plus menacés, on peut citer le crocodile américain, la tortue verte, le tantale d'Amérique, le pic à bec ivoire, la panthère de Floride, le cerf des Keys ou encore le lamantin de Floride. L'alligator d'Amérique fréquente les eaux douces marécageuses mais on le rencontre aussi dans les rivières ou les lacs. Les milieux humides abritent de nombreuses espèces aquatiques (pélicans, pygargue à tête blanche, balbuzard pêcheur ...) et d'échassiers (aigrettes neigeuses, héron cendré et grand héron, flamants roses...). Les animaux symboles de l'État sont la Panthère de Floride, le moqueur polyglotte, l’Heliconius charithonia, l'achigan à grande bouche, le voilier de l'Atlantique, le lamantin de Floride, le marsouin et le Pleuroploca gigantea. Grâce à la présence de nombreuses zones humides et à son climat chaud, la région est également un paradis pour de nombreux insectes et notamment pour les moustiques. De la fin du printemps jusqu'au début de l'été, plusieurs espèces de moustiques sont ainsi véritablement gênantes pour les habitants et les touristes[68].

Ambox notice.png Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Problèmes environnementaux

Les dégâts provoqués par le passage de l'ouragan Katrina (2005)

La Floride est particulièrement menacée par le changement climatique : des ouragans plus fréquents et plus intenses entraînent la destruction des récifs, des forêts, et l'érosion des littoraux. Une élévation de six mètres du niveau des océans provoquerait la submersion du tiers de la Floride[69]. Les sécheresses à répétition augmenteraient le risque de feux de forêt et les pénuries en eau. La pression démographique et l'urbanisation ont conduit au drainage des zones humides et à la baisse des nappes phréatiques. Les effondrements de terrain se multiplient et les milieux aquatiques se dégradent[70]. L'étalement urbain est à l'origine de la disparition des milieux naturels et de la hausse des incidents entre les hommes et les alligators[71]. Le développement économique est la cause des pollutions, des concurrences sur les ressources en eau, de la destruction des coraux. Les loisirs maritimes (sports nautiques, pêche) portent atteinte à la faune sous-marine.

Le Florida Department of Environmental Protection est l'organisme en charge de la préservation de la nature pour la Floride. En 2004, la législature de l'État a voté un budget de 98,4 millions de dollars pour la restauration des plages[40]. L'État impose des restrictions d'eau et une usine de dessalement de l'eau de mer a été construite en 1993 dans la baie de Tampa pour pallier la pénurie[72]. En 2005, 40 % des prélèvements en eau étaient destinés à l'agriculture[73]. Il existe des projets pour amener l'eau du nord de la Floride vers le sud plus peuplé[74].

Le système des parcs d'État regroupe quelque 158 lieux préservés[75]. La Floride est le seul État à l'est du fleuve Mississippi qui possède trois parcs nationaux : les Everglades, Biscayne et Dry Tortugas. Ces derniers se concentrent dans le sud de la péninsule et présentent la particularité de protéger des milieux humides et maritimes.

Histoire

Article détaillé : Histoire de la Floride.

Époque précolombienne

Amérindiens en Floride. Gravure de Bernard Picart, vers 1721

Les Paléoaméricains entrèrent sur le territoire actuel de la Floride, il y a environ 12 000 ans[76],[77],[78], pendant la glaciation du Wisconsin. À cette époque, le niveau des mers était inférieur d'une centaine de mètres à celui d'aujourd'hui. La péninsule de Floride était deux fois plus étendue[76],[77] et connaissait un climat plus sec et plus frais. Une mégafaune aujourd'hui disparue peuplait la région (tigre à dent de sabre, tatou géant, chameaux[76], etc.). Compte-tenu du manque d'eau potable, les Amérindiens vivaient à proximité des dolines et des bassins calcaires. Le site préhistorique de Page-Ladson a révélé des objets amérindiens parmi lesquels des pointes de la culture Clovis[79].

Vers 8000 avant J.-C. le réchauffement climatique provoqua une élévation du niveau moyen des mers. Le climat de la Floride devint plus chaud et plus humide. De nouvelles cultures amérindiennes fondées sur la cueillette et la pêche (période archaïque) apparurent. Les premières communautés se sédentarisèrent près des littoraux à partir de 5000 avant J.-C.[77] Les Amérindiens créèrent des sambaquis, des grands dépôts de coquillages qui subirent une fossilisation chimique par l'action de l'eau de pluie. Ils édifièrent des tertres comme ceux de Horr's Island ou de Crystal River. La poterie cuite fit son apparition vers 2000 avant J.-C.[78] La culture archaïque se diversifia vers 500 avant J.-C. pour donner naissance à des cultures régionales[80]. Les peuples présents dans le nord-ouest de la Floride actuelle furent influencés par la civilisation mississippienne, alors que ceux qui vivaient au sud et à l'est conservèrent des caractéristiques héritées de la période archaïque. La culture du maïs se diffusa au nord d'une ligne allant de Daytona Beach à la baie de Tampa[81]. Elle arriva au sud de la péninsule vers le Ve siècle avant J.-C.[78] Les échanges de produits et de nourriture se développèrent avec les autres peuples du sud-est de l'Amérique du Nord.

Au XVIe siècle, la population de Floride devait être comprise entre 100 000[78] et 350 000 habitants répartis en de nombreux villages et tribus. Les conquistadores espagnols ont recensé une centaine de noms de peuples amérindiens : les mieux organisés étaient les Apalachees. Les Timucuas vivaient dans des villages séparés dans le nord-est et le centre[77]. Les Calusas occupaient le sud de la péninsule[77].

Colonisation européenne

Article détaillé : Floride espagnole.
Juan Ponce de León

Selon une légende populaire, l'Espagnol Juan Ponce de León aurait découvert la Floride en cherchant la fontaine de Jouvence[82]. Il débarqua sur la côte orientale de la péninsule entre le 2 et le 8 avril 1513, sans doute près de l'actuelle ville de Saint Augustine[76],[77]. Il baptisa l'endroit « La Pascua Florida », ce qui signifie « la Pâque fleurie » en référence au dimanche des Rameaux[82],[83]. Il fit route ensuite vers le sud où il fut blessé dans un affrontement contre les Calusas[77]. Il revint en Floride en 1521 afin de trouver de l'or et d'évangéliser les Amérindiens. L'établissement qu'il fonda avec environ 200 colons[76] ne dura pas à cause des attaques répétées des Amérindiens dans lesquelles Ponce de Léon laissa sa vie.

L'expédition de Pánfilo de Narváez reconnut la côte occidentale de la Floride, mais l'Espagnol trouva la mort dans une attaque amérindienne en 1528. Le 30 mai 1539, Hernando de Soto débarqua près de l'actuel Bradenton[84] dans la baie de Tampa[85] et explora l'intérieur des terres. Une tentative de colonisation à Pensacola menée par Tristán de Luna y Arellano en 1559 fut finalement abandonnée en 1561[76],[77].

Dans la course aux colonies, la France s'intéressa à l'Amérique du Nord dès le XVIe siècle. Le huguenot français Jean Ribault aborda la côte orientale de Floride le 30 avril 1562 et construisit un fort. Le 30 juin 1564, René de Laudonnière fonda la colonie de Fort Caroline (Jacksonville)[76],[78].

Le 8 septembre 1565, la colonie espagnole de San Augustin fut fondée par Pedro Menéndez de Avilés : elle devint ainsi la plus ancienne colonie des États-Unis occupée en continu par des Européens[76],[77],[83]. Les religieux espagnols, en particulier des Jésuites puis des Franciscains, commencèrent à édifier des missions pour évangéliser et encadrer les Amérindiens. Les établissements espagnols de Floride furent attaqués par les Français puis par les Anglais du XVIe au XVIIIe siècle. La fondation de la Géorgie en 1733, l'effondrement du système missionnaire et les défaites des Apalachees, alliés des Espagnols, ouvrirent la région aux raids anglais jusqu'aux Keys. Durant l'époque moderne (XVIe-XVIIIe siècle), les navires européens utilisaient le courant du Gulf Stream pour retourner en Europe[82], si bien que le détroit de Floride devint un lieu de passage stratégique. Plusieurs s'échouèrent sur les récifs et certaines îles servirent de refuge aux pirates et aux esclaves en fuite.

Floride Orientale et Floride Occidentale en 1810

Le traité de Paris (1763) mit fin à la guerre de Sept Ans et modifia considérablement la carte des colonies d'Amérique du Nord : l'Espagne dut céder la Floride aux Anglais. La plupart des habitants, qu'ils soient colons ou Amérindiens, quittèrent la région[76]. La métropole britannique divisa le territoire en deux entités : la Floride Orientale, avec pour capitale Saint Augustine, et la Floride Occidentale avec pour principale ville Pensacola[77] ; elle encouragea l'installation de nouveaux colons, en particulier dans la partie orientale, en leur offrant des privilèges commerciaux et des terres. Durant cette période, les Amérindiens creeks immigrèrent en Floride pour former le peuple Séminole[86].

La Floride fut un enjeu de la guerre d'indépendance américaine (1775-1783). Contrairement aux Treize colonies, elle resta fidèle à la couronne anglaise et accueillit même des réfugiés loyalistes[77]. Les Espagnols s'emparèrent de Pensacola en 1781 et d'une grande partie de la Floride Occidentale. Le traité de Paris (1783) redonna la Floride à l'Espagne, sans en préciser les frontières. Les États-Unis souhaitaient que fût reprise l'ancienne limite d'avant 1767. Le traité de San Lorenzo entérina ce choix en 1795.

Souveraineté américaine et guerres séminoles

Articles détaillés : Territoire de Floride et Guerres séminoles.
Andrew Jackson fut le premier gouverneur militaire de Floride

La Floride fut cédée aux États-Unis par le traité d'Adams-Onís, signé le 22 février 1819, et constituée en territoire le 30 mars 1822. La capitale fut installée à Tallahassee, à mi-chemin entre Saint Augustine et Pensacola[76]. Le premier gouverneur fut Andrew Jackson auquel succéda William Duval dès 1822[77],[78].

Les colons américains développèrent une économie de plantation similaire à celle du Sud profond. Après la Première Guerre séminole (1814-1819), ils firent pression sur le gouvernement américain pour qu'il déplaçât les Amérindiens. En 1832, celui-ci signa le traité de Payne's Landing avec certains des chefs séminoles, en leur promettant des terres à l'ouest du Mississippi s'ils acceptaient de quitter la Floride. De nombreux Séminoles partirent à cette époque, alors que ceux qui restaient se préparaient à défendre leur terre. En 1835 l'armée américaine arriva pour faire respecter le traité signé trois ans plus tôt, ce qui déclencha la Seconde Guerre séminole menée par Osceola. Après son arrestation, des négociations de cessez-le-feu furent lancées en 1837. Il mourut en captivité moins d'un an plus tard. La guerre s'éternisa jusqu'en 1842 et devint la plus coûteuse des guerres indiennes du XIXe siècle. Après le conflit, les Séminoles furent en majorité déportés à l'ouest du Mississippi, seuls 300 d'entre eux furent autorisés à demeurer dans les Everglades[78].

Le 3 mars 1845, la Floride devint le 27e État des États-Unis avec pour premier gouverneur William Dunn Moseley[76]. Elle se dota d'un sceau en 1847 et de deux universités en 1851[77]. La Troisième Guerre séminole (1855-1858) fut menée pour vaincre la résistance des derniers Amérindiens. À l'issue du conflit, il ne restait plus qu'une centaine de Séminoles en Floride. À la suite d'une insurrection en 1859, 75 d'entre eux furent déportés vers l'ouest. Les autres, dont le chef Ar-pi-uck-i (Sam Jones) restèrent dans les Everglades, refusant de quitter la terre de leurs ancêtres. De nos jours, leurs descendants sont encore présents dans la région.

À la veille de la Guerre de Sécession, la Floride était l'État le moins peuplé du Sud des États-Unis, avec environ 140 400 habitants[87], dont 44 % étaient des esclaves[78]. L'esclavage devint une question politique et économique majeure pour les planteurs floridiens. Ces derniers s'opposaient au parti républicain et aux idées abolitionnistes des États du Nord. Au cours de l'élection présidentielle américaine de 1860, ils refusèrent de voter pour Abraham Lincoln et la Floride finit par se séparer de l'Union en signant l'ordonnance du 10 janvier 1861[76],[77]. Elle rejoignit les États confédérés d'Amérique quelques semaines plus tard et s'engagea dans la Guerre de Sécession.

