Fiat Group


Fiat Group

45° 01′ 57″ N 7° 40′ 02″ E / 45.03241, 7.66725

Logo de Fiat Group

Logo de Fiat Group
Création 11 juillet 1899
Fondateurs Giovanni Agnelli
Personnages clés Luca Cordero di Montezemolo, président John Elkann, vice-président

Sergio Marchionne, administrateur délégué

Forme juridique SA
Action BIT : F
Siège social Drapeau d'Italie Turin (Italie)
Direction Luca Cordero di Montezemolo, Sergio Marchionne
Produits Automobiles : Fiat,

véhicules utilitaires : Fiat Professional
Composants et Systèmes de Production : FPT-Fiat Powertrain Technologies, Magneti Marelli, Teksid et Comau.
Édition et Communication : La Stampa et Publikompass[1].

Filiales Abarth, Alfa Romeo, Chrysler, Dodge, Ferrari, Iveco, Jeep, Lancia et Maserati
Effectif 190 014 (en 2009)
Site web www.fiatgroup.com
Chiffre d’affaires 50,1 milliards d'euros (2009)
Résultat net 1,058 milliard d'euros (2009)

Le Groupe Fiat S.p.A est la plus grande entreprise industrielle italienne et fait partie des fondateurs de l'industrie automobile européenne. Le quartier général de la société est basé à Turin, en Italie, mais avec ses 178 usines qui emploient plus de 185 000 travailleurs, le Groupe est présent dans 50 pays du monde et entretient des rapports commerciaux avec des clients de plus de 190 nations.

L’activité principale de la société est centrée sur le secteur automobile et les moteurs : en 2007, le Groupe a produit plus de deux millions d’automobiles et de véhicules utilitaires, plus de 200 000 véhicules industriels, des milliers de machines pour l'agriculture et le bâtiment, plus de trois millions de moteurs et plus de deux millions de boîtes de vitesse. Pour un chiffre d'affaires qui a effleuré les 59 milliards d'euros.

Sommaire

L'histoire

Naissance de la Fabbrica Italiana Automobili Torino

L'usine Fiat en Corso Dante

La Fiat fut fondée le 11 juillet 1899 à Turin, à l’initiative de Giovanni Agnelli, ancien officier de cavalerie, et de quelques investisseurs.

Le camion Fiat 18 BL

L’année 1900 marque l’inauguration de la première usine : 35 ouvriers y travaillent pour produire 24 voitures par an. En 1902, Giovanni Agnelli devient administrateur délégué et la Fiat s’impose pour la première fois en compétition sportive dans une course locale. L'année suivante, la Fiat est cotée en Bourse. Après la première automobile, la 4 HP, la firme produit la 8, la 10 et la 12 HP, la 24 HP Course, la 60 HP (également disponible en sept places), la 100 HP et la 130 HP, capable d’atteindre les 160 kilomètres à l'heure. Fiat commence même à produire des camions, des autobus, des trams, des moteurs marins et aéronautiques et les exportations d'automobiles atteignent la France, la Grande-Bretagne, l'Autriche, l'Amérique et l'Australie.

Un des premiers tracteurs Fiat

La Grande Guerre

En 1910, six nouveaux modèles font leur apparition, la production augmente, se diversifie, et l'entreprise a besoin de nouveaux espaces : c’est en 1916 que débute la construction de l’usine du « Lingotto », la plus grande d'Europe pour l'époque, qui entrera en fonction en 1923. Au cours de ces années, la Fiat développe ses activités dans le secteur sidérurgique, ferroviaire et électrique. Une succursale est ouverte en Russie et la Zéro 12-15 HP est présentée, la première voiture équipée d’un moteur de cylindrée très réduite construite en série : plus de deux mille exemplaires. Les victoires sportives se multiplient par ailleurs : après le record de vitesse établi par la S 76, les automobiles Fiat triomphent dans le Grand Prix d'Amérique et dans la 500 Miles d'Indianapolis. La guerre oblige ensuite l'entreprise à convertir une partie de sa production aux besoins de la guerre, mais en 1919, à peine le conflit terminé, plusieurs nouveaux modèles de voitures sont lancés et Fiat présente le véhicule utilitaire 501, la 505, la 510 et le premier tracteur, le 702.

