Faille


Faille
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Faille (homonymie).
Vue aérienne de la Faille de San Andreas (Californie)
Les 3 types de failles.

En géologie, une faille est un plan ou une zone de rupture le long duquel deux blocs rocheux se déplacent l'un par rapport à l'autre. Ce plan divise un volume rocheux en deux compartiments qui ont glissé l'un par rapport à l'autre. Ce déplacement et la déformation cisaillante sont dus aux forces exercées par les contraintes tectoniques, qui résultent de la tectonique des plaques.

Les failles existent depuis l'échelle microscopique (millimétrique) jusqu'à celle des plaques tectoniques (plusieurs centaines de kilomètres). Les grandes failles se trouvent aux limites de plaques et aussi au sein des zones déformées intraplaques.

Les failles actives sont responsables de la majorité des tremblements de terre. Ceux-ci sont dus au glissement rapide (quelques secondes à quelques dizaines de secondes) sur le plan de faille lors du brusque relâchement des contraintes accumulées de façon élastique pendant une longue période intersismique.

Sommaire

Types de failles

Suivant le type de mouvement relatif, on définit trois types de failles : normale, inverse, décrochement.

Normale

Représentation schématique d'une faille normale

Une faille normale accompagne une extension ; le compartiment au-dessus de la faille ("toit") descend par rapport au compartiment situé en dessous de la faille ("mur"). la formation ainsi obtenue entre les failles normales à pendage opposé est appelée graben. Le horst est lié au graben. Bien que situé en contexte d'extension il a l'apparence d'un résultat de jeu de failles inverses (faisant descendre le toit par rapport au mur).

Inverse

Représentation schématique d'une faille inverse
Faille inverse de Nojima préservée, responsable du tremblement de terre de Kobé (1995).

Une faille inverse, ou chevauchement accompagne une compression ; le compartiment au-dessus de la faille ("toit") monte par rapport au compartiment situé en dessous de la faille ("mur").

Décrochement

Représentation schématique d'une faille décrochante, ici un décrochement sénestre

Un décrochement accompagne un mouvement de coulissage; les décrochements purs (faille verticale et déplacement horizontal) ne s'accompagnent d'aucun mouvement vertical. Les décrochements peuvent être dextre ou sénestre, suivant que le compartiment opposé à l'observateur se déplace vers la droite ou la gauche (respectivement).

Relations hydrogéologiques

En surface, les failles et faillettes interfèrent fortement avec la circulation horizontale et verticale de l'eau dans le sol, ainsi, en surface et jusqu'à plusieurs mètres de profondeur) qu'avec le système racinaire des plantes et surtout des arbres dont certaines racines peuvent être retrouvées jusqu'à plusieurs dizaines de mètres de profondeur. On trouve parfois l'équivalent d'une véritable toile racinaire dans le plan d'une faille, jusqu'à plusieurs mètres de profondeur parfois. Dans les roches carbonatées (calcaires), les racines produisent des acides organiques qui leur permettent de dissoudre la roche et d'éviter le colmatage éventuel des fracturations de la roche par une (re)cristallisation du calcium dissous.
Localement des biofilms bactériens ou des concrétions ferrugineuses (dans un grès ferrugineux par exemple) peuvent se former.
Même en profondeur, les failles peuvent être le lieu d'une circulation préférentielle de l'eau, plus ou moins verticale. Ainsi, les mineurs détectaient-ils souvent l'approche d'une faille (dans un filon de charbon) par une augmentation des infiltrations et des suintements à travers les roches du gisements [1]

Relation avec séismes

Décrochement dextre observable en surface après le tremblement de terre du 17 août 1999 en Turquie(observez le décalage de la bordure du chemin)

Des failles peuvent résulter de tremblement de terre, ou modifier les mouvements de la roche en cas de séismes.
La rupture et le glissement le long de la faille s'accompagnent d'un tremblement de terre. Dans les cas relativement rares de glissement libre, apparemment asismique (sur les temps d'observation humaine), on parle de « creeping » ou de mouvement de convergence.

Association des longueurs, profondeur, épaisseur, complexité

Dimensions

Il existe une relation entre :

  • la longueur de la faille (en carte)
  • la profondeur de la faille
  • le mouvement total sur cette faille
  • l'épaisseur de la zone fracturée

On peut souvent considérer qu'une faille longue d'environ 10 km affecte une épaisseur de roche d'un kilomètre environ, pour un mouvement total hectométrique (~100 mètres) et une épaisseur de la fracturée décamétrique (~10 mètres). Cette relation géométrique est néanmoins très variable suivant le contexte et le type de faille [réf. nécessaire].