Guerre de Sécession et Reconstruction (1860-1880)

Article détaillé : Guerre de Sécession.
La bataille d'Olustee fut la principale bataille qui eut lieu en Floride pendant la Guerre de Sécession

Compte-tenu de son faible poids démographique, la Floride contribua à l'effort de guerre plus par son économie que par sa main d'œuvre ou ses soldats. Elle fournit notamment de la viande, du poisson, du coton et du sel à ses alliés[76]. Elle ne fut pas un enjeu stratégique majeur du fait de sa situation géographique périphérique et de sa faible industrialisation, si bien qu'elle connut moins de destructions que les autres États sudistes[76]. Dans les secteurs contrôlés par les Nordistes, c'est-à-dire le littoral, les esclaves profitèrent de la guerre civile pour fuir leur plantation. Certains s’engagèrent comme marins ou soldats dans l'Armée de l'Union[88].

Les Nordistes organisèrent un blocus maritime et occupèrent plusieurs ports floridiens pour empêcher le ravitaillement des États sécessionnistes. Les Sudistes contrôlèrent la plupart des forts. John Milton, le gouverneur de la Floride de l'époque, organisa une milice et renforça la défense de son État. Le contingent floridien comptait environ 15 000 soldats[76],[78]. La plupart de ces troupes combattirent en Virginie et la brigade de Floride se distingua notamment pendant la bataille de Gettysburg.

Au début de l'année 1862, le gouvernement sudiste demanda à l'armée du général Braxton Bragg stationnée à Pensacola de partir pour le front occidental. Il ne restait alors que plusieurs compagnies indépendantes et quelques bataillons d'infanterie qui reçurent des renforts venus de Georgie en 1864. La Floride fut le théâtre de plusieurs affrontements sans importance décisive[76] (bataille de Santa Rosa Island, bataille de Natural Bridge, bataille de Gainesville, bataille de Marianna) ; la principale bataille fut celle d'Olustee.

Plus le conflit durait, plus le mécontentement des Floridiens grandit contre la conscription et les réquisitions. Les déserteurs furent de plus en plus nombreux et s'organisèrent même pour attaquer les patrouilles confédérées, lancer des raids contre les plantations ou encore renseigner les Nordistes. Environ 2 000 Floridiens[76], opposés à la sécession, rejoignirent même les rangs de l'armée ennemie.

En mai 1865, le général nordiste Edward M. McCook fut chargé de reprendre le contrôle de la Floride. Il défit le colonel George Washington Scott, fit hisser le drapeau des États-Unis sur le capitole de l'État à Tallahassee et lut la proclamation d'émancipation des esclaves le 12 mai[77]. La Guerre de Sécession était terminée en Floride, qui fut officiellement réintégrée dans l'Union le 25 juillet 1868. La Reconstruction pouvait commencer : elle s'acheva en 1877[77].

Vue de Tallahassee en 1885

La Floride se dota d'une nouvelle constitution en 1868, qui fut réformée en 1885[77]. L'élite démocrate reprit le pouvoir en 1877 après plusieurs années de lutte politique et de violences des groupes paramilitaires visant à intimider ses adversaires ainsi que les Noirs. Entre 1885 et 1889, le corps législatif de l'État vota des lois destinées à empêcher les petits Blancs et les Afro-Américains d'exercer leur droit de vote et d'éligibilité, comme le prévoyait la constitution américaine. Comme dans les autres États sudistes, le Congrès de Floride resta longtemps dominé par le parti démocrate. Ce dernier instaura un régime de ségrégation raciale en adoptant les lois Jim Crow : les Noirs étaient privés de leur citoyenneté et séparés des Blancs dans les lieux publics.

Ségrégation, migrations et développement économique (1880-1945)

Tampa Bay Hotel, symbole du développement touristique de la fin du XIXe siècle en Floride

Le tourisme devint une activité majeure de la Floride et fut favorisé par la construction de voies ferrées dans la deuxième moitié du XIXe siècle. Le secteur primaire connut également un essor important dans le dernier quart du XIXe siècle : la Floride se spécialisa dans l'élevage, la culture des agrumes, la production de bois, de cigares et de phosphates[76]. Ces produits étaient acheminés vers les centres de consommation du nord-est grâce au chemin de fer et aux navires marchands. Pendant la guerre hispano-américaine de 1898, Tampa, Miami et Jacksonville servirent de lieux d'embarquement pour attaquer Cuba. Après le conflit, des milliers de soldats rentrés au pays s'installèrent en Floride[77].

Les lynchages et les violences racistes dirigées contre les Noirs se multiplièrent après la Première Guerre mondiale. Ces tensions prirent des formes radicales (émeutes d'Ocoee en 1920, de Perry et de Rosewood en 1922-1923). En 1935, le lynchage de Claude Neal à Marianna provoqua une vague d'indignation dans tout le pays[77]. Au tournant du siècle, le charançon du coton dévasta les plantations de coton. Pour échapper aux persécutions et aux discriminations, près de 40 000 Afro-Américains quittèrent la Floride pour s'installer dans les villes du Nord-Est des États-Unis. Cette « Grande Migration » des années 1910-1940, qui concernait tous les États sudistes, avait également des causes économiques, car les Noirs pouvaient obtenir des emplois mieux payés dans les villes industrielles du Nord qui manquaient de main d'œuvre[89].

Le boom ferroviaire et foncier des années 1920 résulta de l'afflux d'investissements extérieurs et bénéficia à des villes comme Palm Beach et Miami. Cet élan fut brisé par les ouragans de 1926 et 1928, par l’éclatement de la bulle spéculative[76],[77],[78] et surtout par la Grande Dépression à partir de 1929. Pourtant, c'est dans les années 1930 que furent aménagés les premiers parcs d'attraction qui font la réputation de la Floride : Cypress Gardens (1936) près de Winter Haven, Marineland (1938) près de St. Augustine.

Dès 1933, le président américain Franklin Delano Roosevelt, qui subit une tentative d'assassinat à Miami, mit en place le New Deal pour sortir le pays de la Grande Dépression. En Floride, ce programme prit des formes multiples comme la construction du Cross-Florida Barge Canal. De grands travaux de drainage des marécages furent entrepris pour mettre en valeur de nouvelles terres agricoles dans le sud de la péninsule[90]. Cette région connut alors une importante croissance démographique en attirant des Américains mais aussi des Canadiens[90]. Il faut attendre l'avènement de la société des loisirs, dans les années 1960, pour voir s'installer le Walt Disney World Resort à Orlando.

Seconde Guerre mondiale et guerre froide

La Seconde Guerre mondiale marqua un tournant dans l'économie de la Floride : plus de cent Liberty Ships sortirent des chantiers navals Wainwright à Panama City[77]. L'État fédéral créa ou renforça les bases militaires comme celles de Pensacola, Eglin ou MacDill. Puis la Guerre froide (1947-1991) accentua l'essor du complexe militaro-industriel ; la Floride devint un enjeu majeur du fait de sa proximité avec l'île communiste de Cuba. Elle accueillit des milliers de réfugiés cubains[76]. Miami devint progressivement l'un des principaux centres économiques de l'Amérique latine. L'immigration vint également d'Haïti et d'autres États des Caraïbes[76].

Au cours de la crise de 1962, la région pouvait être directement menacée par les missiles nucléaires soviétiques. Dans le cadre de la compétition avec l'URSS et à cause de sa situation géographique, la Floride accueillit la Patrick Air Force Base et la base de lancement spatial de Cap Canaveral. Dans les années 1960, l'État vécut au rythme de la conquête de l'espace qui participa à sa renommée et créa de nombreux emplois. La mission Apollo 11, lancée depuis le Centre spatial Kennedy en juillet 1969, fut suivie par des millions de personnes dans le monde. Le ciel de Floride vit également l'explosion de la navette Challenger en 1986. Avec la fin de l'affrontement des deux blocs, plusieurs bases militaires ont été fermées.

Lutte pour les droits civiques

Les deux décennies qui suivirent la Seconde Guerre mondiale furent marquées par la lutte pour l'égalité des Afro-Américains dans le Sud des États-Unis. En 1944, la cour suprême des États-Unis interdit le système des primaires blanches qui limitait le droit de vote des Noirs[76]. Le leader Harry Tyson Moore fonda une branche de la National Association for the Advancement of Colored People (NAACP) pour la Floride. En 1951, il mourut dans l'explosion d’une bombe posée par des activistes du Ku Klux Klan. D'autres attentats contre des Noirs marquèrent les années 1951-1952 en Floride[91]. En 1954, l'arrêt de la cour suprême des États-Unis interdisant la ségrégation dans les écoles ne fut pas respecté partout. Des émeutes raciales eurent lieu à Jacksonville en 1960 et à St. Augustine la même année[77]. Le boycott des bus de Tallahassee fut organisé par le révérend Charles Kenzie Steele en 1956-1958 en prenant modèle sur les événements d'Alabama. Le mouvement contre la ségrégation eut de nombreux partisans parmi la population blanche de l'État, au premier rang desquels se trouvait Thomas LeRoy Collins, gouverneur de la Floride entre 1955 et 1961[76]. Jusqu'au début des années 1960, les plages du comté de Dade étaient interdites aux Noirs[90]. Il fallut attendre le Civil Rights Act de 1964 et le Voting Rights Act de 1965 pour que fût reconnue l'égalité des droits entre Noirs et Blancs dans le Sud. Cependant, les inégalités et les tensions demeurèrent : plusieurs quartiers noirs de Miami connurent des émeutes raciales à Liberty City (mai 1980, 17 morts[92]) et Overtown (1982 et 1989).

Population

Article détaillé : Démographie de la Floride.

Croissance démographique

Florida demographie 1830-2000-fr.svg

La Floride connaît la troisième croissance démographique du pays en valeur absolue[93] et la septième en pourcentage[94]. Entre 2000 et 2006, la population floridienne a augmenté de 13,2 % contre 6,4 % pour la population américaine[95]. Cette augmentation de la population entraîne des problèmes écologiques : pression urbaine, déficit en eau, appauvrissement des écosystèmes, bétonnage des côtes, etc. La croissance démographique est due pour 12,5 % au solde naturel, alors que les migrations y contribuent pour 87,5 %[94]. En effet, la Floride appartient à la Sun Belt qui attire les Américains et représente un important foyer d'immigration. Elle comptait en 2000 16,7 % d'immigrés et 23,1 % de personnes parlant une autre langue que l'anglais à leur domicile[95]. La première d'entre elles est l'espagnol (26,9 %) suivie par le français (2,2 %), l'allemand (0,6 %) et l'italien (0,4 %). L'Article II, Section 9, de la Constitution de la Floride stipule que « l'anglais est la langue officielle de l'État de Floride ».

Répartition de la population

Carte des densités en Floride

La densité de population en Floride, avec 116 hab./km2, est la huitième des États-Unis[96], un chiffre nettement supérieur à la moyenne nationale, même s'il cache d'importantes disparités. La population se concentre sur le littoral atlantique et sud-ouest autour de Tampa : 90 % de sa population vit à moins de 30 km du rivage. L'intérieur est moins peuplé sauf dans des villes comme Tallahassee et Gainesville, ainsi que quelques comtés comme Seminole, Orange et Polk. Les régions dont les densités sont très faibles correspondent à des milieux naturels protégés (Parc national des Everglades, forêts nationales d'Apalachicola et d'Osceola par exemple). Le littoral situé entre Clearwater et Panama City est également moins peuplé.

Structure démographique

La part des plus de 65 ans est de 16,8 % soit 4,4 points de plus que la moyenne nationale[95]. La croissance de ce groupe tend néanmoins à diminuer depuis la fin du XXe siècle[94]. La Floride possède la plus grande concentration américaine de retraités[96] qui sont attirés par le climat. Plusieurs milliers de ces personnes âgées se regroupent dans des retirement communities, c'est-à-dire des quartiers exclusivement aménagés pour les retraités : Sun City près de Tampa en est un exemple. Elle fut construite par Del Webb, un promoteur arizonien à partir de 1960 et compte aujourd'hui quelque 9 300 habitants[97]. La proportion des moins de 19 ans diminue : elle était de 27,6 % en 1980 et de 25,3 % en 2000[94]. Ce phénomène démographique aura des conséquences sur la population active de l'État dans l'avenir.