Vers une production de masse

En 1920, Giovanni Agnelli devient président de la Fiat et en 1923 il inaugure l’usine du « Lingotto », qui accueille la première ligne de montage, symbole de l’arrivée de la production de masse. La Fiat crée la Sava, une société de crédit à la consommation, dans l’objectif de favoriser la vente à crédit des automobiles. La nouvelle usine ne cesse de sortir des nouveaux modèles : de la SuperFiat, la seule 12 cylindres en V construite par l'entreprise, à la 519, une six cylindres de grand luxe. En 1925, c’est au tour de la 509, puis de la 503 avec sa carrosserie en bois et métal. En 1927, la 520 propose la conduite à gauche et en 1928 Fiat est le premier constructeur automobile au monde à doter ses moteurs de série d’une culasse en aluminium. En 1929, les utilitaires 514 et 525 font leur apparition avec la fourgonnette 1014, à six roues et double transmission. Pendant toute cette décennie, Fiat travaille également sur les autres secteurs et, après la fourgonnette 1014, sort le camion 505 F et le biplan AL, le premier avion civil Fiat qui fait son baptême de l'air en 1922. Les nouveautés sont également importantes du côté de la société, avec la création de l’IFI (Institut Financier Industriel) et, en 1926, l’acquisition du quotidien La Stampa. De l'assistance sanitaire aux colonies de vacances pour les enfants des employés, les premières initiatives sociales en faveur des salariés sont mises en place.

L'usine du Lingotto en 1928

La croissance sur les marchés étrangers

Dans les années 1930, les camions et les véhicules industriels bénéficient d’un développement technologique considérable, tandis que l’aviation et le secteur ferroviaire se développent à grands pas. Cette décennie est marquée par une forte expansion à l'étranger : les voitures Fiat sont construites sur licence en France, en Espagne et en Pologne et les centres d'assistance et ateliers de réparation commencent à fleurir dans différents pays. L’impulsion internationale est ralentie par l'ascension de Mussolini mais l'entreprise, grâce à plusieurs acquisitions en Italie, parvient à renforcer sa structure industrielle. Du côté des produits, la firme commercialise 15 autres voitures, dont quelques joyaux de l'histoire de l'automobile : de la populaire Balilla, aux luxueuses 518 et 527 Ardita, à la 500 Topolino, la plus petite utilitaire du monde et la 1100 « musone ». En mai 1939, l’usine de Mirafiori est inaugurée à Turin.

L'usine de Mirafiori

Elle emploie 22 000 salariés sur deux tours. De nouveaux camions sont produits, comme le 621 et le 634. 1930 marque la naissance de la Littorina, la première automotrice au monde. En 1932, la société produit le tracteur 700C et en 1939 le 40 Boghetto, équipé d’un moteur pouvant fonctionner avec différents carburants : mazout, pétrole, essence, méthane et alcool. La décennie se conclut avec l'arrivée de Vittorio Valletta comme administrateur délégué.

