Fibres nerveuses


Fibres nerveuses

Axone

Structure typique d'un neurone

L'axone, ou fibre nerveuse, correspond au prolongement long, mince et cylindrique du corps cellulaire d'un neurone (plus rarement d'un dendrite) qui conduit de manière centrifuge les potentiels d'actions vers les zones synaptiques. Au sein du système nerveux central, les axones se regroupent en faisceaux ou tractus, ailleurs ils forment les nerfs. Certains axones émettent de collatérales (récurrentes) proximales qui naissent à angle droit. Les axones peuvent être entourés par une gaine de myéline, synthétisée par des cellules de Schwann dans le système nerveux périphérique et par des oligodendrocytes dans le système nerveux central, la gaine de myéline permet une vitesse de conduction plus élevée (jusqu'à 120 m/s).

Sommaire

Origine et prolongement

L'axone prend naissance au niveau du cône d'émergence, zone de jonction avec le corps cellulaire où les potentiels gradués sont sommés et génèrent, si leur somme est (supra-)liminaire, un ou plusieurs potentiels d'action. L'axone se termine par une arborisation terminale dont les extrémités, ou renflements terminaux, constituent l'élément présynaptique au sein de la synapse. Sur une branche terminale, peuvent se rencontrer des "enfilades" de renflements formant des synapses en passant. L'architecture axonale est maintenue par des éléments du cytosquelette, notamment des faisceaux de microtubules.

Les plus longs axones du corps humain appartiennent au faisceau pyramidal et issus de la couche V du cortex sensorimoteur et se terminant au sein de la moelle lombosacrée; les plus longs étant probablement ceux contrôlant les muscles interosseux permettant de déplacer les orteils de gauche à droite. Les axones font des neurones les plus longues cellules du corps humain, et a un diamètre de 1 à 15μm.

Catégories

Les axones les plus épais (à plus fort diamètre) se rencontrent notamment chez les Céphalopodes notamment les calmars (1mm de diamètre) où ils innervent les muscles du manteau permettant une contraction rapide et forte de ces muscles pour la nage par réaction. Ces axones ont servi de modèle à deux chercheurs britanniques Hodgkin et Huxley dans les années 1950s pour élucider les mécanismes sous-jacents au potentiel d'action.

On appelle guidage axonal l'ensemble des processus qui permettent à un axone en croissance d'atteindre spécifiquement sa cellule-cible au cours du développement d'un organisme. À l'extrémité d'un axone en développement se trouve une région aplatie appelée cone de croissance. Cette région émet de fins prolongements appelés filopodes qui sont soutenus par un réseau dynamique de microfilaments d'actine. Le cône de croissance possède des récepteurs spécifiques qui lui confère une "sensibilité" pour molécules attractrices ou répulsives (éphrines, nétrine...).

Propagation du potentiel d'action

Propagation d'un potentiel décrémentiel

La propagation décrémentielle concerne les dendrites et non l'axone. Il s'agit d'une décroissance exponentielle de l'amplitude des potentiels post-synaptiques activateurs en fonction de la distance parcourue, liée principalement à des courants transmembranaires de fuite.

Propagation d'un potentiel décrémentiel

Propagation de proche en proche (non myélinisé)

Le courant potassique sous-membranaire induit l'ouverture de canaux au sodium voltage-dépendants ce qui entraîne une dépolarisation massive et locale liée à l'entrée d'ions sodium en fonction du gradient électro-chimique. Puis s'activent de manière retardée les canaux potassique qui laissent sortir les ions potassium en sens inverse repolarisant le neurone. Enfin, une pompe ionique sodium-potassium ATP-asique restaure les concentrations ioniques transmembranaires de repos. Cette séquence se reproduit de proche en proche en raison de la juxtaposition serrée de ces canaux.

Propagation de l'influx nerveux de proche en proche

Le signal est dans ce cas lent (de l'ordre de 1 m/s), mais peut parcourir de longue distance (plusieurs mètres dans certains cas chez l'humain).