Le taux de mortalité en Floride (9,6 pour mille habitants en 2005) est supérieur à la moyenne nationale (8,2 pour mille habitants)[98]. Les Hispaniques ont un taux de natalité supérieur au reste de la population[99]. Le taux de fécondité est de 64,1 enfants pour mille femmes en âge de procréer en 2004 (66,3 pour les États-Unis)[100].

Répartition ethnique

Composition de la population
en % (2006)
[95]
Groupe : Floride Floride États-Unis États-Unis
Blancs 80,2 80,1
Noirs 15,8 12,8
Asiatiques 2,3 4,5
Métis 1,3 1,6
Amérindiens 0,4 1
Total 100 100

La majorité de la population floridienne est blanche (les Hispaniques sont comptés comme Blancs dans les recensements) mais la part des Blancs tend à diminuer lentement (85,3 % en 1980 ; 82,2 % en 2000[94]), comme dans le reste des États-Unis.

Il existe une forte proportion d'Hispaniques (20,2 % en Floride, 14,8 % en moyenne nationale[95]) et celle-ci a tendance à augmenter[94]. Avec 3,6 millions de personnes, la communauté hispanique de Floride est la troisième du pays derrière celle de Californie et du Texas[101]. Elle se concentre dans le Sud de la péninsule : les Hispaniques représentent plus de 25 % de la population dans les comtés de Miami-Dade, Collier, Hendry, De Soto, Hardee et Osceola[102]. Avec plus de 1,4 millions de personnes (soit 61,9 % des habitants[103]), le comté de Miami-Dade abrite le plus grand groupe d'Hispaniques en Floride[104].

Contrairement aux États du sud-ouest des États-Unis, les Cubains sont majoritaires (833 000 en 2000[105]) et non les Mexicains (364 000). Ils se concentrent dans l'agglomération de Miami, en particulier dans les quartiers de la Petite Havane et d'Hialeah.

Les Amérindiens ne représentent qu'une infime partie de la population floridienne et se répartissent en deux ethnies principales : les Séminoles et les Miccosukees[76]. Ils travaillent dans les réserves et les casinos de l'État. Il existe six réserves amérindiennes[106] dont les trois principales sont Immokalee, Hollywood et Brighton.

Vers 1960, les Afro-Américains représentaient 18 % de la population floridienne (880 186 personnes)[107]. Leur proportion a diminué (voir la partie Historique plus haut). Aujourd'hui, de nombreux Noirs sont d'origine haïtienne. Il existe une Little Haiti, ghetto noir au nord de Miami.

Société et religion

La population floridienne suit la moyenne nationale dans le taux de diplômés de l'enseignement secondaire (79,9 %), du revenu moyen par habitant (38 417$[108]) et du taux de personnes vivant sous le seuil de pauvreté (11,9 %)[95]. Le revenu médian est sensiblement inférieur à celui des États-Unis (40 900 $ contre 44 334 $)[95]. Le taux de divorce de la Floride (3,6 pour mille habitants) est légèrement supérieur à la moyenne nationale (3,5 pour mille habitants) et a tendance à diminuer depuis les années 1990[109]. La communauté gay est présente dans les quartiers de South Beach (Miami), Wilton Manors, dans la banlieue de Fort Lauderdale, mais surtout à Key West, réputée pour son libéralisme et sa tolérance. En 2000, les protestants étaient les plus nombreux en Floride[110]. En valeur absolue, l'Église la plus importante est celle des catholiques (2,6 millions), suivie par la Convention baptiste du Sud (1,3 millions)[110]. On dénombre par ailleurs quelque 628 485 juifs qui se concentrent à Miami Beach, Boca Raton et Fort Lauderdale, et 31 661 musulmans[110].

Avec 6,2 meurtres pour 100 000 habitants (5,6 de moyenne nationale), la Floride n'est pas l'État le plus violent du pays[111]. West Palm Beach (22,6 pour 100 000 habitants) et Miami (13,9 pour 100 000 habitants) sont les deux communes les plus touchées par les meurtres[112]. Dans le comté de Miami-Dade, le nombre de crimes violents (meurtres, viols, vols à mains armées) a diminué depuis les années 1990, alors que la population a augmenté[113].

Politique

Article détaillé : Gouvernement de la Floride.

Institutions

Le Capitole de Floride, à Tallahassee
Carte des comtés de Floride

La Floride est l'un des cinquante États des États-Unis et exerce à ce titre sa souveraineté sur de nombreux domaines comme la police, l'éducation ou les affaires civiles[114]. L'organisation des institutions et les droits des citoyens sont définis par la Constitution de la Floride rédigée en 1838 et amendée à plusieurs reprises. Comme à l'échelon national, les pouvoirs sont séparés en trois branches exécutive, législative et judiciaire.

La législature est bicamérale, avec un Sénat de 40 membres et une Chambre des Représentants de 120 membres[11]. Elle est chargée de voter les lois qui, après avoir été signées par le gouverneur, deviennent des statuts (Florida Statutes). Elle siège au capitole de l'État de Floride, à Tallahassee.

Le gouverneur est élu par le peuple pour quatre ans et ne peut exercer plus de deux mandats successifs. Son rôle est d'appliquer la loi. Il est le porte-parole de l'État ainsi que le commandant en chef de la Garde nationale de Floride[115]. Il gouverne en coopération avec un lieutenant-gouverneur et un cabinet composé de l'Attorney General, du Commissioner of Agriculture et du Chief Financial Officer, tous élus pour quatre ans. L' Attorney general est chargé de conseiller le gouverneur et la législature pour les affaires juridiques. Le gouvernement comprend de nombreuses agences et organisations spécialisées dans des domaines précis (environnement, transport, éducation, etc.). Les taxes sur la vente représentent la principale recette de l'État de Floride.

La Cour suprême de Floride est présidée par un juge en chef (Chief Justice) aux côtés de six autres juges (Justices). Elle est la gardienne de la Constitution de l'État, vérifie la constitutionnalité des lois et joue le rôle d'une cour d'appel[116].

La Floride est subdivisée en 67 comtés qui exercent des prérogatives locales diverses (police, justice, travaux publics, hygiène, assistance publique, etc.)[117]. Enfin, les municipalités sont le dernier échelon administratif. Elles ont souvent les mêmes attributions que le comté, hormis la justice. Elles sont généralement dirigées par un maire et un conseil municipal élus. Elles prennent des décisions appelées ordinances et lèvent des taxes. Leur principal source de revenus provient des impôts sur les propriétés.

La Floride fait partie des Swing states, c'est-à-dire un État où aucun des deux principaux partis politiques, démocrate et républicain, ne domine le vote populaire. Elle représente donc un enjeu important lors des élections présidentielles avec son nombre important de grands électeurs[7]. L'élection de 2000 a été l'objet d'un imbroglio électoral et judiciaire sans précédent entre les partisans du démocrate Al Gore et du républicain George W. Bush, frère du gouverneur de Floride, Jeb Bush. L'élection s'est jouée à quelques centaines de voix au bénéfice de George W. Bush, lui donnant ainsi la victoire au niveau national, par Cour Suprême des États-Unis interposée. En 2004, George W. Bush y a été réélu avec 52,10 % des voix contre 47,09 % pour John Kerry. Lors de l'élection présidentielle américaine de 2008, Barack Obama a remporté cet État-clef avec 51 % des voix face à John McCain (48,4 %), les Hispaniques ayant voté majoritairement démocrate alors qu'ils votaient traditionnellement républicain.

Un État républicain

Charlie Crist, le gouverneur actuel de la Floride

Après plusieurs décennies de domination démocrate, la Floride a basculé très nettement du côté des républicains au cours des années 1980. Depuis 1994, les gouverneurs de Floride ont toujours été des républicains. C'est le cas du gouverneur actuel, Charlie Crist, qui a été élu contre son adversaire démocrate Jim Davis le 7 novembre 2006. Il a succédé à Jeb Bush, frère de George W. Bush, qui fit deux mandats de gouverneur. Aujourd'hui, tous les postes élus de l'exécutif de Floride sont détenus par des républicains. Seule la cour suprême locale, dont la majorité des juges a été nommée par des gouverneurs démocrates, échappe à la domination républicaine.

Depuis 1994, les deux chambres de Floride sont majoritairement républicaines. Lors de la session 2008-2010, le Sénat est dominé par 26 républicains contre 14 démocrates[118] alors que 76 élus républicains contre 44 démocrates siègent à la Chambre des Représentants[119].

Les villes du sud de la Floride sont plutôt démocrates (Miami, West Palm Beach, Fort Lauderdale, les Keys) et celles du centre plutôt républicaines (Orlando). À Miami par exemple, les progressistes (liberals) démocrates côtoient des ultra-conservateurs républicains d'origine cubaine. En dehors des comtés libéraux de Miami-Dade, Broward et Palm Beach, au centre de la bataille électorale de 2000, le parti démocrate de Floride doit gérer une base sociale conservatrice captée par le parti républicain. Tampa, autrefois fief démocrate, compte aujourd'hui autant d'électeurs républicains que démocrates.

Entre 1876 et 1948, les électeurs votèrent toujours majoritairement pour le candidat démocrate à toutes les élections présidentielles sauf celle de 1928 (Herbert Hoover). Puis, entre 1952 et 2008, ils choisirent le candidat républicain sauf en 1964, 1976, 1996 et 2008. Au niveau national, pour 111e Congrès des États-Unis (2009), les deux sénateurs de Floride sont le démocrate Bill Nelson et le républicain George LeMieux ; 15 des 25 élus de Floride à la Chambre des Représentants des États-Unis sont républicains.

Justice et peine de mort

Le système judiciaire est composé d'une Cour suprême qui siège à Tallahassee, de cinq cours d'appel de district (District Courts of Appeals), de cours de circuit (Circuit courts) et de 67 cours de comtés[106]. La Floride est l'un des 35 États américains appliquant la peine de mort. Elle a procédé à 66 exécutions depuis le rétablissement de la peine de mort en 1979[120]. Les exécutions ont lieu par injection létale à la prison d'État de Floride (Starke)[121].

Économie

Article détaillé : Économie de la Floride.
Répartition du PIB de la Floride

La Floride est le quatrième État des États-Unis par son produit national brut (PNB)[122] qui s’élève à 742,8 milliards de dollars (fin 2008) et représente un peu plus de 5 % du PNB américain[123]. Jusqu'à la crise économique de 2008-2009, le PNB floridien a connu une importante croissance : entre 1997 et 2007, il a augmenté de 87 %[124]. Le revenu par habitant est de 33 417 $ (base 2000)[124], ce qui classe la Floride à la 20e place sur 50 États américains[125].

La puissance économique floridienne s'appuie sur de multiples atouts. La main d'œuvre est nombreuse : 9,3 millions de personnes forment la population active en décembre 2008[123]. Cependant, le taux de chômage est supérieur à la moyenne nationale (8,1 % de la population active en 2008 contre 7,6 % pour l'ensemble des États-Unis[123]).

Les entreprises peuvent compter sur un bon réseau d'universités et de transports. La Floride est l'un des rares États américains à avoir instauré un salaire minimum en 2004, qui est ajusté sur l'inflation tous les six mois. Il n'existe pas d'impôt sur le revenu et la taxe sur les ventes s'élève à 6 %[126]. Le climat, les plages et l'offre de loisirs attirent les cols blancs. La situation géographique sur le continent fait de la Floride une interface entre les deux Amériques. L'armature bancaire de l'État est solide, avec Miami pour principal pôle financier. Tous ces avantages rendent la Floride attractive pour les investisseurs : avec 39,3 milliards de dollars d'investissement direct à l'étranger (IDE) en 2008, la Floride se place dans les premières destinations des flux de capitaux aux États-Unis[127].