La reprise après la Seconde Guerre Mondiale

Avec l'entrée en guerre de l'Italie, la Fiat doit convertir sa production aux besoins de la guerre : le nombre de voitures construites se réduit drastiquement, de 53 000 en 1939 à 3 700 en 1945, tandis que la production de camions est multipliée par cinq. À cela s’ajoutent les véhicules blindés, les avions et les moteurs marins. Pendant le conflit, les usines subissent de graves dommages, mais la production ne s'arrête pas pour autant. Pour faire face aux difficultés de la période, la Fiat distribue à ses salariés jusqu'à cent mille repas par jour et leur fournit chaussures, vêtements et bois de chauffage. Malgré les problèmes, l'entreprise conserve les yeux tournés vers l’avenir : en 1940, la rame « ATR 016 », équipée d’un moteur diesel, atteint les 160 kilomètres à l'heure et remporte ainsi le record du monde de vitesse dans sa catégorie. Deux ans plus tard naît le tracteur 700D à roues et, en 1944, le modèle 50 à chenilles. Le prototype de ce dernier échappe à la réquisition allemande en étant caché sous terre, près de l'usine de Modène. En avril 1945, la paix est de retour. La même année, le sénateur Agnelli décède et Vittorio Valletta devient président. La Fiat reprend son activité, les usines sortent la 500B versions Berlinetta et Giardinetta, les nouvelles 1100 et 1500 et la sportive 1100 S. La production de nouveaux camions, d’autobus, de puissants tracteurs, d'automotrices, d'avions et de grands moteurs de bateau se poursuit. Les salariés sont désormais au nombre de 71 000. Après la guerre, la firme recommence à faire des bénéfices et la Fiat devient un des principaux acteurs de la reconstruction du pays.

Giovanni Agnelli avec le neveu Gianni

En 1966, une société commune avec la holding d'État IRI est constituée : la Grandi Motori Trieste SpA pour la construction de très gros moteurs diesels pour équiper les plus gros navires civils et militaires et des turbines à gaz pour les centrales électriques.

La reconstruction et le boom économique

Dans les années du miracle économique italien, l'industrie automobile est un des principaux moteurs de développement : en 1949, on compte une voiture pour 96 habitants. En 1963, une voiture pour 11 habitants. En dix ans (1949-1959) les salariés de l'entreprise turinoise passent à 85 000 et la production d'automobiles est multipliée par six : de 71 000 à 425 000 unités par an. En 1953, Fiat présente la 1400, la première voiture diesel italienne, puis en 1955 la Fiat 600, l’utilitaire qui sera produite à plus de 4 millions d’exemplaires, et deux ans plus tard la nouvelle 500. Très admirées également, les voitures à hautes prestations, comme la 8V qui atteint les 200 kilomètres à l'heure et deux ans plus tard le prototype à turbine qui frise les 250 kilomètres à l'heure : une nouveauté absolue en Europe. Nombreuses sont également les nouveautés dans les autres secteurs : en 1951, le transatlantique Giulio Cesare entre en service avec un moteur Fiat et la même année le premier avion militaire italien à réaction, le G 80, est réalisé. En 1956, le chasseur tactique G 91 remporte le concours de l’OTAN et l'année suivante l’entreprise présente l'hélicoptère 7002. Fiat commence également à construire des engins de terrassement et multiplie par treize sa production de tracteurs : de quelque 1 800 à 22 600 exemplaires par an. Un nouveau modèle de camions entre en production, le 682 N, qui sera fabriqué pendant un quart de siècle.

Le renforcement de la structure industrielle

Les années 1950 s’achèvent avec le doublement de la surface du site turinois de Mirafiori et l'ouverture de nouvelles usines à l'étranger, en Afrique du Sud, en Turquie, en Yougoslavie, en Argentine et au Mexique. La décennie suivante est caractérisée par une forte expansion de la Fiat : la production annuelle de voitures passe de 425 000 à plus de 1 700 000, et les ventes de tracteurs et d’engins de terrassement sont doublées. Le nombre de camions construits est multiplié par trois. Le nombre de salariés est, lui aussi, multiplié par deux et atteint les 158 000 unités en 10 ans. Une croissance obtenue grâce au succès de nombreux modèles : en 1964 apparaît la Fiat 850, suivie par la 124 et la 128, consacrées « Voiture de l'année » ; la première en 1967 et la deuxième en 1970. Fiat présente ensuite la 125 et la Dino coupé, dotée d’un moteur de dérivation Ferrari. L'expansion internationale de l'entreprise se poursuit : en 1966, elle construit l’usine russe Vaz, à Togliattigrad, pour construire 660 000 Ziguli par an (une voiture dérivée de la 124). Entre temps, Fiat développe également sa présence dans le sud de l’Italie, avec l’ouverture des usines de Termini Imerese, de Cassino, de Termoli, de Sulmona, de Vasto, de Bari, de Lecce et de Brindisi. En 1966, Giovanni Agnelli, neveu du fondateur, devient président de la société.

