Fallschirmjager

Fallschirmjager

Fallschirmjäger

Fallschirmjäger pendant la bataille de Normandie.

Fallschirmjäger (Prononciation) est le terme allemand, à la fois pour le singulier et le pluriel, désignant un parachutiste militaire. Fallschirm signifie parachute et Jäger un chasseur ou une unité d'infanterie légère.

Sommaire

Genèse

Au mois de septembre 1935, le ministre de l’Air du IIIe Reich, Hermann Göring décide de mettre en place des unités capables d'intervenir à l'arrière de la ligne de front, en somme de donner à l'infanterie une troisième dimension. Cette décision fait suite aux manœuvres des Italiens et des Soviétiques qui ont fait intervenir les premières troupes aéroportées. Ce sont donc eux qui ont pris l'initiative en matière de création d'unités parachutistes (de par les clauses du traité de Versailles qui limitaient l'évolution de l'armée sous la république de Weimar).

Néanmoins, c'est à la fois la Luftwaffe et la Heer qui tentent de mettre en place des unités redoutables. L'armée de terre voudrait utiliser ces troupes de manière massive, alors que les tacticiens de l'air sont désireux de les utiliser plus comme des commandos. Alors que le 29 janvier 1936, un ordre officiel est signé pour mettre en place les unités de Fallschirmjäger, c'est seulement en juillet 1938 que le général Kurt Student va réunir ces deux concepts pour créer la 7e division aéroportée.

Premières victoires

Pendant la Seconde Guerre mondiale, l'Allemagne utilisa souvent à bon escient ces bataillons de parachutistes militaires. Sensiblement différentes de la British Army et de l'US Army, ces unités finirent par être sous la seule dépendance de la Luftwaffe (armée de l'air) et non de la Heer (armée de terre).

Le 9 avril 1940, plusieurs parachutages ont lieu sur la Norvège et le Danemark. C'est l'opération Weserübung qui vise à capturer les aérodromes. Malgré la dispersion, l'ensemble est une réussite et la propagande vante grandement les mérites de ces unités hors du commun.

Le 10 mai 1940, le « Plan jaune » est lancé avec comme fer de lance ces unités paras. Le but est la conquête de la Belgique et des Pays-Bas. Le canal Albert et le fort d'Ében-Émael font partie des objectifs particulièrement audacieux qui leur sont confiés. Avec seulement six tués, c'est une nouvelle fois une réussite totale.

Avec ces exploits, lors de toute la durée de la bataille de France, un mythe prend forme, celui de la cinquième colonne : on pense alors que ces intrépides paras pourraient déborder les lignes et pourquoi pas se déguiser en soldats français. Début mai 1941, Hitler demande à Goering qui ordonne à Kurt Student la préparation d'une invasion aéroportée en Méditerranée.

Opération Merkur

L'assaut va être la première véritable opération aéroportée de grande envergure, précédée par la prise du canal de Corinthe, véritable exploit qui préfigure l'importance que prend le théâtre d'opération de la Méditerranée.

Article détaillé : Bataille de Crète.
Parachutistes allemands largués sur la Crète.

Le 22 mai 1941 lors de la bataille de Crète, les unités de Fallschirmjäger se battent avec pugnacité. La bataille est telle que les autorités allemandes se refusent à tout commentaire pendant plusieurs jours. Les paras doivent souvent se battre isolés contre des Néo-Zélandais, des Anglais et même des paysans crétois qui n'hésitent pas à les massacrer (s'ensuivent plusieurs exécutions sommaires de civils lorsque les Fallschirmjägers découvrirent les corps mutilés de leurs camarades). La conquête de l'île est particulièrement dure du fait que les paras, une fois qu'ils ont sauté de leur Junkers Ju 52 se retrouvent au sol avec seulement un pistolet et un couteau. Dans le cas où les conteneurs remplis d'armes lourdes et de pistolets-mitrailleurs sont trop loin, il faut conquérir les positions ennemies avec ces armes de poing.

C'est donc au prix de lourdes pertes que la Crète est conquise. Des pertes tellement lourdes, qu'Hitler lui même ne voulut plus utiliser ses paras pour des opérations aéroportées de grande envergure. L'âge d'or des fallschirmjägers est révolu. La Crète fut communément appelé en Allemagne le « tombeau des paras ».

Paras au sol

Cantonnés à un rôle d'unité d'élite au sol, les Fallschirmjägers brillent particulièrement dans les tâches qui leurs sont confiées, et tout d’abord en Afrique du Nord où sous la houlette d'officier tel que Hermann-Bernhard Ramcke, ils mènent une série d’actions retardatrices lors de la retraite de l'Afrika Korps.

Ils sont ensuite engagés sur le théâtre d'opérations italien, et en particulier dans la défense de Rome qui fait définitivement des parachutistes allemands un corps d'élite à part.