Secteur primaire

Malgré les difficultés qu'elle rencontre (chancre citrique, catastrophes climatiques), l'agriculture floridienne garde un poids non négligeable par les emplois directs ou indirects qu'elle engendre, ainsi que pour les exportations. En effet, de l'agriculture dépendent des activités situées en amont (engrais à partir des phosphates, biotechnologies), et en aval comme les industries agro-alimentaires. L'agriculture bénéficie d'un vaste marché intérieur (régions très peuplées du Nord-Est des États-Unis). La Floride dispose de sols fertiles, d'une saison végétative longue et ne connaît pas le gel dans son extrémité méridionale[128]. Il existe de très grandes exploitations (plus de 2 000 hectares) spécialisées dans les fruits, les légumes et la canne à sucre[129]. L'horticulture et l'élevage (essentiellement bovin) sont d'autres activités importantes. La Floride occupe le premier rang national pour la production d'oranges (75 % de la production américaine[2]) et de pamplemousse ; la deuxième pour la canne à sucre, les légumes, les fruits et les productions horticoles[106]. La sylviculture représente 8,5 milliards de dollars et 82 millions d'arbres plantés[106].

Étant donné la situation de la Floride entre l'océan Atlantique et le golfe du Mexique, son économie est naturellement tournée vers la mer. La Floride compte environ 900 fermes aquacoles[130] qui élèvent des poissons-chats, des poissons d'aquarium, des mollusques (huîtres) et des crustacés. Les produits de la pêche industrielle sont divers : poisson, crevette, langouste blanche, etc.

En valeur absolue, la Floride est le troisième État pour la consommation d'énergie[131] : la population est en effet nombreuse et les besoins domestiques sont importants. Cependant, la consommation d'énergie par habitant est l'une des plus basses du pays (44e sur 50), en raison du faible poids des industries[132]. Les ressources énergétiques sont rares et la Floride doit importer la majeure partie de ses besoins. Elle ne possède pas de raffinerie[132]. Le gaz naturel parvient des États voisins du golfe du Mexique. La production hydroélectrique est infime[132]. Trois centrales nucléaires sont en fonctionnement. La Floride produit 3,2 % des énergies renouvelables des États-Unis alors que le potentiel est relativement important (solaire, biocarburants)[132]. L'entreprise Florida Power & Light a annoncé l'ouverture pour 2010 d'une centrale solaire de 180 000 miroirs[133]. Elle se situera sur la côte orientale, au nord du comté de Palm Beach et s'étendra sur plus de 200 hectares[133].

En 2005, la Floride est le quatrième État des États-Unis pour la production de minerais[40]. Les principales productions sont les phosphates (54 millions de dollars en 2005), le sable et les graviers (64 millions de dollars), l'ilménite, la rutile[40] et le kaolin[41]. Aujourd'hui, entre 75 et 80 % du phosphate utilisé aux États-Unis[40] et 25 % dans le monde provient de Floride[134] : il est exporté par le port de Tampa.

Secteur secondaire

Lancement de la navette Challenger. Centre spatial de Cap Canaveral

La Floride n'est pas considérée comme un État industriel : les industries lourdes sont peu nombreuses et le secteur secondaire ne représente que 8 % du PIB. Les emplois industriels se concentrent dans les métropoles. Plusieurs industries travaillent en relation avec le secteur primaire : transformation du bois, jus de fruit, conserveries, raffinage du sucre. Le secteur du bâtiment et travaux publics (BTP) est stimulé par la croissance démographique et le tourisme. La construction électrique et le matériel de transport (Tampa, Jacksonville, Orlando), la confection (Miami) sont des activités relativement dynamiques[2]. Depuis l'arrivée de la NASA au cap Canaveral dans les années 1960, l'industrie aérospatiale s'est développée. Aujourd'hui, elle emploie 23 000 personnes et produit pour 4,5 milliards de dollars de biens et services[135].

Les industries médicales et biotechnologiques connaissent également un essor dans les principales agglomérations. La Floride est le deuxième État américain pour le nombre de laboratoires médicaux[136]. Plus de 600 entreprises de biotechnologie (Comté d'Alachua et agglomération de Miami-Fort Lauderdale), de pharmacie et de matériel médical[137] travaillent en relation étroite avec les universités.

Secteur tertiaire

Les services représentent 68 % du PIB floridien[136]. Le tourisme est la principale activité de la Floride[2],[106] : il génère, dans les années 2000, 57 milliards de dollars[135]. « L'État ensoleillé » a attiré quelque 86 millions de touristes en 2006[138].

Walt Disney World Resort

Les atouts touristiques de la Floride sont nombreux : le climat tropical du sud offre des hivers chauds et ensoleillés. Le tourisme balnéaire se développe grâce aux plages de sable blanc comme celles de la Suncoast, mais aussi grâce à une offre importante d'infrastructures de transport et d'hôtellerie. L'offre des activités est large, depuis les loisirs et les sports maritimes au tourisme culturel et écologique (parcs naturels). Les touristes viennent également profiter des centaines de sources d'eau douce de l'État : il existe 15 parcs d'État autour de sources qui attirent chaque année plus de deux millions de visiteurs[139]. Il est possible de visiter le Kennedy Space Center et d'assister au lancement des navettes sur le site.

La Floride est, avec la Californie, l'État qui compte le plus de parcs à thème. Plusieurs parcs sont regroupés en complexe, le plus grand de tous est le Walt Disney World Resort près d'Orlando qui s'étend sur 101 km²[140]. Le complexe emploie 65 000 personnes, comprend quatre parcs à thèmes dont un zoologique et un parc des technologies du futur (EPCOT), deux parcs aquatiques, 22 hôtels, cinq terrains de golf et une zone commerciale. Orlando est la métropole touristique la plus fréquentée du monde et qui détient la plus grande capacité hôtelière du pays[141]. Enfin, Miami est le premier port de croisières du globe[142] avec plus d'1,8 million d'embarquements en 2007[143].

Photographie aérienne du port de Miami

4 000 agences bancaires sont présentes en Floride et Miami est le deuxième centre bancaire international des États-Unis, derrière New York[136].

Les exportations de marchandises représentent 14,5 milliards de dollars au premier trimestre 2009, et les importations 9,8 milliards[123]. Les ports de Floride exportent des produits manufacturés, des véhicules, des engrais, des plastiques et des produits pharmaceutiques. Ils importent des produits manufacturés, énergétiques et minéraux. La Floride est la porte des États-Unis sur l'Amérique latine et assure près de 40 % des exportations américaines vers ce continent[135]. Les aéroports représentent 4,8 millions de tonnes et 7 % des marchandises transportées par avions aux États-Unis[144]. Le littoral accueille 14 ports en eau profonde qui totalisent un trafic de 121 millions de tonnes de marchandises[144]. Tampa est le premier port de Floride en volume de marchandises[145],[146].

Culture

Article détaillé : Culture en Floride.

Architecture et patrimoine

Maison des Wesley, une famille floridienne qui s’est enrichie grâce à l’industrie du bois (fin XIXe siècle, parc d'État d'Eden Gardens)
Don Cesar, St. Pete Beach
Miami Beach, bâtiments Art Déco

L'architecture de la Floride suit l'évolution historique et économique de « l'État ensoleillé ». Les nombreux forts présents en Floride montrent que la région a constitué un enjeu entre les puissances coloniales européennes, puis dans les guerres indiennes menées par le gouvernement américain. Le Castillo de San Marcos et le fort Matanzas, construits par les Espagnols au XVIIIe siècle en coquina, sont classés monuments nationaux américains. L'architecture du XIXe siècle reflète l'évolution économique de la Floride : dans la moitié nord, les planteurs et les exploitants agricoles construisent de belles demeures dans un style commun au Vieux Sud des États-Unis (parc d'État d'Eden Gardens). De ces plantations subsistent parfois les ruines d'un moulin à sucre (site historique d'État de Yulee Sugar Mill Ruins) ou les cases des esclaves (parc historique d'État de Bulow Plantation Ruins). La multiplication des phares sur la côte témoigne de la vocation maritime de la Floride : le plus haut est le Ponce de Leon Inlet Light, à Ponce Inlet.

Dans les années 1880-1920, les investisseurs et les magnats des chemins de fer construisent de nombreux hôtels aux styles architecturaux éclectiques : Carl Graham Fisher à Miami Beach, Harold Stirling Vanderbilt à Palm Beach, Henry Bradley Plant à Tampa, Henry Morrison Flagler à St. Augustine. L'architecture néo-mauresque est très prisée : Don Cesar (St. Pete Beach), Tampa Bay Hotel (Tampa), Ponce de León Hotel (St. Augustine). Les autres tendances sont hispaniques (Coral Gables Biltmore Hotel à Coral Gables) ou néorenaissance méditerranéenne (Villa Vizcaya à Miami).

L'Entre-Deux-Guerres voit s'épanouir des édifices de style Art Déco, en particulier à Miami et Miami Beach. Les éléments décoratifs en stuc et en marbre reprennent les thèmes de la faune et la flore locales si bien que l'on parle de tendance Tropical Art Deco. Les murs sont peints avec des couleurs pastels et ornés de formes géométriques, de néons qui brillent dans la nuit. Le sourcil au-dessus des fenêtres, destiné à protéger l'intérieur de la lumière du soleil, est une spécialité de Miami[147]. La Floride compte des édifices de la Prairie School, parmi lesquels la Veterans' Memorial Library d'Isabel Roberts (St. Cloud) et la Pfeiffer Chapel, de Frank Lloyd Wright (Lakeland) sont deux exemples célèbres.

Il existe un style moderne propre à Miami : la Miami Modern Architecture ; Morris Lapidus est l'un des architectes les plus prolifiques en Floride dans les années 1950 ; on lui doit de nombreux hôtels à Miami Beach. La Sarasota School of Architecture est un style d'architecture régional dominé par Paul Rudolf dans les années 1950 et qui appartient au style international. Enfin, parmi les grands architectes internationaux ayant travaillé en Floride, on peut citer le Japonais Arata Isozaki qui a construit le Team Disney Building, près d'Orlando, ou encore le Suisse Bernard Tschumi qui a dessiné le Paul Cejas School of Architecture Building à Miami (2003).

Comme dans les autres métropoles américaines, les grandes villes floridiennes ont vu s'élever des gratte-ciel dans les centres des affaires. La poussée a été telle à Miami que les spécialistes ont pu parler de « manhattanisation ». Le Four Seasons Hotel Miami est le plus haut immeuble de la Floride avec ses 242 mètres. Depuis quelques années, les Floridiens ont pris conscience de la nécessité de préserver le patrimoine architectural de l'État, menacé par les promoteurs immobiliers. De nombreuses villes possèdent des quartiers historiques (Historic Districts en anglais) qui attirent les touristes. À la fin des années 1970, sous l'impulsion de Barbara Capitman, fut créée la Ligue de préservation de Miami[147]. En 2007, la Floride abrite 39 National Historic Landmarks[148].

Cinéma et télévision

Article détaillé : Liste de films tournés en Floride.
Entrée du secteur Hollywood de l'Universal Studios Florida

Au début du XXe siècle, de nombreux réalisateurs de New York sont attirés par le climat de la Floride et les faibles salaires. Ils installent une trentaine de studios à Jacksonville que l'on surnomme rapidement la « Winter Film Capital of the World »[N 4]. Plusieurs centaines de films muets sont ainsi produits entre 1908 et les années 1920. Mais l’industrie du cinéma est stoppée par la concurrence d’Hollywood en Californie. Il ne reste de cet âge d’or qu’un musée aménagé dans les studios Norman, dans le quartier d’Arlington, le Jacksonville Silent Film Museum[149].

Aujourd'hui, la Floride est le troisième centre de production cinématographique des États-Unis. On trouve des studios de production dans deux parcs à thèmes : Universal Studios Florida et Disney's Hollywood Studios. Plusieurs films historiques sur la Prohibition (Certains l'aiment chaud), la crise des missiles de Cuba de 1962 (Treize jours) ont été tournés en Floride. De nombreux films ont pour thème l’espionnage (Goldfinger, Casino Royale) ou l’espace (Apollo 13, Contact). Les films se déroulant en Floride appartiennent souvent au genre policier ou au thriller : L'Expert, Sexcrimes, Miami vice - Deux flics à Miami. D’autres sont des films d’action comme Bad Boys, 2 Fast 2 Furious, Le Transporteur 2. Dans le registre de la comédie, on peut citer Porky's, Stranger Than Paradise, Mary à tout prix et Mon beau-père, mes parents et moi qui se déroulent tous dans l'État. L'Enfer du dimanche réalisé par Oliver Stone, évoque quant à lui l’univers du football américain. De nombreux comédiens sont nés en Floride : Sidney Poitier, Faye Dunaway, Wesley Snipes ou encore Danny Pino.