La Fiat devient une holding

Le boom économique est suivi par une période de fortes tensions sociales qui ont de lourdes répercussions sur l'activité de l'entreprise. Malgré les difficultés dues aux grèves et à l'occupation des usines, la Fiat présente la 127, la première voiture du groupe à traction avant, et la Lancia propose les modèles Beta, Stratos, Gamma et Delta. Les usines de Rivalta et de Cassino sont modernisées avec l'introduction du Robogate, un système automatisé d'assemblage inventé par Comau, une entreprise du groupe. De nouveaux sites sont ouverts en Italie et au Brésil. La société devient une holding grâce à la décentralisation de la gestion qui transforme Sections et Divisions en Sociétés autonomes : parmi celles-ci, Fiat Macchine Movimento Terra, Fiat Engineering, Iveco (née en 1975 de la fusion de cinq grandes marques européennes historiques) et Fiat Auto, qui regroupe les brands Fiat, Lancia et Autobianchi. Ferrari (acquise à 50 % en 1969) et Abarth (1971) rejoignent aussi le groupe. Les succès se multiplient, comme le premier vol du Tornado, l’avion de chasse coproduit par Fiat Avio, les victoires de Lancia et de Fiat au Championnat du monde des rallyes et celles de Ferrari au championnat du monde de Formule 1. À la fin des années 1970, Fiat achève son processus de réorganisation : aux côtés de Fiat Auto, Fiat Ferroviaria, Fiat Avio, Fiat Trattori, Fiat Veicoli Industriali, d’autres sociétés deviennent autonomes comme Fiat Engineering, Comau, Teksid, Magneti Marelli et Telettra.

L'affirmation au niveau international

Le "Pendolino"

Les années 1980 s'ouvrent avec le lancement d'une nouvelle voiture, dont l’héritière est encore aujourd'hui leader du segment de l'utilitaire : la Panda. Trois ans plus tard, à Cape Canaveral, Fiat présente la Uno qui adoptera en 1985 le moteur révolutionnaire Fire 1000. 1988 marque la naissance de la Fiat Tipo, vainqueur de la «Voiture de l'Année », suivie d'autres voitures à succès : Fiat Regata et Croma, Lancia Delta, Thema et Y10, Alfa Romeo 164 (l'entreprise d'Arese est acquise en 1986), Ferrari GTO Testarossa, mais aussi des véhicules utilitaires comme le Fiorino et le Ducato. Beaucoup de records aussi dans les autres secteurs : Fiat Ferroviaria construit le train à haute vitesse ETR 450, plus connu en Italie sous le nom de « Pendolino », Telettra réalise la plus longue liaison mondiale à micro-ondes sur la mer, 360 kilomètres entre Arabie saoudite et Soudan, et le premier excavateur de 40 tonnes est produit.

