Fanum

Fanum

Un fanum (pluriel fana ou fanums) est la forme typique du temple gallo-romain. Ce type de temple est une évolution des temples celtiques, qui en bois au départ, se sont peu à peu monumentalisés. Les sanctuaire de Ribemont-sur-Ancre ou bien encore de Corent en sont de bons exemples, puisque, sous les monuments religieux d'époque romaine, ont été retrouvés leurs équivalents en bois datés de l'époque gauloise.

Le fanum d'Oisseau-le-Petit
Plan d'un fanum avec son enclos sacré dans la Colonia Ulpia Traiana

Sommaire

Définition

Le fanum, de construction généralement simple, possède une cella (pièce où le dieu réside), le plus souvent carrée, mais qui peut être ronde ou rectangulaire, entourée d'une galerie, couverte ou non. On ignore l'utilité de cette galerie : elle pouvait servir à une déambulation des fidèles autour de la cella, qui pouvaient ainsi se rapprocher de la divinité. En effet, dans les religions antiques, le temple est la demeure sacrée du dieu et seuls les prêtres y pénètrent, les rites cultuels ayant lieu à l'extérieur du temple. À ce temple central, s'ajoute une enceinte, quelquefois matérialisée sous la forme d'un fossé ou d'un mur, (Le temenos (templum ou area sacra en latin) est l'espace sacré, le péribole est la limite (mur ou fossé).temenos), qui à pour principal but de délimiter l'espace sacré (placé sous la protection de la divinité" de l'espace profane. Cette séparation sacré / profane n'est pas exclusive à la religion gallo-romaine car on la retrouve aussi bien chez les grecs que chez les romains. De même, à l'époque gauloise, les fossés entourant les sanctuaires sont considérés comme des temenos.

On notera l'étymologie du mot profane (qui n'est pas consacré, qui n'est pas initié, ignorant) qui vient directement du latin profanum (de pro « devant » et fanum « lieu consacré »).

On retrouve des fanums dans toute la Gaule (France et Allemagne) ainsi qu'en Grande-Bretagne, aussi bien en ville que dans les campagnes. Le nom du sanctuaire celtique préromain est nemeton, de nemeto- qui signifie bois ou enclos sacré.

Restitution d'un fanum sur le Martberg dans l'Eifel, Allemagne

Villes dont le nom est issu du terme fanum

Villes ayant porté le terme fanum dans leur nom

  • Corseul : Fanum Martis également.

Voir aussi

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références

  1. François de Beaurepaire, Les noms des communes et anciennes paroisses de l'Eure, Editions Picard 1981. ISBN 2-7084-0067-3
  2. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Librairie Guénégaud, Paris 1978. ISBN 2-85023-076-6
  3. Page touristique

Bibliographie

  • Isabelle Fauduet, Les Temples de tradition celtique en Gaule romaine, éd. Errance, 1993 (ISBN 978-2877724166)



Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Fanum de Wikipédia en français (auteurs)


Поделиться ссылкой на выделенное

Прямая ссылка:
Нажмите правой клавишей мыши и выберите «Копировать ссылку»