Parmi les séries télévisées qui ont pour cadre la Floride, on peut citer : Flipper le dauphin, Les Craquantes, Nip/Tuck, Deux flics à Miami, Les Experts : Miami, Dexter qui sont les plus connues.

Cuisine

La cuisine floridienne est un mélange d’influences diverses venues des Caraïbes et d’Amérique latine. Elle utilise des produits maritimes (poissons, crustacés, coquillages), cubains (riz, haricots noirs, porc) et tropicaux (fruits), souvent relevés par des épices. Les agrumes (orange, citron, pamplemousse) sont utilisés dans les desserts mais aussi dans de nombreux plats sucrés-salés (poulet, poisson, etc.). Parmi les spécialités de la région se trouvent le fudge (confiserie à base de sucre, lait, beurre, chocolat et banane) et la viande d’alligator[150]. Les restaurants proposent aussi des plats typiques du Vieux Sud américain (gumbo, jambalaya). Les crustacés sont préparés en bisques et servis en entrée. L’agriculture fournit des fruits pour les cocktails et les smoothies. Les premières vignes de Floride auraient été plantées par les Français au XVIe siècle et développées par les Espagnols par la suite[151],[152]. Depuis 2006, la Key lime pie, une tarte à la lime originaire de la région des Keys, est devenue un symbole de l'État[153].

Événements culturels et festivals

Article détaillé : Liste des festivals en Floride.

Le dynamisme de la culture floridienne se manifeste par de nombreux événements tout au long de l’année. Des festivals de musique se tiennent dans les grandes villes, en particulier à Jacksonville et Miami. Key West s'impose comme l'une des capitales littéraires de la Floride, notamment avec son festival Hemingway Days Festival en l'honneur d'Ernest Hemingway[154]. Les villes du Sud de la Floride organisent diverses parades célébrant les différentes communautés de la région. La Florida State Fair est l'une des foires les plus anciennes et les plus importantes de l'État. Enfin, on compte de nombreux festivals cinématographiques, parmi lesquels le Miami International Film Festival qui est fréquenté chaque année par plus de 70 000 visiteurs[155].

Littérature

Harriet Beecher Stowe
Hemingway sur son bateau vers 1950

Comme les Amérindiens n’ont pas laissé de témoignages écrits datant de l’époque précolombienne, les premiers éléments de la littérature sur la Floride sont des récits espagnols. Au XVIe siècle, des explorateurs comme Jean Ribault et René de Goulaine de Laudonnière laissent des témoignages de la colonisation française. Au siècle des Lumières, les voyageurs britanniques puis américains décrivent la péninsule : ainsi, le naturaliste et poète William Bartram parcourt la Floride entre 1765 et 1777. Il publie le récit de ses aventures en 1791 dans un livre appelé Travels, dans lequel il décrit les mœurs des Amérindiens, les milieux et les paysages floridiens[156]. Un autre voyageur anglais, Bernard Romans, écrit une Histoire naturelle et civile des Florides (1776). Bien que n’ayant jamais résidé de manière permanente en Floride, l’ornithologue John James Audubon peint les oiseaux de cette région ; il explore la Floride à plusieurs reprises dans les années 1830[157] et publie Les Oiseaux d'Amérique. Charles Vignoles édite en 1821 ses Observations on the Floridas.

Elizabeth Harriet Beecher Stowe (1811 - 1896), auteur de La Case de l'oncle Tom, a également décrit la Floride à la fin du XIXe siècle dans Palmetto Leaves (1872). À la fin de son ouvrage, elle plaide en faveur des droits humains, notamment des Afro-Américains[158]. Le premier roman de Marjorie Kinnan Rawlings, South Moon Under (1933), se déroule à Cross Creek où l’on peut encore visiter sa maison[159]. Mais son œuvre la plus célèbre, The Yearling (en français : Jody et le faon, 1938), qui raconte l'histoire d'un jeune garçon qui adopte un faon orphelin en Floride, a remporté le Prix Pulitzer du Roman en 1939, et a fait plus tard l'objet d'un film du même nom. À la fin des années 1930, Stetson Kennedy et Zora Neale Hurston travaillèrent pour la division floridienne de la Work Projects Administration (WPA) qui engageait des écrivains[77]. Ils commirent tous deux des ouvrages sur la Floride, le premier dans Palmetto Country (1942) et Southern Exposure (1946), la seconde dans son roman Their Eyes Were Watching God (1946). Ces deux auteurs sont connus pour leurs contributions sur le folklore de la Floride et leur engagement en faveur des droits civils. Bien qu’originaire d’Alabama, la famille de Zora Neale Hurston s’installa à Eatonville près d’Orlando. Dans son autobiographie, Dust Tracks on a Road, Zora Neale Hurston prétend y être née[160] ; la ville organise chaque année un festival en son honneur.

Ernest Hemingway vécut plusieurs années à Key West, dans une maison où John Dos Passos vint à plusieurs reprises avec sa femme. Hemingway y écrivit de nombreux romans : A Farewell to Arms, For Whom The Bell Tolls, Green Hills of Africa, The Snows of Kilimanjaro, Death in the Afternoon. La demeure a été transformée en musée en 1964 puis classée National Historic Landmark en 1968[161]. Deux œuvres du Prix Nobel de Littérature ont pour cadre la Floride : En avoir ou pas (1937) décrit Key West et la contrebande entre Cuba et la Floride. L'étrange contrée raconte comment un écrivain et une jeune fille louent une voiture à Miami et roulent vers l'Ouest. Tennessee Williams est un autre grand auteur américain qui vécut en Floride. Sa pièce Doux Oiseau de jeunesse (Sweet Bird of Youth, 1959) commence dans une chambre d’hôtel de St. Cloud. La pièce de Maxwell Anderson (1888-1959), Key Largo (1939) fut adaptée au cinéma.

À partir des années 1960, Miami devient le centre de la littérature des Cubains en exil : par exemple, Carlos Victoria place l’action de son roman Un pont dans la nuit dans la métropole floridienne[162]. Thomas McGuane (né en 1939), écrit des romans qui ont pour décor les Keys (32° à l’ombre, Panama). Dans Continents à la dérive (1985), Russell Banks (né en 1940) évoque l’immigration haïtienne en Floride. Enfin, le roman policier est le genre le plus prolifique en Floride : on peut citer des écrivains comme John D. MacDonald, Alison Lurie, Elmore Leonard, Stuart M. Kaminsky, Carl Hiaasen, Patricia Cornwell ou encore Tim Dorsey.

Médias

Le siège du journal Miami Herald

Il existe une importante offre de journaux à Miami : le principal quotidien est The Miami Herald qui tire à plus de 260 000 exemplaires en semaine et emploie quelque 1 400 personnes[163] ; il a reçu 19 fois le prix Pulitzer et son rayonnement va bien au-delà du sud de la Floride car il est distribué dans six pays d’Amérique latine et des Caraïbes[163]. Sa version hispanophone, El Nuevo Herald, est le deuxième journal en espagnol le plus lu aux États-Unis et tire à 95 000 exemplaires en semaine[164]. Parmi les autres grands journaux floridiens, on peut citer le plus ancien d'entre eux, The Florida Times-Union, fondé en 1864, l'Orlando Sentinel, avec un tirage quotidien de plus de 200 000 exemplaires, ou encore le St. Petersburg Times qui a remporté six fois le prix Pulitzer. Il existe en outre une presse étudiante très active, avec des titres comme The Beacon, The FAMUan ou encore The Miami Hurricane.

Musées et bibliothèques

La Villa Vizcaya (Miami) abrite un musée d'art
Article détaillé : Liste des musées en Floride.

L’art contemporain est particulièrement bien représenté en Floride : les musées (Miami Art Museum, Musée d’art contemporain de North Miami, Musée d'art contemporain de Jacksonville) et les galeries d’art se concentrent dans les grandes villes. Miami possède une foire d'art contemporain internationalement reconnue : Art Basel Miami Beach. Le Salvador Dali Museum réunit la plus grande collection au monde du maître espagnol à St. Petersburg[165].

Il existe par ailleurs de nombreux musées consacrés aux sciences (Miami Science Museum, Muséum d'Histoire Naturelle de Floride), aux transports (aviation, chemin de fer) et à l’histoire locale. Enfin, la vocation spatiale de la Floride est mise à l’honneur au Kennedy Space Center Visitor Complex de Cap Canaveral. Des aquariums (SeaWorld Orlando, Aquarium de Floride) et des parcs zoologiques (Jacksonville Zoo and Gardens, Busch Gardens Africa, Disney's Animal Kingdom, Miami MetroZoo) figurent parmi les autres attractions de l’État.

Les principales bibliothèques de l'État sont situées dans les métropoles : le réseau des bibliothèques de Miami possède 47 antennes et plus de 3,5 millions de volumes[166]. Les campus universitaires abritent des bibliothèques spécialisées. La bibliothèque de la Florida International University compte plus d’1,7 millions de volumes[167]. Les archives de l’État de Floride se trouvent à Tallahassee.

Musique

La diversité musicale de la Floride reflète l’existence des différentes communautés ethniques. Les musiques rituelles des Amérindiens restent vivantes dans les réserves. L’héritage afro-américain se retrouve dans le ragtime et le cake-walk. La présence des Cubains et des Haïtiens renouvelle les genres musicaux de la péninsule à partir des années 1960[168]. Au début des années 1970, la musique disco de Miami connaît un important succès. Puis, dans les années 1980-1990 se développent le Miami bass (hip-hop), le death metal, le Florida breaks (breakbeat). Enfin, la Floride est l’un des principaux lieux de la musique techno. À Miami, la Winter Music Conference est la plus grande manifestation de dance music du monde et la ville reste l’une des destinations préférées des DJ internationaux.

De nombreux chanteurs et musiciens sont nés en Floride : on peut citer George Fisher, Gary U.S. Bonds (rhythm and blues), Jim Morrison (rock), Thomas Earl Petty, Johnny Tillotson (musique country), ou encore Flo Rida (rap). Marilyn Manson et 2 Live Crew comptent parmi les groupes originaires de Floride les plus connus. Les métropoles comptent chacune des orchestres symphoniques. Enfin, plusieurs chansons évoquent la Floride : Old Folks at Home est l'hymne de l'État écrit par Stephen Foster en 1851. Les Blues Brothers chantent Going back to Miami et Arthur H interprète Sous le soleil de Miami.

Sports

Article détaillé : Sport en Floride.
Franchises sportives principales basées en Floride
Équipe Sport Ligue Stade Ville Nombre de victoires
Miami Dolphins Football américain NFL Dolphin Stadium Miami 2 (1972 et 1973)
Miami Heat Basket-ball NBA American Airlines Arena Miami 1 (2006)
Florida Marlins Baseball MLB Dolphin Stadium Miami 2 (1997 et 2003)
Florida Panthers Hockey sur glace NHL BankAtlantic Center Sunrise 0
Miami FC Football USL Tropical Park Stadium Miami 0
Tampa Bay Buccaneers Football américain NFL Raymond James Stadium Tampa 1 (2003)
Tampa Bay Rays Baseball MLB Tropicana Field St. Petersburg 0
Tampa Bay Lightning Hockey sur glace NHL St. Pete Times Forum Tampa 1 (2004)
Orlando Magic Basket-ball NBA Amway Arena Orlando 0
Jacksonville Jaguars Football américain NFL Jacksonville Municipal Stadium Jacksonville 0
Le Ben Hill Griffin Stadium à Gainseville peut accueillir plus de 90 000 spectateurs pour des matchs de football américain

À côté des équipes prestigieuses (voir le tableau ci-dessus), la Floride possède de nombreuses petites équipes de baseball, football américain, basket-ball, hockey-sur-glace, football et rugby. Les universités ont également des équipes sportives reconnues.