La compétition globale

Pour se développer à l’échelle internationale, le Groupe investit dans l'innovation, réalise un programme de limitation des coûts et mise sur les marchés émergents à fort potentiel de développement : pour ces derniers, le Groupe réalise la world-car Palio, construite d'abord au Brésil puis en Pologne, Turquie, Russie, Maroc et Afrique du Sud. Les nouveaux modèles sont tous pensés pour un marché mondial : de la Punto, à la Bravo-Brava, à l’Alfa Romeo 156. En 1993 même la prestigieuse marque sportive Maserati entre dans le Groupe. La même année voit le lancement du projet « Autonomy », qui aura un succès croissant. Ce projet vise à faciliter la mobilité des handicapés à travers la personnalisation de voitures selon leurs exigences spécifiques. En 1998, la nouvelle Fiat Multipla est commercialisée, suivie de la Lybra. Iveco renforce aussi sa position au niveau européen avec l'introduction d'EuroTech, d'EuroStar et d'EuroCargo et établit des coentreprises en Inde et en Chine pour les véhicules légers Daily. Grâce à plusieurs acquisitions, le Groupe Fiat conquiert le leadership dans le secteur des tracteurs, des machines agricoles et pour le bâtiment : 1999 voit la naissance de CNH de l'union de deux constructeurs avec des marques reconnues au niveau mondial, New Holland NV et Case Corporation. En juillet 1999, lorsque Fiat fête ses cent ans, le groupe est présent dans 60 pays avec presque 900 Sociétés. Il emploie 221 000 personnes.

Le nouveau millénaire

La crise

Le nouveau millénaire est marqué par une phase de crise pour le secteur de l'automobile. Fiat met en place quelques alliances stratégiques, comme celle avec General Motors en 2000, qui se terminera cinq ans plus tard. Pour faire face aux difficultés, l'Entreprise lance de nouveaux modèles : Alfa Romeo propose la 147 qui, l'année suivante, sera élue « voiture de l'année », Lancia commercialise la Thesis, la nouvelle berline de luxe, et Fiat présente la Stilo. La concurrence demeure cependant rude. Pour Iveco, en revanche, 2002 est l'année du Stralis qui, un an plus tard est élu " Truck of the year ", et même CNH renforce sa position avec la vente de nouveaux produits. Mais c'est une phase difficile sur le plan économique et financier. Le 24 janvier 2003, Giovanni Agnelli disparaît et fin février son frère Umberto prend la présidence du Groupe. Des choix sont faits : le groupe décide de se concentrer sur les secteurs automobiles et des moteurs, en vendant certaines activités, comme l'aviation et les assurances, qui n'étaient plus stratégiques. La gamme de voitures est renouvelée et enrichie : Fiat Auto procède au relooking de la Fiat Punto et commercialise les nouvelles Alfa 156 et Alfa 166, le monospace Fiat Idea, la compacte de luxe Lancia Ypsilon, le coupé sportif Alfa GT et la citadine Fiat Panda II, qui sera ensuite élue « Voiture de l'année 2004. » Pour les véhicules utilitaires, c'est le tour du nouvel Scudo, Ferrari présente la F 430, tandis que Maserati propose le coupé Gran Sport. CNH est aussi très active : entre 2000 et 2004, 97% des machines agricoles et 85% des engins de terrassement sont revus. Enfin, le moteur 1,3 Multijet 16 soupapes fait son apparition, petit turbodiesel compact qui s'adjugera le titre de « Moteur de l'année 2005. »

La transformation culturelle

En 2004, Umberto Agnelli décède. Sont nommés à la tête du groupe Luca Cordero de Montezemolo, président, John Elkann, vice-président, et Sergio Marchionne, administrateur délégué, une équipe qui va opérer une transformation culturelle profonde du groupe. Un plan rigoureux de réduction des coûts et de relance industrielle est mis en place, qui permet en 2005 un retour aux bénéfices nets pour le Groupe. L'excellente situation économique des dernières années a été confirmée par les résultats atteints en 2007 : le chiffre d'affaires a frôlé les 59 milliards d'euros. Une croissance qui s'est révélée homogène entre les différentes régions du monde et les différents secteurs d'activité. Tous y ont en effet contribué avec de nouveaux produits et de nouvelles solutions : l'Alfa Romeo 159 entre en scène, Lancia, pour les cent ans de l'entreprise, présente la New Ypsilon, tandis que de Maranello sort l'innovante 599 GTB Fiorano. Maserati fascine avec le coupé Gran Turismo. Iveco élargit son offre avec des véhicules à faible émission, propose le nouveau Daily et le nouveau Stralis. CNH s'adjuge le titre de " Tractor of the Year 2007 " avec le tracteur T 7000. Mais le symbole et l'emblème de la renaissance et de l'affirmation du Groupe est la nouvelle " Cinquecento ", élue " voiture de l'année 2008 "