Article détaillé : Bataille du mont Cassin.

Ainsi en 1943, les paras allemands résistent dans des conditions effroyables plus de cinq mois au sommet du mont Cassin. Albert Kesselring qui commandait les troupes dans ce secteur, se montra très fier de la résistance exemplaire de ses hommes. Cette résistance sera plus tard saluée par les alliés.

On retrouve cette résistance en Russie et, de manière plus brillante encore, en Normandie. Ainsi dès le 7 juin 1944, le colonel Von der Heydte défend avec ses hommes le secteur de Carentan contre d'autres troupes aéroportées, ceux de la 101e américaine. Décisifs, mais vite réduits, contraints au repli, ils sont néanmoins déterminants tout au long de la bataille de Normandie et notamment dans le secteur de Saint-Lô. Ce sont désormais des soldats craints, expérimentés et tenaces qui profitent de la topographie et de la végétation pour ralentir l'avance américaine.

Article détaillé : Bataille des Haies.

En août 1944, organisés en Kampfgruppe (ou groupes de combat) ils luttent sous les ordres du général Eugen Meindl jusqu'à la poche d'Argentan-Falaise où ils sont les derniers avec les unités SS à lancer des contres attaques contre le verrou du Mont-Ormel.

À la fin de l'année 1944, on retrouve les Fallschirmjägers en Hollande où ils repoussent dans leurs secteurs, lors de l'opération Market Garden l'attaque des paras alliés.

Wacht am Rhein

Article détaillé : Bataille des Ardennes.

Ce fut la dernière opération aéroportée (Opération Stösser) de la guerre. Environ mille hommes sont « droppés » au nord du massif ardennais. Dans une confusion extrême, la mission initiale ne peut être réalisée. Les Fallschirmjägers (pour la plupart de nouvelles jeunes recrues) sont isolés, sans ravitaillement, harcelés. La plupart finissent morts ou prisonniers.

Chiffres

Plus de 54 449 parachutistes seront tués au combat et 8 000 sont toujours disparus[réf. nécessaire].

Divers

Les SS ont créé leurs propres troupes aéroportées pour lutter contre Tito en Yougoslavie

Lors de l'opération Eiche, un groupe de parachutistes hétéroclites commandé par le colonel SS Otto Skorzeny se posa avec un planeur sur le Gran Sasso pour libérer Benito Mussolini.

Le boxeur Max Schmeling champion du monde poids lourds s’est engagé dans les paras.

En 1945, la France n'est pas totalement libérée. Parmi ces lieux où les Allemands résistent toujours, la poche de Saint-Nazaire, qui tenue par les Fallschirmjägers sera la dernière ville libérée d'Europe.

Particularité

L'entraînement dispensé à Stendal passait à l'époque pour être le plus dur qui soit. Pour être breveté, il fallait réaliser trois sauts, mais également être capable de combattre seul ou en petit groupe et faire preuve d'une grande ténacité. Une forte camaraderie unissait ces hommes. Si l'on omet les exécutions en Crète, les paras ont toujours fait preuve de beaucoup de respect envers leurs adversaires. Pour preuves, les nombreux témoignages vantant la moralité leur certaine noblesse au combat fait par ceux qu'ils combattaient.

L'équipement lors de la Seconde Guerre mondiale

Ces unités d'élite avaient un large choix d'équipement à leur disposition. En effet, considérées comme telles, elles étaient mieux équipées que la plupart des autres corps d'armées. Elles furent les premières à disposer au combat de fusil sans effet de recul. Le fusil mitrailleur FG-42 et le casque M1935, dérivé du Stahlhelm, furent même spécialement conçu pour eux. Ils arboraient aussi un camouflage spécifique.

Leurs parachutes étaient cependant moins performant que ceux des Alliés, avec une seule sangle, l'atterrissage devait se faire sur les mains et les genoux, empêchant d'emporter avec soi, de façon non risquée, des armes plus lourdes. Bien souvent, une partie du matériel était parachutée dans des caisses spéciales qui pouvaient se retrouver dispersées sur le champ de bataille.

Aujourd'hui

Les parachutistes allemands sont toujours considérés en Allemagne, et plus généralement au sein de l'armée européenne, comme une unité d'élite.

