Extension (Philosophie)


Extension (Philosophie)

Intension et extension

Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homophone, voir Intention.

L'intension (ou compréhension chez les auteurs les plus anciens) et l'extension sont des concepts logiques qui ont été utilisés par la philosophie ancienne et médiévale, ainsi, qu'aujourd'hui, par la philosophie du langage. L'extension d'un terme peut aussi être désignée par le terme de « dénotation ». Selon la logique traditionnelle, aristotélicienne, l'extension se réfère à l'ensemble des objets auxquels s'appliquent ces caractères (objets de la classe). Elle s'oppose ainsi à l'intension ou à la compréhension, qui désigne l'ensemble des prédicats qui appartiennent à un concept (prédicats du sujet).

Sommaire

Introduction

Toute classe d'éléments peut être définie en extension (en nommant ou en désignant chaque individu qui en fait partie) ou en intension, par une description (spécification d'un certain nombre de prédicats) qui définit la classe. L'intension s'identifie ainsi au concept.

Par exemple, la classe des rois de France peut être désigné extensionnellement en donnant une liste de noms, ou intensionnellement par le concept « roi de France » (c'est-à-dire le prédicat, la propriété « être un roi de France »).

Deux termes peuvent dès lors avoir une intension différente, c'est-à-dire être des concepts distincts, tout en ayant la même extension, c'est-à-dire s'attribuer au même groupe d'objets (par exemple le terme de « créature avec un foie » et « créature avec un rein ») [1]. La réciproque n'est pas vraie: deux termes ne peuvent avoir la même intension mais avoir une extension différente [1]. L'identité d'intension détermine donc l'identité d'extension; ou encore, la signification d'un terme (son intension) détermine son extension [1].

Selon la théorie médiévale, « le concept correspondant à un terme n'était rien d'autre qu'une conjonction de prédicats » (Putnam, 1975 [1]). Dès lors, « le concept correspondant à un terme devait toujours fournir des conditions nécessaires et suffisantes d'appartenance à l'extension du terme » [1]. Les discussions médiévales étaient de nature à la fois logique et théologique: il y avait en effet un paradoxe théologique qui se présenta aux théologiens juifs, arabes et chrétiens, concernant la définition du terme « Dieu » [1]. Le concept de Dieu était en effet déterminé par la conjonction de différents termes, les « perfections divines »: « Souverainement Bon », « Tout-Puissant », « Omniscient », etc [1]. Mais l'unité divine empêchait l'essence divine d'être complexe: « « Dieu » était défini à l'aide d'une conjonction de termes, mais Dieu (sans guillemets) ne pouvait pas être le produit logique des propriétés correspondantes » [1].

Intension, concept et état psychologique

Une théorie dominante affirmait ainsi que la signification d'un terme ou d'un énoncé, au sens d'intension, était un concept. Selon Hilary Putnam, cette théorie débouchait sur la conclusion selon laquelle un concept était une entité mentale [1]. Frege et Carnap, qui partageaient cette théorie du concept, mais refusaient le « psychologisme », assimilaient le concept non pas à une entité mentale, mais à une entité abstraite [1]. Toutefois, la saisie de ces entités abstraites demeuraient un « acte psychologique »: comprendre un mot, ou connaître son intension, c'était selon eux être dans un certain état psychologique.

C'est cela qu'a mis en cause Hilary Putnam dans son expérience de pensée dite de la Terre jumelle [1]. Putnam s'attaque à en effet à cette théorie descriptiviste de la signification, qui repose selon lui sur deux hypothèses:

  • Connaître la signification d'un terme revient à être dans un certain état psychologique [1];
  • La signification d'un terme (au sens d'intension) détermine son extension (au sens où l'identité d'intension implique l'identité d'extension) [1].

Référence

  1. a , b , c , d , e , f , g , h , i , j , k , l  et m Hilary Putnam, « The meaning of "meaning" », in Mind, Language and Reality, Cambridge University Press, 1975, p.218 à 227 (traduit par Pascal Ludwig dans Le langage, Flammarion (GF Corpus), 1997.

Voir aussi

  • Portail de la logique Portail de la logique
  • Portail de la philosophie Portail de la philosophie
Ce document provient de « Intension et extension ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Extension (Philosophie) de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Extension (philosophie) — Intension et extension  Pour l’article homophone, voir Intention. L intension (ou compréhension chez les auteurs les plus anciens) et l extension sont des concepts logiques qui ont été utilisés par la philosophie ancienne et médiévale, ainsi …   Wikipédia en Français

  • Extension und Intension — sind moderne semantische Ausdrücke, insbesondere der Logik, Sprachphilosophie und Linguistik, die den Umfang beziehungsweise Inhalt von Zeichen oder sprachlicher Ausdrücke bedeuten. Sie werden vornehmlich statt der traditionellen Ausdrücke… …   Deutsch Wikipedia

  • PHILOSOPHIE ANALYTIQUE — Des philosophes se sont dits et se disent encore analystes, à Cambridge, Lwow, Varsovie, Vienne, Prague, Oxford, Pittsburgh, Princeton... Avec l’appellation, ils ont en commun l’idée qu’un certain type d’analyse est philosophique, voire que la… …   Encyclopédie Universelle

  • extension — [ ɛkstɑ̃sjɔ̃ ] n. f. • 1361; bas lat. extensio, de extendere « étendre » 1 ♦ Didact. Action de se développer dans le sens de la longueur; son résultat. « Une matière ductile qui par son extension devient un filet herbacé » (Buffon). ⇒ allongement …   Encyclopédie Universelle

  • Extension De Galois — En mathématiques, une extension de Galois (parfois nommée extension galoisienne) est une extension de corps finie normale séparable. L ensemble des automorphismes de l extension possède une structure de groupe appelé groupe de Galois. Cette… …   Wikipédia en Français

  • Extension de galois — En mathématiques, une extension de Galois (parfois nommée extension galoisienne) est une extension de corps finie normale séparable. L ensemble des automorphismes de l extension possède une structure de groupe appelé groupe de Galois. Cette… …   Wikipédia en Français

  • Extension galoisienne — Extension de Galois En mathématiques, une extension de Galois (parfois nommée extension galoisienne) est une extension de corps finie normale séparable. L ensemble des automorphismes de l extension possède une structure de groupe appelé groupe de …   Wikipédia en Français

  • Philosophie du Langage — Les Ménines de Diego Velázquez (1657). « Mais le rapport du langage à la peinture est un rapport infini (...) Ils sont irréductibles l un à l autre: on a beau dire ce qu on voit, ce qu on voit ne loge jamais dans ce qu on dit, et on a beau… …   Wikipédia en Français

  • Philosophie de la science — Philosophie des sciences La philosophie des sciences est la branche de la philosophie qui étudie les fondements philosophiques, les systèmes et les implications de la science, qu il s agisse de sciences naturelles (physique, biologie, etc.) ou de …   Wikipédia en Français

  • Philosophie des Sciences — La philosophie des sciences est la branche de la philosophie qui étudie les fondements philosophiques, les systèmes et les implications de la science, qu il s agisse de sciences naturelles (physique, biologie, etc.) ou de sciences sociales… …   Wikipédia en Français