Curiosités

  • La 4 HP de 1899 est la première automobile construite par Fiat Auto. La voiture consomme huit litres de carburant aux cent kilomètres. La boîte de vitesses est à trois rapports, sans marche arrière. Huit automobiles de ce type sont produites la première année.
  • Le premier « véhicule pour le transport de marchandises » est construit par Fiat V.I. en 1903. Dans un voyage démonstratif aller et retour entre Turin et Gênes, le camion chargé de 33 quintaux (3,3 tonnes) roule à une moyenne supérieure à 10 kilomètres à l'heure.
  • Une des plus audacieuses entreprises de la Première Guerre mondiale est le vol au-dessus de Viennes accompli le 9 août 1918 de huit avions italiens qui lancent non pas des bombes, mais des tracts célébrant la paix. L'escadrille, commandée par Gabriele D'Annunzio, est formée de biplans SVA 9 équipés de moteur SPA 6A de 200 Ch, construit par Fiat Avio.
  • En 1912, à Long Island aux États-Unis, la S76 remporte le record mondial de vitesse en parcourant le mille à 290 kilomètres à l'heure. Le modèle est aussi appelé 300 HP, en référence à la puissance du moteur, un des plus grands jamais construits par Fiat.
  • La Fiat Zero 12-15 HP de 1912 représente un tournant pour l'Italie : c'est la première voiture de petite cylindrée (pour l'époque, bien entendu) construite en série. Elle ne coûte « que » huit mille lires et obtient un succès international : plus de deux mille exemplaires seront fabriqués jusqu'en 1915.
La première locomotive diesel-électrique
  • En 1922 Fiat Ferroviaria lance la première locomotive diesel-électrique au monde : elle est équipée d'un moteur Fiat de 440 chevaux. Deux ans plus tard, c'est au tour d'un modèle avec transmission électrique et moteur diesel de 450 Ch qui sera adopté par les FS-Chemins de fer italiens, érythréens et pour les lignes de banlieue de New York.
Francesco Agello avec l'hydravion Macchi MC 72
  • Le 23 octobre 1934, le pilote Francesco Agello, à bord d'un Idro Macchi MC72 doté d'un moteur Fiat AS6, atteint les 709,209 kilomètres à l'heure. C'est le record mondial absolu de vitesse pour les hydravions à hélice : un record toujours imbattu.
  • L'automotrice naît en 1930. Surnommée " Littorina ", le premier autorail fait époque : il s'en vendra plus de 2 500 exemplaires dans le monde entier. Parmi les nombreuses versions, l'Alb80 qui, en 1934, parcourt 11 840 kilomètres en quinze jours, réduisant ainsi de moitié les délais par rapport aux trains les plus rapides de l'époque. Elle part de Turin et arrive à Sotchi sur la Mer Noire, en passant par Moscou et Saint-Pétersbourg.
  • Le tracteur " 50 ", premier véhicule lourd à chenilles équipé de moteur diesel, a une histoire insolite. Conçu en 1941, il risque trois ans plus tard d'être réquisitionné par les allemands. Il est alors caché sous terre, non loin de l'usine de Modène. Il sera récupéré à la fin de la guerre et permettra à l'Entreprise de commencer immédiatement sa production à grande échelle, ce qui lui permettra de devenir le leader incontesté dans le domaine des chenillés, qui dure toujours.