Le football américain est, comme ailleurs aux États-Unis, l’un des sports les plus suivis en Floride. L’Orange Bowl qui se joue à Miami est le match de football américain universitaire le plus ancien, la première édition ayant eu lieu en 1935. En baseball, l'entraînement de printemps des équipes de Ligue majeure de baseball débute à la mi-février (Grapefruit League).

L’étendue du littoral floridien est propice au développement des sports nautiques et aquatiques de toutes sortes : pêche sportive, kayak, catamaran, planche à voile sont pratiqués comme sports et comme loisirs. La plongée sous-marine permet de découvrir les récifs coralliens et les nombreuses épaves. Des régates sont organisées au large des côtes et Fort Lauderdale possède la plus grande manifestation nautique du monde qui attire quelque 125 000 personnes chaque année[169]. La Floride est, avec la Californie et Hawaii, un foyer du surf américain. Cocoa Beach est le lieu de naissance du surfeur professionnel le plus titré de l'histoire de ce sport, Kelly Slater.

Le principal lieu pour les courses automobiles est Daytona Beach. Le Daytona International Speedway accueille notamment les 24 heures de Daytona, une course d'endurance de voitures de sport qui se tient chaque année depuis 1966.

Daytona International Speedway

Le rodéo de la Silver Spurs Arena à Kissimmee est le plus ancien de Floride. Les courses hippiques sont l'occasion de faire des paris. Le comté de Palm Beach est réputé pour la pratique du polo, en particulier dans le Palm Beach International Polo Club.

Le tennis est l’un des sports les plus pratiqués en Floride. Il existe de nombreux centres d’entraînement dont celui de Nick Bollettieri qui forme des joueurs internationaux. Les tournois de Delray Beach et les Masters de Miami font partie du circuit professionnel ATP. L'Open de Miami et le tournoi d'Amelia Island figurent dans le WTA.

Avec plus de 1 250 terrains de golf[11], la Floride est l’État américain le mieux doté. Ils se concentrent dans le comté de Palm Beach. De nombreux golfeurs ont choisi de résider en Floride comme Tiger Woods. La Professional Golfers' Association et la Ladies professional golf association organisent des tournois en Floride dont le plus prestigieux est The Players Championship à Ponte Vedra Beach.

Éducation

University of Florida, Anderson Hall
Florida Atlantic University
Article détaillé : Éducation en Floride.

Les systèmes scolaires publics sont administrés par le Florida Department of Education (FLDOE). Selon la Constitution de la Floride[170], l'État compte 67 districts scolaires, soit un par comté, qui sont indépendants des municipalités. Les districts scolaires ont la possibilité de taxer leurs résidents[170]. La Floride possède plusieurs centaines d’écoles privées de tous types[171] qui ne dépendent pas du FLDOE[172]. En 2008, environ 55 000 élèves recevaient un enseignement à domicile[173] qui n’est contrôlé ni par le district scolaire, ni par le FLDOE. En 2007, on comptait 2 641 598 Floridiens en étude (du primaire au supérieur).

Il existe 23 universités et colleges d’État, 28 universités et colleges indépendants, 26 community colleges, 8 écoles de droit et 4 écoles de médecine en Floride[106]. L’Independent Colleges and Universities of Florida est une association qui regroupe 28 institutions éducatives privées dans l'État, totalisant plus de 120 000 étudiants en 2006[174]. En 2007, l’ensemble des universités floridiennes disposaient de 1,6 milliard de dollars pour la recherche, financée par l’État fédéral, l’État de Floride, les industriels, le mécénat et la philanthropie[175]. Il existe de nombreux pôles d’excellence universitaire dans les biotechnologies, les énergies renouvelables, l’optique et la science des matériaux.

Les établissements d’enseignement supérieur les plus importants sont le Miami Dade College (167 000 étudiants[176] étudiants), l’University of Florida (51 700), l’University of Central Florida (48 400)[177], qui comptent parmi les plus grandes des États-Unis. Selon le classement académique des universités mondiales par l'université Jiao Tong de Shanghai, l’University of Florida est la meilleure de l’État : elle occupe la 58e place mondiale et la 39e place aux États-Unis (2008)[178].

Le campus de l’University of Florida à Gainesville est le plus vaste et s’étend sur environ 800 hectares[177]. Fondée en 1851, la Florida State University à Tallahassee est la plus ancienne de l'État.

Transports

Article détaillé : Transport en Floride.
Seven Miles Bridge, dans les Keys au sud de la Floride

La Floride est desservie par une grande variété de moyens de transport. La desserte du territoire est facilitée par la taille de l’État et par l'absence de montagnes. Les transports sont sous la responsabilité du Florida Department of Transportation.

Le système des autoroutes d’État (State Highway System) s'étend sur près de 19 500 km[144] et relie les principales villes. La longueur cumulée des autres routes publiques atteint les 177 000 km[144]. Les principales autoroutes sont l’Interstate 4, l’Interstate 10, l’Interstate 75 et l’Interstate 95. L'U.S. Route 1 relie Key West à la frontière canadienne. Cette section de l’US Route 1, dans les Keys, appelée Overseas Highway, est longue d'environ 150 km et compte 42 ponts[179] dont le Seven Mile Bridge, le plus long de Floride avec 10,8 km. Le réseau des voies ferrées est long de quelque 4 500 km[144] et permet surtout l’acheminement des marchandises et des matières premières. La société Amtrak exploite plusieurs lignes de chemins de fer pour les voyageurs comme l’Auto Train. Orlando constitue le terminal oriental de la Sunset Limited, qui traverse le sud des États-Unis depuis Los Angeles en passant par Houston et la Nouvelle-Orléans. Miami est reliée à New York par deux lignes : la Silver Star et la Silver Meteor.

Miami est la seule ville floridienne à posséder un métro ; les autres grandes villes sont desservies par un tramway et/ou des bus. Le Tri-Rail est une ligne régionale de trains qui s’étend sur 118 km et qui possède 18 gares le long de la côte méridionale de l'Atlantique et qui dessert les trois aéroports internationaux de cette région.

La Floride possède 19 aéroports commerciaux reliés à 120 destinations aux États-Unis et à l’étranger[144]. 70 millions de passagers passent chaque année dans les aéroports floridiens dont 44 millions visitent l’État[144]. En 2007, plus de 4,8 millions de tonnes de fret ont transité par les aéroports de Floride[144]. Les principaux aéroports, par nombre de passagers, sont ceux d’Orlando, de Miami, de Fort Lauderdale et de Tampa.

Jumelages

Notes

  1. La Floride est le troisième État des États-Unis pour la surface en eau derrière l'Alaska et le Michigan.
  2. D’après le Bureau du Recensement des États-Unis, la Floride aurait en 2008 18 328 340 habitants alors que les cinq premières agglomérations ont une population cumulée de 12 204 158
  3. En anglais : Metropolitan Statistical Areas
  4. La capitale mondiale du film lors de la saison hivernale

