Fatima bint ʿOubaïd


Fatima bint ʿOubaïd

Fatima bint ʿOubaïd (en arabe : فاطمة بنت العبيد العنزية ) dite ʿOunaïza est la femme chantée par Imrou'l Qays dans son Poème suspendu. Al-Farazdaq, grand poète et transmetteur de la poésie d'Imrou'l Qays, rapporta à propos d'elle une célèbre anecdote¹.

Le récit de la Muʿallaqa²

ألا ربَّ يومٍ لك مِنْهُنَّ صالح *** ولا سيّما يومٍ بدارَة ِ جُلْجُلِ

Oh! Les belles journées que toutes t’ont données ! *** Une journée surtout, au cercle de Jouljoul...


ويوم عقرتُ للعذارى مطيتي *** فيا عَجَباً من كورِها المُتَحَمَّلِ

Le jour où j’immolai, aux vierges, ma monture, *** Merveille du bagage emporté et merveille !


فظلَّ العذارى يرتمينَ بلحمها *** وشحمٍ كهداب الدمقس المفتل

Les vierges, tout le jour, de s’en jeter la chair *** Et du gras, comme franges d’un damas tressées:


ويوم دخلتُ الخدرِ خدر عنيزة *** فقالت لك الويلات إنكَ مُرجلي

Et le jour où j’entrai dans la cache, la cache *** D’Ounaïza qui me dit : « Malheur ! Tu me renverses !


تقولُ وقد مالَ الغَبيطُ بنا معاً *** عقرت بعيري يا امرأ القيس فانزلِ

Ajoutant, l’arçon ployant sous nous deux ensemble, *** « Tu lui coupes les jambes, Imru’al-Qays, descends ! »


Le récit de l'anecdote

Le prince Imrou'l Qays, amoureux de sa cousine ʿOunaïza, cherchait en vain à la rencontrer toute seule. Un jour où la tribu était en chemin, s'étant aperçu que les femmes et les esclaves étaient restées en arrière, il se cacha et les attendit. Arrivées au Cercle de Jouljoul³, les filles parmi lesquelles se trouvaient ʿOunaïza décidèrent de se baigner dans l'étang. Le prince sortit alors, prit leurs habits, s'assit dessus et dit qu'il ne les leur rendrait tant qu'elles ne seraient pas sorties toutes nues pour en obtenir la restitution. Après quelque hésitation, elles sortirent. La dernière fut ʿOunaïza que le poète put ainsi voir dans le simple appareil par devant et par derrière. Alors qu'elles lui faisaient remarquer qu'il les avait emprisonnées et affamées, il leur proposa d'égorger sa chamelle pour la leur donner manger. Sitôt dit, sitôt fait, la bête fut cuite et consommée. Et le poète en mangea en buvant et en chantant des poèmes. Le moment venu de se remettre en chemin, chacune des filles prit une partie du bagage d'Imrou'l Qays. La seule qui resta sans charge étant ʿOunaïza, le poète lui demanda de le prendre sur sa monture parce qu'il n'avait plus la sienne. Elle le fit monter sur le garrot de la bosse de son chameau et le poète en profita pour s'introduire dans le palanquin et l'embrasser, ce qui suscita les protestations de la noble fille.


Suppléments

1.↑ Il est dit qu'un jour où Al-Farazdaq sortait de Bassorah, arrivé à un étang, il aperçut des dames nues dans l'eau, de quoi il s'exclama : « Jamais je n’ai connu une journée pareille, même pas celle du cercle de Jouljoul ! ». Honteux, il s'en allait lorsque les dames l'appelèrent et l'interrogèrent sur cette journée-là. Ce qui enclencha la narration de l'anecdote résumée ci-dessus.

2.↑ La traduction ci-dessus est de Pierre Larcher, Les Mu'allaqât. Les Sept poèmes préislamiques, coll. Les immémoriaux, Fata Morgana, Saint-Clément de Rivière, 2000, p. 48.

3.↑ L'attestation la plus ancienne du Cercle de Jouljoul ou Darât Jouljoul remonte à l'ouvrage Kitâb al-shiʿr wa-lshuʿara d'Ibn Qutayba.


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Fatima bint ʿOubaïd de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Imrou'l'Qays — mourut probablement en 525. (en arabe : امرؤ القيس بن حجر بن الحارث الكندي) est un poète arabe de l époque de la Jahiliya, poète préislamique donc. Tantôt considéré le plus poète des arabes, tantôt le plus poète absolument, il a précédé les… …   Wikipédia en Français

  • Imrou'l Qays — mourut probablement en 525. (en arabe : امرؤ القيس بن حجر بن الحارث الكندي) est un poète arabe de l époque de la Jahiliya, poète préislamique donc. Tantôt considéré le plus poète des arabes, tantôt le plus poète absolument, il a précédé les… …   Wikipédia en Français

  • Imru Al-Qays Ibn Hujr — Imrou l Qays Imrou l Qays mourut probablement en 525. (en arabe : امرؤ القيس بن حجر بن الحارث الكندي) est un poète arabe de l époque de la Jahiliya, poète préislamique donc. Tantôt considéré le plus poète des arabes, tantôt le plus poète… …   Wikipédia en Français


We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.