  • En 1956, la Fiat G 91 remporte le concours de l'OTAN pour un chasseur tactique, grâce à sa capacité à exécuter n'importe quelle mission, en décollant même de terrains herbeux.
  • Au volant de la Ferrari 312T, l'autrichien Niki Lauda remporte le Championnat du monde de Formule 1 en 1975. C'est le début d'une saison de triomphes. L'Écurie du Cheval cabré arrive aussi première en 1977 (Lauda, Reutemann et Gilles Villeneuve), seconde en 1978 (Reutemann et Villeneuve) puis à nouveau première en 1979, avec Jody Scheckter et Villeneuve.
  • En 1979, l'Iveco 75PC 4x4 conduit par les frères Lino et Daniele Pellegrini accomplit le tour du monde. En tout, 184 000 kilomètres, sans le moindre problème. Les camions de l'Entreprise ont déjà vécu des aventures similaires. En 1975, une caravane de 14 camions Iveco 190 était partie de Trieste pour atteindre Karachi, au Pakistan.
  • La Lancia Stratos a été définie l'" arme absolue " des rallyes grâce à son moteur de 2 418 centimètres cubes à 12 puis à 24 soupapes qui a une puissance de 280 chevaux et permet de monter à 220 kilomètres à l'heure. Parmi les trophées, la Targa Florio, quatre éditions du Rallye de Monte-Carlo, trois victoires au Giro d'Italia et six au rallye de Sanremo. Encore grâce à la Stratos, Lancia remporte le Championnat du monde des rallyes pendant trois années consécutives, de 1974 à 1976.
  • En 1982, pour la première fois, des bateaux équipés de moteurs diesels triomphent dans les championnats off-shore : ce sont les catamarans Iveco Aifo qui remportent deux titres mondiaux, un européen et un italien.
  • Dans les années 1990, Fiat construit les machines à vendanger New Holland Braud : capables de ramasser les grappes même à 15 centimètres de terre, elles secouent doucement les rangées, sans endommager ni les plantes ni les grains. Le modèle SB64 détache 800 quintaux de raisin par jour : le travail de presque cent hommes.
  • Ariane 5 est le plus puissant lanceur construit en Europe. D'une hauteur de 52 mètres, il est capable d'envoyer en orbite jusqu'à 20 tonnes de chargement. Pour ce lanceur, Fiat Avio conçoit et produit des moteurs propulseurs à propergol solide et la turbopompe à oxygène liquide.
  • « Overland » est l'un des plus fascinants raids jamais accomplis : 150 000 kilomètres autour du monde, parcourus par quatre camions Iveco 330.30, équipés de moteur de 390 chevaux et de six roues motrices. Pour la première fois de l'histoire, pendant l'hiver 1995, ils quittent l'Italie pour rejoindre New York par la terre, en traversant la Sibérie et le détroit de Boering. En 1997, ils parcourent la côte du Pacifique, atteignent la Terre de Feu et remontent l'Atlantique jusqu'à San Paolo du Brésil. L'an dernier, ils ont fait la route du Cap, en Afrique du Sud, au Cap Nord, au-delà du Cercle Polaire Arctique. Et ils sont en ce moment de nouveau en route, partis de Lisbonne pour arriver à Pékin au mois d'août.