Références

  1. Claude Schneider et Mauricette Steinfelder, États-Unis, Paris : Arthaud, 1980. (ISBN 9782700303056). Voir page 262
  2. a , b , c , d , e , f  et g (fr) Floride, Larousse. Consulté le 01-03-2009
  3. a , b  et c (en) Florida - Location, size, and extent, City-data.com. Consulté le 01-03-2009
  4. a , b  et c National Audubon Society, Peter Alden, Rick Cech, National Audubon Society Field Guide to Florida, Knopf, 1998 (ISBN 067944677X) , p.14
  5. a  et b (en) Fiona Sunquist, Mel Sunquist, Les Beletsky, Travellers' Wildlife Guides Florida, Interlink Books, 2001 (ISBN 1566566517) , p.4
  6. (en) Howard T. Odum, E.C. Odum, M.T. Brown, Environment and Society in Florida, CRC (ISBN 1574440802) , p.3
  7. a  et b Yves Boquet, Les États-Unis, 2003, p.156
  8. Pierre Larousse, Grand dictionnaire universel du XIXe siècle, tome 11, collection rediviva, 1990, réimpression de 1866-1876, 286971193X, p.500
  9. National Audubon Society, Peter Alden, Rick Cech, National Audubon Society Field Guide to Florida, Knopf, 1998 (ISBN 067944677X) , p.10
  10. a , b , c , d  et e (en) Florida - Topography, City-data.com. Consulté le 02-03-2009
  11. a , b  et c (en) Florida Quick Facts, State of Florida.com. Consulté le 2009
  12. a , b  et c (en) Anthony F. Randazzo, Douglas S. Jones, The Geology of Florida, University Press of Florida, 1997  , p.4
  13. Bruno Voituriez, Le Gulf Stream, UNESCO, Paris, 2006 (ISBN 2746702347) , p.63
  14. Bruno Voituriez, Le Gulf Stream, UNESCO, Paris, 2006 (ISBN 2746702347) , p.64
  15. Bruno Voituriez, Le Gulf Stream, UNESCO, Paris, 2006 (ISBN 2746702347) , p.157
  16. a , b  et c (en) National Audubon Society, Peter Alden, Rick Cech, National Audubon Society Field Guide to Florida, Knopf, 1998 (ISBN 067944677X) , p.12
  17. (en) Martin B. Main, Ginger M. Allen, « The Florida Environment: An Overview », University of Florida, Institute of Food and Agricultural Sciences. Consulté le 01-03-2009
  18. (en) Yin et al., « Sea Level Rise Due To Global Warming Poses Threat To New York City », sciencedaily.com. Consulté le 12-04-2009
  19. (en) Florida:Earthquake History, United States Geological Survey. Consulté le 01-03-2009
  20. (en) 6.0 quake in Gulf shakes Southeast, 11-09-2006, CNN. Consulté le 01-03-2009
  21. (en) Solar Energy, Enterprise Florida. Consulté le 02-03-2009
  22. (en) Florida Facts and Trivia, 50states.com. Consulté le 02-03-2009
  23. (en) Florida - Climate, City-data.com. Consulté le 02-03-2009
  24. a , b  et c (en) Water Use in Florida, 2005 and Trends 1950–2005, USGS. Consulté le 02-03-2009
  25. (en) Lightning Information Center, National Weather Service. Consulté le 02-03-2009
  26. (en) Vulnerable cities: Miami, Florida, The Weather Channel. Consulté le 02-03-2009
  27. Les tempêtes de 1992. Ouragan Andrew (16 - 28 août 1992), Environnement Canada Région de l'Atlantique. Consulté le 02-03-2009
  28. a  et b (en) Köppen Climate Classification Map, Geophysical Institute of the University of Alaska, Department of Climate Science. Consulté le 02-03-2009
  29. (en) Okeechobee, Florida, USA: Climate, Global Warming, and Daylight Charts and Data, World Climate. Consulté le 02-03-2009
  30. a  et b National Audubon Society, Peter Alden, Rick Cech, National Audubon Society Field Guide to Florida, Knopf, 1998 (ISBN 067944677X) , p.13
  31. (en) Eleanor Noss Whitney, D. Bruce, Ph.D. Means, Anne Rudloe, Priceless Florida: Natural Ecosystems and Native Species, Pineapple Press (ISBN 1561643084) , p.3
  32. a  et b (en) About Florida Springs, Florida Department of Environmental Protection. Consulté le 01-03-2009
  33. Pierre Pech, Hervé Regnauld, Géographie physique, PUF, Paris, 1992 (ISBN 2-13-044735-X) , p.218
  34. Eric Gilli, La spéléologie, PUF, Paris, 1995 (ISBN 2130472540) , p.17
  35. a  et b (en) Early Geologic History, USGS (Coastal and Marine Geology Program). Consulté le 03-03-2009
  36. a  et b (en) Geologic Map of the State of Florida, USGS. Introduction, South Florida Environment Access (USGS). Consulté le 03-03-2009
  37. (en) Anthony F. Randazzo, Douglas S. Jones, The Geology of Florida, University Press of Florida, 1997 , p.2
  38. a  et b (en) Ginger M. Allen, Martin B. Main, « Florida's Geological History », University of Florida. Consulté le 03-03-2009
  39. (en) Anthony F. Randazzo, Douglas S. Jones, The Geology of Florida, University Press of Florida, 1997 , p.1
  40. a , b , c , d , e  et f (en) Minerals Yearbook:The Mineral Industry of Florida, août 2008, U.S. Department of the Interior, U.S. Geological Survey. Consulté le 03-03-2009
  41. a  et b (en) Kaolin, Florida Department of Environmental Protection. Consulté le 03-03-2009
  42. a  et b (en) Dawn and Blair Witherington, Florida's Living Beaches: A Guide for the Curious Beachcomber, Pineapple Press, 2007 (ISBN 1561643866) , p.3
  43. (en) Dawn and Blair Witherington, Florida's Living Beaches: A Guide for the Curious Beachcomber, Pineapple Press, 2007 (ISBN 1561643866) , p.6
  44. (en) Fossils: What They Tell Us About Florida’s Natural History, Florida Institute of Phosphate Research. Consulté le 03-03-2009
  45. (en) The History of the Florida Platform in a Nutshell, Florida Museum of Natural History. Consulté le 03-03-2009
  46. (en) United States Department of Agriculture, « MYAKKA -- FLORIDA STATE SOIL ». Consulté le 12-04-2009
  47. a  et b (en) Strategic Assessment of Florida's Environment (SAFE). Urban/Rural Population Ratio, Program for Environmental Policy and Planning Systems. Consulté le 05-03-2009
  48. (en) Cities and Towns :Places over 100,000: 2000 to 2007, U.S. Census Bureau. Consulté le 25-04-2009
  49. Les plus grandes villes du monde, PopulationData.net. Consulté le 05-03-2009
  50. a , b , c  et d Metropolitan and Micropolitan Statistical Area Estimates: Population Change and Rankings, U.S. Census Bureaul. Consulté le 25-04-2009
  51. National and State Population Estimates:Annual Population Estimates 2000 to 2008, U.S. Census Bureau. Consulté le 25-04-2009
  52. Par exemple, le Tri-Rail pour l'agglomération de Miami : (en) System map, South Florida Regional Transportation Authority. Consulté le 05-07-2009
  53. (en) Employment With the Division of Forestry, Florida Department of Agriculture and Consumer Services. Consulté le 04-03-2009
  54. (en) Gil Nelson, The Trees of Florida: A Reference and Field Guide, Pineapple Press, 1998 (ISBN 1561640557) , p.7
  55. (en) Ronald L. Myers, John J. Ewel, Ecosystems of Florida, University Press of Florida, 1990 (ISBN 0813010225) , p.105
  56. (en) Ronald L. Myers, John J. Ewel, Ecosystems of Florida, University Press of Florida, 1990 (ISBN 0813010225) , p.106
  57. a  et b (en) Pisces - Seagrass Distribution, Florida Museum of Natural History. Consulté le 02-03-2009
  58. (en) Florida Reef Facts, Department of Environmental Protection. Consulté le 04-03-2009
  59. a  et b (en) About the Plant Atlas, Institute for Systematic Botany, University of South Florida, Tampa. Consulté le 04-03-2009
  60. (en) Forêts nationale de Floride, United States National Forest. Consulté le 12-04-2009
  61. (en) Mangroves, Florida Department of Environmental Protection. Consulté le 14-04-2009
  62. (en) Florida State Symbols:State Flower, Office of Cultural and Historic Programs, State of Florida. Consulté le 18-11-2007
  63. (en) 2007 Florida Statutes, Title IV, Chapter 15, section 15.031, State of Florida. Consulté le 18-11-2007
  64. (en) 2007 Florida Statutes, Title IV, Chapter 15, section 15.0345, State of Florida. Consulté le 18-11-2007
  65. (en) Florida's Exotic Freshwater Fishes, Florida Fish and Wildlife Conservation Commission. Consulté le 04-03-2009
  66. (en) Official State List of the Birds of Florida, Florida Ornithological Society. Consulté le 04-03-2009
  67. (en) Biodiversity, University of Florida, Institute of Food and Agricultural Sciences. Consulté le 04-03-2009
  68. (fr) Bernard Henry & Christian Heeb, USA : La côte Est, Éditions Artis-Historia, Bruxelles, 1994 (ISBN D 1994-0832-27) , p.98,113-119
  69. (fr) John Young, « La montée des eaux noires », Worldwatch Institute. Consulté le 04-03-2009
  70. (en) Anne B. Tihansky, « Sinkholes, West-Central Florida », United States Geological Survey. Consulté le 04-03-2009
  71. Y. Boquet, "Les États-Unis", 2003, p.114
  72. Abby Goodnough, « Florida Is Slow to See the Need to Save Water », dans The New York Times du 19-06-2007, [lire en ligne], mis en ligne le 17-12-2008
  73. (en) Water Use in Florida, 2005 and Trends 1950–2005, USGS. Consulté le 04-03-2009
  74. Abby Goodnough, « Florida Is Slow to See the Need to Save Water », dans The New York Times du 19-06-2007, [lire en ligne], mis en ligne le 17-12-2008
  75. (en) History, Florida Online Park Guide. Consulté le 04-03-2009
  76. a , b , c , d , e , f , g , h , i , j , k , l , m , n , o , p , q , r , s , t , u , v , w  et x (en) A brief history of Florida, Office of Cultural and Historical Preservation. Consulté le 04-03-2009
  77. a , b , c , d , e , f , g , h , i , j , k , l , m , n , o , p , q , r , s , t , u , v  et w (en) Timeline, Florida Memory. Consulté le 04-03-2009
  78. a , b , c , d , e , f , g , h , i  et j (en) Florida - History, City-data.com. Consulté le 04-03-2009
  79. (en) Jerald T. Milanich, Florida's Indians From Ancient Time to the Present, University Press of Florida, 1998 , pp. 3-12
  80. (en) Jerald T. Milanich, Florida's Indians From Ancient Time to the Present, University Press of Florida, 1998 , pp.12-37
  81. (en) Jerald T. Milanich, Florida's Indians From Ancient Time to the Present, University Press of Florida, 1998 , pp.38-132
  82. a , b  et c Bruno Voituriez, Le Gulf Stream, UNESCO, Paris, 2006 (ISBN 2746702347) , p.22
  83. a  et b (fr)(en) & Christian Heeb Bernard Henry, USA : La côte Est, Éditions Artis-Historia, Bruxelles (ISBN D 1994-0832-27), p. 98-101 
  84. (en) De Soto National Memorial, National Park Service. Consulté le 03-07-2007
  85. (es) Garcilaso de la Vega, « La Florida del Inca. Historia del adelantado, Hernando de Soto… », The Library of Congress (ouvrage en ligne). Consulté le 09-06-2007
  86. (en) Willard Steele, « Brief Summary of Seminole History », Seminole Tribe of Florida. Consulté le 04-03-2009
  87. (en) John H. Eicher, David J. Eicher, , Stanford University Press, Stanford (Californie), 2001 (ISBN 0-8047-3641-3) , p.5
  88. (en) R. Boyd Murphree, « Florida and the Civil War: A Short History », State Archives of Florida. Consulté le 04-03-2009
  89. (en) The Great Migration, University of Houston. Consulté le 24-04-2009
  90. a , b  et c (fr) Les Floribécois dans le contexte de la Floride du sud, 1994, Site de l'Université Laval sur la Francophonie nord-américaine. Consulté le 04-03-2009
  91. (en) John Egerton, Speak Now Against the Day: The Generation Before the Civil Rights Movement in the South, Alfred A. Knopf, New York, 1994  pp. 562-563
  92. Nicole Bacharan, Les Noirs américains, Panama, 2008, (ISBN 9782755704068), p.392
  93. (en) Projected Population Growth Through 2015 - April 2005, Business Council of New York State. Consulté le 05-03-2009
  94. a , b , c , d , e  et f (en) [pdf] Florida demographic summary, septembre 2008, Office of Demographic and Economic Research. Consulté le 05-03-2009
  95. a , b , c , d , e , f  et g (en) State & County QuickFacts: Florida, Bureau du recensement des Etats-Unis. Consulté le 05-03-2009
  96. a  et b (en) Florida population, Bureau du recensement des États-Unis. Consulté le 05-03-2009
  97. Roger Brunet (dir.), Géographie universelle. États-Unis, Canada, Hachette Reclus, 1992 (ISBN 2010148290) , p.117
  98. (en) Deaths, by State (number in thousands; rates per 1,000 population in each area), Infoplease. Consulté le 05-03-2009
  99. En 2006, la Floride a enregistré 236 882 naissances sur une population de 18 058 000 (soit un taux de natalité de 13,1 pour mille) ; il y eut 70 060 naissances parmi les Hispaniques sur 3 756 000 (soit un taux de natalité de 18,6 pour mille). Source : (en) [pdf] The 2009 Statistical Abstract: PDF Version, U.S Census Bureau. Consulté le 25-04-2009
  100. (en) Births, Birth Rates, and Fertility Rates by State, 2004, Infoplease. Consulté le 05-03-2009
  101. (en) [pdf] Hispanics in the United States, 2006, Bureau du recensement des États-Unis, p. 15. Consulté le 05-03-2009
  102. (en) [pdf] Hispanics in the United States, 2006, Bureau du recensement des États-Unis, p. 9. Consulté le 05-03-2009
  103. (en) State & County QuickFacts: Miami-Dade County, Florida, Bureau du recensement des Etats-Unis. Consulté le 05-03-2009
  104. (en) [pdf] Hispanics in the United States, 2006, Bureau du recensement des États-Unis, p. 19. Consulté le 05-03-2009
  105. (en) DP-1. Profile of General Demographic Characteristics: 2000, Bureau du recensement des Etats-Unis. Consulté le 05-03-2009
  106. a , b , c , d , e  et f (en) Florida Facts, Florida House of Representatives. Consulté le 06-03-2009
  107. Historical Census Browser, 1960 US Census, University of Virginia, consulté le 05-03-2009
  108. http://www.bea.gov/regional/bearfacts/stateaction.cfm?fips=12000&yearin=2006
  109. (en) Divorce Rates by State, 1990–2005, Infoplease. Consulté le 05-03-2009
  110. a , b  et c (en) State Membership Report - Florida, Association of Religion Data Archives. Consulté le 05-03-2009
  111. (en) Crime Rate by State, 2006 (rate per 100 000 inhabitants), Infoplease. Consulté le 05-03-2009
  112. (en) 2005 Murder Rate in Cities (rate per 100 000 population), Infoplease. Consulté le 05-03-2009
  113. 9382 en 2002, 8668 en 2006. Source : (en) MDPD Five Year Crime Comparison, Miami-Dade police. Consulté le 26-04-2009
  114. André Kaspi, François Durpaire, Hélène Harter, Adrien Lherm, La civilisation américaine, PUF (coll. Quadrige), Paris, 2004 (1°éd.) (ISBN 2130543502) , p.550
  115. André Kaspi, François Durpaire, Hélène Harter, Adrien Lherm, La civilisation américaine, PUF (coll. Quadrige), Paris, 2004 (1°éd.) (ISBN 2130543502) , p.552
  116. André Kaspi, François Durpaire, Hélène Harter, Adrien Lherm, La civilisation américaine, PUF (coll. Quadrige), Paris, 2004 (1°éd.) (ISBN 2130543502) , p.556
  117. André Kaspi, François Durpaire, Hélène Harter, Adrien Lherm, La civilisation américaine, PUF (coll. Quadrige), Paris, 2004 (1°éd.) (ISBN 2130543502) , p.557
  118. (en) 2008-2010 Senators By Last Name, The Florida Senate. Consulté le 06-03-2009
  119. (en) Representatives, Florida House of Representatives. Consulté le 06-03-2009
  120. (en) Death Row Fact Sheet, Florida Department of Corrections. Consulté le 06-03-2009
  121. (en) Ron Fridell, Capital punishment, Benchmark Books, New York, 2004 , voir p. 46.
  122. (en) [pdf] Gross Domestic Product by state Table 8:Gross Domestic Product by State in Current Dollars, 2003-2006, juillet 2007, Bureau of Economic Analysis, United States Department of Commerce. Consulté le 06-03-2009
  123. a , b , c  et d (en) Florida : Economic Quick View, Enterprise Florida. Consulté le 06-03-2009
  124. a  et b (en) Gross Domestic Product by State : Florida, Bureau of Economic Analysis. Consulté le 06-03-2009
  125. (en) State BEARFACTS 1996 – 2006, 30-09-2007, Bureau of Economic Analysis, United States Department of Commerce. Consulté le 06-03-2009
  126. (en) Florida Sales and Use Tax, State of Florida. Consulté le 06-03-2009
  127. (en) Economic Powerhouse, Enterprise Florida. Consulté le 06-03-2009
  128. Roger Brunet (dir.), Géographie universelle. Etats-Unis, Canada, Hachette Reclus, 1992 (ISBN 2010148290) , p.177
  129. Roger Brunet (dir.), Géographie universelle. États-Unis, Canada, Hachette Reclus, 1992 (ISBN 2010148290) , p.103
  130. [pdf] (en) Table 1: Value of Aquaculture Products Sold by Type, by State and United States: 2005 and 1998, 2005, United States Department of Agriculture. Consulté le 06-03-2009
  131. (en) Energy Sources, Florida Department of Environmental Protection. Consulté le 07-03-2009
  132. a , b , c  et d (en) State Energy Profiles : Florida, Energy Information Administration. Consulté le 07-03-2009
  133. a  et b (en) Kate Galbraith, « A Solar Boost for the Sunshine State », 02-12-2008, The New York Times. Consulté le 20-04-2009
  134. (en) Phosphate and How Florida Was Formed, Florida Institute of Phosphate Research. Consulté le 07-03-2009
  135. a , b  et c (en) Florida Quick Facts, State of Florida. Consulté le 07-03-2009
  136. a , b  et c (fr) La Floride, Chambre de Commerce Franco-Américaine de Floride. Consulté le 06-03-2009
  137. (en) Life Sciences, Enterprise Florida. Consulté le 07-03-2009
  138. (en) Water Use in Florida, 2005 and Trends 1950–2005, USGS. Consulté le 07-03-2009
  139. (en) About Florida Springs, Florida Department of Environmental Protection. Consulté le 07-03-2009
  140. (en) Walt Disney World News, 2008, Press Release on Resort Landscape Facts. Consulté le 07-03-2009
  141. Y. Boquet, Les États-Unis, 2003, p.53
  142. Roger Brunet (dir.), Géographie universelle. États-Unis, Canada, Hachette Reclus, 1992 (ISBN 2010148290) , p.116
  143. [pdf] (en) Executive Summary: The Contribution of the North American Cruise Industry to the USA Economy in 2007, BREA. Consulté le 07-03-2009
  144. a , b , c , d , e , f , g  et h (en) Infrastructure, 2007, Enterprise Florida. Consulté le 07-03-2009
  145. Claude Cabanne, « Les ports et les transports maritimes », dans Claude Cabanne, Jean Chaussade, Jean-Pierre Corlay, Alain Miossec, Jean-Marie Miossec, Jean-Pierre Pinot, Géographie humaine des littoraux maritimes, SEDES, Paris, 1998 (ISBN 2718192178) , p.269
  146. [pdf] (en) Port of Tampa Fact Sheet, Tampa Port Authority. Consulté le 07-03-2009
  147. a  et b (fr) Le style Miami Beach, France 5. Consulté le 14-03-2009
  148. (en) National Historic Landmarks Survey: List of National Historic Landmarks by State, Novembre 2007, U.S. Department of the Interior. Consulté le 16-03-2009
  149. (en) The Jacksonville Silent Film Museum at Norman Studios. Consulté le 19-07-2007
  150. John B. Thorbjarnarson, Crocodiles : an action plan for their conservation, International Union for Conservation of Nature and Natural Resources, 1992 (ISBN 9782831700601) . Voir p. 74-74.
  151. Thomas Pinney, A history of wine in America : from the beginnings to prohibition, University of California Press, Berkeley, Calif., 2007 (ISBN 9780520254299) .Voir p. 101-102
  152. Gérard Charpentier, « La route des vins... en Floride : les premiers vins d'Amérique ! », Le Soleil de la Floride. Consulté le 25-03-2009
  153. (en) SB 676 - Official State Pie/Key Lime. Consulté le 16-04-2008
  154. Stuart B. McIver, Hemingway's Key West, Pineapple Press, 1993 (ISBN 9781561640355) . Voir p. 86 et ss.
  155. (en) Best of Miami: Festivals, National Geographic. Consulté le 16-03-2009
  156. (en) Famous Floridians: William Bartram, Florida Center for Instuctional Technology. Consulté le 15-03-2009
  157. David Karel, Dictionnaire des artistes de langue française en Amérique du Nord. Audubon Jean-Jacques-Fougères, Presses Université Laval, 1992 (ISBN 2763772358)  p.28, [lire en ligne]
  158. (en) Famous Floridians: Harriet Beecher Stowe, Florida Center for Instructional Technology. Consulté le 15-03-2009
  159. (en) Marjorie Kinnan Rawlings, Florida Center for Instructional Technology. Consulté le 15-03-2009
  160. (en) Famous Floridians: Zora Neale Hurston, Florida Center for Instructional Technology. Consulté le 15-03-2009
  161. (en) The House, Ernest Hemingway Home and Museum. Consulté le 02-03-2009
  162. Stéphane Guibourgé, « Un pont dans la nuit », 15-10-2007, Le Figaro Magazine
  163. a  et b (en) About Us, The Miami Herald. Consulté le 21-03-2009
  164. El Nuevo Herald, Courrier International. Consulté le 25-03-2009
  165. (en) Collection, Salvador Dali Museum. Consulté le 16-03-2009
  166. (en) Fast Facts, Miami-Dade Library. Consulté le 18-03-2009
  167. (en) FIU Libraries, Florida International University. Consulté le 18-03-2009
  168. Wiley L. Housewright, An anthology of music in early Florida, University Press of Florida, Gainesville, 1999 (ISBN 9780813022703) 
  169. (en) 47th Annual Fort Lauderdale International Boat Show, City of Fort Lauderdale. Consulté le 28-03-2009
  170. a  et b (en) Florida State Constitution, Article IX: Education, Florida Legislature. Consulté le 04-04-2009
  171. (en) Florida Private Schools, Private School Review. Consulté le 04-04-2009
  172. (en) Choosing a Private School in Florida, Florida Department of Education. Consulté le 04-04-2009
  173. (en) Home Education, Florida Department of Education. Consulté le 04-04-2009
  174. (en) Official website of ICUF, ICUF. Consulté le 04-04-2009
  175. (en) Research universities and centers of excellence, Enterprise Florida. Consulté le 04-04-2009
  176. (en) About Miami Dade College, Miami Dade College. Consulté le 05-04-2009
  177. a  et b (en) Florida Public Universities, Education-Portal.com. Consulté le 04-04-2009
  178. (en) Top 500 World Universities (1-100), Center for World-Class Universities, Shanghai Jiao Tong University. Consulté le 04-04-2009
  179. (en) Florida Glide, The New York Times. Consulté le 03-04-2009

