Extradition


Extradition

L'extradition est une procédure juridique par laquelle un État livre l'auteur d'une infraction à un État étranger qui le réclame, pour qu'il puisse y être jugé ou exécuter sa peine.

L'extradition est souvent permise par l'existence d'un accord préalable entre deux États mais pas nécessairement. Différentes conditions sont nécessaires telles que l'existence de l'incrimination dans l'État au sein duquel se trouve la personne concernée par la procédure, la réciprocité de la procédure d'extradition dans le droit du pays émetteur de la requête, l'absence de motifs politiques ou encore l'impossibilité pour l'État requérant de condamner la personne pour d'autres incriminations que celle pour laquelle est demandée l'extradition.

Sommaire

L'extradition dans le droit européen

La Cour européenne des droits de l'homme, a une jurisprudence très innovante en la matière. Elle refuse d'extrader un individu sous la juridiction d'un État membre, si celui-ci est condamné à la peine de mort dans son pays d'origine. Elle le justifie en déclarant que les conditions entourant la peine de mort (« syndrome du couloir de la mort », angoisse, délai d'attente…) constituent une torture, ce qui est contraire à l'article 3 de la Convention Européenne des droits de l'homme. (arrêt Soering c/ Royaume-Uni, 7 juillet 1989). Depuis, la jurisprudence a évolué et la peine de mort est de plus en plus autonomisée. Elle devient un acte de torture en soi, que la Cour peut directement condamner. Grâce à la CEDH, on opère une « protection par ricochet » des étrangers contre les mesures de leur pays d'origine. Le refus d'extrader par un pays n'appliquant pas la peine de mort vers un pays l'appliquant est un des six principes inaltérables gérant toutes les demandes d'extradition (source : site officiel d'Interpol).

Les infractions politiques

En matière d'infraction politique, le Code de procédure pénale français interdisait l'extradition (art. 696-4), de même que la Convention européenne d'extradition de 1957 (art. 3). Cependant, la Convention européenne pour la répression du terrorisme de 1977 affirme que certaines infractions graves contre l'intégrité des personnes ne peuvent être qualifiées de « politiques » et permet donc l'extradition. En outre, la loi Perben II de 2004 a permis de juger en France une personne dont l'Etat français refuse l'extradition et qui est auteur d'une infraction politique (art. 113-8-1 Code pénal).

Accord d'extradition entre les pays

À signaler que les membres de l'Union européenne ont eux aussi signé cet accord pour l'extradition de leurs ressortissants au nom de la totale collaboration juridique des pays de la Communauté.

  • Signé le 23 avril 1996, le Traité d'extradition entre les États-Unis d'Amérique et la France fut salué comme une avancée majeure au vu des relations souvent tendues entre les deux États. Cependant, les simplifications apportées par ce texte sont relatives compte tenu du fait que les États-Unis sont un état fédéral dans lequel la législation criminelle relève à plus de 90 % de chacun des 50 états fédérés. Cette particularité institutionnelle est source de complexité des procédures d'extradition avec les États-Unis.

Quelques extraditions

Sur les autres projets Wikimedia :

Voir aussi


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Extradition de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Extradition — is the official process by which one nation or state requests and obtains from another nation or state the surrender of a suspected or convicted criminal. Between nation states, extradition is regulated by treaties. Between sub national regions… …   Wikipedia

  • EXTRADITION — EXTRADITI Acte par lequel un État remet à un autre État qui lui en fait la demande un individu recherché ou déjà condamné par les juridictions pénales du pays requérant. L’extradition n’est, tout d’abord, qu’un simple engagement de courtoisie… …   Encyclopédie Universelle

  • extradition — ex·tra·di·tion /ˌek strə di shən/ n [French, from Latin ex out + traditio act of handing over, from tradere to hand over]: the surrender of an accused usu. under the provisions of a treaty or statute by one sovereign (as a state or nation) to… …   Law dictionary

  • extradition — (n.) 1833, from Fr. extradition (18c.), apparently a coinage of Voltaire s, from L. ex out (see EX (Cf. ex )) + traditionem (nom. traditio) a delivering up, handing over, noun of action from tradere to hand over (see TRADITION (Cf. tradition)).… …   Etymology dictionary

  • Extradition — Ex tra*di tion, n. [L. ex out + traditio a delivering up: cf. F. extradition. See {Tradition}.] The surrender or delivery of an alleged criminal by one State or sovereignty to another having jurisdiction to try charge. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • extradition — [eks΄trə dish′ən] n. [Fr < L ex, out + traditio, a surrender: see TRADITION] the act of extraditing, as by treaty, a person accused or convicted of a crime …   English World dictionary

  • EXTRADITION — Biblical Sources EXTRADITION OF SLAVES The Torah relates directly to the issue of extradition in the context of a slave who flees from his slavery, prohibiting a person from returning to his master an escaped slave who is now in his custody: Do… …   Encyclopedia of Judaism

  • extradition — /ek streuh dish euhn/, n. the surrender of an alleged fugitive from justice or criminal by one state, nation, or authority to another. [1830 40; < F; see EX 1, TRADITION] * * * Process by which one state, at the request of another, returns a… …   Universalium

  • extradition — noun VERB + EXTRADITION ▪ avoid, escape ▪ It won t be easy for them to escape extradition. ▪ ask for, demand, request, seek ▪ …   Collocations dictionary

  • extradition — n. 1) to ask for extradition 2) to grant smb. s extradition 3) to fight, oppose extradition 4) to waive extradition ( to agree to be extradited ) * * * [ˌekstrə dɪʃ(ə)n] oppose extradition to ask for extradition to fight to grant smb. s… …   Combinatory dictionary