La structure actuelle et les marques

Les secteurs

Les activités industrielles et productives du Groupe Fiat sont organisées en cinq secteurs opérationnels.

Automobiles

Dans le secteur automobile, l'entreprise opère à travers Fiat Group Automobiles qui conçoit, produit et vend des voitures sous les marques Fiat, Alfa Romeo, Lancia, Fiat Professional (véhicules utilitaires) et Abarth. Font également partie du Groupe Fiat Maserati et Ferrari, constructeurs de voitures de sport de luxe, qui se distinguent par leur exclusivité, leur technologie et leurs prestations.

Machines pour l'agriculture et le bâtiment

CNH Global opère dans le secteur des tracteurs et des machines agricoles sous les marques Case IH, New Holland et Steyr, des engins de terrassement sous les marques Case, New Holland et Kobelco et fournit des services financiers pour ses clients finaux et ses concessionnaires.

Véhicules Industriels

Le secteur des véhicules industriels est représenté par le groupe IVECO qui conçoit, produit et commercialise une gamme complète :

Iveco offre en outre des services de financement au réseau de vente et de location.

Composants et Systèmes de Production

Le secteur des composants et des systèmes de production est composé de quatre sociétés :

  • FPT-Fiat Powertrain Technologies regroupe toutes les activités relatives aux motopropulseurs du Groupe Fiat : moteurs et boîtes de vitesses pour voitures, véhicules utilitaires légers, moyens et lourds, autobus, outillages industriels, industrie nautique de plaisance et professionnelle, générateurs de courant,...
  • Magneti-Marelli conçoit et produit des systèmes et des composants à haute technologie pour des véhicules dans le domaine de l'éclairage avec Automotive Lighting, des systèmes électroniques, du contrôle moteur, des suspensions et des amortisseurs, des systèmes d'échappement déchargement, des sports motorisés. Elle opère également dans le domaine de la distribution de pièces de rechange au marché indépendant.
  • Teksid fournit des blocs moteurs, des culasses et autres composants en fonte ; composants pour transmissions, boîtes de vitesses et suspensions en fonte et culasses en aluminium,
  • Comau produit des systèmes d'automation industrielle (robotique) pour le secteur automobive et tous véhicules, comprenant ingénierie du produit et des process, gestion, fabrication, installation, mise en service et maintenance des installations de production.

Édition et Communication

Le Groupe opère dans le domaine éditorial avec l'Editrice La Stampa SpA et dans le secteur de la vente d'espaces publicitaires avec Publikompass SpA.

Voir aussi

Les récompenses

En plus d'un siècle d'activité, le Groupe Fiat a remporté de nombreux trophées au niveau international.

  • Quinze titres Pilotes et Constructeurs en Formule 1
  • Douze fois « Voiture de l'année »
  • Car of the year 1998 (Fiat Brava)
  • Truck of the Year (Stralis-2003)
  • « Cabrio of the year 2006 » (Alfa Spider)
  • « Light Truck of the year 2007 » (Daily)
  • « Tractor of the year » et « Golden Tractor for design » (2007) (T 7000 New Holland Agricolture)
  • « Machine of the year » (ensileuse FR9000)
  • « Car of the Year 2008 » (Fiat 500)
  • « International van of the year 2008 » (Scudo)
  • « Diesel engine of the year 2008 » (FPT)
  • « Carro do Ano » (Punto 2007-2008)
  • Autobest (Linea)

Références

Bibliographie

  • Il Rapporto di Sostenibilità 2006 de Fiat Group
  • Il Bilancio d'esercizio 2007 de Fiat Group

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Fiat Group de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Fiat Group — Fiat S.p.A. Unternehmensform Società per Azioni ISIN …   Deutsch Wikipedia

  • FIAT Group — …   Википедия

  • Fiat Group — …   Википедия

  • Usines Fiat Group Automobiles S.p.A. — Les listes ci dessous présentent les usines de production et d assemblage d automobiles détenues, directement ou indirectement, par le groupe automobile Italien Fiat Auto S.p.A. Implantation des usines Fiat Auto dans le monde Sommaire …   Wikipédia en Français

  • Anexo:Motores de Fiat Group Automobiles — En la lista siguiente se recogen los diferentes motores fabricados por el grupo italiano Fiat Group Automobiles: Contenido 1 Actuales 1.1 Gasolina 1.2 Diésel 1.3 Alternativos …   Wikipedia Español

  • Fiat S.p.A. — Fiat S.p.A. Tipo Sociedad Anónima NASDAQ: FIATY …   Wikipedia Español

  • Fiat Automóveis — Fiat S.p.A. Unternehmensform Società per Azioni ISIN …   Deutsch Wikipedia

  • Fiat SpA — Fiat S.p.A. Unternehmensform Società per Azioni ISIN …   Deutsch Wikipedia

  • Fiat — Group Тип Публичная компания …   Википедия

  • Fiat — S. p. A. Rechtsform Società per Azioni ISIN IT0001976403 Gründung 1899 …   Deutsch Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.