Annexes

Articles connexes

Bibliographie

  • (en) Margaret Barlow, Our Florida Legacy: Land, Legend & Leadership, Legislative Research Center & Museum, Tallahassee, 2004 
  • (fr) Yves Boquet, Les États-Unis, Belin, 2003 (ISBN 2701132304) 
  • (en) Edward A. Fernald, Atlas of Florida, University Press of Florida, 1992, 280 p. (ISBN 0813011310) 
  • (en) Micheal Gannon, Florida: A Short History, University Press of Florida, Gainesville, 2003 
  • (en) Eric R. Jacobs; Sandra M. Jacobs, Florida Bounty: A Celebration of Florida Cuisine And Culture, Pineapple Press, 133 p. (ISBN 1561643521) 
  • (fr) Michèle Lasseur, Majestueuse Floride, 120 p. (ISBN 2723457095) 
  • (en) Ronald L. Myers, John J. Ewel, Ecosystems of Florida, University Press of Florida, 1990, 765 p. (ISBN 0813010225) 
  • (en) National Audubon Society, Peter Alden, Rick Cech, National Audubon Society Field Guide to Florida, Knopf, 1998, 448 p. (ISBN 067944677X) 
  • (en) Robert A. Taylor, Florida: An Illustrated History, Hippocrene Books, New York, 2005 
  • (en) Eleanor Noss Whitney, D. Bruce, Ph.D. Means, Anne Rudloe, Priceless Florida: Natural Ecosystems and Native Species, Pineapple Press, 423 p. (ISBN 1561643084) 

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :


Drapeau de la Floride
État de Floride
Tallahassee (capitale)
Matières

Cinéma | Culture | Démographie | Économie | Éducation | Faune | Festivals | Flore | Floridiens célèbres | Géographie | Géologie | Gouvernement | Histoire | Musées | Parcs d'État | Sport | Transport

Régions

Big Bend Coast | Central Florida | Emerald Coast | First Coast | Florida Heartland | Keys | Panhandle | Forgotten Coast | Fun Coast | Gold Coast | Greater Orlando | Nature Coast | North Central Florida | South Florida metropolitan area | Southwest Florida | Space Coast | Florida Suncoast | Tampa Bay Area | Treasure Coast

Grandes villes

Jacksonville | Miami | Tampa | St. Petersburg | Orlando | Hialeah | Fort Lauderdale | Tallahassee | Cape Coral | Port Saint Lucie | Pembroke Pines | Hollywood | Coral Springs | Gainesville | Miramar | Clearwater | Pompano Beach | Palm Bay | West Palm Beach | Miami Gardens | Lakeland | Davie | Sunrise | Boca Raton | Miami Beach

Comtés

Alachua | Baker | Bay | Bradford | Brevard | Broward | Calhoun | Charlotte | Citrus | Clay | Collier | Columbia | De Soto | Dixie | Duval | Escambia | Flagler | Franklin | Gadsden | Gilchrist | Glades | Gulf | Hamilton | Hardee | Hendry | Hernando | Highlands | Hillsborough | Holmes | Indian River | Jackson | Jefferson | Lafayette | Lake | Lee | Leon | Levy | Liberty | Madison | Manatee | Marion | Martin | Miami-Dade | Monroe | Nassau | Okaloosa | Okeechobee | Orange | Osceola | Palm Beach | Pasco | Pinellas | Polk | Putnam | Santa Rosa | Sarasota | Seminole | Saint Johns | Saint Lucie | Sumter | Suwannee | Taylor | Union | Volusia | Wakulla | Walton | Washington

  • Portail des États-Unis Portail des États-Unis
  • Portail de la Floride Portail de la Floride
Goldenwiki 2.png
La version du 1 août 2009 de cet article a été reconnue comme « article de qualité » (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l’ayant promu.
Ce document provient de « Floride ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Floride (état) de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Floride (État) — Floride Pour les articles homonymes, voir Floride (homonymie). Florida State of Florida Floride …   Wikipédia en Français

  • Floride — 28°8′0″N 81°37′54″O / 28.13333, 81.63167 …   Wikipédia en Français

  • FLORIDE — La péninsule de Floride, presque aussi grande que l’Angleterre (650 km sur 220 km), est une large apophyse prolongeant vers le sud, au cœur des latitudes subtropicales, la plaine littorale atlantique, aménagée dans les calcaires karstifiés et… …   Encyclopédie Universelle

  • Etat de Washington — État de Washington Pour les articles homonymes, voir Washington. Washington State of Washington …   Wikipédia en Français

  • Floride orientale — Carte des Florides Orientale et Occidentale datant de 1810. La Floride Orientale (en anglais: East Florida) faisait à l origine partie de la Floride espagnole. Selon les termes du Traité de Paris de 1763, qui mit fin à la Guerre de Sept Ans, l …   Wikipédia en Français

  • Floride occidentale — Carte des Florides Orientale et Occidentale datant des années 1800. La Floride Occidentale (en anglais: West Florida) était une région de la côte septentrionale du Golfe du Mexique, qui connut plusieurs changement de frontières et de souveraineté …   Wikipédia en Français

  • Floride Calhoun — Floride Bonneau Calhoun (née le 15 février 1792; morte le 25 juillet 1866) était la femme du vice président des États Unis, John Caldwell Calhoun. Sommaire …   Wikipédia en Français

  • Etat de New York — État de New York Pour les articles homonymes, voir New York (homonymie). New York State of New York …   Wikipédia en Français

  • État de New-York — Pour les articles homonymes, voir New York (homonymie). New York State of New York …   Wikipédia en Français

  • État du New York — État de New York Pour les articles homonymes, voir New York (homonymie). New York State of New York …   Wikipédia en Français