Structures associées à une déformation cassante

Transition cassant-ductile

La transition entre la déformation ductile, continue et la déformation cassante (discontinue, faille) dépend de la vitesse de déformation, de la minéralogie de la roche encaissante et de la structure de la roche (présence ou non d'anisotropies).

Il est classiquement admis que la transition ductile-cassant se situe vers 15 km de profondeur pour le granite[2]

La transition cassant-ductile se fait à une température de 100 °C pour l'argile, 250 °C pour le calcaire, 450 °C pour le granite, 550 °C pour le gabbro et 650 °C pour la péridotite. Elle se fait donc à environ 4 km de profondeur pour les roches sédimentaires, 15 km pour le granite et 60 km pour la péridotite.

Liens entre fracturation, broyage et modifications chimiques

Les failles sont fréquemment associées à des circulations de fluides (eau minéralisée, entre autres) et à des minéralisations associées (calcite, quartz, chlorite, épidote, hématite, etc) suivant les conditions minéralogiques et thermiques. Le broyage associé au mouvement forme des brèches de faille (incohésives) ou des cataclasites (cohésives) appelées mylonites. L'altération chimique provoque la formation d'argiles (gouge de faille, de brèches, de cataclasites, etc.)

Voir aussi

Articles connexes

Référence

  1. Alfred Évrard, Traité pratique de l'exploitation des mines : Leçons professées à l'Institut industriel du Nord de la France, par M. Alfred Alfred , directeur de la Compagnie Houillère de Ferfay et de Ames, Mons et Paris, E. Dacquin (Mons) et Baudry (Paris), coll. « Institut industriel du Nord », 1878 (réimpr. 1879,1888,1890) (1re éd. 1878) [lire en ligne]
    (notice BNF no FRBNF30411406p)
     
  2. Scholtz, C.H., 1988, The brittle-plastic transition and the depth of seismic faulting: Geologische Rundschau, v. 77, p. 319-328.

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Portail des sciences de la Terre et de l’Univers Portail des sciences de la Terre et de l’Univers

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Faille de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • faille — 1. (fâ Il ; ll mouillées) s. f. Terme de géologie. Rupture, solution de continuité d une couche, d une stratification ; solution remplie de matériaux étrangers, avec ou sans fente. •   La dépression des Aiguilles Marbrées et du chenal de la Mer… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • faille — Faille, penac. Ores est verbe de maniere subjunctive en premiere personne singuliere, comme, N ayez peur, ou Ne doubtez que je faille à faire cela, Ne dubita quin faciam. Et en tierce, comme, Dites luy qu il ne faille à venir, Tu illi ne non… …   Thresor de la langue françoyse

  • Faille —   [faːj, faljə, französisch] die, , taftbindiges, querrippiges Naturseiden oder Chemiefasergewebe; eine leichte Qualität wird als Failletine bezeichnet.   * * * Fail|le [fa:j, faljə], die; [frz. (taffetas à) failles = Faille(taft), zu afrz.… …   Universal-Lexikon

  • Faille — Faille, n. [F.] A soft silk, heavier than a foulard and not glossy. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Faille — (franz., spr. faj ), ein die Schultern mit bedeckendes Kopftuch der Flamänderinnen, daher sœurs de la f., Klosterfrauen, die solche Kopfbedeckung trugen. Auch feingerippter Seidenstoff mit 104 Ketten und 22 dreifachen Schußfäden auf 1 cm. F.… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Faille [1] — Faille (fr., spr. Falj ), Umschlagtuch von schwarzem Seidenzeug od. Sersche, das in Belgien, bes. in Brüssel, von den Bürgerfrauen beim Kirchengehen u. auf dem Markt über den Kopf bis auf die Hüften getragen wird …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Faille [2] — Faille (spr. Fällj), Jean Charles de la F., geb. 1597 in Antwerpen, trat in seinem 16. Jahre in den Jesuitenorden ein u. wurde wegen seiner bedeutenden Kenntnisse in der Mathematik als Lehrer nach Dôle, dann nach Löwen u. endlich nach Madrid… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Faille — (frz., spr. faj), leichter Taft aus Florettseide …   Kleines Konversations-Lexikon

  • faille — /faj/ s.f., fr. [voce dei dial. del nord est della Francia], in ital. invar. (tess.) [tipo di stoffa di seta] ▶◀ faglia …   Enciclopedia Italiana

  • Faille — Assez courant dans le Nord Pas de Calais, le nom pourrait évoquer une sorte de mantille portée autrefois par les bourgeoises flamandes, ou encore une cape. Mais le fait qu il se présente souvent sous des formes telles que Verfaille (également… …   Noms de famille

  • faille — [fīl, fāl; ] Fr [ fȧ′y ] n. [Fr] a soft, ribbed, plainly woven fabric of silk or rayon, for dresses, coats, etc …   English World dictionary


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.