Parachutistes allemands défilant sur les Champs-Élysées à Paris le 14 juillet 2007

Liens externes

Commons-logo.svg

Bibliographie

  • Jean-Yves Nasse, Les Diables Verts 1939-1945, Histoire & Collections, 1996, 144 p.
  • Volker Griesser, Les Lions de Carentan, Heimdal, 2005, 134 p. (ISBN 2-84048-210-X)
  • Jean-Yves Nasse, 1941, Les Fallschirmjäger en Crète, Histoire & Collections, 2002, 160 p. (ISBN 2-913903-36-3)
  • Jean Mabire, Objectif Crète, l'enfer des paras allemands.
  • Jean Mabire, Les paras du matin rouge, Presses de la Cité, 301 p.
  • Jean-Paul Pallud, L'opération Merkur, Heimdal, 98 p.
  • Jean Mabire, Les paras du Reich.
  • Jean-Louis Lhoest, Les paras allemands au Canal Albert, Presses de la Cité, 1964.
  • Jean Mabire, Les paras de l'enfer blanc, Grancher, 2006, 381 p. (ISBN 2-7339-0969-X)
  • Yannis Kadari, Coup de tonnerre sur Drvar. Le SS-Fallschirmjäger Bataillon 500 saute sur le Q.G. de Tito, Histoire de Guerre, n° 57, Avril 2005.
  • Jean Mabire, Les paras de l'Afrikakorps, Grancher, 1993, 260p. (ISBN 2-7339-0390-X)
  • J.F Borsarello, Le dernier grand saut des paras du Reich, 20 mai 1941, Gazette des Uniformes, n° 142, Mai-juin 1993.
  • Paolo Marchetti, Les équipements spéciaux des Fallschirmjäger, 1e partie, Gazette des Uniformes, n° 206, Novembre 2002.
  • Paolo Marchetti, Les équipements spéciaux des Fallschirmjäger, 2e partie, Gazette des Uniformes, n° 207, Décembre 2002.
  • Portail de l’histoire militaire Portail de l’histoire militaire
Ce document provient de « Fallschirmj%C3%A4ger ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Fallschirmjager de Wikipédia en français (auteurs)

См. также в других словарях:

  • Fallschirmjäger — Fallschirmschützenabzeichen Période 29 Janvier 1936 – 8 mai 1945 Pays …   Wikipédia en Français

  • Fallschirmjäger — Saltar a navegación, búsqueda Para una descripción general de tropas paracaidistas, véase Paracaidista militar. Fallschirmjäger durante la Batalla de Normandía. Fallschirmjäger …   Wikipedia Español

  • Fallschirmjäger — Audio|De Fallschirmjäger pronunciation.ogg| Fallschirmjäger (often rendered Fallschirmjager in English; from the German Fallschirm parachute and Jäger , hunter; huntsman a term for light infantry) are German paratroopers. Fallschirmjäger of… …   Wikipedia

  • Fallschirmjäger — US Marineinfanterist beim Fallschirmsprung Fallschirmjäger sind Teil der Luftlandetruppen, deren originäre Hauptaufgabe nach erfolgtem Absetzen der infanteristische Kampf ist. Die Luftlandung kann mittels Fallschirmsprung oder Hubschraubern… …   Deutsch Wikipedia

  • Fallschirmjäger — Luftlandetruppe * * * Fạll|schirm|jä|ger 〈m. 3〉 Angehöriger einer Fallschirmtruppe * * * Fạll|schirm|jä|ger, der (Militär): 1. Soldat der Fallschirmjäger (2). 2. <Pl.> im Fallschirmspringen bes. für die Luftlandung ausgebildete… …   Universal-Lexikon

  • Fallschirmjäger — fallen: Das altgerm. Verb mhd. vallen, ahd. fallan, niederl. vallen, engl. to fall, schwed. falla ist verwandt mit armen. p ul »Einsturz« und der balt. Sippe von lit. pùlti »fallen«. – Wichtige Präfixbildungen und Zusammensetzungen mit »fallen«… …   Das Herkunftswörterbuch

  • Fallschirmjäger — Fạll·schirm|jä·ger der; Mil; ein Soldat, der dazu ausgebildet ist, mit dem Fallschirm im Land des Feindes zu landen || K : Fallschirmjägerkompanie, Fallschirmjägertruppe …   Langenscheidt Großwörterbuch Deutsch als Fremdsprache

  • Fallschirmjäger — Fạll|schirm|jä|ger …   Die deutsche Rechtschreibung

  • Fallschirmjäger (Bundeswehr) — Barettabzeichen der Fallschirmjäger der Bundeswehr Deutscher Fallschirmjäger während des Somaliaeinsatzes 1993 …   Deutsch Wikipedia

  • Fallschirmjäger (NVA) — Abzeichen des NVA Traditionsbunds e.V. Das Originalabzeichen hatte statt der Schwinge das Hammer und Zirkelsymbol über dem Schwarzrotgold Das Luftsturmregiment 40 stellte die Luftlandetruppe der Nationalen Volksarmee (NVA) der DDR dar. Die… …   Deutsch Wikipedia


Поделиться ссылкой на выделенное

Прямая ссылка:
Нажмите правой клавишей мыши и выберите «Копировать ссылку»