Propagation saltatoire (myélinisé)

Ce type de propagation est très particulière, mettant en jeu un deuxième type de cellule (Oligodendrocyte ou cellule de Schwann). En effet, des gaines de myélines entourent l'axone. C'est un isolant. À ce niveau, rien ne rentre, rien ne sort. Ainsi les charges positives se diluent, jusqu'à atteindre une pompe sodique voltage-dépendant entre deux gaines de myélines (ou Nœud de Ranvier). Cette pompe va régénérer le potentiel d'action, qui a légèrement diminué suite à la dilution. On retrouve encore des pompes et canaux ioniques au niveau du nœud de Ranvier, mais leur nombre est relativement faible.

Propagation de l'influx nerveux dans un axone myléinisé

Le signal est ici très rapide (environ 50m/s chez l'homme), et arrive à l'extrémité avec la même intensité qu'à l'origine.

Voir aussi

Articles connexes

  • Portail de la biologie Portail de la biologie
  • Portail de la biologie cellulaire et moléculaire Portail de la biologie cellulaire et moléculaire
Ce document provient de « Axone ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Fibres nerveuses de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • ENCÉPHALE — L’encéphale, défini comme le contenu de la boîte crânienne, est composé, d’avant en arrière, du cerveau, du cervelet et du tronc cérébral (dont le bulbe rachidien est la partie postérieure), avec les nerfs qui s’y rattachent; son poids moyen est… …   Encyclopédie Universelle

  • SOMESTHÉSIE — Le terme de « sensibilité somesthésique générale» désigne les sensations conscientes éveillées par la stimulation des tissus du corps, sensations qui ne sont ni visuelles, ni auditives, ni gustatives, ni olfactives. Elles sont provoquées par… …   Encyclopédie Universelle

  • NEUROLOGIE CLINIQUE — L’étude des maladies du système nerveux constitue l’objectif des sciences neurologiques. Leur but est d’extérioriser une lésion dont le siège peut se situer aux différents étages de l’appareil nerveux, altérant soit ses voies, soit ses structures …   Encyclopédie Universelle

  • NERVEUX (SYSTÈME) - Neurogenèse — L’évolution phylogénétique du système nerveux des métazoaires, évolution si remarquable par la croissante complexité d’organisation et de fonctionnement qui la caractérise, offre au naturaliste un champ d’étude à l’intérêt fascinant. Cependant,… …   Encyclopédie Universelle

  • SYNAPSES — Chaque neurone du système nerveux entre en contact avec un ou, le plus souvent, avec plusieurs autres neurones; on appelle synapse chacun des éléments, généralement nombreux, de l’ensemble des contacts ainsi réalisés. Le terme fut forgé en 1897… …   Encyclopédie Universelle

  • myéline — [ mjelin ] n. f. • 1865; de myél(o) et ine ♦ Anat. Substance lipidique et protidique complexe qui forme un manchon autour de l axone de certaines fibres nerveuses. Fibres nerveuses sans myéline (ou amyéliniques adj. ) des nerfs sympathiques, du… …   Encyclopédie Universelle

  • NERVEUX (SYSTÈME) - Le tissu nerveux — De toutes les cellules formant chez les Vertébrés l’ébauche neurectoblastique du système nerveux (cf. EMBRYOLOGIE), une partie seulement donne des cellules nerveuses proprement dites, ou neurones. Les autres donneront les cellules de la névroglie …   Encyclopédie Universelle

  • ÉLECTROPHYSIOLOGIE — Les êtres vivants, végétaux et animaux, sont communément le siège de phénomènes électriques intimement liés aux activités vitales, dont ils sont un des aspects les plus révélateurs. On met ces phénomènes en évidence à l’aide d’électrodes… …   Encyclopédie Universelle

  • DOULEUR — Les mécanismes neurophysiologiques qui provoquent chez l’homme une sensation de douleur ne sont pas encore totalement connus. Deux conceptions s’affrontent depuis longtemps. Pour les uns, la douleur aurait, comme les autres sensations spécifiques …   Encyclopédie Universelle

  • TONUS MUSCULAIRE — Lorsque, chez un Vertébré vigile ou faiblement anesthésié, on observe un muscle squelettique dans sa situation anatomique normale, en préservant l’intégrité de ses connexions nerveuses et tendineuses, on constate que sa consistance n’est pas… …   Encyclopédie Universelle


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.